News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - CEMAC : L’ouverture des frontières repoussée à une date ultérieure

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 25 Novembre 2013 à 18:57 | Lu 1670 fois



La réunion des ministres de l’Intérieur et de l’Immigration des pays membres de la CEMAC (Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale) qui vient de se tenir à Libreville pour réviser la question de l’ouverture des frontières en zone CEMAC a pris fin avec quelques déceptions. Un comité ad oc s’est constitué et le ministre de l’Intérieur gabonais, Jean François Ndoungou, assurait la présidence dudit comité.

Pour Pierre Moussa, président en exercice de la Commission de la CEMAC, a réitéré la nécessité d’ouvrir les frontières afin de permettre aux pays de la zone d’intensifier leurs échanges et d’aboutir à la création d’un espace économique commun.
Cependant, le rapport final du comité ad oc a jugé utile de repousser l’ouverture des frontières prévue le 1er janvier 2014. Les raisons avancées par les ministres de l’Intérieur et de l’Immigration sont, entre autres, l’absence des données sur les populations des pays membres pour leur meilleur contrôle, le manque d’implication de l’Interpol (organisation internationale de police criminelle) pour un meilleur suivi des mouvements des populations et l’absence de passeports CEMAC.

Il convient de dire que certaines pesanteurs retardent encore l’effectivité de l’ouverture des frontières, susceptible d’étendre le rayon de circulation des populations. Le discours du ministre gabonais de l’Intérieur présente les inquiétudes similaires de celui du Président équato guinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, à savoir la crainte de voir accroitre certains phénomènes comme la criminalité et l’immigration clandestine. Pour Jean François Ndoungou, l’ouverture des frontières en l’absence de mesures d’accompagnement risquerait d’intensifier ces phénomènes. C’est pourquoi l’Interpol doit être impliqué. Une implication qui était sensée se faire bien avant la prise de la décision relative à l’ouverture des frontières.

Quoiqu’on dise, le processus est bloqué par deux pays, le Gabon et la Guinée Equatoriale, qui jouissent d’une certaine situation économique favorable dans la sous-région d’Afrique centrale. La différence de position de ces deux pays par rapport à l’ouverture des frontières tient notamment sur le ton des discours. Ils ne voient pas la nécessité, pour leurs peuples respectifs, d’ouvrir les frontières, alors qu’ils tiennent une position hégémonique en matière économique. Mais la position de la Guinée Equatoriale est désormais claire, tandis que celle du Gabon, pourtant similaire, continue d’entretenir des ambigüités.

Source : Gabonédito

Lundi 25 Novembre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1670 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

24.Posté par moussavou le 14/01/2014 11:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des lors, on peut désormais considérer qu'il n'y aura plus jamais d'ouverture des frontières en zones cemac. Tout simplement parce qu'aucun pays de l’Afrique centrale ne peut maitriser techniquement sa démographie; ses immigrations et migrations, encore moins, mettre sur pied un fichier régional fiable d'identification des ressortissants de l’Afrique centrale. A cela s'ajoute les troubles en Centrafrique, l'instabilité du Congo Brazzaville et d'autres difficultés sociales chroniques liés a la miséré sous régionale. L'absence d'infrastructures fiables de communication sous régionale; bref ne copions pas l’Europe parce que leurs nations ont plusieurs siècles d’existence, nous, nous n'avons qu'a peine cinquante ans.

23.Posté par coudou le 27/11/2013 07:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous venez parler d'invasion du gabon par les étrangers.N'est ce pas les gabonais eux-mêmes qui encouragent les ouest africain à venir s'installer en:
-leur permettant de louer leurs maison, car une rumeur coure qu'ils paient mieux les maisons
-faisant louer des espaces commerciaux
-acceptant d'être corrompu...
C'est nous même qui avons facilité cette invation,et nous l'acceptons.regardez combien de nos filles aujourd'hui sont convertis dans cette réligion islamique pour avoir épousé un beureur de pain!
Ces gens n'acceptent pas que des gabonais soient avec leurs femmes, mais comment les familles gabonaises acceptent que leurs filles aillent en mariage avec ces gens parfois d'aucune moralité?

Aujourd'hui des gabonais louent les maisons chez des béninois ou camerounais, hallucinant non?
même pour construire nos maisons nous faisons appel à cette vermine sois disant qu'elle travaille mieux que les gabonais, mensonge!!

coudou

22.Posté par Monefang le 27/11/2013 03:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vos commentaires n'ont rien à voir avec ce qu'on peut appeler l' immigration choisie.
Où un pays d'accueil choisit ses immigrants. Elle a pour but de privilégier les travailleurs qualifiés qui pourraient apporter un plus à la situation économique du pays et éviter les immigrants qui voudraient profiter du système social du pays d'accueil. Lorsque le Gabon sera souverain et indépendant total ce type d'immigration sera mise en place. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui au Gabon où les étrangers font la loi et du grand banditisme à ciel ouvert. Ce type de comportement peut entraîner à un moment donné de la xénophobie. Nous sommes dans les pays des autres; Nous nous conformons aux lois et règles de ces pays d'accueils d'où nous demandons le même comportement au Gabon de la part de ces étrangers.

21.Posté par Mambiga le 26/11/2013 23:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@KAKI DISCO

Cher Kaki Disco, personne ne dit qu'il faut abandonner le Gabon entre les mains étrangères. Nous disons simplement que les problèmes actuels du Gabon relèvent des gabonais eux-mêmes, pouvoir en place et opposition actuelle qui a volé hier et est resté impunie. Quand on détourne le budget destiné au développement du pays pour ses intérêts personnels, même quand on devient opposant, le mal est fait et se répercutera sur l'avenir. Les problèmes du Gabon sont d'ordre multidisciplinaires (politiques, économiques, sociaux, techniques, etc...) et les gabonais eux-mêmes, de tous bords, sont coupables. Traitons nos problèmes en réglant nos tares à nous, mais ne faisons pas comme le FN en France qui pense que les problèmes de la France sont dûs aux immigrés. Car, contrairement à ce que l'on pense, si les politiques en place sont propices à une bonne gestion des flux migratoires, c'est le pays qui tire le grand bénéfice. Je citerai quelques exemples: Einstein n'était pas américain à l'origine, pourtant ses travaux ont boosté les USA sur le plan scientifique et scientifique, dois-je citer Obama dont le père était Kenyan? Maka Kotto d'origine camerounaise, noir de son état, a pu être ministre au Canada, Cecile Kyenge, femme noire d'origine congolaise, est ministre en Italie, Jérôme Efong Nzolo d'origine gabonaise est actuellement le meilleur arbitre de foot belge, Mengara et Bouassa, gabonais à 100%, sont actuellement établis aux USA et trouvent de quoi entretenir le rêve de leurs familles, et apportent à leur niveau, directement ou indirectement, une contribution non négligeable à la société américaine (pardonnez que je ne cite pas d'autres gabonais), l'équipe de foot de France n'a jamais été forte sans les joueurs d'origine africaine, certains de nos hommes politiques en vue ont une origine qui camerounaise, qui équato-guinéenne, qui congolaise, etc... Pour terminer, je citerai le grand nombres des expatriés qui font tourner l'économie gabonaise, citons les enseignants, les médecins, les entrepreneurs, les hommes d'affaires etc...Quand on regarde tout cela, on se dit que les étrangers peuvent être utiles à tout pays qui en fait bon usage (cas du Canada par exemple). Mais le revers dans tout cela, ce sont les immigrés illégaux qui font dans le banditisme, l'escroquerie, les crimes. Mais là encore, c'est partout qu'on trouve ces maux. Nous-mêmes Gabonais, sommes coupables de notre retard de développement, car nous sommes reconnus pour notre goût à la paresse, à la corruption et au détournement des deniers publics, nous n'aimons pas les sciences, ni les travaux de terre, rêvant toujours de travailler dans les bureaux, vivant au dessus de nos moyens. Pour avoir des promotions, nous préférons nous épuiser dans des nuits endiablés à l'iboga plutôt que de travailler pour mériter notre élévation. Fort heureusement tous les Gabonais ne sont pas ainsi. Il y en a qui travaillent et font avancer le pays, quoique difficilement. Voilà le tableau du Gabon. Mais ne faisons pas d'amalgame en stigmatisant les étrangers. C'est ce que Bouka Rabenkogo tentait d'expliquer dans une certaine mesure. Alors pourquoi le traite-t-on de "bête"? Il se trouve qu'il est de loin plus instruit et mieux qualifié que celui qui l'injurie. Arrêtons ces comportements!
Par ailleurs, s'il faut se prononcer sur la question de l'opportunité d'ouvrir les frontières gabonaises pour la libre circulation, je dirais malheureusement que le Gabon n'est pas prêt, soit par volonté politique, soit par notre lenteur ou incapacité à respecter nos échéances. Il serait mieux que le pouvoir se taise et finisse d'abord de ficeler ses projets avant d'annoncer des choses (dont il ne sait en définitive assurer la réalisation).

20.Posté par KAKI DISCO le 26/11/2013 20:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
NOUS SOMMES LA POUR RÉGLER LES MAUX QUI MINENT LE GABON , ET LE GABON N'EST PAS PRÊT A RECEVOIR AUTANT D'ETARNGERS, DEJA AVEC CEUX QUI VIVENT DEJA CHEZ NOUS , LE GABON N'ARRIVE PAS A S'EN SORTIR RECONNAISSONS LE, ET ARRÊTEZ DE JOUER A L'IRONIE EN AVANÇANT LES ÂNERIES, CHER MANBINGA NE T’INQUIÈTE PAS , PERSONNE ICI NA LE TEMPS DE T'INSULTER, PASSE TON CHEMIN, NOUS PARLONS DU GABON ET C'EST TON POINT DE VUE TOI ET BOUKA , CA N'ENGAGE QUE VOUS .
LE GABON N'EST PAS PRÊT , TROP DE CRIMES RITUELS QU'ON ARRIVE MÊME PAS A RÉGLER LES VIOLS LES VOLS A MAIN ARMÉE , GABON TROP SALLE , GABONAIS MAL LOGER, PAS DE ROUTE TROP TROP DE PBS , LES BAS LIBRE CIRCULATION , ON VERRA SA APRES.

19.Posté par OKONDJA le 26/11/2013 20:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LAISSEZ BOUKA RABECONGO ,NE LE SUIVEZ MEME PAS ,C'EST DES NIDJE , BÉNINOIS ET MM CAMEROUNAIS QUI SE CACHENT DERRIÈRE CE GENRE DE PERSONNAGE.

18.Posté par Mambiga le 26/11/2013 19:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Bouka Rabenkogo,

Cher compatriote, je crains que vous vous exprimiez dans le vide, si je puis emprunter le langage familier de chez nous. Car voyez-vous, pour certains compatriotes, il est difficile d'envisager que la diversité que nous formons soit une source de richesse qu'il faut savoir valoriser. Ils ne peuvent concevoir que l’altérité ne soit inimitié. Hélas, cette tribune est devenue un autel d'injures, de bassesse, au point que ceux qui ont des idées contraire à la majorité injurieuse sont taxés d'être de connivence avec le pouvoir en place. Pour eux, ça ne sert à rien d'être constructif, encore moins de poser les problèmes de manière méthodique, je dirais académique. Personne sur ce site ne vous suivra dans cette voie parce que vous appelez à un exercice qui demande de se démarquer des instincts primitifs, ce qui est pourtant le signe de grandeur des esprits respectables. Ils jaugent la vérité au creuset de leur haine. D'ici peu, vous verrez qu'ils vont m'injurier. Je suis arrivé à penser qu'il nous faut un forum neutre, où les problèmes du Gabon et d'Afrique (voir de l'humanité) sont scrutés avec recul et hauteur d'esprit, sans verser dans la complaisance et la mauvaise foi.

Courage, cher compatriote!

Aux autres, sachez que la vérité n'est la propriété de personne, mais aussi que la vérité ne s’éternise pas dans les chemins de l'obscurantisme.

Compatriotiquement!

17.Posté par Guy Roger Obiang le 26/11/2013 18:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Facebook

16.Posté par Guy Roger Obiang le 26/11/2013 14:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Facebook

15.Posté par Bouka Rabenkogo le 26/11/2013 12:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur 3ekalé à vous je réponds (respect de l’autre). Je disais dans mon précédent post, être ouvert à un large débat sur le changement de paradigme : optimisation de la ressource humaine (quelle qu’elle soit). La première attitude dans ce changement de paradigme est celle qui consiste à ne pas rendre l’autre responsable de vous (Toi). Deuxième attitude, apprécier le point de vue de l’autre. Troisièmement, réfuter comme de la peste, l’injure et l’invective etc etc… Je suggère la mise en place d’un forum constructif d’échange. C’est cela l’apport bénéfique des nouvelles technologies. Fraternellement.

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...