News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Bengone Nsi dépose un recours chez Mborantsuo

Le site de la Liberté - La Révolution LVDPG le Dimanche 13 Septembre 2009 à 23:56 | Lu 1007 fois

Le premier recours contre les résultats proclamés de l'élection présidentielle du 30 août est tombé ce 12 septembre sur la table de la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie-Madeleine Mborantsuo. Dans cette saisine, Luc Bengone Nsi, candidat malheureux du Mouvement de redressement national (MORENA) met avant les incertitudes qui planent sur la nationalité du président élu, dont d'insistantes rumeurs lui prêtent des origines étrangères.



Gabon : Bengone Nsi dépose un recours chez Mborantsuo
Ouverte depuis le 4 août dernier lorsque la Cour Constitutionnelle proclamait les résultats officiels de l'élection du 30 août donnant Ali Bongo Ondimba vainqueur avec 41,73% des voix, la période de contestation des résultats officiels vient d'enregistrer ce 12 septembre son premier recours.

Le président du Mouvement de redressement national (MORENA, originel), Luc Bengone Nsi, un des premiers opposants du pays, a déposé un recours sur la table de la Haute juridiction en contestant les résultats officiels sur la base de la controverse sur la nationalité du candidat élu.

En s'appuyant sur l'article10 de la Constitution gabonaise qui stipule que «toute personne ayant acquis la nationalité gabonaise ne peut se présenter comme candidat à la Présidence de la République», Luc Bengone Nsi soutient l’idée selon laquelle «les origines du candidat Ali Bongo Ondimba demeurent ambiguës».

Luc Bengone Nsi a précisé par téléphone que les déclarations contradictoires des parents d’Ali Bongo Ondimba sur la date de naissance de ce dernier constituaient l’élément de base de son recours.

«S’il est avéré que ce dernier a acquis la nationalité par adoption, il appartiendra à la Cour de constater l'irrégularité de l'élection», stipule la saisine.

A cet effet, Bengone Nsi a lancé un appel à tous ceux qui peuvent avoir des documents susceptibles d'authentifier l’origine nigériane d’Ali Bongo Ondimba afin qu'ils puissent les adjoindre au dossier.

«Il ne s'agit pas de xénophobie mais d'appliquer la loi. La Constitution prévoit ce cas. Il faut l'appliquer (…) L'intérêt supérieur du Gabon est sérieusement mis à mal avec l'élection d'un candidat aux origines douteuses», poursuit le recours du président du MORENA originel.

Aussi, l'opposant a demandé à la Cour constitutionnelle d’exiger un test ADN d’Ali Bongo Ondimba à comparer avec celui de sa mère Joséphine Nkama, plus connu sous le nom de Patience Dabany, pour authentifier leur lien de sang.

Depuis plusieurs années, les rumeurs vont bon train sur la nationalité du fils aîné du défunt président, dont beaucoup le soupçonnent d'être étranger. Des assertions qu'il a niées en bloc, dès les prémices de sa campagne.

«Quand je suis né, le Nigeria n'était même pas indépendant. Il (l') est devenu un an après et cette guerre du Biafra a commencé en 1967, alors que j'ai déjà 8 ans», affirme-t-il.

Avec moins d'1% des suffrages le 30 août dernier, Luc Bengone Nsi fait partie du Front de refus du coup de force électoral qui réunit 15 candidats dénonçant l'irrégularité du vote.

«C’est la France qui a fait ça, elle aime placer à la tête des États africains les gens qui n’en sont pas originaires», a ajouté par téléphone monsieur Bengone Nsi, soulevant une autre polémique qui bat son plein en ce moment, celle de l'ingérence de la France dans les affaires politiques africaines.

Le délai légal de 15 jours laisse jusqu'au 19 septembre prochain aux opposants pour déposer des recours et espérer invalider l'élection d'Ali Bongo Ondimba à la tête de l'État.

«Nous respectons la procédure telle que prévue par la loi, nous allons saisir la Cour Constitutionnelle. (…) Il nous reste dix jours vous dites, ce délai n’est pas encore épuisé, donc nous avons le temps d’introduire un recours», avait déclaré le 11 septembre dernier le porte-parole du Front de refus du coup de force électoral, l'ancien Premier ministre Jean Eyéghé Ndong.
Publié le 13-09-2009 Source : gaboneco Auteur : gaboneco

Dimanche 13 Septembre 2009
La Révolution LVDPG
Vu (s) 1007 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...