News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Ben Moubamba dénonce la «fausse» rupture de Sarkozy

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Jeudi 25 Février 2010 à 18:52 | Lu 1750 fois

Le vice-président de l’Union nationale, Bruno Ben Moubamba, a dénoncé ce matin dans la presse française le séjour gabonais du président Nicolas Sarkozy, qui ne remplirait pas ses promesses de rupture avec la Françafrique entretenue par ses prédécesseurs.



Gabon : Ben Moubamba dénonce la «fausse» rupture de Sarkozy
Brandi en étendard par le président français lors de sa visite au Gabon, le renouveau des relations franco-gabonaises consacré par la série de nouveaux accords entre les deux pays ne fait pas l’unanimité au sein de la classe politique locale.

Ce 25 février, la presse française publie une interview du vice-président de l’Union nationale (UN, opposition), Bruno Ben Moubamba, candidat malheureux à l’élection présidentielle, qui dénonce le séjour de Nicolas Sarkozy au Gabon, où «il se comporte exactement comme Jacques Chirac et Valéry Giscard d'Estaing», estime-t-il.

«Lorsqu'il était candidat, il avait déclaré au cours d'un de ses meetings, en janvier 2007, qu'il ne serait jamais complice d'une dictature. (…)Il promettait la rupture et ringardisait Chirac et sa politique Françafrique», rappelle Bruno Ben Moubamba.

«Jacques Chirac comme Valéry Giscard d'Estaing chantaient les louanges du maréchal Mobutu. Ils pratiquaient une forme d'autisme diplomatique tant le maréchal était impopulaire et pillait littéralement le pays. On les voyait à l'époque en VRP de réseaux privés, (…) en défenseurs d'intérêts privés», explique-t-il.

«Ce voyage au Gabon marque le soutien au régime d'Ali Bongo et je le crains, c'est considérer le Gabon comme une vache à lait», s’est-il indigné.

«A titre personnel, Nicolas Sarkozy est peut-être contre la dictature et pour les droits de l'homme en Afrique, mais il est inscrit dans ce même processus qui consiste à renvoyer l'ascenseur à ceux qui l'ont soutenu», a-t-il poursuivi.

Evoquant la présence de Pascaline Bongo au Conseil d'administration de Bolloré au Gabon, Ben Moubamba a dénoncé le fait que «la plupart des gens que nous combattons, nous, dans l'opposition, siègent au conseil d'administration des sociétés françaises installées dans le pays».

Concernant la rencontre organisée en catimini entre le président français et l’opposition gabonaise le 24 février dernier, le vice président de l’UN estime qu’«il n'y a dans cette rencontre aucun caractère officiel. Ce n'est pas public, pas publié, pas assumé. C'est une méthode d'un autre âge».

Face à cette rencontre «humiliante», «La moindre des choses aurait été de soigner les formes. Au Gabon, ça ressemble à une convocation soumise à la magnanimité du maître», a-t-il déclaré.

«Le simple fait que le Gabon soit une étape sur la route du Rwanda devrait faire réfléchir l'opposition. Il faut se défendre pour être respecté. Kagamé s'est défendu et Sarkozy va donc aller à Canossa [s'humilier] en se rendant au Rwanda», a conclu Bruno Ben Moubamba.

Jeudi 25 Février 2010
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 1750 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

14.Posté par candace le 01/03/2010 03:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'après la rencontre houleuse entre Myboto et sarko,on est loin de l'allégeance supposée de l'opposition à sarko. Et cela me rassure plutôt quant à la consistence de notre opposition.

13.Posté par ALi 9 le 28/02/2010 17:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Partager :
Au Gabon, Sarkozy apporte un soutien appuyé à Ali Bongo
[ 24/02/10 - 19H54 - Reuters ]

par Yann Le Guernigou
LIBREVILLE, 24 février (Reuters) - Nicolas Sarkozy a apporté mercredi un soutien appuyé au président gabonais Ali Bongo, vainqueur controversé du scrutin organisé l'été dernier après la mort de son père, Omar Bongo.
La France et le Gabon ont confirmé le caractère privilégié de leurs relations tout en affichant leur volonté de les voir évoluer dorénavant dans une plus grande transparence lors d'une visite du président français dans ce pays d'Afrique centrale qui est le plus fidèle allié de Paris sur le continent noir.
"Ce jour-là, grâce au peuple gabonais, le Gabon a confirmé son ancrage à la démocratie et franchi une étape essentielle de sa vie politique ", a-t-il dit en assurant qu'Ali Bongo n'avait pas été le candidat de la France.
"Lorsqu'on voit ce qui se passe, ou plutôt ce qui ne se passe pas dans d'autres pays, on peut dire que le Gabon n'a pas à rougir de la dignité de son peuple au moment où il a fallu assurer la succession du président Bongo ", a-t-il ajouté dans une allusion à la situation d'un pays comme la Côte d'Ivoire, en attente d'une élection présidentielle depuis cinq ans.
Symboliquement, le président français avait entamé sa visite de 24 heures à Franceville, dans l'est du Gabon, par un dépôt de gerbe au mausolée d'Omar Bongo, mort en juin dernier après 41 ans passés à la tête du pays.
Ce dernier était un des derniers symboles de la "Françafrique", une relation étroite entre la France et ses anciennes colonies d'Afrique noire reposant sur des réseaux d'influence parfois mis au service de gouvernements contestés et corrompus.
"Vous et moi ignorons le contenu réel de ce qui est communément et confusément appelé Françafrique mais nous assumons courageusement cet héritage historique riche d'aspects aussi bien positifs que négatifs ", a dit Ali Bongo à l'adresse de Nicolas Sarkozy.
"Heureusement, vous et moi considérons que la politique des tutorats, des réseaux et des leçons est aujourd'hui révolue ", a-t-il ajouté.
INFLEXIONS SALUTAIRES
Le président gabonais a estimé que le temps était venu d'apporter aux relations franco-gabonaises "des inflexions nécessaires et salutaires".
Symbole de ces évolutions, les deux pays ont signé mercredi un nouvel accord de défense, au moment où Paris vient de décider de conserver à Libreville sa seule base militaire en Afrique de l'Ouest après la fermeture annoncée de celle de Dakar.
A l'inverse des traités historiques liant la France à ses anciennes colonies africaines, ce nouvel accord ne prévoit plus d'intervention automatique de Paris en cas de menace extérieure comme intérieure.
Son texte sera en outre publié une fois qu'il aura été ratifié par les parlements des deux pays. "Il n'y a pas à accepter le secret en la matière, pas de clause secrète (…) la transparence doit permettre d'en finir avec les clichés, les fantasmes et les procès d'intention", a indiqué Nicolas Sarkozy.
Cet accord de défense est complété par un "plan d'action pour la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique" couvrant tous les aspects des relations bilatérales.
La France s'y engage notamment à aider le Gabon à rendre son économie moins dépendante de la rente pétrolière qui, si la tendance actuelle se poursuit, devrait avoir disparu à l'horizon 2020.
Un des défis du pays est de parvenir à transformer sur place une partie de ses ressources naturelles, bois et minerais notamment. Le président gabonais a décidé de le relever en interdisant abruptement l'exportation du bois brut, au grand dam de groupes français qui avaient négocié auparavant avec Libreville un étalement de cette mesure dans le temps.
"Je vous demande d'être attentifs à ce que les périodes de transition ne soient pas trop brutales, pour encourager d'autres investisseurs à venir", lui a dit Nicolas Sarkozy, tout en reconnaissant comme légitime son combat pour développer l'industrie locale.
Le président français a enfin souligné que, s'il y avait des raisons objectives à vouloir refonder la relation franco-gabonaise, celle-ci ne saurait être exclusive. "Il n'existe plus de pré-carré et je ne le regrette pas".
(Edité par Yves Clarisse)


12.Posté par AKOMA MBA le 28/02/2010 17:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sarkozy honore la "maturité" du Gabon
Nicolas Sarkozy, en visite mercredi au Gabon, a salué la "très remarquable maturité de l'opposition gabonaise" démocratique du Gabon, lors de son discours devant les hauts responsables politiques du pays, qui a élu en septembre dernier Ali Bongo Ondimba, fils de l'ex-président Omar Bongo, décédé le 8 juin 2009. Il a aussi invité le pays à sortir d'une "forme d'amertume", référence au passé colonial de la France au Gabon. Le chef de l'État français a dit souhaiter "un nouveau contrat basé sur une relation décomplexée".

11.Posté par Larévolte le 28/02/2010 04:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ kala kala,

Je me pose la même question que vous. Qu'est-ce que l'opposition a obtenu?
Si l'opposition n'avait pas rencontré M. Sarkozy en quoi le Gabon aurait été menacé?

10.Posté par kala kala le 26/02/2010 21:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Candace,

Analyse bancale!
Qu'est-ce qui en ressort de la rencontre Sarko-opposition gabonaise?

9.Posté par candace le 26/02/2010 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BBM ne vit pas au Gabon mais en France un pays où les droits de l'homme sont respectés, de plus il est citoyen français, donc il peut se permettre de vilipender la France. Les autres sont au Gabon dans un pays non indépendant ( j'insiste là-dessus), entièrement sous la tutelle française, et le sentiment anti-français exaspéré par les expériences rwandaises et ivoiriennes amène la France à se replier davantage sur le Gabon et je ne pense pas que ce renforcement de la présence française ne sera pas pour donner une grande marge de manoeuvre à l'opposition gabonaise ou à tout gabonais ouvertement et activement hostile à cette ingérence française.
Je ne pense pas que cette opposition ait choisi de jouer aux martyrs comme au temps du Moréna, ils pensent à préparer des assises parlementaires, puis éventuellement la présidence...
Au moins ils n'ont pas eu besoin comme d'autres de rencontrer Sarko en cachette, et de faire des tractations secrètes...

8.Posté par Larévolte le 26/02/2010 02:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis du même avis que vous M. Ben Moumbamba mais il était de votre devoir de dissuader les autres membres influents de l'UN.

7.Posté par la gabonaise (pas La Gabonaise) le 26/02/2010 02:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BBM peut-il certifier qu'il n'a jamais tenté de rencontrer les autorités françaises depuis le putsch?
Moi je crois que le silence n'est pas pas conseillé: l'opposition se devait d'interpeler la France du rôle d'ingérence qu'elle a joué dans notre élection. Il n'est pas interdit de dialoguer avec nos ennemis même s'ils sont les plus forts. Imaginez qu'un jour le Gabon traverse une crise de même genre que le Rwanda et que la France y participe activement, le silence de l'opposition pour n'avoir pas dénoncé les causes tout en les connaissant parfaitement auraient été perçu complice. Aujourd'hui la France bien que ne reconnaissant pas sa participation dans le génocide, admet qu'elle a eu tord den'avoir pas dénoncé le génocide qui se préparait alors qu'elle en était informée.
L'orgueil n'a pas de place dans une opposition responsable...

6.Posté par nsolevouna le 26/02/2010 01:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BBM est un homme fort je suis avec lui pour que le gabon plus un arrondissement de paris pourquoi la france ne parle t on pas d independance en afrique les africain peuvent gerer leur probleme sans la france il ne nous apporte rien sinon la misere je souhaite qu on n ai plus de rapport avec la france elle a la cause de nos miseres

5.Posté par Sema Taou n Kemet le 26/02/2010 00:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
juste pour la postérité je continue la liste des réflexions assassines de nos très chères références leukos (comme si ils avaient raison que nous ne pense pas!)
De Erneste RENAN à L.S. SENGHOR( ya bon nègre)
b[« La nature a fait une race d’ouvrier, c’est la race chinoise (...) une race de travailleur de la terre, c’est le nègre (...) une race de maîtres et de soldats, c’est la race européenne. » Ernest Renan (dans "le Discours sur la nation")

- « Je suis donc amené à penser, mais ce n’est là qu’un sentiment, que les noirs, qu’ils forment une race distincte ou qu’ils aient subi une séparation due au temps et aux circonstances, sont inférieurs aux blancs quant au corps et à l’esprit » Thomas Jefferson président des USA (in Gossett, 1965, p.44)

- « L’égalité des noirs ! Balivernes ! Pendant combien de temps encore, sous le gouvernement d’un Dieu assez grand pour créer et diriger l’univers, y aura-t-il des fripons pour colporter, et des imbéciles pour reprendre, des propos d’une démagogie aussi basse. » Abraham Lincoln, président des USA (in Sinkler, 1972, p.47)

- « Le noir africain est guidé par la fantaisie ; l’homme européen est guidé par les coutumes. » Linné (biologiste, systema naturae, 1758)

- « Le cerveau du Bochiman [...] mène à celui des Simiadae (les singes). Cela implique une liaison entre le défaut d’intelligence et l’assimilation structurelle. Chaque race d’Homme a sa place, comme les animaux inférieurs » Charles Lyell (fondateur de la géologie scientifique) (in Wilson, 1970)

- « Les traits de caractères intellectuel du sauvage ... se retrouvent chez l’enfant civilisé. » Cité par Jay Gould, la mal mesure de l’homme, 1983 Herbert Spencer (un Darwiniste)

- « Ô Blanc, reprends ton lourd fardeau Mande au loin ta plus forte race Mets en exil tes fils, plutôt, Pour servir ton captif fugace, Afin qu’en lourd harnois il serve La gent sauvage au cœur mouvant, Fraîche conquise, sombre et serve, - Mi-diable, et mi-enfant » Rudyard Kipling (le fardeau du Blanc, 1899) : (traduction Jules Castier)

- « Les hommes de couleurs furent, pour la moyenne de tous les tests, en retard d’environ deux ans sur les blancs ; leur infériorité apparut dans tous les tests ... » Charles Spearman (éminent spécialiste de l’intelligence ( ????)) Army mental tests, 1936

- « Il faudrait pour la préservation de la race, être attentif à une élimination des êtres moralement inférieurs encore plus sévère qu’elle ne l’est aujourd’hui ... nous devons, et nous en avons le droit, nous fier aux meilleurs d’entre nous et les charger de faire la sélection qui déterminera la prospérité ou l’anéantissement de notre peuple » Lorenz (prix Nobel de physiologie de médecine en 1973)

- « L’infériorité intellectuelle des noirs est génétique. Le nombre de gènes de l’intelligence chez les Noirs est inférieur à celui des Blancs. » Arthur R. Jensen (généticien dans les années 1970 !)

- A demandé à l’académie des sciences américaines « que des recherches soient entreprises pour déterminer l’influence de la forte natalité des Noirs sur la qualité de la population américaine et propose de stériliser ceux qui ont un QI inférieur à 100 » Shockley (prix Nobel de physique 19 ??)

- Eugénisme : Science de l’amélioration de la race , qui ne se borne nullement aux questions d’unions judicieuses, mais qui, particulièrement dans le cas de l’homme, s’occupe de toutes les influences susceptibles de donner aux races les mieux douées un plus grand nombre de chances de prévaloir sur les races les moins bonnes. Francis Galton (1883, fondateur de l’eugénisme scientifique)

- « Après l’élimination des races inférieures, le premier pas dans la voie de la sélection, c’est l’élimination des anormaux ... On va me traiter de monstre parce que je préfère les enfants sains aux enfants tarés ... Ce qui fait l’homme c’est l’intelligence. Une masse de chair humaine, sans intelligence, ce n’est rien ... » Charles Richet (1850-1935, Prix Nobel de médecine et physiologie 1913, Sélection humaine 1919)

- « Aucun gouvernement démocratique ne pourra jamais marcher en Afrique. » Bertrand Russell (1872-1970, mathématicien) (Cité par Paul Johnson, le grand mensonge des intellectuels)

- « Les Fangs, que les Français nomment Pahouins, ont envahi ces régions dépeuplées ; ce sont des anthropophages venus de l’intérieur, et que la civilisation n’a encore guère atteints. Sans l’intervention opportune des Européens, ce peuple guerrier aurait dévoré les anciennes tribus du Bas-Ogooué. ... parlant des noirs en général ...

L’Européen ne saura jamais à quel point est effroyable la vie de ces malheureux qui passent leur temps dans la crainte des sortilèges dirigés contre eux. Seuls, ceux qui ont vu cette misère de près comprennent que c’est un devoir d’humanité d’enseigner aux peuples primitifs une autre conception du monde et de la vie, pour les délivrer de ces croyances funestes. ... Quant à l’effort intellectuel que représentent les conquêtes techniques, l’indigène n’est pas capable de l’évaluer. Mais quand il a affaire à un blanc, il sent avec une intuition infaillible si celui-ci est une personnalité, une personnalité morale... le primitif ne connaît que des jugements de valeurs élémentaires ... quand il rencontre la bonté unie à la justice et à la véracité, la dignité intérieur derrière la dignité extérieure, il s’incline et reconnaît son maître ... » Albert Schweitzer (prix Nobel de la paix, médecin au Gabon, dans ‘A l’orée de la forêt vierge’ 1952)

- « Je vous défie de soutenir jusqu’au bout votre thèse qui repose sur l’égalité, la liberté, l’indépendance des races inférieures. Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures. » Jules Ferry (1832-1893 ; Débats parlementaires du 28 juillet 1885)

- « La colonisation en grand est une nécessité politique tout à fait de premier ordre ... La conquête d’un pays de race inférieure par une race supérieure n’a rien de choquant ... » Ernest Renan (1823-1892 ; La réforme intellectuelle et morale 1871)

- « Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures » Jules Ferry.

- « En Afrique les filles foisonnent, mais elles sont toutes aussi malfaisantes et pourries que le liquide fangeux des puits sahariens » Guy de Maupassant.

- « Lorsque les Nègres sont échauffés, il se dégage de leur peau une exsudation huileuse et noirâtre qui tache le linge et répand une odeur désagréable. » Grand dictionnaire universel du XIXème siècle au chapitre "Nègre".

- Les causes de l’infériorité du nègre : « La principale de ces circonstances est assurément la privation de la lumière du Christ et même de tout reflet de cette lumière, qui a permis à l’Esprit mauvais de s’établir en maître, sur cette terre déshéritée de l’Afrique ... Les Noirs sont de temps immémorial livrés sans contrôle à un sensualisme abject, à la cruauté, au mensonge. (...) Les nègres aujourd’hui vivent sous l’influence corruptrice de tant de générations impures qu’il serait étonnant de les trouver aptes à une haute civilisation morale immédiate » J. Teilhard de Chardin (Théologien) La Guinée supérieure et ses missions, Hollande, Keer-Lez-Maastricht, 18888, p.88. (Sa doctrine est enseignée dans les séminaires en Afrique)

- « Il me semble voir un Bambara assistant à l’exécution d’un des airs qui lui plaisent. Son visage s’enflamme, ses yeux brillent. Il rit, et sa large bouche montre, étincelante au milieu de sa face ténébreuse, ses dents blanches et aiguës. La jouissance vient ... Des sons inarticulés font effort pour sortir de sa gorge, que comprime la passion ; de grosses larmes roulent sur ses joues proéminentes ; encore un moment, il va crier : la musique cesse, il est accablé de fatigue. ... Le nègre possède au plus haut degré la faculté sensuelle sans laquelle il n’y a pas d’art possible ; et, d’autre part, l’absence des aptitudes intellectuelles le rend complètement impropre à la culture de l’art, même l’appréciation de ce que cette noble application de l’intelligence des humains peut produire d’élevé. Pour mettre ses facultés en valeurs, il faut qu’il s’allie avec une race différemment douée ... » Comte de Gobineau : ( Essai sur l’inégalité des races humaines, livre II, chap. VII, 1er édition 1855 )

- « L’achat des nègres aux côtes d’Afrique, pour les transférer et revendre ensuite dans les possessions de l’Amérique, est-il un commerce légitime et peut-on le faire en conscience ? ... La formulation de la question dont on vient de parler dépend d’un point de vue principal, il consiste à savoir si on peut légitimement avoir en sa possession des esclaves et les retenir en servitude, En effet, une fois bien prouvé qu’on peut légitimement en avoir et s’en servir : il demeure hors de doute, que l’on peut en acheter et en vendre ... A cette dernière question, je réponds que l’on peut licitement avoir des esclaves et s’en servir ; cette possession et ce service ne sont ni contraires à la loi naturelle, ni à la loi Divine écrite, ni même à la loi de l’Évangile. » Bellon de Saint-Quentin, théologien, docteur de la Sorbonne Bellon de Saint-Quentin, Dissertation sur la traite et le commerce des nègres, Paris Hachette (cité par Alphonse Quenum (prêtre catholique béninois) Les Eglises chrétiennes et la traite atlantique du Xve au XIX siècle, ed. Karthala).

- « Tout sentiment d’honneur et d’humanité est inconnu à ces barbares...Point de raisonnement chez les nègres, point d’esprit, point d’aptitude à aucune sorte d’étude abstraite...Leur naturel est pervers... » Rousselot de Surgy

- « Par le métissage, le sang noir attaquerait en France jusqu’au cœur de la nation en déformant les traits et en brunissant le teint » Deslozières ( Les égarements du Négrophilisme )

- « La plus stupide, la plus perverse, la plus sanglante des races humaines », « Aucun progrès, aucune invention, aucun désir de savoir, aucune pitié, aucun sentiment » , « La couleur noire, la couleur des ténèbres est vraiment le signe de leur dépravation ». Michiels (La vie des nègres en Afrique)

- « Condamner un état qui pratique l’esclavage, ce serait condamner le Saint Esprit qui ordonne aux esclaves par la bouche de Saint Paul de demeurer dans leur état, et n’oblige point les maîtres à les affranchir » Bossuet (Avertissement aux protestants)

- « Quelle terre que cette Afrique ! L’Asie a son histoire, l’Australie elle-même a son histoire qui date du commencement dans la mémoire humaine : L’Afrique n’a pas d’histoire » Victor Hugo (Discours le 18 mai 1879

PS : Concernant les citations de Montesquieu, se reporter à la discussion sur le forum de notre article intitulé « Nos enfants apprennent des insanités à l’école
- « Nous avons un devoir moral envers ces peuples... C’EST NOUS QUI LEUR AVONS APPORTE LA CIVILISATION ... » Edouard Balladur (1994 au cours d’une émission télévisée ... quelques temps après le début des massacres au Rwanda)

Rajoutons aussi cette citation bête d’un nègre bien connu :
- « L’émotion est nègre et la raison hellène » Senghor]b

Alors si pour toutes ces lumières nous sommes des merdes sur pattes, je doute que c'est en se tournant vers eux et leur système qu'on va améliorer nos conditions d'existence. Réveillez-vous, bon sang! La dignité du peuple noir tant expectorée est où? Toutes nos références intellectuelles et paradigmatiques nous condamnent avant même qu'on ait eu faire quoi que ce soit alors, tournons le dos à l'Occident merde! Elle n'est pas une amie, elle n'a que des intérêts chez nous, mais ayons au mins le même état d'esprits! Exploitons ce dont on a besoin en occident pour l'essor de l'Afrique tout en conservant au mieux nos acquis et défendre nos intérêts. Arrêtons d'être des caricatures de nous-même! Pardi!

1 2

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...