News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Ali Bongo va t - il tenir, diriger un peuple, sans s'être élu ?

Le site de la Liberté - La Révolution LVDPG le Samedi 12 Septembre 2009 à 12:52 | Lu 885 fois



Gabon : Ali Bongo  va t - il tenir, diriger un peuple, sans s'être élu ?
::Koaci.com Libreville:: L'opposition par la voix de l'ancien premier ministre Eyeghé Ndong l'opposition appelle à trois jours de "ville morte" dans tout le pays::


Le renforcement de l’axe Libreville-Yaoundé, est au cœur du premier déplacement à l’étranger du président proclamé vainqueur de la présidentielle du 30 Août dernier au Gabon.

Ali Bongo Ondimba, qui par calcul politique, a avant son investiture choisi de d’abord voyager très loin des ciels conquis comme la terre d’accueil familiale du Maroc, ou de la mère impérialiste France, qui a pourtant beaucoup œuvrer dans la validation de ce que bon nombre considère comme un "hold up" électoral, à l’origine du déferlement d’un vent de violence sous fond de pillage, qui a accablé plusieurs localités du pays, dont de nombreux quartiers de la capitale à l’exemple des célèbres quartiers sous intégrés que sont Nkembo, Atsinitchos, Cosmopark, Kinguele et autre Pleine Orety. Mais de façon générale, l’opinion s’accorde à reconnaitre que la capitale économique du pays Port Gentil a été l’épicentre de ces violences, avec à l’arrivée 3 morts selon les autorités, une vingtaine selon les populations.

Même s’il est fait états au passage de contacts non officiels avec la haute administration française, l’étape de Yaoundé d’Ali Bongo Ondimba, rentre premièrement dans une logique de jeux de phare au nouveau doyen de la sous région Paul Biya, dont des soupçons renforcés de soutien au candidat indépendant à la présidentielle du 30 Août dernier au Gabon, Casimir Oyé Mba, semblent certains. La gestion du Gabon aux côtés un voisin avec qui l’on ne serait pas en odeur de sainteté, pourrait se révéler à terme, un terreau favorable à l’exécution par le camp d’en face du plan B, qu’il avoue toujours garder sous le coude jusqu’a à mise œuvre. Parvenir donc à rallier à sa cause des voisins vraisemblablement gênants, ne pourrait que favoriser un sommeil moins angoissant en cette période de soubresauts latents.

La recherche par tous les moyens à briser l’actuelle dynamique unitaire de front du refus du hold up électoral, essentiellement constitué par plus d’une dizaine de candidats à la dernière présidentielle, passe notamment pour le clan Ali Bongo Ondimba par l’arme du trafic d’influence. Une manœuvre matérialisée par une interdiction formelle de sortie du territoire national faite aux opposants, sous le prétexte jugé fallacieux selon les personnes incriminées, d’une enquête qui serait en cours suite aux violences post électorales. Pour tenter de faire changer la peur de camp, le pouvoir espère jeter la panique dans l’adversité, en laissant planer des soupçons d’implication de près ou de loin de certains d’entre eux dans ces évènement qui ont pourtant pour seul effet détonateur, l’annonce officielle du hold up électoral qui a poussé dans la rue de milliers de personnes, auxquelles se sont mêlé des bandits expressément infiltrés ou non. Les germes du chaos social né de l’annonce de ces résultats très controverses de la présidentielle, ne sont donc pas à rechercher chez des individus particuliers, opposants politiques soient ils.

La diligence de l’instruction en cours, devrait plutôt être orientée vers l’authenticité ou non des résultats du vote, à l’origine depuis lors d’un nouveau désamour entre le peuple et la politique au grand bonheur de la France, considérée par plus d’uns comme le principal artisan du retard criarde accusé par la partie du continent placée officiellement jusqu’à un passé récent sous sa puissance tutélaire. Une France, en complicité avec des bras armés dans chacun des pays, qui n’a visiblement jusqu’ici que le dessein d’imposer aux peuples africains des dirigeants non épris du sens patriotique, et prêts à brader à la moindre instruction « du maître » les richesses de nos Etats. Une draperie orchestrée, en échange d’une présence symbolique au pouvoir sous haute protection Française.

L'opposition à appelé ce vendredi à la grève générale à partir de lundi et ce pur 3 jours, la tension reste palpable à Libreville.

Samedi 12 Septembre 2009
La Révolution LVDPG
Vu (s) 885 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...