News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Ali Bongo Ondimba et le coup de l’héritage - Objectif : présidentielle 2016

Le site de la Liberté - source : jeune afrique le Samedi 29 Août 2015 à 19:19 | Lu 2226 fois

Une opération séduction ?

« Posez-vous la question du calendrier politique et judiciaire », conseille-t-on du côté des associations françaises à l’origine de la procédure des « biens mal acquis ». La brève interpellation, le 3 août à Paris, du directeur du cabinet présidentiel Maixent Accrombessi dans le cadre d’une enquête pour « corruption d’agent public étranger et blanchiment » renforce à leurs yeux la suspicion.



En annonçant son intention de partager une partie de la succession de son père avec ses compatriotes, le président Ali Bongo Ondimba a surpris tout le monde, opposition et cohéritiers. Difficile, en effet, de critiquer un tel geste… Retour sur une déclaration politique aussi audacieuse que controversée.

«Débat royal : pour ou contre que le Roi donne une partie de son kolo [« argent »] et de ses kamas [« maisons »] aux jeunes du Bongoland [Gabon] ? » placardait Pahé, le caricaturiste bien en cour au Palais du bord de mer, sur son mur Facebook le 18 août.

La veille, en direct à la télévision à l’occasion de la Fête nationale, le président Ali Bongo Ondimba (ABO) avait annoncé qu’il cédait une partie de son héritage et trois demeures du patrimoine paternel à l’État. Pour la jeunesse du Gabon, une université sera fondée, et pour le rayonnement du pays, Paris accueillera deux nouveaux bâtiments culturels et diplomatiques gabonais.

Le discours a autant frappé par sa forme – l’allocution traditionnelle étant habituellement préenregistrée et diffusée la veille de la fête – que par sa généreuse conclusion quand, de révélations sensibles en déclarations tapageuses, les Gabonais assistent depuis des mois à la bataille acharnée que se livrent les 53 héritiers reconnus pour le partage du patrimoine laissé par le président Omar Bongo Ondimba (OBO), mort en 2009.

Ce n’est qu’un coup de communication, en aucun cas une démarche crédible de restitution des biens des Gabonais »

Le don d’Ali

« Ali Bongo cède son héritage », annonçait un peu vite le quotidien économique français Les Échos le 20 août. L’écho, en effet, d’une perception répandue à Libreville où L’Union, le grand quotidien proche du pouvoir, titrait lui-même la veille : « Ali Bongo Ondimba cède sa part d’héritage à la jeunesse ! » avant de nuancer dans le texte.

Car si ABO affirme que sa « part d’héritage sera partagée avec toute la jeunesse gabonaise », il précise ensuite que le don sera constitué « des revenus tirés de la part d’héritage qui [lui] revient ». Concrètement, une fondation pour la jeunesse et l’éducation sera créée et financée par les intérêts, dividendes et autres bénéfices générés par le capital reçu qui, lui, restera dans les coffres d’ABO.

« Cette fondation s’inscrit dans la durée et cette formule lui apportera des revenus réguliers », confirme le porte-parole du président, Alain-Claude Bilié Bi Nzé, en ajoutant que « si la succession fait apparaître des revenus pétroliers ou des dividendes de multinationales, ils y seront bien sûr intégrés ». Comment les chiffrer ? « Nous ne sommes pas encore en mesure de donner une estimation de la succession et il serait hasardeux d’annoncer un montant, mais la création de la fondation ne dépend pas de cette échéance et pourrait avoir lieu dans les jours à venir », répond Bilié Bi Nzé.

Les cadeaux des enfants d’OBO

Outre ce don d’Ali, le président annonçait aussi, « au nom des enfants d’OBO », offrir à l’État une villa et son vaste parc à Libreville, où une université de pointe sera construite, et deux hôtels parisiens qui « seront affectés à un usage diplomatique et culturel ».

Alors que s’éternise le conflit entre les ayants droit sur le partage de l’héritage, ce legs aurait-il été approuvé par les 52 autres héritiers ? Contacté, Me Éric Moutet, avocat d’Onaida Bongo, fille d’Omar, le réfute pour sa cliente : « Si cela avait été le cas, j’en aurais été clairement informé ! » D’autres envisageraient des suites judiciaires. « Aucun des héritiers n’a été mis au courant, confie une source proche du président. Il s’agit aussi d’exercer une forme de pression sur eux, avec ce pari : mis devant le fait accompli, qui osera s’y opposer ? »

À Paris, les médias français s’empressent de souligner que, dans le cadre de l’affaire des « biens mal acquis », les deux hôtels particuliers de la capitale – dont l’un, rue de La Baume, a été acheté en 2007 pour 18,875 millions d’euros – sont sous la surveillance de l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF), « sans être pour l’instant placés sous hypothèque judiciaire, pour autant que je sache », concède l’avocat d’une ONG plaignante.


Une opération séduction ?

« Posez-vous la question du calendrier politique et judiciaire », conseille-t-on du côté des associations françaises à l’origine de la procédure des « biens mal acquis ». La brève interpellation, le 3 août à Paris, du directeur du cabinet présidentiel Maixent Accrombessi dans le cadre d’une enquête pour « corruption d’agent public étranger et blanchiment » renforce à leurs yeux la suspicion.

Et à l’approche de la présidentielle de 2016, l’annonce est inévitablement perçue comme une opération de séduction à l’adresse de la nombreuse jeunesse, potentiellement votante. « Ce n’est qu’un coup de communication, en aucun cas une démarche crédible de restitution des biens des Gabonais. Il n’appartient qu’aux justices française et gabonaise d’ordonner la restitution de ces biens à l’État et ABO va un peu vite en besogne, s’indigne Georges Mpaga, porte-parole du mouvement gabonais. Ça suffit comme ça ! »

Et le cacique de l’opposition, Zacharie Myboto, accuse : « Ce sont des déclarations politiciennes fallacieuses. ABO a autant l’habitude de faire des promesses que de ne pas les tenir ! » »

Le chef de l’État devra rapidement matérialiser son élan du cœur s’il ne veut pas qu’il devienne une entrave à sa campagne

Outré à son tour, le porte-parole du président rappelle la philanthropie patriotique qui anime le discours du 17 août et interprète ces attaques comme « la réaction de gens embarrassés qui ne s’attendaient pas à une telle action, encore moins d’une telle ampleur. Nous sommes déjà dans la phase opérationnelle, bien au-delà de la communication. Quant à M. Myboto, il ne peut pas réagir autrement, étant partie prenante de la succession par sa petite-fille, Oneida, la propre fille d’Omar Bongo. On aimerait le voir capable du même geste ! ».

Selon les rares proches qui ont participé très discrètement à la mise au point du projet, ABO mûrissait sa décision depuis longtemps. « Mais il a commencé à vraiment y travailler en avril, en prévoyant déjà de l’annoncer lors de la Fête nationale, confie l’un d’eux. Beaucoup de choses doivent encore être faites pour assurer l’avenir de la jeunesse, et ce don est une réponse aux difficultés économiques que connaît le pays. C’est aussi un hommage à son père et à son amour du Gabon. » Un autre proche y ajoute « la volonté d’ABO de se démarquer de ces histoires de « biens mal acquis » et de succession qui le tourmentent depuis des années ».

Objectif : présidentielle

En vidant ainsi la boîte de Pandore ouverte par la disparition du patriarche, le locataire du Bord de mer a fait des vagues jusque dans le Gabon profond. Entre ceux qui, dans le pays, glorifient le prince prodigue et ceux qui pestent que « rendre au peuple ce qui est au peuple est la moindre des choses », l’un des héritiers Bongo estime qu’un exemple vient d’être donné, qu’il faut suivre et amplifier.

« Cela fait des années que je pousse pour que nous fassions tous ce geste-là, déclare Anicet Bongo Ondimba. Les Bongo, mais aussi les Ping et les Myboto qui sont de la famille. Et nous ne devrions garder que ce que mon père nous a, comme à tant de Gabonais, donné de son vivant. Mais ce qu’il a laissé à sa mort doit revenir à la communauté, conformément à la tradition bantoue. » Et face à « l’énervance » des ennemis politiques d’ABO, Pahé le 20 août élargissait sur Facebook le débat à l’ensemble du marigot politique : « Les opposants, anciens ou nouveaux, doivent-ils aussi ouvrir leurs paumes ou n’ont-ils rien car fauchés ? »

Le signal de départ d’une course aux dons ? En attendant si généreuse et générale abnégation, la présidentielle approche et le chef de l’État devra rapidement matérialiser son élan du cœur s’il ne veut pas qu’il devienne une entrave à sa campagne.

À CHACUN SA PART

Selon un document de la Direction générale des impôts du Gabon daté d’octobre 2014 et élaboré sur la base d’éléments transmis par Pascaline Bongo, l’actif net de la succession s’élève à 549 millions d’euros, un montant contesté, sous- ou surévalué selon les avis. Légataires universels, Ali et sa sœur Pascaline doivent s’en partager la moitié. Ce qui porterait la part d’Ali à 137,25 millions d’euros.

Samedi 29 Août 2015
source : jeune afrique
Vu (s) 2226 fois




1.Posté par jule le 29/08/2015 20:51 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
aly se moque d nous parcqu on y peu rien ns avon nos bouch. gueuler derrier notre ecran sil sagis de manisfester tous le monde senfuit ainsi qu nos poltron oposant jusqua dan ls eglise.
il faut ns sacrifier pour qu le lendemain soi meilleur.
nos gueule ns maitent en retard et alor fait c quil veux.
se ne sont pas ls ping qui vienne change c nous ls population dabord.
partous ou il ya eu le changemen c la jeuness qui prenn leur responsabilite jamais ls oposant.
en tunisie cetais la jeuness du printem arabe au burkina cetais les balais citoyen au senegal cetai ls yen a mare et chz ns au gabon c sont qui reflissison ns.
la jeuness est sacres comm disai lui meme.

2.Posté par tate le 29/08/2015 21:49 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Con de sa mère adaptive,et maudit soient tous ceux qui l''ont aidé à voler la victoire en 2009

3.Posté par Ali bongo le 30/08/2015 08:08 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
post 2 . ping etais avec moi in 2009. hummmm vous n''avez pas encore compris?

4.Posté par democrate le 30/08/2015 09:24 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Parlons du dialogue politique bien avant d aller aux urnes?pensez vous .avec trois actes de naissances different pour soit- disant un chef d etat peut il se representer ?mr ali ne merite plus sa candidature?tromperie politique et pillage .

5.Posté par henry le 30/08/2015 10:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
lorsqu'on est pas sûr de ces capacités intellectuelles on s'entoure d'une légion étrangère car celle si est incapable de nous jugé, mais elle est juste là pour son profit. voilà Pourquoi nôtre pays est très mal gouverné aujourd'hui.

6.Posté par henry le 30/08/2015 11:00 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
alors pour moi il nous faut un nouveau leader pour nôtre jeunesse car Amo n'est plus.il nous faut impérativement nôtre BLEGOUDÉ GABONAIS, sinon je craint des jours difficile pour nôtre future.

7.Posté par Jean Ping le 30/08/2015 23:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Poste 3, ali le biafrais, alias bongo, t'as pas encore compris qu'il s'agira d'un vote sanction? Que n'importe quel Gabonais ferait l'affaire contre un usurpateur sans papiers , faussaire, menteur, immature, voleur et assassin? On sait qu'après avoir pitoyablement échoué au bachot, tu t'es fait acheter un doctorat, option géographie mais tout de même, tu sais ce que signifie "vote sanction", non? Ou là encore, faut qu'acrombessi puise dans le Trésor gabonais pour te trouver un percepteur qui t'en donnerait le sens?

8.Posté par NEM le 31/08/2015 09:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Relisez bien ce texte, car il y a des choses à comprendre et à amplifier auprès du public gabonais; Il est précisé que "les médias (français) s'empressent de souligner que, dans le cadre de l'affaire "des biens mal acquis" les deux hôtels de la capitale (française)...sont sous la surveillance de l'Office central pour la répression de la grande délinquance de la répression financière OCRGDF...
Donc le patrimoine que le Chef de l'Etat gabonais veut donner au système culturel gabonais est bien celui qui pose problème! Incroyable!
Il donne une maison pour en faire une université! Alors que cette bâtisse est bien la propriété de Patience Dabany; En effet, il veulent encore la faire louer à l'Etat gabonais afin que cette dernière en gagne d'avantage. Il transforme des stades de Football en Lycée d'Etat! Mais jusqu'où ira ce type?

9.Posté par mentlentume le 02/09/2015 10:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BONNE ANALYSE poste 1 DEPUIS QUE ALI EST AU POUVOIR VS NE FAITES QUE GUEULER ,CRIER, INSULTER, RIEN N'A CHANGE VOUS PARLEZ DERRIÈRE SON DOS MAIS JAMAIS EN FACE ESPÈCES DES LÂCHES VOUS CROYEZ QUE ON DONNE LE POUVOIR A N'IMPORTE QUI?? DEPUIS QUE VS AVEZ DIT DE LE CHASSER DU PALAIS EST_IL PARTI? VOUS N’ÊTES QUE DES SIMPLE MUSICIENS PENDANT QUE VOUS CHANTEZ, YA ALI DANSE ET IL NE FAIT QUE AVANCER IL FAUT ÊTRE RÉALISTE JE NE VOIS PAS UN OPPOSANT QUI FAIT LE POIDS DEVANT ALI BONGO ONDIMBA LE CHAMPION VOUS POUVEZ TOUT DIRE DE LUI VOUS ÊTES ENTRAIN DE PERDRE VOTRE ÉNERGIE IL EST TOUJOURS LA . LE CHIEN ABOIE LA CARAVANE PASSE DISAIT OMAR BONGO ONDIMBA

10.Posté par Gabon d''''''''''''''''abord le 02/09/2015 23:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mentlentume, la politique est un combat d'idées. Et heureusement encore, parce que je sais que tu ne ferais le poids devant aucun de ceux que tu traites de gueulards. Ton biafrais, depuis qu'il est au pouvoir, n'a jamais accepté d'affronter aucun de ses rivaux qui, pourtant, réclament la controverse télévisée. Pendant les campagnes de 2009, à maintes reprises, Mba Obame l'a invité à un débat télévise, face aux Gabonais. Et ce pleutre a toujours fui le choc frontal. Pendant les émeutes de 93, j'étais bien gamine, certes, mais j'ai vu, à la TV, omar bongo sillonner les routes enflammées et aller au devant de Gabonais en colère. Un jeune étudiant, à Rio, avait même projeté une pierre sur le convoi présidentiel. Il s'était fait immédiatement maîtriser par quelques membres de la GP. Le président omar s'est dirigé vers le jeune homme en souriant et sur un ton blagueur, lui a demandé ce qui a justifié son acte. Le pauvre gosse s'était tout de suite confondu en excuses. Nous voyons, parfois, Mr hollande aller au devant de manifestants en colère et tenter de renouer le dialogue, même si ce n'est pas aisé. Ton usurpateur de biafrais, à part prendre un ton grondeur, derrière les caméras, à quel moment a-t-il déjà tâté le pouls de la population gabonaise? Une vidéo sur you tube le montre à Paris, fuyant et se dissimulant derrière les vitres teintées de sa voiture face à des étudiants le traitant de dictateur et d'assassin. Il n'a même pas osé croiser leurs regards et c'est au Gabon qu'il vient geindre à la rtg 1 de s'être fait insulter à Paris. Toi qui nous traites de gueulards, mentlentume, lors d'un échange d'idées, tu ne tiendrais pas le rythme face à mon petit frère, âgé de 22 ans et qui est en 3e Licence de Droit à l'UOB. Nous combattons le régime dictatorial, sanguinaire et budgétivore d'ali. La constitution nous reconnaît ce droit. Tu n'es pas la cible de nos attaques. Si tu rentres dans le domaine des invectives personnelles, mon ami, je te plaindrais.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...