News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Ali Bongo sur "Jeune Afrique " « Tout le monde n'a pas compris que le Gabon avait changé » .

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mardi 30 Août 2011 à 09:33 | Lu 2033 fois



Gabon : Ali Bongo sur  "Jeune Afrique " « Tout le monde n'a pas compris que le Gabon avait changé » .
Dans une interview sans concession accordée à l'hebdomadaire « Jeune Afrique », Ali BONGO ONDIMBA revient en toute franchise sur ses deux années à la tête de l'Etat gabonais et dresse le bilan de ses actions depuis 2009. Réformes économiques, organisation des élections législatives, crise en Libye, Union Africaine… Dans cet entretien, il a dit tout. Il s'y exprime avec clarté et simplicité sur les thèmes qui animent le Gabon, l'Afrique et le monde, ne laissant aucune question de côté. « Tout le monde n'a pas compris que le Gabon avait changé », a souligné le Chef de l'Etat comme pour confirmer que la récréation était bel et bien finie au Gabon.



Libreville, mi- août, La capitale n'est plus la même. Plus propre, plus ordonnée et en chantier permanent. Le Gabon « émerge », l'expression est sur toutes les lèvres, d'un long coma, celui de la fin des années Omar Bongo Ondimba (OBO).



Le nouveau chef de l'Etat est entré dans ses fonctions, en octobre 2009, au pas de charge: suppression des postes fictifs ou superflus à la présidence et au gouvernement, mise à l'écart d'un certain nombre de caciques de l'ancien régime, fin des cumuls de mandats, plafonnement des salaires pour les dirigeants d'entreprises publiques, rigueur, multiplication des audits, etc. On lui prédisait alors les pires ennuis. Il remettait en effet en question une multitude de baronnies, perturbait des équilibres que son père avait façonnés des décennies durant et, donc, secouait trop durement un cocotier supposé fragile. Le père se comportait comme un chef de village ou de famille, soucieux de maintenir l'harmonie entre tous ses « enfants », y compris les plus prodigues et les moins reconnaissants. Le fils, lui, n'a pas tant d'états d'âme et ne goûte guère les compromis. Seuls les résultats lui importent. Deux ans plus tard, le tsunami prédit n'a pas eu lieu et le Gabon poursuit son long réveil. Même si le naturel n'est pas facile à chasser : pas une semaine ne passe sans sanction, tête coupée ou rappel à J'ordre. Les Indélicats n'ont pas tous disparu avec l'« Emergence » ...



C'est au premier étage du Palais du bord de mer que le chef de l'Etat nous a reçu pour répondre à nos questions, dans le bureau qu'occupait Jadis OBO. Un long entretien - près de deux heures - au cours duquel il défend son bilan, décline ses ambitions, répond aux attaques (intransigeance, affaire des biens mal acquis, train de vie, biométrie et législatives, crispation politique) et livre son analyse sur le Printemps arabe, les crises libyenne et Ivoirienne, le scandale de la Beac ou encore les ratés de l'Union africaine.



JEUNE AFRIQUE : Deux ans après l'élection présidentielle, le Gabon a considérablement. De chef évidemment, donc de style, mais aussi de vie politique. Quel bilan dressez-vous de ces vingt – quatre mois écoulés ?



ALI BONGO ONDIMBA : Question piège... Disons que nous sommes sur la bonne voie, même si je concède être de nature impatiente. En me présentant à la présidentielle, j'ai soumis un projet, celui du Gabon émergent, avec des axes précis, une vision, des valeurs réaffirmées et une stratégie.



Une fois installé dans mes fonctions, en octobre 2009, j'ai mis en œuvre ce programme. Nous avons ainsi lancé un grand nombre de chantiers. Ce qui est important à nos yeux, c'est de diversifier l'économie gabonaise pour préparer l'après-pétrole. Cela ne se fait pas du jour au lendemain et demande un certain nombre de réformes, une véritable révolution des mentalités et des pratiques ainsi qu'une profonde remise en question. Ce qui n'est jamais évident.



JEUNE AFRIQUE : Vos premiers pas à Ia tête du pays ont tout de même été marqués par une sévère reprise en main et des décisions pas toujours très populaires: fin des effectifs pléthoriques dans la fonction publique, des placards dorés et des cumuls de mandats et de fonctions, chasse au gaspillage, journée continue, interdiction d'exporter les grumes de bois non transformées sur place, etc. De quoi, en somme, vous faire de nombreux ennemis ...



ALI BONGO ONDIMBA : N'exagérons rien. D'une part, personne n'a été pris au dépourvu: nous avons appliqué ce que nous avions indiqué lors de la campagne. D'autre part si Je me suis fait effectivement quelques ennemis parmi ceux qui profitaient du système ou pour qui les mots « performance » ou « compétence » ressemblent à des injures, la majorité des Gabonais réclamait ces mesures. Ils avalent conscience que nous allions dans le mur. Il était totalement illusoire de penser que nous allions réussir à atteindre nos objectifs sans aller vers une meilleure gouvernance, plus d'équité, de travail et de rigueur. Je crois que le message est passé. Nous restons cependant vigilants, car certaines poches de résistance demeurent…



JEUNE AFRIQUE : Vous avez changé de très nombreuses personnalités à la tête d'entreprises publiques, des administrations ou à la Magistrature. Est-ce le signe que les résultats ne suivent pas ou que le Gabon peine à fournir des cadres compétents ?



ALI BONGO ONDIMBA : Dire que nous peinons à trouver les bonnes personnes, c'est un peu exagéré. Il s'est trouvé en revanche que certains gênaient la réalisation de nos programmes. Je me suis par exemple engagé à construire un minimum de 5000 logements. Nous avons réuni tout le monde, préparé les projets et élaboré leurs financements.



Six mois après, cela n'avait toujours pas démarré. Pourquoi? A cause d'un certain nombre de pesanteurs et de personnes qui ne faisaient pas leur travail ou, pis, profitaient de leur position pour accaparer des terrains et en faire commerce. Certains fonctionnaires se sont dit: « Encore des effets de style, de belles paroles, Il n'y aura pas d'action derrière, continuons comme avant ». Ils ont été mal inspirés.



JEUNE AFRIQUE : Vous aviez annoncé la publication des
Résultats de l'audit de Ia fonction publique en janvier 2010. Ce n'est toujours pas le cas. Pour quelle raison ?



ALI BONGO ONDIMBA : Parce que J'ai demandé que l'audit soit refait.



JEUNE AFRIQUE : Entièrement



ALI BONGO ONDIMBA : Oui Je ne suis pas satisfait de la manière dont il a été mené. Ses résultats ne reflètent pas la réalité. Il y a un problème, et je veux m'en assurer. Comme tout le monde s'était tenu à carreau le temps de sa réalisation ... Pour ce genre d'audit. Il ne faut pas se précipiter.



JEUNE AFRIQUE : Autre évolution notable depuis votre arrivée au pouvoir, celle de la sphère politique. La crispation est évidente : biométrie, dissolution du parti d'opposition union nationale (UN), André Mba Obame…



ALI BONGO ONDIMBA : Après l'élection présidentielle, J'avais indiqué que je resterais ouvert à tous ceux qui souhaiteraient discuter avec moi du développement du Gabon. Certains l'ont fait, d'autres pas. Mais les tensions que vous évoquez sont d'ordre différent. La dissolution de l'UN, ce n'est que l'application des lois. Je ne connais pas un seul Etat au monde où un citoyen quel qu'il soit, candidat battu lors d'un scrutin, peut organiser et faire retransmettre une cérémonie de prestation de serment et se faire introniser président de la République
[C'était le 25 janvier. NDLR] sous le regard impuissant des pouvoirs publics légitimes. S'ajoutent à cela une mise en scène ridicule et un repli au siège d'une organisation internationale [celui du Programme des
Nations unies pour le développement, le Pnud] squatté de manière indécente pendant un mois. Le Gabon est un Etat de droit qui a une Constitution et des institutions.



Ceux qui les transgressent s'exposent aux sanctions prévues. Ni plus ni moins. Dura lex, sed lex. La loi a été appliquée.



JEUNE AFRIQUE : Et concernant le débat sur l'instauration de la biométrie pour les prochaines législatives ?



ALI BONGO ONDIMBA : Une fois encore, il faut clarifier les choses. La biométrie est une proposition de la majorité. À mon initiative, d'ailleurs, lorsque j'étais ministre de la Défense. Le dossier fut transmis, à l'époque, au ministre de l'Intérieur [André Mba Obame], à qui il incombait la responsabilité d'organiser les élections. Tous les membres du gouvernement d'alors pourront vous éclairer sur le traitement qui en a été fait...



Une certaine opposition qui réclame à cor et à cri la biométrie aujourd'hui, recèle en son sein le principal responsable de l'échec de ce projet quand il était aux affaires! Passons. ..



Pour répondre aux préoccupations de la classe politique sur l'utilisation de la biométrie lors des prochaines législatives, j'ai organisé une grande concertation nationale. J'al écouté tout le monde et j'ai décidé de saisir la Cour constitutionnelle, afin qu'elle statue sur la position consensuelle qui s'était dégagée: repousser la date du scrutin. La suite, vous la connaissez. La Cour constitutionnelle a rejeté la demande d'un report des législatives. Les députés actuels verront leur mandat prendre fin en Janvier prochain. Au-delà de ce terme-là, nous n'aurions donc plus d'Assemblée nationale. Il est donc nécessaire qu'elle puisse être renouvelée avant. Moi. Je n'ai pas l'autorité de proroger les mandats. Je ne peux pas appliquer des lois qui n'existent pas.



JEUNE AFRIQUE : Avec André Mba Obame, vous vous connaissez parfaitement. Vous avez travaillé longuement ensemble et milité au sein du Parti démocratique gabonais (PDG) pour le faire évoluer. Comment en êtes- vous arrivés à devenir d'irréductibles ennemis ?



ALI BONGO ONDIMBA : Est-ce vraiment à moi qu'il faut poser cette question ? Personnellement, je ne le tiens pas pour un ennemi, pas du tout. C'est lui qui a changé, pas moi. Je suis toujours dans le même parti, défendant les mêmes Idées. Lui a choisi de rejoindre des personnes qu'li a farouchement combattues pendant un quart de siècle à nos côtés et qui, chose étrange, ne lui en tiennent visiblement pas rigueur. La question est donc de savoir s'il défend réellement des Idées ou si seule sa personne et son ego Importent.



JEUNE AFRIQUE : Vous êtes-vous parlés, depuis la présidentielle du 30 août 2009 ?



ALI BONGO ONDIMBA : Non, jamais.



JEUNE AFRIQUE : Votre père était réputé pour savoir pardonner, y compris ceux qui avaient été virulents avec lui...



ALI BONGO ONDIMBA : Celui qui pardonne est celui qui a été offensé. Ce n'est pas à moi de pardonner. C'est aux militantes et aux militants du PDG de le faire. Mba Obame se battait jadis au sein de ce parti pour la démocratie, l'ouverture. Il est allé rejoindre aujourd'hui l'un des plus farouches opposants à la démocratie que nous ayons eus, à l'époque, au sein du parti, Zacharie Myboto. Et aujourd'hui, ce même Myboto pousse des cris d'orfraie pour me traiter de dictateur? Curieux attelage .



JEUNE AFRIQUE : Comprenez-vous que les électeurs aient du mal à se retrouver sur l'échiquier politique. Les anciens caciques du PDG passent dans l'opposition. L'opposant historique qu'est Pierre Mamboundou comme Paul MbA Abessole, la bête noire de votre père avant lui, se rapproche de l'ex-parti unique…



ALI BONGO ONDIMBA : On peut se tromper dans la vie, mais il faut être de bonne foi et le reconnaitre. Ceux qui font des allers-retours en permanence, se ruent dans l'opposition pour brailler sitôt leurs privilèges perdus avant de revenir au bercail lorsqu'on a répondu à leurs doléances essentiellement matérielles, c'est fini. Tout le monde n'a pas compris que le Gabon avait changé.



JEUNE AFRIQUE : comment envisagez-vous les prochaines législatives pour le PDG ?



ALI BONGO ONDIMBA : Avec beaucoup de sérénité. Nous partions quand même d'un taux de croissance négatif, - 1,9% en 2009, nous sommes aujourd'hui, plus de 5%. Cela veut dire que le pays bouge dans le bon sens. La confiance revient, la consommation des ménages augmente et les investisseurs étrangers affluent. Nous disposons d'un programme clair, constant et qui commence à porter ses fruits. Les Gabonais pourront juger, comparer. Enfin, pour cela, il faudrait que les autres aient quelque chose à présenter...



JEUNE AFRIQUE : La société civile s'immisce de plus en plus dans la vie politique; ses acteurs comme Marc Ona Essangui (Brainforest), font désormais entendre leurs voix, se muent parfois en véritables opposants. Qu'en pensez- vous ?



ALI BONGO ONDIMBA : Je n'ai absolument rien contre le fait que chaque citoyen puisse se préoccuper de la vie politique de son pays.



Lorsqu'elle est équidistante des organisations politiques et joue son rôle de catalyseur de la démocratie, de médiatrice, de vigie, ou encore lorsqu'elle formule des propositions, la société civile est
Indispensable.



En revanche, lorsqu'elle est accaparée par des individus qui, tout en prônant l'alternance politique, s'incrustent de manière inamovible dans leur propre système, en font un fonds de commerce ou une plateforme de visibilité et de reconnaissance personnelle, cela pose un problème de crédibilité et d'utilité. Pour parler des ONG, on assiste à un véritable mélange des genres. Aujourd'hui, certains dirigeants de ces ONG se sont donné le droit de s'immiscer dans tout. Au nom de quoi et de qui, je n'en sais rien. Les décideurs politiques ont tous des mandats.



Nous sommes redevables devant ceux qui nous ont fait confiance, nous Jugent, nous sanctionnent D'autres se lèvent un matin pour dire: « Moi, Je n'al d'engagement envers personne, mais je me donne le droit de venir exiger ceci ou cela » C'est trop facile.


Vous connaissez M. Marc Ona Essangui, eh bien, conseillez lui de créer un Politique et de se présenter aux prochaines élections. Il aura donc un mandat, pourra proposer aux Gabonais ses idées et on verra alors s'il sera soutenu. En attendant, Je suggère qu'il s'occupe de la défense de l'environnement puisque son ONG a été créée dans cet objectif-là.



JEUNE AFRIQUE : Parmi les échéances de 2012, il y a l'organisation de la Coupe d'Afrique des Nation (CAN) de football avec la Guinée équatoriale. Êtes-vous confiant quant aux délais de livraison des différentes Infrastructures et à la bonne tenue de cette compétition ?



ALI BONGO ONDIMBA : L'année 2009 a été désastreuse. Les chantiers ont pris beaucoup de retard que nous nous efforçons de rattraper. Mais malgré tout ce qui se dit ou s'écrit nous serons prêts à la date prévue.



JEUNE AFRIQUE : Le Gabon se tourne vers de nouveaux horizons économiques (Chine, Corée du sud. Singapour, Etats-Unis, Australie…). L'arrivée de ces nouveaux acteurs n'agace-t-elle pas votre partenaire traditionnel: la France ?



ALI BONGO ONDIMBA : Le Gabon a pris le parti de consolider ses alliances historiques tout en diversifiant sa coopération internationale et ses partenaires. Tous ceux qui croient dans le potentiel de notre pays sont les bienvenus, pourvus qu'ils nous apportent évidemment, une véritable valeur ajoutée. Mais les nouveaux investisseurs qui viennent au Gabon ne le font pas au détriment des entreprises françaises.



Nous aimons pratiquer l'addition et non la soustraction. J'ajouterais même que les entreprises françaises déjà sur place profitent de ces nouveaux partenariats. Le président Sarkozy soutient d'ailleurs notre politique. Tout le monde y gagne, à commencer par les Gabonais. C'est au fond ce qui m'importe le plus.



JEUNE AFRIQUE : Le Gabon mise beaucoup sur le green business, l'environnement et la mise en valeur de ses atouts en la matière. Pour certains, Il s'agit d'un simple phénomène de mode...



ALI BONGO ONDIMBA : Le green business, au sens large, c'est la prochaine révolution économique, au même titre que les révolutions agricole et industrielle. Nous jouissons d'atouts considérables. Il faudrait être fou pour n'en faire qu'une lubie ou un simple phénomène de mode comme vous le dites.



JEUNE AFRIQUE : La zone économique spéciale de Nkok sera Inaugurée le 9 septembre. Ce type d'Infrastructures se multiplie en Afrique. Qu'en attendez-vous ?



ALI BONGO ONDIMBA : Nous voulons appuyer, grâce à des avantages fiscaux attractifs, les entrepreneurs qui investissent, notamment dans la transformation du bois, et plus généralement ceux qui participent à l'industrialisation de notre économie. Déjà 6000 emplois directs et Indirects ont été créés. Avec un Investissement direct étranger de près de 200 millions de dollars, il s'agit de la première zone économique spéciale d'Afrique subsaharienne.



D'après nos prévisions, Nkok atteindra environ 1 milliard de dollars d'investissements, avec un potentiel de près de 50000 emplois à terme.



Une zone franche de l'île Mandji, à Pott-Gentil, est également en cours de constitution. Elle sera davantage spécialisée dans les industries et services parapétroliers, l'assemblage, le stockage et la distribution de produits, et dans les activités de services liées aux nouvelles technologies. Un premier investissement de 1,5 milliard de dollars a été signé en 2010 avec Olam et le groupe indien Tata Chemicals pour la construction d'une usine d'engrais.



JEUNE AFRIQUE : Comment voyez- vous l'après pétrole ?



ALI BONGO ONDIMBA : C'est certainement une époque que je ne connaitrais pas ... En revanche, cela concerne nos enfants. Voilà. pourquoi nous voulons nous préparer maintenant. Nous misons beaucoup sur l'industrie forestière, mais aussi sur le secteur des mines. Il n'a pas vraiment été exploité, à part certains produits comme le manganèse et l'uranium et seulement dans certaines localités. Plus largement, nous sommes en train de promouvoir un tissu industriel et de favoriser l'émergence de champions rayonnant au niveau régional, voire international comme Gabon oil. Petro Gabon, la Compagnie Equatoriale des mines, ou encore Olam Pétrochimie. Ce ne sont là que des exemples: nous avons élaboré 20 plans sectoriels sur cinq ans dans le tourisme, le numérique, les infrastructures, les transports etc.



JEUNE AFRIQUE : Sur le plan diplomatique, maintenant, quels rapports entretenez-vous avec les principaux chefs d'État de la sous- région, qu'il s'agisse du Camerounais Paul Biya, de l'Équato-Guinéen Teodoro Obiang Nguema ou du Congolais Denis Sassou Nguesso ? Vous êtes le plus jeune et le plus récemment arrivé au pouvoir…



ALI BONGO ONDIMBA : Voulez-vous savoir si j'ai subi le bizutage du petit nouveau? Non, je peux vous rassurer, nos rapports sont très bons. Les chefs d'État de la sous-région sont des personnalités que je connais depuis longtemps, cela aide. Nous travaillons ensemble dans le cadre de la Cemac [Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale] : ce qui se passe bien chez l'un est intéressant pour l'autre et l'affecte dans le bon sens.



JEUNE AFRIQUE : Il y a pourtant eu des périodes délicates, notamment avec l'affaire de la Banque des États de l'Afrique centrale (Beac). Vous avez pris vos fonctions en octobre 2009, quand le scandale a éclaté. Le Gabon a perdu le poste de gouverneur au profit de la Guinée équatoriale et le principe de rotation a été adopté. Comment avez-vous vécu cette période ?



ALI BONGO ONDIMBA : Il est évident que, pour moi qui m'installais à peine, cela n'a pas été facile. Mais un problème touchant la Beac est un problème qui touche tous les États, pas seulement le Gabon.



JEUNE AFRIQUE : Mais ce sont des responsables gabonais de l'institution qui ont été mis en cause.



ALI BONGO ONDIMBA : Oh, ils n'étaient pas seuls…



JEUNE AFRIQUE : C'est-à-dire ?



ALI BONGO ONDIMBA : Nous avons réagi très rapidement pour qu'une enquête soit menée afin de déterminer ce qu'il s'était réellement passé. Et nous souhaitons ardemment que ces investigations aillent jusqu'au bout. Je n'ai pas de problème particulier avec mes voisins, mais je souhaite que tout le monde soit traité de la même manière. Aujourd'hui, les choses se passent bien et la réforme de la banque va continuer.



JEUNE AFRIQUE : On a parlé de tensions avec la Guinée équatoriale, comme lors du conflit territorial au sujet de l'île de Mbanié…



ALI BONGO ONDIMBA : S'il y avait de la tension avec la Guinée équatoriale, je n'aurais pas soutenu le gouverneur actuel de la banque, qui est équato-guinéen. Notre différend territorial est géré au niveau de la Cour internationale de justice de La Haye et n'impacte pas les partenariats qui nous lient, dont l'organisation de la CAN. Le président Obiang et moi-même étions fin juillet à la frontière de nos pays pour inaugurer deux ponts qui vont augmenter nos échanges commerciaux et faciliter la circulation des personnes. Existe-il meilleur symbole d'entente que la construction d'un pont ?



JEUNE AFRIQUE : vous êtes rendu en visite officielle aux États-Unis, du 5 au 10 juin, où vous avez rencontré le président Obama. Que vous êtes-vous dit ?



ALI BONGO ONDIMBA : Quand des chefs d'État se rencontrent, c'est pour échanger sur les sujets bilatéraux mais aussi sur les grandes questions de l'heure. Il arrive également qu'on puisse demander quelques conseils. Cet échange n'a pas échappé à la règle. L'international et la crise libyenne ont évidemment été abordés, étant donné que le Gabon siège encore au Conseil de sécurité jusqu'à la fin de l'année. En tout cas, ce fut très cordial.


JEUNE AFRIQUE : Cette visite a aussi été l'occasion de nombreuses critiques de la part de l'opposition et de la société civile gabonaise, qui ont trouvé un certain écho aux États-Unis: biens mal acquis, accusations de népotisme, de mauvaise gouvernance, voire de dictature…



ALI BONGO ONDIMBA : Les critiques dont vous parlez, je m'y attendais: elles ont été formulées parmes adversaires politiques, ceux-là mêmes dont nous venons de parler, et reprises par certains médias pour qui nous sommes des gens infréquentables, corrompus, et qui ne peuvent rien faire de positif…J'ai d'ailleurs découvert, avec la relance médiatique de l'affaire dite des « biens mal acquis », qu'il existait en droit un nouveau délit, le délit de patronyme. Je m'appelle Bongo, je suis donc forcément coupable… Et je note au passage qu'il s'agit, dès l'énoncé de l'affaire elle-même, non pas d'une interrogation mais d'une affirmation.



JEUNE AFRIQUE : Trouvez-vous anormal que l'on puisse se poser la question de la provenance des fonds qui ont permis d'acquérir des biens à l'étranger, en France notamment ? Ou que l'on s'interroge sur des acquisitions immobilières au nom de l'État gabonais, comme l'hôtel particulier de la rue de l'Université à Paris ou l'ex-résidence de Ted Kennedy à Washington ?



ALI BONGO ONDIMBA : Que les choses soient claires : chaque fois qu'il nous paraîtra opportun de procéder à la consolidation du patrimoine immobilier de l'État gabonais, nous ne demanderons l'onction de personne. Le Gabon est un état souverain qui peut faire des investissements rentables et durables, y abriter ses représentations diplomatiques conformément à ses moyens et à ses ambitions. L'État gabonais ne se contentera pas d'être locataire ad vitam æternam. Dans les deux cas cités, à Paris et à Washington, nous avons informé par communiqué l'opinion publique nationale et internationale parce que nous n'avions rien à cacher.



Un chef d'État , un patron ,un avocat africain ne peut pas s'offrir des véhicules dits de luxe, une villa ou un appartement sans être taxé de voleur ? En Afrique, comme partout ailleurs, il existe des processus transparents d'accumulation de richesses. Quand celles-ci sont pillées par des gens extérieurs au continent, ce n'est pas un problème, mais dès que c'est un Africain qui possède de l'argent, c'est suspect. En ce qui me concerne, il n'y a aucun bien personnel dont je ne peux justifier l'origine et l'acquisition légales.



Mon patrimoine est déclaré. Je mets au défi n'importe quelle organisation ou quidam de prouver le contraire. J'ai gagné de l'argent dans ma vie, j'ai fait des affaires, parfois très bonnes, notamment lorsque j'ai dû quitter mon poste de ministre [en 1991]. Je ne vais pas m'excuser d'avoir gagné cet argent ni de m'appeler Bongo, même si cela en dérange certains qui avaient pris l'habitude de « cogner » sur mon père et continuent avec moi dans un réflexe pavlovien.



JEUNE AFRIQUE : Ce que vous reprochent vos détracteurs et ceux qui ont déposé ces plaintes en France, c'est votre train de vie et celui d'un certain nombre de vos pairs. Un train de vie que vous ne pourriez vous permettre si vous n'aviez pas, disons, pioché dans la caisse…



ALI BONGO ONDIMBA : Bien. J'ai été élu président de la République gabonaise, pas de l a République française. J'ai des comptes à rendre aux seuls Gabonais. Et qu'on cesse de prendre les Africains pour des imbéciles, parce que tout cela revient à dire : «Nous les bons Blanc s, nous sommes plus intelligents, donc analysons mieux les choses et les faisons à votre place. » Cette attitude frise la condescendance et le racisme. Je n'ai volé personne et n'ai détourné aucuns fonds. Mais je n'ai pas vocation à servir de punching-ball…



JEUNE AFRIQUE : L'année 2011 a été marquée par une actualité très forte sur le continent : révolutions arabes, en Tunisie d'abord puis en Égypte et en Libye, évolutions au Maroc ou en Algérie, crise ivoirienne… Comment avez-vous vécu, par exemple la chute du régime Ben Ali le 14 janvier ? Cela vous a-t-il surpris ?



ALI BONGO ONDIMBA : Il faut être honnête, nous avons tous été surpris. Toutes proportions gardées, et même si l'issue a été différente, cela m'a rappelé ce qu'un certain nombre de pays d'Afrique subsaharienne ont vécu dans les années 1990 avec l'expression très forte d'aspiration démocratique et les conférences nationales. Lorsque le peuple veut être entendu, lorsqu'il exige des changements, il est impossible de ne pas y répondre. C'est une leçon pour nous tous, que nous avons intérêt à méditer.
JEUNE AFRIQUE : Six mois après le début de l'insurrection libyenne, le régime de Mouammar Kaddafi s'est enfin effondré. Vous avez fait le choix, en mars dernier, de voter la résolution des Nations unies autorisant l'intervention militaire de l'Otan, contre l'avis exprimé par l'Union africaine. Pourquoi ce choix ?



ALI BONGO ONDIMBA : Comme membre du Conseil de sécurité, nous avons effectivement approuvé la résolution 1973. Nous pensions que le fait d'entamer des discussions au sein du Conseil de sécurité inciterait les autorités libyennes à infléchir leur position, à arrêter les hostilités et à ouvrir un véritable dialogue.



Or il se trouve que, pendant que nous étions en train de discuter de cette résolution, Kaddafi a tout fait pour accélérer la répression et en finir avant qu'elle ne soit adoptée. Une telle attitude a certainement influencé un certain nombre de pays d'abord réticents à voter ce texte… Nous assistons donc aujourd'hui à la chute inéluctable d'un régime qui est Resté sourd à tous les appels à l'apaisement et au dialogue. Trop de vies ont été perdue sa cause de cet aveuglement. Kaddafi, comme Gbagbo avant lui, n'a pas eu, ou n'a pas voulu avoir, la lucidité nécessaire pour ne pas prolonger inutilement la liste des victimes de cette guerre.



JEUNE AFRIQUE : Et maintenant, Kaddafi parti, comment voyez-vous l'avenir proche de la Libye ?



ALI BONGO ONDIMBA : J'ai reçu courant août des dirigeants du Conseil national de transition (CNT) désireux de faire participer la communauté internationale à la recherche de solutions politiques durables. Nous devons tous apporter notre concours à la Libye pour qu'elle panse ses plaies et qu'elle s'attelle à construire son avenir. Un chantier titanesque, qui implique de poser les principes d'édification et de consolidation d'un véritable État de droit, de répartition équitable des richesses du pays et de restauration de la stabilité et de la sécurité, indispensables à sa reconstruction. Tout cela doit nécessairement passer par l'expression de la volonté du peuple, donc par des élections. Je ne doute pas que les Libyens y parviennent. Même si le chemin sera très long et ardu.



JEUNE AFRIQUE : L'intervention militaire de l'Otan en Libye, comme celle des Nations unies en Côte d'Ivoire, a choqué de nombreux Africains, qui y voient l'expression d'une forme de néocolonialisme dans le seul but d'accaparer les richesses de ces pays. Au point d'ériger, pour certains, Mouammar Kaddafi et Laurent Gbagbo au rang de résistants et de héros africains. Comprenez-vous cette sensibilité ?



ALI BONGO ONDIMBA : Bien sûr, je comprends que l'on puisse penser cela compte tenu de l'histoire de notre continent, mais je ne partage pas cette opinion. Quelles alternatives avait-on? Laisser la Côte d'Ivoire ou la Libye sombrer dans le chaos et se dérouler sous nos yeux de véritables bains de sang?



JEUNE AFRIQUE : L'alternative aurait été que l'Union africaine (UA) elle-même prenne en charge ces crises, soit plus efficace ou dirige ces interventions…



ALI BONGO ONDIMBA : Il faut être réaliste et pragmatique. Nous n'avons pas pu le faire, soit parce que nous n'étions pas d'accord, soit parce que nous n'en avions pas les moyens. C'est tout le problème que nous rencontrons à l'heure actuelle au niveau de l'UA. Nous en sommes tous conscients, et il faudra bien s'asseoir autour d'une table pour trouver des solutions. Mais personne ne nous a empêchés d'intervenir, c'est nous qui avons échoué. Il a bien fallu, une fois ce constat dressé, travailler avec ceux qui avaient la capacité d'empêcher que le pire ne se produise.



JEUNE AFRIQUE : Comment avez-vous vécu les images de l'arrestation de Laurent Gbagbo, le 11 avril dernier ?



ALI BONGO ONDIMBA : Ce ne sont pas des images que l'on souhaite voir, c'est une évidence. Mais à partir du moment où il a décidé de mener son combat jusqu'au bout – il faut tout de même rappeler qu'il est le principal responsable de cette crise –, il n'existait que deux possibilités : la capture ou la mort. Cela aurait donc pu être pire.


JEUNE AFRIQUE : Pensez-vous, après tout ce qu'a connu ce pays depuis la mort d'Houphouët, que les Ivoiriens pourront réellement se réconcilier ?



ALI BONGO ONDIMBA : Oui. Il ya suffisamment de sagesse chez les Ivoiriennes et les Ivoiriens. Ils ne peuvent qu'avoir mesuré les dégâts provoqués par la guerre et l'instabilité. Le président Ouattara sait aussi que la tâche qui l'attend est immense, qu'elle nécessitera du temps et beaucoup de sueur. Mais nous sommes tous prêts à l'aider.



Mardi 30 Août 2011
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2033 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

16.Posté par ams le 01/09/2011 11:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous allons bientot descendre dans la rue pour demander le depart d'ALI et nous allons voir s'il va demander a son armee de nous tirer dessus ?

15.Posté par Le Collectif des Gabonais qui veulent avancer le 31/08/2011 09:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Président a été clair et franc! l'interview politique, c'est un exercice difficile et il sen est bien sorti, il a tout expliqué clairement et il rend des comptes aux gabonais!

14.Posté par Kiboué le 30/08/2011 18:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ona Essangui a sa petite pub gratis ! Il aime ça ! C'est bon pour les go' du quartier n'en déplaise à madame !

Ona Essangui et Ali se connaissent et Ali Bongo le cite pour le faire monter et faire oublier la dissolution de l'UN.

Vous croyez qu'on ne voit pas le jeu .... Ahh foutez le camp !

@ Mabélé Oui LVDPG c'est de plus en plus la merde qui pue !

13.Posté par Mabélé Mabélé le 30/08/2011 18:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
AAAHH .... Vous nous fatiguez avec vos conneries .... Toute la stratégie politique de certains repose sur le choc des ethnies ... Mais vous allez faire votre vos villages ! Tout le monde est mélangé de plus en plus au Gabon comme les fangs ont les plus belles femmes du pays avec les Mpongwès ... Laissons les Gabonais copuler en paix et ne venez pas nous emmerder avec vos conneries de fang ceci ou de bilop cela ! Bande de malades mentaux ! LVDPG c'"est la merde vivement que le Gabon ait un site plus représentatif !

12.Posté par AKI NGOS le 30/08/2011 17:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ALI BONGO MENACE MARC ONA ESSANGUI

"Vous connaissez M. Marc Ona Essangui, eh bien, conseillez lui de créer un Politique et de se présenter aux prochaines élections. Il aura donc un mandat, pourra proposer aux Gabonais ses idées et on verra alors s''il sera soutenu. En attendant, Je suggère qu''il s''occupe de la défense de l''environnement puisque son ONG a été créée dans cet objectif-là. "

11.Posté par MEBALE le 30/08/2011 17:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui les changements sont perceptibles à tous le niveaux:

1- Les hôpitaux se dégradent d'vantage

2-Le pouvoir d'achat s'éffrite

3-La pédérastie devient une réligion

4-La corruption s'accentue

5-La mortalité infa,tile progresse.

Oui les changements sont bien là

10.Posté par Flore Essiane le 30/08/2011 16:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ceux la qui viennent ici parler des FANG quand on parle des problemes qui touchent tous les gabonais me font vraiment rire, ils meritent vraiment d'etre apeles BILOP! c'est d'une stupidite et ignorance grave que de venir ic nous etouffer avec des histoires de quartiers. bongo et famille ne font que piller le pays et vous etes al a vous attarder sur des conneries. Les logements sont ou? ou bien c'et 5000-2 (Paris et Washington)? L'audit, ou sont les resultats? Il faut le refaire, ah bon mais avec quel budget? L'economie, oui des chantiers, comme l'a dit une de ses slaves"le gabon est un chantier a ciel ouvert", qu'est ce qui a ete fait concretement? Les femmes accouchent toujours parterre au CHL, les ecoles sont toujours a 100 eleves par classes, diversification de l'economies: ou sont les mesures d'accompagnements? consommation des menages augmente? ah bon prouver le nous! Il a fait des affaires? lesquels et quel etait son patrimoine au depart? qu'il ublie sa fortune et on poura discuter la dessusChangement dans les posted administratifs? combiens et qui sont t ils? CA SUFFIT VRAIMENT COMME CA?
La societe civil a le droit de dire ce qu'elle pense sans pour autant a partenir a un parti politique Mr. qui a fait un doctorat en DROIT a la SORBONNE; by the way on attend toujours le diplomes et le titre de la these!
Mes freres qui viennent ici defendre ce qui ne l'est pas, pardon venez avec des arguments solides pour que le debat puisse etre de taille, pas avec des argument ethniques.
Merci
Flore Essiane

9.Posté par Gabao le 30/08/2011 15:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi dénoncer uniquement le favoritisme d'AMO à l'égard de ses proches?
Savez-vous combien de non altogovéens-logovéens travaillent à la comilog? à l'oprag? au trésor? à la douane? aux mines? à la bgfi? à l'opt? dans les institutions financières?
Pour peu que certains fangs soient favorisés dans l'éducation nationale ou à la primature (pour des salaires de merde, précisons-le), on crie au scandale. Parce que dans l'entendement de tous les gabonais les fangs devraient être à la remorque de toutes les autres ethnies, c'est pourquoi ils cautionnent toutes les discriminations dont les fangs sont victimes. Les fangs essaient de survivre dans un pays qui leur est hostile, qui les a toujours exclus ( pour le soit-disant prétexte qu'ils ont voulu écarté leur frère Léon Mba). Comment pouvez-vous comprendre qu'il existe des quotas anti-fangs dans certaines écoles supérieures, à la fac de médécine, et que tout le monde, y compris certains fangs, trouvent cela normal. La solidarité fang ne peut que se renforcer dans de telles conditions. Les fangs subissent les pires discriminations dans leur propre pays. Même le découpage électoral est une discrimination criarde. Un député dans le sud au sens large est élu sur la base de quelques centaines ( voir dizaines) d'électeurs, alors que dans le pays fang ( woleu-ntem, moyen-ogoué(abanga-bigné), estuaire, ogoué-ivindo), un député est élu sur la base de milliers ou dizaines de milliers d'électeurs...
Je me suis toujours posé cette question: si les" vrais" gabonais n'aiment pas les fangs, pourquoi ne pas créer un territoire autonome fang ( comme pour le sud soudan), comme cela vous vivrez heureux dans votre beau et riche pays, profiterez tranquillement de votre pétrole et vos mines illimitées, ne serez pas obligés de concéder des miettes de votre richesse à ces ingrats de fangs car je ne serais pas surpris de voir que si un référendum était organisé au gabon à propos de la création d'un territoire autonome "fang", la majorité des gabonais fangs ou non-fangs y seraient favorables.
Au lieu de cela, vous mettez en place un véritable système de gestion du pays basé sur la discrimination d'une ethnie, en vue d'un conflit inévitable que vous organisez, que vous préparez. Pensez-vous qu'on ne voit pas ce qui se passe? Vous devrez vous poser la question suivante: quel choix laisse-t-on aux fangs du gabon?

8.Posté par MLUTHERKING le 30/08/2011 15:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Patition et baldas vous des aveugles qui refusent de voir votre Alilebiafra est incompétént et restera toujours incompétent face à AMO et ceci n'est un secret pour personne au Gabon, AMO est largement plus diplômé que ce type adopté par bongo. au Gabon comme les plus nuls deviennent les premiers et les premiers les derniers. je vous l'affirme et le réafirme les Fangs sont les plus intellectuels du Gabon donc de ce fait les plus dipômés et forment l'élite du pays, à vous les rêveurs venez nous prouver le contraire, pour une petite preuve je vous renvoie faire les estimations ne frusque dans les grandes universités et écoles du Gabon sans compter ceux qui se retrouvent à l’étranger, vous allez fermer vos bouche d'ailleurs c'est une réalité évidente car l'homme en soit ne peut défaire le destin divin, les Fangs ne se croient pas les plus intelligents mais ils le sont et le resteront toujours jusqu'à la fin des temps n'en déplaise à ceux là qui sont sont complexés car c'est la triste réalité et vérité. Mais ce n'est pas le sujet d'actualité aujourd'hui et d'ailleurs c'est un débat révolu car chacune des ethnies sait ce qu'elle vaut et représente au Gabon Messieurs hélas j'allais oublier que les pdgistes ou les fanes d'alilebifra restent et sont nuls à tous les niveaux comme leur gourou qui n'a pas de charisme ni de vision politique encore moins les compétences pour diriger un pays comme le Gabon car on peut tout acheter sauf l’intelligence ni l'affection d'un peuple. ali bongo restera le président( le sous-préfet) le plus détesté et le plus incompétent de l'histoire politique du Gabon car les faits parlent d'eux même et continueront à le prouver. Le Gabon doit changer positivement et changera mais pas les patrouilleurs d'élections, assassins du peuple Gabonais comme alilebiafra et ses accolites. mais cela va bientôt finir et le jour du propriétaire est plus proche que vous ne le croyez.

7.Posté par MLUTHERKING le 30/08/2011 15:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Patition et baldas vous des aveugles qui refusent de voir votre Alilebiafra est incompétént et restera toujours incompétent face à AMO et ceci n'est un secret pour personne au Gabon, AMO est largement plus diplômé que ce type adopté par bongo. au comme les plus nuls deviennent les premiers et les premiers les derniers. je vous l'affirme et le réafirme les Fangs sont les plus intellectuels du Gabon donc de ce fait les plus dipômés et forment l'élite du pays, à vous les rêveurs venez nous prouver le contraire, pour une petite preuve je vous renvoie faire les estimations ne frusque dans les grandes universités et écoles du Gabon sans compter ceux qui se retrouvent à l’étranger, vous allez fermer vos bouche d'ailleurs c'est une réalité évidente car l'homme en soit ne peut défaire le destin divin, les Fangs ne se croient pas les plus intelligents mais ils le sont et le resteront toujours jusqu'à la fin des temps n'en déplaise à ceux là qui sont sont complexés car c'est la triste réalité et vérité. Mais ce n'est pas le sujet d'actualité aujourd'hui et d'ailleurs c'est un débat révolu car chacune des ethnies sait ce qu'elle vaut et représente au Gabon Messieurs hélas j'allais oublier que les pdgistes ou les fanes d'alilebifra restent et sont nuls à tous les niveaux comme leur gourou qui n'a pas de charisme ni de vision politique encore moins les compétences pour diriger un pays comme le Gabon car on peut tout acheter sauf l’intelligence ni l'affection d'un peuple. ali bongo restera le président( le sous-préfet) le plus détesté et le plus incompétent de l'histoire politique du Gabon car les faits parlent d'eux même et continueront à le prouver. Le Gabon doit changer positivement et changera mais pas les patrouilleurs d'élections, assassins du peuple Gabonais comme alilebiafra et ses accolites. mais cela va bientôt finir et le jour du propriétaire est plus proche que vous ne le croyez.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...