News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : André Mba Obame l'autre Président élu s’explique

Le site de la Liberté - LVDPG - News le Jeudi 24 Février 2011 à 18:47 | Lu 4072 fois

Dans une interview «exclusive» publiée le 21 février par le bimensuel gabonais "Nku’u le messager", André Mba Obame l'autre Président élu , le secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, opposition) qui s'est autoproclamé président du Gabon et réfugié depuis le 25 janvier au siège du PNUD à Libreville, explique les motivations de son esclandre, justifie sa participation aux législatives partielles de juin dernier et laisse entrevoir sa position quant au dialogue de sortie de crise invoqué par différents acteurs politiques Gabonais.



Gabon : André Mba Obame l'autre Président élu  s’explique
Quinze mois après l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009, qu’est-ce qui justifie l’acte que vous avez posé le 25 janvier 2011, quelle en était, surtout, l’opportunité?

Je n’ai jamais reconnu la victoire de Monsieur Ali Bongo Ondimba. J’ai toujours affirmé, avec d’autres candidats, que les résultats publiés n’étaient pas sincères, et n’ai eu de cesse, comme principale revendication, de réclamer le recomptage des voix sur la base de la confrontation des procès verbaux. Ce à quoi, se sont toujours opposés, le candidat du PDG, la CENAP et la Cour constitutionnelle. J’ai promis au peuple gabonais que je ferai tout ce qui est de mon pouvoir pour que son vote soit respecté. C’est le combat que je mène, en tant que président élu, avec l’appui massif des Gabonaises et Gabonais.

Pourquoi avoir attendu si longtemps?

Dès le 3 septembre 2009, les ingrédients du coup d’Etat électoral étaient réunis. Alors que la CENAP était en plénière, aux fins d’approuver définitivement les résultats, et ce, conformément aux dispositions du Code électoral, le ministre de l’Intérieur, précédé par des «bérets rouges», a fait irruption dans la salle des délibérations pour lire des résultats concoctés par ses services et qui donnaient la victoire à Monsieur Ali Bongo Ondimba.

C’est le lieu de rappeler ici que la compilation des résultats par l’assemblée plénière de la CENAP, seule instance de décision en période électorale, n’était pas encore terminée au moment de cette intervention du ministre de l’Intérieur. Malgré cette forfaiture annoncée, le vainqueur de l’élection que je suis privilégia néanmoins la voie de la légalité républicaine, quoique convaincu de la partialité de toutes les institutions chargées de gérer la transition, et particulièrement la Cour constitutionnelle. Cette dernière ayant validé le coup d’Etat électoral, j’ai, avec d’autres candidats, pris la ferme position de ne jamais trahir le peuple gabonais en reconnaissant Ali Bongo Ondimba comme président de la République.

Nous insistons, pourquoi avoir attendu si longtemps ?

La position que je viens d’exprimer est restée constante. Elle est depuis renforcée par la survenance des faits nouveaux. Il s’agit de la diffusion par la chaîne publique de télévision France 2, d’un documentaire financé par les institutions publiques françaises dans lequel des personnalités introduites dans le secret des princes ont clairement indiqué que c’est moi, André Mba Obame, qui ai gagné l’élection présidentielle du 30 août 2009.

A cela s’ajoutent les révélations du site WikiLeaks, notamment la dépêche n°1473 dans laquelle, l’Ambassadeur des Etats-Unis en France recommande à Mme la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton, de conseiller le président Barak Obama de ne pas reconnaître Monsieur Ali Bongo Ondimba comme vainqueur de l’élection présidentielle; les résultats ayant été inversés au détriment de monsieur André Mba Obame, le président réellement élu par le peuple gabonais.

Au demeurant, du point de vue juridique, il s’agit là de deux faits nouveaux qui permettent de rouvrir le débat sur le contentieux électoral de 2009. Faut-il rappeler qu’en la matière, il n’y a aucune prescription. De ce fait, rien ne m’interdit de saisir d’autres juridictions compétentes, à l’étranger notamment, aux fins de constater la pertinence de ces faits nouveaux, et de contester alors la décision de la Cour constitutionnelle gabonaise. C’est d’ailleurs le sens donné à la saisine, par des avocats commis par moi. C’est aussi le sens des consultations des responsables politiques africains et occidentaux que j’ai rencontrés durant mon récent séjour hors du Gabon.

Si tel est alors le cas, pourquoi vous vous êtes présenté aux élections législatives partielles du 8 juin 2010?

Je me suis présenté à ces élections législatives partielles par respect pour mes électeurs et pour confirmer mon mandat. Il faut savoir que cette élection était la conséquence de mon exclusion du Parti démocratique gabonais (PDG) sous les couleurs duquel j’avais été élu député en 2006. Il s’agissait de démontrer à ce parti que mon charisme et ma personne étaient le socle de mon mandat, et non mon appartenance au PDG.

Que signifie pour vous la main tendue, et comment entrevoyez-vous l’issue de la crise politique qui s’est installée au Gabon depuis lors, même si d’aucuns estiment qu’il n’y a pas de crise. Autrement dit, si jamais des négociations s’engageaient entre vous et le pouvoir en place, quelles formes pourront prendre ces négociations, quelles sont vos préalables, et sur quels points entendez-vous les engager?

Lors de ma prestation de serment, j’ai pris l’engagement solennel de faire respecter le choix massif effectué par le peuple gabonais le 30 août 2009 en faveur du changement. Nous avons tous l’obligation de prendre en compte la soif de liberté croissante des Gabonais et leur désir d’avoir un gouvernement représentatif.

Car, on ne peut exercer indéfiniment le pouvoir par la force. Tout cela passe, incontestablement, par le rétablissement de la vérité des urnes de l’élection présidentielle du 30 août 2009. Toute autre démarche ne fait pas partie de notre agenda. Persuadés de ce que nous sommes, nous viendrons à bout du pouvoir illégitime. Car des changements véritables comme celui pour lequel nous luttons se produiront parce que des citoyens se rassembleront et exerceront leur force morale sur une situation donnée. Nous y sommes !

Pourquoi avoir demandé la protection des Nations-Unies?

Suite à l’acte historique posé à travers la prestation de serment et la mise en place du gouvernement légitime, il était indispensable de tout mettre en œuvre pour éviter que le problème politique posé soit étouffé dans l’œuf par le pouvoir illégitime en portant atteinte à l’intégrité physique et morale des acteurs principaux de la restauration de ma victoire. Il s’agissait aussi d’impliquer la communauté internationale dans le règlement de la crise politique gabonaise, les arbitres intérieurs s’étant disqualifiés.

Interview réalisée par F. Bounda du bimensuel "Nku’u le messager"


Jeudi 24 Février 2011
LVDPG - News
Vu (s) 4072 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

22.Posté par jean sebastien le 26/02/2011 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ou sont passés certains articles du 25 février 2011?
Ou sont passés les articles du 25 février 2011?
Ou sont passés les articles du 25 février 2011?

L'article sur la lettre au président Maboundou.

21.Posté par ... le 26/02/2011 03:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ mapangou
@ ST Michael

À vous qui m avez traité de tout , quand je parlais de l exploitation de l homme par l homme juste pour servir ses interets : l utulisation par Rougou et Moubamba des deces de compatriotes pour des buts politiques.

Voici publié la revelation encore lisible sur ce site du manque d egard .

Oui Rougou et Louma on finit par se pointer timidement à l ecart , à la morqgue, ils ont consignés deux belles photos pour facebook , pour desamorcer la critique et les reproches de l utulisation de l image de Marie, mais qu en est-il de la suite ? Et du coté du PNUD ? Meme pas un simple mot ? Mais fort probable qu on attend que je critique pour feindre la sensibilité . Je vous rapellerai pour vous qui utuliser le mot "martyr " , que l Iran paie des pensions à vie pour tous les familles de martyrs tombés au combat contre Israel.

COMMENTAIRES SOUS LA PHOTO DE MARIE :

1.Posté par Mbadinga Pierre le 20/02/2011 19:00

La Bible nous dit : « Et si ta main droite te fait tomber dans le péché, coupe-la, et jette-la loin de toi; car il vaut mieux pour toi qu'un de tes membres périsse, que si tout ton corps était jeté dans la géhenne ».

Le peuple gabonais doit se dissocier du Régime Despotique Bongo avant qu’il ne soit trop tard.

Pour les bérets rouges, nous verrons définitivement leurs forces contre les militaires Equo-Guineens (au lieu de tirer sur les populations gabonaises).

2.Posté par K-M le 22/02/2011 02:57

elle a été victime de quoi et quand svp?

3.Posté par Son neveux le 23/02/2011 11:40

Il est fort d'utiliser le nom et l'image d'une personne qui n'est plus;cette femme était ma tante,la petite soeur de ma mere.Aucun homme politique,aucun média ne s'est rapproché de ma famille pour voir dans quelle condition votre sois disant martyr allait être enterrée.Et cela je trouve ça malheureux et ridicule de votre part de parler d'elle sans même savoir qui elle était.Pour info elle a été enterrée avant hier à Mitzic et tout cela à la charge de ma mère.Aucune aide,aucun soutien de la part de vos opposants qui aujourd'hui veulent en faire un martyr.Elle laisse 2 enfants en bas âge j'espère au moins que vous vous manifesterez.Et si c'est pas le cas,maudit sois votre révolution.

20.Posté par jean sebastien le 25/02/2011 17:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En tous cas je vois pas se faire une révolution se faire sans les bilops....

Comment vouliez vous traverser Ozombua et vous ne savez même pas construire une pirogue?

19.Posté par Exaspération le 25/02/2011 14:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
TOUS CEUX QUI SOUHAITE UN CHANGEMENT DEVRAIENT SE LEVER POUR UNE RÉVOLUTION FORT ET UNI.

PERSONNE N'A VOTE POUR ALI EN DEHORS DE SON MINISTRE DE L’INTÉRIEUR ET SA BELLE MÈRE DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE.
MÊME CEUX DU GOUVERNEMENT QUI LE SOUTIENNENT AUJOURD'HUI LE FONT PAR PEUR. AU FOND ILS VEULENT LE VOIR PARTIR.

BEN ALI A VOLE LE VOTE DES GABONAIS IL A HÉRITÉ LE TRÔNE DE SON PÈRE. LE PIRE C'EST QUE C'EST PAS LUI QUI DIRIGE LE GABON. SON GOUROU, LE BÉNINOIS MAIXAN ACROMBESSI EST LE TOUT PUISSANT IL A TOUT POUVOIR DE DÉCISION. EN ATTENDANT ALI FAIT DES VOYAGES COÛTEUX AVEC L'AGENT DES GABONAIS. ALI NE VIT PAS AU GABON, IL VISITE LE GABON.

QUE LES PEUREUX NE POSE PAS D'OBSTACLE A CEUX QUI VEULENT SE BATTRE POUR LE CHANGEMENT DU GABON. QU'ILS NE LEURS TRANSMETTENT PAS LEUR PEUR ET LEUR DÉCOURAGEMENT.

L'HISTOIRE NOUS MONTRE QUE LA RÉVOLUTION A APPORTÉE UN GRAND CHANGEMENT DANS LE MONDE.
A L’INSTAR DE MBA ABESS, DE PMM ET DES AUTRES OPPOSANTS, M. MBA OBAME ET SES CAMARADES SONT LES SEULS A POSER LES BASES DE LA RÉVOLUTION.

ILS POSENT LE FER DE LA LANCE. PAR NOTRE SOUTIENT, DONNONS LEUR LE MOYEN DE NOUS SORTIR DE LA MONARCHIE, LA DICTATURE, LA TORPEUR

18.Posté par NFULU-MBA le 25/02/2011 14:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Volcanic Post 13,
La constance du mensonge des leaders est très contagieuse. Vous en êtes d’ailleurs un illustre contaminé.

Qu’est ce qui est dit dans le documentaire de Françafrique que vous considérez comme vérité vraie ?

De BONNE CORSE qui dit Obamé ET non MBA OBAME alors qu’il s’agit d’un document préparé ?

A ce niveau on sent le flou et l'arnaque: on n'a pa eu un candidat de ce nom en 2009 et 42% et 37% sortent d'où?

Un peu de jugeote vous aurait permis de comprendre que la francafrique a deux camps : UN pour AMO et l’autre pour ALI, c’est facile à lire Volcanic. C’est une grossière escroquerie intellectuelle.

Si vous suivez l’intervenant avant qui dit : « l’élection a été remporté par l’opposant le plus farouche à Ali » vous pouvez aisément comprendre que AMO le frère siamois ne peut en aucun cas être le plus farouche.

Mais comme vous êtes ce que vous êtes et que les français sont considérés comme sérieux s’ils « disent des choses qui vous caressent dans le sens du poil » c’est bien continuez votre méthode.

17.Posté par MBAME le 25/02/2011 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Meme vous meme, apres tout ce temps qui nous separe de l'election du 30 aout 2009, l'heure n'est plus au plaintes mais plus au travail. Mettons nous maintenant qu boulot .... pour le reste attendons la prochaine election presidentielle..... c'est tout!

16.Posté par Le Fils d'AKI NGOSS le 25/02/2011 08:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lire Chasse-mouche et non chasse mousse.

15.Posté par Le Fils d'AKI NGOSS le 25/02/2011 08:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je remarquerai pour le regretter ensuite que nous sommes entrain de mener une révolution qui risque de ne pas aboutir, car les fondements ont été bafoués au début et ça remonte à très loin. Je m'explique. Le Père BONGO pour consolider son pouvoir entrepris de récupérer les reliques que nos parents détenaient dans nos villages. C'est ainsi qu'en ce qui me concerne dans ma région, le conteur de Mvett, AKUE OBIANG se voit (pas de son vivant, mais après sa mort) dépouillé de son crane et de son chasse mousse. Ce qui arriva également en ce moment se passe de tout commentaire. Son corps de garde voulait être pris en photo, mais les responsables ne réussir pas à le (le corps de garde) filmer. Et vous savez bien, pour ceux qui sont de la région, ce que détenait ce conteur de Mvett? Le pouvoir laissé par nos ancêtres.
Cette brève histoire réelle, tout simplement pour réaffirmer ce que notre révolution, si nous voulons qu'elle aboutisse, nous devrions faire au préalable : Récupérer nos reliques détenues par la famille BONGO et compagnie. Si cette opération n'est pas faite, toute action vers les BONGO sera un échec.
A BON ENTENDEUR, SALUT

14.Posté par Francois Ngoua le 25/02/2011 04:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A Eric Moussavou Thiam
il est bon de lire votre constat sur ce que vous pensez du peuple Gabonais, je ne sais pas si cette negation globale est du genre a aider a voir un jour nouveau se lever a Lbv ou plutot vous nous demandez de subir cette imposture...... JUSQU'A QUAND?
nous avons (nous le bas peuple) besoin des gens eclaires qui vont nous donner une strategie pour enterminer avec ce regne de la minorite, car le Gabon que nous allons leguer a nos enfants et petit fils n'est pas seulement de la responsabilite des bongo, en acceptant leur presence nous participons a notre facon a cette negativisation de la republique, nous sommes tous responsables.
trouvons des moyens de soutenir AMO, en initiant par exemple une greve generale ilimitee, sans faire de trobles dans la rue . restons tous chez nous -(un jour par semaine ) puis graduellement un peu plus pour faire entendre notre voix.
car ce n'est pas a AMO que la victoire a ete volee mais plutot au peuple Gabonais tout entier.
Nous sommes tous dans la meme barque

13.Posté par Volcanic le 24/02/2011 22:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@post 10, c est dans le document francafrique, puis tu peux aller lire gabon eco ou regarder la RTG, c est dedans que la verite est dite. honte a toi.

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...