News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon. Arrêtés pour avoir dénoncé la gabegie d'Ali Bongo

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 15 Juin 2012 à 06:45 | Lu 3038 fois



Gabon. Arrêtés pour avoir dénoncé la gabegie d'Ali Bongo
Gabon : la répression contre les manifestants continue

Nous relayons l’article de Grégory Ngbwa Mintsa, porte-parole des Indignés du Gabon, sur les violences policières et arrestations qui ont eu lieu pour empêcher la tenue d’un contre-Forum, soutenu par Survie, organisé en réponse au New York Africa Forum.

Le 8 juin, les forces de l’ordre ont appréhendé de nombreux manifestants regroupés au sein d’une coalition, le Front des Indignés du Gabon. Ils voulaient organiser un contre forum, en marge du New York Africa Forum organisé par le franco-marocain Richard Attias, malgré l’interdiction du ministre de l’Intérieur.

42 activistes ont été conduits à la base des Forces de Police d’Intervention, et d’autres à l’Unité Spéciale d’Intervention où ils ont subi menaces, injures et brutalités. Grégory Ngbwa Mintsa, Prix de l’Intégrité Transparence International 2009-2010, porte-parole du front affirme que les Indignés ont délibérément décidé de tenir leur forum, malgré l’interdiction du gouvernement, « car notre autorisation est constitutionnelle : les libertés d’opinion, d’expression et d’association sont inaliénables et nous ne supportons plus qu’un citoyen comme nous les aliène, soit-il ministre ou président de la République. »

Les Indignés du Gabon affirment avoir saisi l’occasion de « cette grande opération de communication d’Ali Bongo et de Richard Attias qui nous fait l’outrage d’affirmer que le Gabon est un business model ». Le scepticisme des Indignés du Gabon repose notamment sur la crédibilité de ce forum organisé entre les dirigeants et les hommes d’affaires, à l’exclusion des peuples, sachant que leur Président est concerné dans l’affaire des Biens Mal Acquis et qu’une enquête du Sénat américain a mis à jour de nombreuses opérations de blanchiment d’argent par le défunt Omar Bongo, son successeur et fils et des membres de leur famille.

« Le Gabon, qui est un pays riche, n’aurait pas besoin d’investisseurs si l’argent de l’État restait dans les caisses de l’État », assure le porte-parole qui se dit révolté par le fait que l’ « on invite des "people" à venir réfléchir sur le Gabon et l’Afrique alors que nos aspirations les plus légitimes, la vision de notre pays et de son destin ne trouvent de réponses que policières. D’ailleurs, je défie quiconque de montrer une de ces grands messes sur l’avenir de l’Afrique qui ait abouti à quelque chose. Ce n’est pas à la faveur d’une conférence que la dynastie "patrimonicide" gabonaise va devenir exemplaire. Il ne suffit pas que le grand capital roule nos rois nègres dans la farine pour qu’ils soient blanchis. »

Le Gabon connaît de nombreuses tensions sociales depuis la prise de pouvoir par Ali Bongo. Dans un climat ultra-sécuritaire, des étudiants en grève depuis des mois sont régulièrement gardés à vue, voire déférés à la prison centrale de Libreville. La presse indépendante est suspendue à chaque article déplaisant. La moindre suspicion de contestation est sanctionnée par une révocation ou une suppression de salaire. Les Gabonais acceptent d’autant moins les suppressions de bourses et de salaires quand :

- la présidente de la Cour Constitutionnelle est propriétaire de l’immeuble que loue l’institution qu’elle dirige pour 4 millions CFA (8 000 US $) par mois,

- le président de l’Assemblée nationale a géré un budget de 10 milliards CFA ( 50 millions US $) entre 2008 et 2011 pour la construction d’un bâtiment dont on n’a pas encore donné les premiers coups de pioches,

- le président Ali Bongo se déplace quotidiennement en Bentley,

- son épouse et des membres de sa famille dépensent individuellement, en moyenne, 1 million d’euros en bijoux et haute couture.

Dans de nombreuses écoles, dans des classes contenant jusqu’à cent élèves dont la plupart sont assis par terre, aucune nouvelle salle de classe n’a été construite depuis son accession au pouvoir, en 2009.


Source : Suivie France


Annexe : Lettre Ouverte des Indignés du Gabon aux illustres invités au New York Forum Africa

Fait à Libreville, le 28 mai 20012

Lettre Ouverte des Indignés du Gabon aux illustres invités au New York Forum Africa

Mesdames et Messieurs,

Reconnus pour votre génie, pour l’éthique que vous défendez au point de les incarner, pour votre engagement, pour vos efforts et vos sacrifices en vue de mettre en application des valeurs pour laisser à la postérité un monde meilleur, vous avez été invités à participer au New York Forum Africa. Selon Richard Attias, l’organisateur de ce forum, « Le Gabon a un business model unique et que je pense sincèrement gagnant. Sa stabilité politique et économique en fait une terre d’accueil idéale. »

Mesdames et Messieurs,

Ce business model unique, les Gabonais n’en veulent plus. Le prétexte de la Guerre froide pour maintenir des rois nègres au pouvoir afin d’assurer la « stabilité » pour les réseaux d’affairistes n’est plus d’actualité. Ne sont également plus de notre temps l’esprit et la lettre de la récente réforme constitutionnelle qui renforce les pouvoirs du président d’un état militaro-policier en lui octroyant l’exclusivité des prérogatives en matière de sécurité et de défense, et, par conséquent, la souveraineté absolue dans la définition du concept éculé de « trouble de l’ordre public » ou de « respect des institutions ».

Ainsi, depuis l’accession d’Ali Bongo au pouvoir, les marches pacifiques sont interdites, car elles troublent l’ordre public ; la presse indépendante et toute forme de contestation sont régulièrement sanctionnées pour tentative de déstabilisation de l’État. Lorsque, par ailleurs, le rapport de la Cour des comptes est classé top secret dans notre dernier bastion de la Françafrique, le doute n’est plus permis sur la nature de cet État. Ce modèle économique, les Gabonais n’en veulent pas.

Depuis plus de cinquante ans, les organismes et la communauté internationaux protègent un clan "patrimonicide", contre les intérêts du peuple gabonais. C’est pourquoi, des patriotes issus de tous les corps sociaux se sont rassemblés au sein du Front des Indignés, afin de se réapproprier leur souveraineté et faire valoir leur aspiration à jouir de leurs droits et libertés fondamentaux. Cette revendication, nous sommes déterminés à l’exprimer en marge de l’opération de communication que sera le New York Forum Africa.

Lorsque les forces de répression et de coercition nous frapperont, de quel côté serez-vous ? Du côté de la famille qui dirige notre pays depuis 45 ans, au point de considérer que l’État, c’est elle, ou du côté de ceux qui aspirent à un État démocratique, avec la faiblesse de croire que l’alternance au pouvoir en est un élément fondamental en ce qu’elle renouvelle les idées en évitant de "patrimoniser" le bien public et de le léguer en héritage à des successeurs désignés ?

De quel côté serez-vous ? Serez-vous du côté du Président de l’Assemblée Nationale qui ne peut justifier les plus de 10 milliards de Francs (20 millions de US $) d’argent public dépensés pour la construction de l’annexe de l’Assemblée nationale dont il n’y a de trace nulle part ou serez-vous du côté de l’étudiant sorti de prison pour avoir revendiqué la construction de salles de cours, la dotation en matériel didactique et pour avoir protesté contre la limite d’âge des bourses d’État en plein milieu d’année ?

Qui soutiendrez-vous ? Les forces spéciales anti-terroristes ou leur cible du corps médical coupable de revendiquer de meilleurs équipements pour soigner les malades qui meurent quotidiennement, sous leurs yeux, de maladies bénignes, alors que les dirigeants politiques se donnent les moyens d’aller se soigner à l’étranger, leur cynisme les poussant à préférer mourir à grand frais dans de prestigieux hôpitaux à l’étranger que dans les mouroirs plébéiens des centres de santé publics ?

De quel côté serez-vous ? Serez-vous avec les forces spéciales d’intervention ou avec les centaines de fonctionnaires dont les salaires sont supprimés depuis des années pour délit d’opinion ?

De quel côté serez-vous ? Serez-vous avec l’oligarchie qui, depuis des mois, pour blanchir l’argent détourné qui devait servir à alimenter les quartiers de Libreville en eau, exproprie les pauvres citoyens de leur terre pour bâtir leur empire immobilier, ou du coté de ceux qui se battent au prix de leur vie pour défendre la terre de leurs ancêtres ?

De quel côté serez-vous ? Serez-vous Accepteriez-vous aux côtés de ceux qui transforment les terres agricoles des pauvres paysans en plantations d’hévéa et de palmier à huile ou au côté des paysans qui revendiquent le droit à la terre ? Cet énième forum, véritable opération de communication d’un pouvoir oppressif, coûtera encore aux contribuables gabonais des sommes faramineuses qui auraient pu servir à améliorer les infrastructures de l’université de Libreville. Serez-vous dans le camp des gendarmes qui violent régulièrement les franchises universitaires pour y effectuer des ratonnades ou du côté des étudiants, déterminés à aller jusqu’au bout de leurs revendications légitimes ?

Les intellectuels que vous êtes défendront-ils des causes ou leurs honoraires ? Mesdames et Messieurs les économistes, défendrez-vous les affaires conditionnées pour une stabilité par la matraque ou défendrez-vous le respect des droits de notre peuple, gage d’une stabilité durable et sereine ?

Les Nobel défendront-ils une éthique ou légitimeront-ils un pouvoir corrompu poursuivi, en France dans l’Affaire des Bien Mal Acquis et dont une enquête du Sénat des États-Unis a clairement mis à jour les activités de blanchiment d’argent ?

Votre notoriété a fait de vous des modèles pour l’humanité. Libre à vous de brouiller cette prestigieuse image en affichant une proximité avec des régimes dictatoriaux.

Contact presse : Porte Parole du Front des Indignés Gregory NGBWA MINTSA : +241 06246157 gngbwamintsa(a)yahoo.fr



Vendredi 15 Juin 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 3038 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

15.Posté par BONGO le 15/06/2012 19:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous ne comprenons pas se qui se trame dans le gouvernement de NDONG SIMA I? Comment se peut-t-il que les revandications des étudiants ne soient pas honorées par le gouvernement gabonais? Ce sont vraiment des irrespnsables qui sont au commande de notre pays. Les doléances des étudiants sont chiffrés à 1,5 milliards de francs CFA. C'est cette somme que le gouvernement refuse d'exécuter rapidement afin que les étudiants reprennent le chemin de l'ecole. Or on sait pertinamment que le budget de la république gabonaise en 2012 est estimé à 2450 milliards de francs CFA. Sur ce gros budget, ni Monsieur ALi BEN BONGO, ni NDONG SIMA ne veut sortir un sou pour débloquer la situation? que font t-il avec avec l'argent du budget régalien? Il n'y a aucun investissement au GABON en 2012 qui peut justifier l'utilisation de 2450 milliards de francs CFA! Ce budget au lieu de servir la bonne cause emprunte des voies détournées du peuple. Si j'étais le président du GABON, je prendrais les 1,5 milliards sur le budget pour résoudre le problème des étudiants.
Je demande aux gabonais de ne plus voter ALI BONGO à la prochaine présidentielle. C'est un voleur des deniers de l'etat. A lui seul il détourne 800 milliards de franc CFA par an sur le budget du GABON, principalement sur le budget d'investissement. Cessons de prendre des gabonais pour des ignorants les temps ont changé...
Email : bongo.albertbernard@gmail.com

14.Posté par FOUTAISE le 15/06/2012 16:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Note: Sylvia Ojukwu reste quand même moins moche que son époux de biafrais.

13.Posté par FOUTAISE le 15/06/2012 16:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Emergence zéro! Le biafrais et sa pétasse de femme qui se croit tout permis (elle va jusqu'à donner des leçons à ses parlementaires pédégistes) parce qu'elle a la peau claire (vilaine qu'elle est), font dans l'arrogance, le m'as-tu vu, le foutage de gueule. De vrais mégalomanes. Mais c'est la maladie des dictateurs.

Les Bongo, comme déjà avant les Moubarack, les ba Ben Ali sont dans une bulle. Et cette bulle va bientôt éclater.

12.Posté par OYIMA le 15/06/2012 16:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
joséphine bongo qui a roulée sa bosse avec les NDOUNA DE PENO et consorts ,ses nombreux amants savent qu'elle na jamais poussée un enfant de sa vie dans un hopital et le comble,c'est qu'elle dit avoir accouchée ojoukou ali par sésariéne alors que ça n'éxistait pas à cette époque .Ali ojoukou a été acheté pendant la guerre du Biaffra ,arretez de faire la politique de l'autruche .

11.Posté par OYIMA le 15/06/2012 15:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
TOUT LE MONDE SAIT QU'ALI OJOUKOU ONDIMBA EST BIAFFRA .NE FAISONS PAS DANS L'AMALGAME POUR DISTRAIRE LES GENTS ?CEST PAS PARCAQUoN EST PDGISTE QU'ON VA TOUT ACCEPETER ,MEME SON SOIT DISANT ASSELE AVAIT DIT UN JOUR (ON NE DEVIENT PAS NEVEU , ON NAIT NEVEU )COMPRENEZ CE QU'IL VOULAIT DIRE PAR LA.JOSEPHINE BONGO ,A QUI LES NDOUNA DEPENO ET CONSORT SAVENT QU'ELLE NAVAIT JAMAIS ENFANTE ,DITES NOUS DANS CE CAS QUI EST LA MAMAN D'OJOUKOU ALI .COMPAREZ L'AGE D'OJOUKOU ALI ET CELUI DE SA SOIT DISANT MERE ,VOUS COMPRENDREZ QU'ALI VOUS A NIQUER ,BZER VOUS PDGISTES ,C'EST UN BIAFFRA PUR ET DUR SOUFFREZ DE LE RECONNAITRE ,MBA OBAME QUI EST EQOUATO, LUI AU MOINS VIENT DU PAYS VOISIN ,DONC IL EST SUSCEPTIBLE D'AVOIR LES PARENTS AU GABON , CONTRAIREMENT A ALI QUI REVIENT SI LOIN DU NIGERIA , DANS CE CAS YA PAS DEBAT LA DESSUS , ALI OJOUKOU EST 100°/° BIAFFRA DU NIGERIA ,POINT BAR .SUIS DE FRANCE-VILLE ET JE SAIS DE QUOI JE PARLE .

10.Posté par moutsouakéma le 15/06/2012 14:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
voila pourquoi mentlentume vous dit souvent qu,il n,arrive pas a vous comprendre .cette affaire de nationalité moi aussi je ne comprend pas. ALI BONGO vous dites qu,il est biafra MBA OBAME est equato.MBA ABESS est un equato. au vivant de PIERRE MAMBOUNDOU il etait congolais. meme le ministre de l,interieur DONGOU parait . n, est pas gabonais d,apres vs dires. finalement vs trouverez des vrais gabonais pour vs diriger ou? meme OMAR BONGO etait parait.il congolais. donc tous les hommes politiques du gabon ne sont pas des vrais gabonais ? meme mentlentume qui dit la verité on lui traite d,un étranger .il n,y aura jamais des vrais gabonais dans ce GABON TCHOUOOOOOOOO.

9.Posté par Grand-Maître Maçon Hiram Abiff le 15/06/2012 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@MBA OBAME L'EQUATO

Vous devriez commencer par vous appliquer votre propre recommandation. Pour peu qu'on vous demande la preuve de la nationalité de l'apatride Ojukwu Obi Jeffrey, accessoirement Ali Bongo, vous vous énervez comme un cabris brulé. Personne n'a jamais vu l'original de l'acte de naissance de chef de gang de la légion étrangère; même pas son soit-disant oncle Assélé.

Ne fuyez pas le débat avec des insultes. On veut la preuve. Denis Sassou Nguesso a bel et bien dit que personne n'a jamais vu Ojukwu au Congo. Qu'on nous montre une photo de sa petite enfance. Pour l'Equato Mba Obame, tout est clair. Allez-y examiner son dossier de candidature à la présidentielle chez l'enchanvré et criminel rituel, perpétuellement saoulé Jean François Ndoungou.

On ne dit pas nouveau opposant, mais nouvel opposant. Ne venez pas écrire le créole anglophone ici.

8.Posté par BENITO le 15/06/2012 14:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@post6Gabao kool




Pourquoi ne pas postuler ,en tant que pigiste ,pour le "Daly time" d'Abuja?

Bonne journée



7.Posté par MBA OBAME L'EQUATO le 15/06/2012 14:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
poste 2 de part ton intervention je comprends comment fonctionne la democratie version nouveau opposant!!!!car chez vous la pensée unique est la règle d'or!!!mais sache qu'avec les emergents la contracdition fait avancer.donc à l'avenir tu la ferme si tu ne peux pas supporter des critiques sur tes parents où ta communauté

6.Posté par Gabao kool le 15/06/2012 12:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
wow! That was awesome and inspiring. The all speech was objectively detailed step by step with perfect questions along with good examples. Unfortunatly,non of these gentleman didn't understan
your language.However, i know
that you know, that these people just came to GABON to get paid,and not trying to solve GABON's problems. They understand the game, figure the
rules out and take advantage of
it. Most of these people are far
away superior spiritually than
Ali BONGO. Most of them worked harder to be successful.
They know the value of money
as well as human being's potentialty of achieving. As for Ali BONGO,
they knew that he has been dealing with self-estime. That Mr BONGO likes extravaganza
because he wants to be seen
surounding with successful people. They just kicked his
butt,even though he does't
care,there are a lot of clichés
going on him now. Since, he's
never worked to know How to make money,and has no respect
for his own people, History would take care of him like it did it for many more.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...