News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Bavure sur avocat et violence policière gratuite à la PJ

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mercredi 24 Avril 2013 à 05:49 | Lu 1053 fois

L’avocat stagiaire au barreau gabonais, Me Bérenger Nzé, selon son récit, a passé un sale quart d’heure, le 23 avril 2013, au siège de la Police judiciaire (PJ) où il est venu s’enquérir d’une procédure ayant conduit à la garde à vue de l’un de ses clients alors que l’affaire est déjà en jugement au tribunal.



Gabon : Bavure sur avocat et violence policière gratuite à la PJ
C’est un jeune avocat en courroux que les reporters de Gabonreview ont rencontré non loin du commandement en chef de la Police nationale. Me Bérenger Nzé, n’en revenait toujours pas de ce qu’il venait de vivre dans les locaux de la PJ.

«Je suis venu à la PJ, sur interpellation de mes clients, pour m’enquérir de la situation de l’une de mes clientes qui a été interpellé dans les locaux de PJ. Je me suis présenté, j’ai présenté ma carte professionnelle aux agents dont je ne connaissais pas les grades. Je les ai salués et j’ai demandé à m’enquérir de la situation de ma cliente qui était là, semble-t-il, depuis le matin. L’agent, un capitaine, dont j’ignore totalement l’identité et le nom, a dit qu’ils agissent sur l’ordre du procureur de la République qui leur a communiqué un Soit-transmis et ils sont en train de l’exécuter. C’est à partir de là que j’ai voulu savoir de quand date ce document parce que j’ai une procédure dans cette affaire qui est pendante devant le tribunal civil. Je trouve un peu inopportun que vienne un Soit-transmis alors qu’une procédure judiciaire est déjà engagée au tribunal. Après cela, j’ai aussi essayé d’expliquer mon dossier. Alors là, s’en est suivi un débordement totalement inadmissible», a expliqué l’avocat.

Me Nzé ajoute que ce débordement est consécutif au fait qu’il a voulu expliquer au policier qu’il y a nécessité d’informer les populations sur les procédures à suivre lorsque qu’il y a des affaires au tribunal ou au commissariat.

«Je lui ai dit : nous devons éduquer et nous devons expliquer sans agresser les gens. Nous devons apprendre à expliquer aux gens la procédure. C’est-à-dire lorsque vous êtes convoqués, vous devez vous présenter personnellement parce que la convocation est personnelle. Même si c’est une affaire qui concerne 30 personnes, tout le monde doit répondre de sa convocation», a-t-il poursuivi en relevant que les policiers «sont auxiliaires de justice […] C’est notre mission, non pas seulement de réprimer, de condamner, mais aussi d’éduquer les populations. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, le procureur de la République a initié les audiences foraines pour être proche des populations et les informer sur les procédures», a-t-il dit.

Au fil de la discussion, le ton est monté et l’avocat relève que le capitaine est devenu agressif sans qu’il ne comprenne trop pourquoi. «Est-ce parce que je lui ai dit que nous devons chercher à éduquer, est-ce parce que je cherchais à comprendre pourquoi ma cliente était là ? Est-ce parce que je lui ai dit que le monsieur qui m’a accompagné, même s’il est dans cette affaire, n’a pas été convoqué pour ce jour et qu’il devra être entendu demain ?», se demande-il.

L’avocat estime qu’il ne s’agit pas d’une affaire de personne. Toujours est-il que l’affaire a fini par ameuter tout le bâtiment abritant les services de la PJ. Il a été chassé, selon ses propos, du bureau dans lequel il était. Voulant rencontrer un supérieur de cet agent, il s’est rendu à l’étage supérieur, en vain. Et revenant, la personne qui l’avait accompagnée avait été mise en garde à vue. Essayant de comprendre ce qui se passait encore, Me Nzé relève que cette fois, il a été violement bousculé, des deux mains, par ce capitaine qui a appelé ses subalternes pour venir le faire sortir du bâtiment. C’est presque les quatre fers en l’air qu’il s’est retrouvé au portillon de cette direction où il estime ne pas comprendre l’origine de cette colère. En face, voulant faire état de la situation au commandant en chef des forces de polices nationale, on lui dira que l’heure était déjà avancée.

Il s’est donc résolu à appeler le procureur de la République à qui il a présenté les faits. Cette dernière lui a promis de lui envoyer un magistrat afin qu’il vienne s’enquérir de la situation. Au moment où il quittait les lieux aux alentours de 18h30, ce magistrat n’était toujours pas arrivé.

«J’ai peur. Sincèrement, j’ai peur. Vous pouvez imaginer. Si on peut faire ça à un avocat dans l’exercice de ses fonctions, imaginez-vous un pauvre justiciable. C’est inadmissible dans un pays de droit. Je ne suis pas venu me balader dans la PJ. Je suis venu travailler. Ça, ce sont des abus. Je pense qu’on ne peut pas continuer comme ça. On ne peut pas continuer à accepter, à faire la loi de l’Omerta, la loi du silence. J’en ai ras-le-bol de ces agents qui pensent qu’ils sont au-dessus de la loi. Je lui ai dit que nous sommes tous assujettis à la loi et que nous n’avons pas le droit de ne pas respecter la loi», a-t-il conclu.

Ayant quitté les lieux sans rencontrer le magistrat qui devrait certainement mieux éclaircir cette affaire, l’avocat stagiaire n’en démord pas pour autant. Il a indiqué qu’il portera plainte pour que cet agent se rende compte de cet abus.

Gabonreview

Mercredi 24 Avril 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1053 fois




1.Posté par ondo estelle le 24/04/2013 08:42 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le gabon n'est un pays de droit que sur le papier,la realite est autre. Nous vivons les abus de droit tous les jours.

2.Posté par voisin le 24/04/2013 09:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le gabon n'est pas un pays de droit, les droits de l'homme sont tout les jours bafoué. Ce magistrat que tu attends ne viendrait jamais parcequ'il est aux ordres.

3.Posté par ndziman le 24/04/2013 11:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est la faute de Marc Ona Essangui. Laissez nous avancer ohhhh

4.Posté par LA HONTE le 24/04/2013 13:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'EST BIEN ! IL FAUT PORTER PLAINTE !!!! ON EST FATIGUE DE LA RIPOUILLE

5.Posté par coudou le 24/04/2013 14:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le capitaine doit être un cp1+5=cm2 sans le CEP.
Pour arriver capitaine, il a dû pratiquer des crimes rituels abominables ou pédé des petits garçons pour la magie noire.
L'avocat devrait comprendre que parfois, vaut mieux arrêter certaines discussions avec des abrutis afin d'éviter tout débordement ou violence.

coudou

6.Posté par compatriote le 24/04/2013 15:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
" citation directe" c'est tout

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...