News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Attention aux nouvelles alliances !

Le site de la Liberté - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Mercredi 10 Février 2010 à 10:36 | Lu 1046 fois

Le départ de trois principales personnalités de la coalition des groupes et partis politiques pour l’alternance en direction de l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD, opposition) et du Mouvement africain pour la démocratie (MAD, opposition) pourrait s’avérer payant aux prochaines échéances électorales. En effet, cette alliance va réunir les deux plus grands groupes ethniques au niveau démographique.



Gabon : Attention aux nouvelles alliances !
Le parti de Zacharie Myboto vient de faire une belle opération marketing en recrutant dans ses rangs trois poids lourds de la coalition des groupes et partis politiques pour l’alternance : Casimir Oyé Mba, Paulette Missambo et l’âme de la coalition, André Mba Obame.

Pour anodine qu’il puisse paraitre pour certains qui ont crû à l’effacement de la coalition, ce «recrutement» des anciens barons du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir par un coup d'Etat électoral) vise à construire un axe stratégique pour les futures échéances électorales. Il s’agit avant tout de conserver leurs sièges de député à l’Assemblée nationale.

L’ancien premier ministre Casimir Oyé Mba qui a toujours été élu depuis 1990 député dans son siège de Ntoum doit batailler dur pour conserver son siège et ne pas disparaitre de l’échiquier politique national. Un siège qui lui a toujours été âprement disputé par l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition) de Pierre Mamboundou et l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD) de Zacharie Myboto, bien implantés dans cette circonscription, grâce notamment au poids démographique des populations dont sont issus ces deux leaders politiques à savoir les Punus et les Nzebis.

Pour espérer conserver son siège, l’ancien gouverneur de la BEAC va pouvoir s’appuyer sur les quelques alliés, ex-camarades du PDG, qui lui sont restés fidèles, et surtout sur le bassin électoral de l’UGDD de cette bourgade et ses environs.

Pour la mobilisation de ce bassin, il comptera également sur l’apport inestimable d’une femme de la communauté Nzébi, Paulette Missambo, ex-haut dignitaire du régime Bongo Ondimba qui a rejoint également l’UGDD après son exclusion du PDG, pour son soutien affiché et inconditionnel au candidat Oyé Mba lors de la présidentielle de 2009.

Paulette Missambo elle-même, va se servir de la rampe de lancement de l’UGDD pour conserver son siège de Mouloundou qu’elle occupe sans interruption depuis la moitié des années 90.

Le départ du dernier Premier ministre d’Omar Bongo Ondimba, Jean Eyeghé Ndong, pour le modeste Mouvement africain pour la démocratie (MAD) a surpris plus d’un. Mais, ce choix est lui aussi stratégique.

L’homme qui a battu le président du Rassemblement pour le Gabon (RPG, opposition) Paul Mba Abessole aux dernières législatives dans le 2e arrondissement de Libreville, a toujours eu les suffrages des électeurs de Plaine Orety, Nkembo mais difficilement ceux des populations de Cocotiers, en majorité ressortissants du Woleu-Ntem. Dans cette perspective, le MAD de Pierre-Claver Nzeng, un Fang du Nord peut aider Jean Eyeghé Ndong à bâtir une plateforme consensuelle pour la conservation de son siège au 2e arrondissement.

L’arrivée d’André Mba Obame au sein de l’écurie de Zacharie Myboto a été perçue par certains comme le premier hoquet d’un essoufflement politique. Toutefois, cette alliance peut viser à fédérer l’énergie de l’électorat qui a voté pour lui un peu partout sur le pays à la dernière présidentielle. Or, cet électorat est à forte dominante fang, dans l’Estuaire et surtout dans le Woleu-Ntem, où le candidat a enregistré son meilleur score.

A y regarder de près, la coalition s’est fondue dans le paysage politique pour tisser un axe stratégique entre les deux grandes communautés ethniques du pays et cette alliance peut «faire mal» lors des prochaines consultations électorales. Ce, d’autant plus que l’auto-flagellation à laquelle se livre le PDG à l’heure actuelle, à travers sa commission de discipline qui enquête sur l’infidélité de certains de ces camarades, pourrait faire le lit de l’opposition.

En outre, les nombreux cadres qui se sont investis corps et âme pendant la campagne présidentielle pour obtenir l’investiture d’Ali Bongo Ondimba, s’estiment aujourd’hui mal récompensés par ce dernier. Ils dénoncent aussi les appétits «gargantuesques» du Premier ministre, Paul Biyoghé Mba, qui a placé au gouvernement et dans des postes stratégiques de la haute administration les anciens membres de son parti, le Mouvement commun du développement (MCD), considérés par certains hiérarques du parti comme des militants de la 25e heure.


Source : Gaboneco et LVDPG)

Mercredi 10 Février 2010
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 1046 fois




1.Posté par franck01 le 10/02/2010 12:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Écrit par Murphy Ongagna Samedi, 30 Janvier 2010 17:40

"Au Gabon on ne considère pas la Bande Déssinée (BD) qui peut être un moyen éfficace pour communiquer", Pahé, artiste-bédéiste

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien
Libreville, 30 janvier (GABONEWS) - En dépit de son absence, pour raisons personnelles, au festival international de la Bande Dessinée (BD), qui se tient depuis le 28 janvier à Angoulême (France), le dessinateur gabonais, Patrick Essono, alias Pahé, a accordé une interview exclusive à GABONEWS, depuis sa résidence de Bitam, à la faveur de laquelle il est revenu sur son succès grandissant, et a dressé l’état des lieux du paysage du 9ème art gabonais.

GABONEWS : Comment Patrick Essono, gabonais sans doute passionné d’art, en est-il arrivé à devenir Pahé, le bédéiste gabonais du moment ?

PAHE : Le bédéiste gabonais du moment ? Ça me fait chaud au cœur cette appellation. Je dirai juste qu’il n’y a pas trente six (36) solutions : pour en arriver-là, j’ai dû bosser comme un beau diable et me battre à coups de bec et crayon de papier. Dans le métier que je fais, le mode paresse n’a pas sa place.

Il faut bosser, toujours bosser. J’ai mis pratiquement treize (13) ans pour arriver à ce niveau. Le facteur chance, joue aussi, car des « Pahé », il y en a certainement des dizaines, voire des centaines cachés dans le Gabon, il faut juste les trouver, leur donner cette chance que j’ai eue et surtout savoir la tenir.

Mais ce n’est pas vraiment facile. Je remercie donc cette petite fée gabonaise qui a dû se pencher sur moi pour me donner son petit coup de baguette magique… Akiba donc aux génies de la forêt gabonaise.

GABONEWS : Pourtant au Gabon, la BD reste un domaine en marge du patrimoine culturel. Qu’en pensez-vous ?

PAHE : Hélas c’est bien dommage. Au Gabon on ne considère vraiment pas la BD. Il n’y a qu’à voir ce qui est fait pour aider les jeunes talents : rien. Nos ministres de la culture sont plus préoccupés par la culture politique, alors que la BD peut être un moyen efficace pour communiquer, faire passer des messages, éduquer… grâce au dessin. Il est beaucoup plus facile de lire un texte rempli d’illustrations que celui qui n'en a pas. Mais bon chacun a ses préoccupations quoi…

GABONEWS : Il y a ce ton « irrévérencieux » qui vous est caractéristique. Certains affirment que vous allez trop loin parfois. Partagez-vous cet avis ?

PAHE : Je vais être une fois de plus clair : je ne suis pas là pour dessiner des oiseaux, des abeilles et des fleurs. J’appelle un chat un chat et un chien un chien. Je laisse le soin aux autres dessinateurs de fermer leur gueule et de faire de gentils dessins. Pahé irrévérencieux ? Oui merci, c’est un compliment pour moi. Je n’y peux rien, je n’ai pas la langue de bois. Désolé pour 99 pour cent de personnes qui n’aiment pas ma petite grande gueule et merci pour le 1 pourcent restant : Je vous adore.

GABONEWS : Vous êtes, actuellement, l’un des auteurs de BD gabonais les plus populaires du pays, surtout depuis vos « démêlés » avec les forces de l’ordre. Comment vivez-vous cette (nouvelle?) notoriété gabonaise ?

PAHE: J’aime bien vos affirmations d’auteur le plus populaire. Merci. Ah ! Cette histoire avec les forces de l’ordre ! Pour tous ceux qui aiment bien les histoires avec les gendarmes j’en parle abondamment sur mon blog. (ndlr :http://dipoula.paquet.li).

Mais trêve de plaisanterie, je ne crois pas avoir changé. Je suis toujours le même, et reste toujours avec les gabonais d’en bas. Comme je le dis si bien, je dois tout à mon public. Sans lui, je ne suis rien.

J’aime bien la «notoriété», ça me fait marrer, car si j’étais aussi « en haut», je crois que les médias de mon pays parleraient beaucoup plus de moi. Malheureusement c’est le silence radio au Gabon. Mais comme le dit si bien cet adage : « nul n’est prophète chez lui. »

GABONEWS : Vous avez signé avec un éditeur européen, de publier plusieurs albums, vous parcourez les prestigieux festivals de BD, votre vie a même été retranscrite en dessin animé… Certains affirment que vous pouvez « mourir tranquille ». Avez-vous encore des challenges?

PAHE : On me demande souvent si j’ai déjà des couilles en or, je dis : ça commence à venir. Bientôt elles seront en diamant. Voulez vous savoir si je gagne bien ma vie. Allez, je vais me lâcher un peu, sachez qu’à mes débuts pour « La vie de Pahé », lorsque j’ai signé, j’ai touché 4000 euros fois trois albums. Je ne suis pas trop fort en conversion mais ça rapporte un peu de pognon. En revanche pour « Dipoula », je partage avec mon scénariste.

Pour le dessin animé (ndlr : « La vie de Pahé ») d’ici peu, le franc CFA pas dévalué va tomber à fond la caisse surtout que la vente à l’international se passe bien. Je touche un pourcentage hyper petit mais qui rapporte un pognon hyper grand comme ça. Ceux qui ont des oreilles comprendront. Un challenge? Purée, il faudrait que je pense enfin à pouvoir m'occuper de mon fils qui ne me voit pratiquement pas, étant toujours entre deux avions. Voilà, vous savez tout.

GABONEWS : Nous le disions, la BD « made in Gabon » reste embryonnaire. Que faudrait-il faire pour impulser une réelle dynamique locale, pour procéder à l’émergence de jeunes auteurs notamment ?

PAHE : Pour la réponse à cette question que nos génies du gouvernement répondent. En ce qui me concerne, comme je l’ai dit plus haut il n’y a pas 36 solutions : il faut travailler, bosser comme un dingue et compter un peu sur le facteur chance pour se faire remarquer.

A tous ceux qui veulent faire de la BD juste parce qu’on s’ennuie, j’aurai ce message : s’il vous plaît changez de métier.
Je pousse souvent un coup de gueule par rapport à mes potes dessinateurs gabonais. La paresse tue la plupart d'entre eux. Aucun ne propose vraiment des projets personnels. Tout le monde se borne à attendre que tel ou tel organisme international vous demande de faire une histoire sur la guerre ou le sida. Je trouve cela nul.

Et que dire de ceux que je contacte enfin de faire découvrir leur travail à l’extérieur, car on me demande toujours s’il n’y a pas d’autres dessinateurs au Gabon. Ces génies me rejettent en disant que je veux profiter de leur travail. Oh purée! Que ça m’amuse. C’est vraiment dommage. Mais bon chacun a son choix…

Des écoles comme celles Conventionnées des Charbonnages et de Gros Bouquet et associations telles Eolize m'ont fait appels pour donner un petit coup de main sur tel ou tel projet, je n’hésite pas à venir parler de mon boulot avec ces dernières. Surtout quand mon emploi du temps hyper chargé me le permet…

GABONEWS : Pourriez vous nous dire quelques mots sur votre actualité ?

PAHE : « Papas du monde »,Collectifs BD qui paraît aux éditions Paquet. Chaque dessinateur papa raconte en cinq (5) illustrations ce qui l’a amené à devenir papa. Sortie en février 2010.

Après Omar Bongo dans « Gabonaises… Gabonais… », paru en 2006, je suis en train de boucler ma prochaine BD politique qui raconte les dernières élections présidentielles qui ont eu lieu au Gabon en août dernier à ma façon, avec mon humour. Ali Bongo sera le principal personnage de l’histoire, mais aussi ses potes devenus opposants.

La BD est fin prête et bientôt disponible en kiosque et dans les bonnes librairies dès février également.
Une tonne de festivals et animations de stage du coté de Malabo, Yaoundé, Kinshasa et Dakar, en mars, juin et Octobre..

GN/MO/MS


2.Posté par lili le 10/02/2010 13:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je pense qu'ils ont bien agit en s'associant aux partis politiques déjà en place car a bien y refléchir, le groupe de la coalition n'aurait jamais obtenu de ndongou le droit de créer un parti politique.

3.Posté par philmote le 10/02/2010 13:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Gabon: Ali Bongo Ondimba : Aussi pourri que son père
Depuis la très malhonnête intronisation du “biaffre mal élu” du Gabon le 16 Octobre dernier, et le brouhaha fait autour des annonces de réformes aussi rocambolesques les unes que les autres avec lesquelles « bébé Ondimba » a voulu impressionner la galerie de béats et de naïfs qui ont vu en lui quelqu’un de différent de son père, je ne puis que continuer à réitérer ce que, dans un récent article et dans bien d’autres écrits, j’ai toujours dit de la famille Bongo et de la nature humaine....
a lire sur: www.bdpgabon.org

4.Posté par Mezzah le 10/02/2010 14:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut être inculque politiquement pour ne pas comprendre que c’est une stratégie de génie. Je redis ce que j’ai déjà dit ailleurs, il ne faut pas expliquer aux pdgistes ce que nous allons faire, la surprise est une arme fatale. N’exposons pas nos stratégies ici. En revanche nous avons l’obligation d’envoyer des signaux forts à nos leaders pour qu’ils sachent, si besoin en était, qu’ils ont le soutien de plus de 90% de la population.

Ali ne peut diriger un pays en comptant sur moins de 10% de la population. Les moins de 10% qui en plus sont incompétents et incapables de driver un pays.

5.Posté par St.Michael le 10/02/2010 18:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En pillant le Gabon et en assassinant les Gabonais de souche, le clan satanique bongo/pdg se dit qu’ils n’appartiennent pas au Gabon mais le Gabon leur appartient.

Nous les Gabonais(es) de souche, nous leur disons que nous appartenons au Gabon et que le Gabon nous appartient.

Ce n’est que le commencement d’une ère nouvelle du GABON d’ABORD pour tous les Gabonais(es).

More news are still to come with the blessing of our Heavenly Father. Amen.

6.Posté par KOUMBA le 10/02/2010 18:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
« quelle analyse!!!
maintenant qu'on parle d'émergence, ou du moins que la démocratie tente véritablement à prendre son envol, vous nous ramenez mille ans derrière nous servant comme menu, l'assiette de l'ethnicisme. se prendre les gabonais pour des cerveaux vide. si le vote ne se résumait qu'à votre analyse, la peine ne vaudrait d'organiser des élections. notez également, se sont ses même barons du pdg que l'on pointait du doigt, aujourd'hui écarté par ali, que l'on attribue de qualités, or, nous savons tous qu'ils n'étaient élu que grâce à la mains de bongo. s'il vous plait, si mamboundou, n'a pas pu renverser le pdg, ce ne pas myboto qui le fera, malgré l'arrivé du deuxième fils de bongo. attendez vous à des grosses surprises. »


7.Posté par franck01 le 10/02/2010 18:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c est bien pour toi cher koumba. mais pour l instant c est voius qui etes surpris et ce n est que le debut

8.Posté par nzengue le 10/02/2010 18:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
à franck01 mon très chèr utopiste de qoui parles tu? nous sommes surpris par quoi par sa? nous savons nous tous comment sa ce termine toujour. dis moi où est mba abessole qui avait soutenu andré mba obame à l'élection présidentielle? on connait le début de cette alliance et après on verra la fin. ptdr!!!!!!

9.Posté par St.Michael le 10/02/2010 19:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Koumba,

C ‘est naïf de croire que c’est tel ou tel qui doit renverser le Satan bongo.
Mamboundou a fait un travail remarquable et honorable. Qu ‘il soit reconnu pour cela. Tout de même, Mamboundou ne pouvait accomplir cette prouesse tout seul sans ton apport mon ami Koumba.

Non, tu n’inspires personne ici quand tu crois que c’est moi ou PMM ou toi ou X qui doit renverser le Diable.

C’est nous tous qui devons renverser le diable. C’est notre Union, notre solidarité, notre cohésion qui devons renverser le diable.

Si tu crois à un X ou Y pour renverser les pilleurs et assassins de l’humanité, tu es à côté de la plaque.

Excuse moi de parler comme à un enfant, il est temps de prendre de la hauteur, nous avons eu l’intelligence pour transcender au delà de ces petits clivages.

UN = United Nations ce n’est pas seulement pour les Gabonais, C ‘est aussi pour toute l’Afrique et tout le monde qui est sous l’emprise de la mafia fancafrique.

Tu as besoin de PMM tout comme PMM a besoin de toi tout comme tu as besoin de UN (et vis versa).

Let’s work together my brother/sister…It does not matter where you are sitting, what matter is fighting the right fight with a common purpose: Freedom for Gabon and human kind in the world. Amen.

10.Posté par Gabon énervant le 10/02/2010 22:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Koumba et nzenghe ne t'inquiete pas,ca ne fait que commencer la véritable machine n'a pas encore débuté. Ali est un apprenti,vu la maniere qui gére le pdg,le gabon on est sur que lui même retournera seul dans son pays natal. Les gars hasta la victoria! SIEMPRE, J'invite tous ce qui sont pour l'UN de le dire à chaque fin du message..

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...