News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Ali Bongo peut réussir, question de temps ou de méthode ?

Le site de la Liberté - LVDPG Auditeur Libre le Vendredi 6 Août 2010 à 13:52 | Lu 1138 fois

Au pouvoir depuis octobre 2009, Ali Bongo voudrait redresser le bilan de son père et celui du PDG, en faisant du Gabon, un pays émergeant. Mais « mal élu », réussira-t-il son challenger, face à l’hostilité de son peuple ?



Gabon : Ali Bongo peut réussir, question de temps ou de méthode ?
« La critique est aisée, mais l’art est difficile » disait « feu Omar Bongo Ondimba »
« Tout le monde voit les faits, mais rare sont ceux qui cherchent la cohérence » disait un penseur français. Ali est de ceux qui pensent qu’il faut agir, pour renverser le cours des choses mais comment ?

Le Gabon se trouve aujourd’hui à un moment important de son histoire. Partout dans le monde, les innovations se multiplient, les talents naissent, les prouesses scientifiques, culturelles, et humaines foisonnent.

Tel pays qu’on croyait condamné au sous-développement au moment des indépendance comme l’Afrique du Sud s’est réveillé par l’action d’un homme, d’une population. Tel autre au contraire, qui semblait béni des dieux comme le Gabon, semble s’assoupir par les actions des hommes.

Pour le nouveau demi-siècle qui commence dès le 18 Août 2010, Le Gabon figurera-t-il dans le camp des pays qui réussissent et innovent ? C’est la grande question qui est versée au débat à onze jours des célébrations de la cinquantenaire.

Dans ses propos prémonitoires au mois de Janvier 2009, Le président BONGO ONDIMBA a déclaré « Dieu ne nous a pas demandé de faire du Gabon ce que nous sommes en train de faire. Il est quelque part et nous regarde. Un jour, il nous demandera les comptes ».

On ne peut être plus clair, pour reconnaître que le pays a été mal géré. Et, en sollicitant le suffrage universelle il y a un an, ALI BONGO a déclaré « je sais mesurer, avec sérénité, lucidité et clarté, les acquis du Gabon mais aussi ses insuffisances et ses urgences sociales. Les enseignements que je tire de ces consultations s’articulent notamment autour de :
La meilleure gestion des finances publiques ;
La meilleure redistribution de la richesse et des responsabilités dans la conduite des affaires publiques ;
La justice pour tous ;
La construction des routes praticables en toutes saisons ;
L’emploi des jeunes et le pouvoir d’achat des ménages ;
La solidarité envers les personnes économiquement faibles ;
L’accès à l’eau potable et à l’énergie ;
La santé, l’éducation, le logement et la formation des jeunes ;
La sécurisation de l’environnement national des affaires ;
Le maintien de la paix et de l’unité nationale.

Toutes ces préoccupations rejoignent pour l’essentiel le diagnostic clair, transparent, profond et courageux de la situation politique, économique et sociale de notre pays, posé par le Président Omar BONGO ONDIMBA dans son discours historique du 1er décembre 2007. Ce diagnostic révèle des maux qui nécessitent un traitement conséquent. Il est donc temps que la politique nous aide à exprimer nos idées, nos différences et nos accords dans la compréhension afin d’atteindre de grands objectifs communs nationaux et républicains. Plus que jamais, nous devons agir ensemble pour construire l’avenir du Gabon en toute confiance » .

Au-delà d’un simple slogan politique ces propos peuvent être compris comme la reconnaissance des errements ayant bloqué le décollage du pays. Pour ALI, il est temps à présent de passer à une nouvelle étape. La phase de redressement qui doit se poursuivre avec celle du développement. Celle d’un développement durable et solidaire. Une question se pose : Comment faire, pour faire ensemble ?

« Mal élu » par un peuple qui ne croit plus au système Bongo donc incarne Ali et qui n’accepte pas une succession monarchique, ALI BONGO a ouvert plusieurs chantiers sur la base d’un programme politique tenant compte des idées exprimées par les « grands candidats » aux élections de 2009. Mais un an après, certes, le Gabon est en chantier, le peuple ne semble pas convaincu par ces différentes actions qui pour certains, sont jugées « précipitées, irréfléchies… » et pour d’autres, donneront les résultats à terme.

En soit, le programme de réformes du gouvernement est viable, mais Il faut avoir le courage de reconnaître que le pays va mal. Il serait illusoire de penser que les choses iront d’elles mêmes. Les Gabonais dans leur majorité sont offusqués par la confiscation de leur expression, blessés par le mépris avec lequel leurs aspirations sont délayées.

"Ali Bongo se dit neuf,mais sa politique est soutenue par les pourris" a délaré un compatriote intérrogé. Or le dynamisme d’un pays est d’abord celui de tous ses habitants. Une politique, une stratégie, une action n’est applicable que si elle est bien comprise par tous et rencontre l’adhésion de tous .Le développement économique trouve sa source dans une dynamique nationale, une envie commune de progrès économique et social. Ce que le pouvoir actuel semble ne pas intégrer.

Certains observateurs s’accordent à reconnaitre qu’avec l’élection contesté d’ALI BONGO, le pays est bloqué, le climat politique et social est lourd.

Il est une évidence, ALI BONGO ne démissionnera pas. Il va falloir conjuguer avec lui du moins pour sept ans ! . Et, rien n’est moins sur Qu’ALI aussi a, l’envie d’apporter à sa manière, une pierre à l’édifice Gabon. Tous, les Gabonais ont des talents, des idées, des capacités qui ne demandent qu’à s’épanouir et à profiter aux autres. Qui n’a pas un projet, petit ou grand, qu’il n’ait envie de développer dans sa famille, son village, son département ou son pays?

Aussi, comment amener le système à changer ? A tenir compte des aspirations de tous ? Chacun sait que le mal gabonais est d’abord gabonais.

La générosité est toujours la meilleures route pour le succès. Tous, les Gabonais ont des talents, des idées, des capacités qui ne demandent qu’à s’épanouir et à profiter aux autres

Plutôt que de laisser emporter par le fatalisme, et la division, pour engager le pays dans cette grande et nouvelle étape de développement, il faut que tous les gabonais soient associés dans une action commune. Cela passe par à la responsabilité individuelle pour que chacun participe au développement du pays à sa manière, à son niveau, à son degré de responsabilité. les Gabonais sont - ils prêt à travailler à ce gouvernement illégitime ? , Sans oublier que Ali Bongo s'est imposé par un coup d'Etat électoral par le sang des Gabonais . Qui vivra, verra.

D’AKOK.

Vendredi 6 Août 2010
LVDPG Auditeur Libre
Vu (s) 1138 fois




1.Posté par CHE2 le 06/08/2010 16:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lorsqu'on a pas besoin de l'aval du peuple pour être élu dans un pays, alors je pense qu'on n'a pas non plus besoin de ce dernier pour mener à bien ses projets.
Il se pourrait qu'Ali Bongo ait réellement de bonnes idées et résolutions pour le Gabon, mais de là à croire qu'il avait les meilleures idées et résolutions au point de s'imposer à tout un peuple est la plus grande erreur qu'il a commise.
Je ne pense pas qu'Ali Bongo puisse apporter quoique ce soit au Gabon car étant prisonnier du système auquel il appartient comme l'a été Bongo père.
Alors qu'il ne compte pas sur les personnes éprises de changement ayant voté majoritairement contre lui.
Les dirigeants en Afrique sont les premiers responsables du sous développement de leurs pays, de par leur égoïsme et leur manque de patriotisme et nationalisme, et cet état de fait profite totalement à la France qui ne se fait pas prier pour leur apporter leur soutien en contrepartie d'avantages exclusifs en terme d'exploitation des ressources naturelles, et autres...



2.Posté par Mustafa le 07/08/2010 10:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pierre Mamboundou et André Mba Obame coulent sur un bateau au large de Libvreville - Qui sera sauvé?
....
- Le Gabon!

3.Posté par Mwane le 08/08/2010 00:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand l'afrique aura la démocratie, elle se développera.

4.Posté par Mong y'adzè le 08/08/2010 01:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Réussir quoi? Où sont les projets et les résultats chiffrés attendus? Pauvre type!

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...