News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Ben Moubamba : Nicolas Sarkozy et le futur « bourbier ivoirien » !

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre pour tous le Samedi 18 Décembre 2010 à 21:07 | Lu 1628 fois



Gabon : Ben Moubamba : Nicolas Sarkozy et le futur « bourbier ivoirien » !
Ce qui se passe en Côte d’Ivoire, cinquante après les « Indépendances Africaines » résulte sans doute de l’incapacité des autorités françaises à favoriser un nouveau modèle de coopération avec les anciennes colonies africaines, en modifiant en premier lieu une politique d’influence obsolète et en n’ostracisant pas de nouveaux acteurs politiques africains.

Le Président Sarkozy, ses conseillers et son gouvernement peinent visiblement à analyser le discrédit de la « Françafrique » (acteurs locaux africains et internationaux confondus), la politique migratoire inutilement vexatoire et la séduction exercée par de nouvelles puissances qui minent lentement mais surement les positions de Paris.

Le Président Senghor avait pourtant appelé à une vision de ce que l’Afrique devrait être pour la France et de ce que la France pourrait faire pour l’Afrique. L’ombre des oiseaux de mauvais augure qui virevoltent au-dessus de l’Élysée, empêchent peut-être le Numéro 1 français de voir comment depuis la fin de la Guerre Froide, la France a plus ou moins perdu une place dite de choix en Afrique francophone, même en « sauvant » quelques bastions politiques, militaires et économiques de premier plan à l'exemple du Gabon.

Il n’en demeure pas moins que les entreprises françaises sont désormais en concurrence directe avec des multinationales chinoises et américaines pour ne citer que ces puissances.

1. DU PRINCIPE DE RÉALITÉ

L’autorité politique de la France en Afrique francophone sera de plus en plus contestée quelque soit le futur immédiat de la Côte d’Ivoire ou du Président Laurent Gbagbo. Ce dernier, bien que n’étant pas au fond, le modèle de leader (à la Nelson Mandela) attendu au XXIe par tous les Africains francophones a réussi à apparaitre tout de même dans l’inconscient collectif de millions d’âmes sur le continent noir comme le porte-parole de nouvelles générations souhaitant remettre en cause un certain « diktat ».

Et ce ne sont pas les menaces françaises contre M. Gbagbo de ces derniers jours qui vont améliorer les choses ! Bien au contraire, au Togo, au Gabon, au Tchad, au Congo-Brazzaville et ailleurs, malgré la dénonciation des oppositions (souvent difficilement crédibles parce que composées d'anciens potentats) du soutien de la France aux régimes autoritaires, il n’ ya pas eu d’inflexion significative de la politique africaine de l’Élysée.

En juillet 2007, le discours du Président Sarkozy à Dakar a traumatisé l’Afrique francophone et il n’y a pas eu l’alternance qu'on exige au pouvoir d'Abidjan, à Libreville, à Ndjamena, à Lomé, à Ouagadougou, à Brazzaville … et même à Conakry, on a trouvé que d’anciens collaborateurs du dictateur défunt Sékou Touré pour les premières élections jamais organisées par la Guinée. C’est dire le désert politique qui caractérise souvent l’Afrique francophone ! Et pourtant, nous sommes loin de l'autocritique sur les bords de la Seine.

La France a la réputation depuis toujours de soutenir envers et contre tout les dictateurs de l’espace francophone : Jean Bédel Bokassa (Centrafrique), Joseph Mobutu République Démocratique du Congo [RDC], ex-Zaïre), Gnassingbé Eyadema & Fils (Togo), Sassou Nguésso (Congo), Idriss Déby (Tchad) ou Omar Bongo & Fils (Gabon). Paris s’est opposé notamment aux sanctions décidées par l’Union Européenne contre le Togo en 1993.

L’Élysée est dans une position qui tient de la schizophrénie politique : d’un coté, elle ne veut pas s’ingérer dans les affaires internes africaines sans toutefois rester indifférente ; d’un autre côté, elle préconise la stabilité des relations internationales, ce qui l’incite à négliger la nature des régimes en place. Et c'est quelque chose d’incompréhensible !

M. Sakozy voulait mettre un terme en 2007 à la « Françafrique » mais il a fini par limoger son « Ministre » de la coopération, M. Jean-Marie Bockel sur pression du Gabon en 2008. Sans compter les intérêts de ses grandes entreprises qui l’incitent à certaines complaisances. En résumé, le malaise y compris dans le bourbier ivoirien qui vient est la résultante de l’incapacité de la France à se conformer à ses grands discours sur les droits humains. Cette attitude explique en partie seulement la relation d’amour –haine que les Africains entretiennent avec elle.

2. RIEN N’EST JAMAIS PERDU

Plutôt que d’allumer un nouveau brasier en Côte d’ivoire, il appartient à la France de montrer à ses partenaires africains qu’ils peuvent « sortir gagnants » d’une relation transparente avec elle. Des Pays d’Afrique francophone renouvelés avec des acteurs désintéressés donneraient quitus à la France des errements du passé et en feraient leur porte-parole privilégié au sein du G8 et le médiateur incontournable de l’Union européenne dans les relations Nord-Sud …

La clarification de la politique de la France sur le continent noir lui permettrait déjà de mettre en valeur ce qu’elle fait au coup par coup. Paris ne sait pas – contrairement aux USA – bien « vendre » ses actions positives : premier contributeur du Fonds Européen de Développement (FED), principal contributeur du programme Facilité pour la Paix de l’Union Européenne (250 millions d’euros) …etc. De nouvelles aspirations populaires émergent et nous vivons comme la fin d'un monde en Afrique francophone. Ceux qui sont en train de vivre la fin d’un temps ne s’en rendent pas toujours compte. Cela a été le cas des Soviétiques en 1989 avec la chute du Mur de Berlin et ce sera toujours ainsi jusqu'à la fin de tout.

Nicolas Sarkozy doit comprendre que l'urgence des urgences est que la France intègre dans ses logiciels une évidence fondamentale : l'enrichissement à venir des Peuples Africains n'est pas contraire à l'économie mondiale ni au Pouvoir Global. Il est impératif qu'arrivent à la tête des pays africains des décideurs qui permettront de faire baisser une misère sans fin.

Avec internet, le téléphone portable et tant d'autres moyens de communication captés dans les zones les plus reculés du continent, chaque jeune africain sait désormais que sa vie pourrait être différente si la France ne soutenait pas des Présidents dont le bonheur de leurs compatriotes est bien la dernière des préoccupations.

Nos parents et nos ancêtres ont toujours souffert ... Ils n'avaient pas à leur disposition les moyens de communication de cette génération. Ils souffraient physiquement et moralement mais en qui nous concerne, nous souffrons de souffrir : c'est une douleur métaphysique car nous avons pris la dimension de l'injustice qui frappe l'Afrique francophone.

Devant la volonté de sortir de l'ornière, la puissance française ne suffira pas à faire reculer les plus déterminés (non pas les négociateurs nocturnes), ceux qui veulent vivre une vie normale sur une terre enfin normalisée ! Cette masse de jeunes (des millions et des millions) sera un des défis majeurs de l'Occident dans les trente prochaines années.

La Côte d'Ivoire est la syndrome d'un certain échec français en Afrique mais il n'est jamais trop tard pour réparer les pots cassés et la France trouvera toujours une oreille pour l'écouter. Mais, l'époque actuelle ne peut se passer d'un changement en profondeur et il faudrait un miracle pour que les choses se passent désormais dans la sérénité. A moins de trouver en France des politiques ayant une densité exceptionnelle. Nous attendons de voir ! Pour l'instant, à gauche comme à droite, il n' y a pas lieu d'être optimiste.

Voilà pourquoi, je crois malheureusement que la Côte d'Ivoire est un bourbier à venir (à cause de l'ONU principalement) qui pourrait enflammer l'Afrique de l'ouest et en faire le théâtre d'une nouvelle "Guerre Mondiale" ne disant pas son nom comme celle qui n'est pas encore terminée en RDC ou dans les Grands Lacs.

Que Dieu sauve l'Afrique et le monde de nouveaux périls insensés !

Bruno Ben MOUBAMBA

bruno@moubamba.com

Samedi 18 Décembre 2010
LVDPG - Média Libre pour tous
Vu (s) 1628 fois




1.Posté par OMBALO le 19/12/2010 13:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Gabon : Le scandale WikiLeaks confirme qu'il y a eu coup d'État au Gabon

Dans un télégramme classé SECRET et adressé à la Secrétaire d'État américaine Hillary Clinton à la veille de sa visite en France en 2009, l'ambassadeur Charles Rivkin en poste à Paris fait le tour d'horizon des relations entre la France et son pays.
Les relations avec l'Afrique figurent sur la liste des dossiers où les deux pays ne sont pas sur la même page, même si, en fin diplomate, M. Rivkin reconnait l'apport de la France sur les dossiers prioritaires pour Washington: sécurité dans le Sahel et au large des côtes somaliennes, Soudan...
Le télégramme, enregistré sous le numéro 1473 début novembre 2009, était censé demeurer secret jusqu'au 3 novembre 2019. Mais c'était sans compter sur le zèle de WikiLeaks.
Revenons donc au document. Parmi les sources de tension entre les USA et la France, l'ambassadeur américain note ceci:
« Pour ce qui est de l'Afrique, la France peine à mettre en pratique la rupture pronée par [Nicolas] Sarkozy. Ceci découle en partie du fait que lorsque des crises liées à la gouvernance ont éclaté dans plusieurs pays francophones, notamment en Mauritanie, au Gabon, à Madagascar, au Niger et en Guinée [Conakry], la France a privilégié de manière expéditive le maintien de l'ordre ancien au détriment des principes plus nobles. »L'observateur averti remarque alors que les 5 pays sur cette liste n'ont qu'un point commun.
->Août 2008: le président démocratiquement élu Ould Abdallahi est renversé en Mauritanie->Décembre 2008: le capitaine Moussa Dadis Camara prend le pouvoir en Guinée suite au décès de Lansana Conté->Mars 2009: l'Union africaine suspend Madagascar après la prise du pouvoir par l'ancien maire de Tana, Andry Rajoelina->Mai-juin 2009: Mamadou Tandja « dissout » les institutions et la Constitution du Niger et s'arroge des pouvoirs exceptionnels->Octobre 2009: Ali Bongo inverse le décompte des voix et se déclare président du Gabon
Ainsi informée par l'un de ses plus fins diplomates, Mme Clinton conseille alors au président américain Barack Obama de ne pas reconnaitre la prétendue victoire de bébé Bongo.
Il a donc fallu attendre que le Gabon assume la présidence du Conseil de sécurité de l'ONU en mars 2010 pour que Mme Clinton appelle Bongo Ali « président ». Le prix? Rénonciation publique de l'Iran et interdiction formelle de vendre l'uranium à Téhéran ou à ses alliés. Comme disait le Nègre de Suriname dans le roman Candide: « C'est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe ». Et nous, la misère.
http://ivoirenews.net/info24/gabon/9128.html

2.Posté par vraima le 21/12/2010 01:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est la troisième guerre implicite que nous vivons parce que
:
Les Membres de l'Organisation s'abstiennent, dans leurs relations internationales, de
recourir à la menace ou à l'emploi de la force, soit contre l'intégrité territoriale ou
l'indépendance politique de tout Etat, soit de toute autre manière incompatible avec les buts
des Nations Unies

3.Posté par DAFRIKA le 21/12/2010 16:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi continuer à faire appel à la France comme le fait Ben Moubamba. il sait bien que c'est cette France qui est à l'origine de tous les maux de sous-développement dont souffre l'Afrique francophone et même au delà. Au Nigeria, elle a encouragé la sécession biafraise sans oublier les drames que cela a pu provoquer.

La France c'est un microbe qui ronge nos pieds et il faut tuer le microbe. il n' y a pas de voie royale avec ce pays. La France est une petite puissance, une puissance moyenne. Degaulle disait lui-même que c'est le premier des petits loin derrière les Usa, la GB, Le japon, l'Allemagne et désormais derrière la Chine, l'Inde, le Brésil. La France avait des iideaux qu'elle a perdu. la voie à suivre c'est l'indépendance totale sans concession. Et pour les américains, la langue française est même inutile.

Pouvez-vous faire le tour des échecs de la politique française pour renoncer à solliciter la France dans la résolution des crises africaines.

Le problème africain aujourd'hui est qu'on a imposé à ce continent les frontières, les institutions et les modèles de gouvernance qui ne marchent pas pour elle. On le voit avec la Côte-d'Ivoire avec l'Onu et la soi-disante communauté internationale qui veut imposer à un Etat indépendant et souverain un président de la république dont les financements sont venus de l'extérieur pour secouer le boulanger d'Abidjan. que j'appellerais le souverainiste d'Abidjan.

On peut tuer le boulanger mais on ne pourrait tuer la Côte-d'Ivoire et son élan d'autonomie et d'indépendance vis-à-vis de la France et des usa. Il y a désormais la Chine, la Russie, le Brésil, l'Inde qui peuvent remplir la mission que la France et les usa n'ont pas du tout rempli: développement et progrès économique, social, culturel, etc.

4.Posté par nietszche le 21/12/2010 16:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Situation en Côte d’Ivoire : La société civile craint un génocide
La longue période d’impasse qui prévaut en Côte d’Ivoire commence à alimenter une violence au sein de la population. Pour la rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho), Amnesty international, la Ligue sénégalaise et le cadre de concertation et d’action de la société civile (Casc), qui faisaient hier, face à la presse, la Côte d’Ivoire risque sérieusement de connaître un génocide.

C’est à se demander si ce n’est pas le réveil des vieux démons en Côte d’Ivoire. Le pays se trouve actuellement dans l’une des postures les plus délicates de son histoire. Une situation très instable qui laisse entrevoir des lendemains incertains dans ce pays. Ainsi, pour la Raddho, la Ligue sénégalaise, Amnesty international, et le Casc, les prémices d’un génocide deviennent de plus en plus nets. Cela, compte tenu, soutiennent ces Ong, des actions inhumaines auxquelles s’adonnent la police républicaine et les partisans de Laurent Gbagbo. ‘L’heure est grave’, avertit Alioune Tine de la Raddho. ‘On dénombre, dans ce pays, plus de 985 blessés, 732 arrestations, sans compter des traitements dangereux de la police sur les populations’, poursuit-il. Des signaux tangibles du début d’un génocide qui serait catastrophique pour le pays. Et cela, d’autant plus que la radio nationale entretient des messages d’incitation à la haine.
‘C’est exactement le rôle regrettable que jouait la ‘radio des mille collines’ au Rwanda, à la veille du génocide de 1994’, fait remarquer le secrétaire général de la Raddho. Mieux, il y a ‘un devoir d’intervention’, ajoute Me Assane Dioma Ndiaye qui en appelle à l’implication de la Cour pénale internationale. Ce dernier, devant de tels crimes, ira jusqu’à solliciter le lancement de ‘mandats d’arrêts internationaux à l’endroit de Gbagbo et de ses acolytes’. Car, de l’avis des dirigeants de ces Ong de défense des droits de l’homme, ce sont de véritables crimes qui sont commis dans ce pays sur les pauvres populations. ‘Lorsque les femmes sont utilisées comme arme de guerre et violées, des mosquées bombardées, des soins refusés à des blessés, il y a là, un véritable crime de guerre’, conclut-il.

‘Devoir d’intervention’

Et ce qu’il y a à redouter, c’est le risque majeur de déclencher un conflit religieux dans ce pays où musulmans et chrétiens ont toujours cohabité ensemble dans l’entente et la paix. Sans compter le risque d’élargir la poudrière religieuse qui sévit au Nigeria, depuis quelques années. Un cocktail explosif qui amène ces organisations de défense des droits de l’homme à alerter l’opinion nationale et internationale sur les risques en Côte d’Ivoire. Un conflit post-électoral qui place au centre le président sortant, Laurent Gbagbo qui se dit, aujourd’hui, ‘prêt à toute éventualité’. Mais pour Youssou Touré de l’Ois qui participait aux débats, il ne faut pas user de détours pour qualifier ce qui se passe en Côte d’Ivoire.’Laurent Gbagbo est un criminel et tous ceux qui le soutiennent sont des criminels’, lance-t-il, péremptoire.

5.Posté par prisca le 22/12/2010 15:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
qu'est ce qu'il y de plus criminel que ce qu' a fait la rebellion ivoirienne et ces ong qui les soutiennent dans les zones cno????? arretez de dire des absurdites que font ces ong senegalaises quand wade mate l'opposition. qu'ils sachent que le declin de la ci sera celui de l'afrique nous avons en cote d'ivoire plus de deux million se senegalais cinq million de burkinabe malien guineen et presque autant de nigerians

6.Posté par Moi aussi je sais lire le 28/12/2010 08:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si Sarkozy avait vécu au entre le 15e et première moitié du 19e siècle il aurait était le négrier le plus riche car l'invention du Titanic serait de son oeuvre...
How long shall they kill our prophets while we stand aside and look, ... We've got to fulfill the book
. Keep in mind that the book is Africa History. D'après Sarkozy l'africain n'est pas rentrer dans l'histoire. Il s'est donné inconsciemment cette mission en voulant empêché l'avènement de cet événement..
"Les hommes font l'histoire mais ils ne savent pas l'histoire qu'ils font"
, l'historien qu'il est (Gbagbo) fait mentir (Bob aussi le fait en disant we've got to fulfill the book) Marx car il sait l'histoire qu'il fait en comprenantla volonté de Sarkozy de rentrer dans l'histoire avec l'Afrique.

7.Posté par Moi aussi je sais lire le 28/12/2010 08:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
les crimes de guerre ne se font qu'en temps de guerre. Est-ce que la CI est en guerre présentement? Qui sont les belligérants?

8.Posté par Gabondabord le 04/01/2011 23:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
INFOS URGENTES :

1 / Ali est au Maroc car GRAVEMENT malade, il est condamné et ses jours sont comptés

2/ Ali, lors de son passage dans le Nord, a demandé que Mba Obame "garde bien la famille". Demandez vous pourquoi il est resté 4 jours là bas…

3/ Mba Obame est juste le remplaçant de ODJUKWU, ce dernier n'étant plus en capacité physique de tenir même 1 mandat

==> D'où toutes les manipulations depuis 1 an


4/ Mba Obame devait avoir l'onction de la diaspora gabonaise : échec d manière globale, mais heureusement pour Lui Mengara (BDP) et quelques autres (MCG Mengue Meya') sont tombés dans le panneau - ou ont décidé de collaborer.

5/ La boucle est bouclée après le départ il y a 5 mois d'AMO et tout le cirque auquel nous avons tous eu droit.

Des jours sombres s'annoncent pour le Gabon, mais ce n'est que la poursuite de la situation laissée par OBO.

Allons nous restés impassibles et assister gentiment au passage de témoin…??

Qui vivra verra.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...