News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Ali Bongo Ondimba en Corée du Sud pour chercher l'émergence !

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24 le Lundi 25 Octobre 2010 à 09:25 | Lu 818 fois



Gabon :  Ali Bongo Ondimba en Corée du Sud pour chercher l'émergence !
Ali Bongo Ondimba, a gagné dimanche la capitale de la Corée du Sud, dans le cadre d’une visite officielle de trois jours, axée sur le renforcement de la coopération, visant à tirer le maximum profit de l’expérience de ce pays émergent, dans la vision du projet politique ‘’Gabon Emergent’’ dont il est l’architecte en chef.

Après plusieurs ratés à l’allumage, Ali Bongo décide de consulter l’expertise des pionniers en la matière, dont le chemin est jalonné de succès mais aussi d’erreurs dont le Gabon gagnerait à éviter à l’avenir.

Dans l’agenda de travail d'Ali Bongo qui est accompagné par un important nombre de ministres et d’hommes d’affaires gabonais, se trouvent plusieurs dossiers, dont celui relatif au développement du secteur de l’énergie qui connaît au Gabon depuis des lustres du mal à décoller, malgré la privatisation de l’unique société d’eau et d’électricité du pays au profit de la multinationale française Veolia. Les coupures constantes d’eau et d’électricité sont le lot de la population, et le cas est présentement chronique dans la capitale économique, Port Gentil, où principalement l’accès de l’eau potable relève du casse tête gabonais. Dans ce registre énergie, c’est notamment le cas d’évoquer l’intérêt affiché par la Corée du Sud, pour les 42 blocs pétroliers en eau profonde gabonaise, et dont l’appel d’offre dernièrement reporté au 27 octobre, a été différé à une date ultérieure, en raison des bouleversements que gagnent ce secteur à l’échelle internationale.

Le développement de l’exploitation des ressources s’invite également dans ce déplacement de la Corée du Sud, le secteur étant pour l’heure comme une chasse gardée des français, dans laquelle ont réussi à pénétrer comme par infraction, les durs à cuire des chinois, dont le deal persuade de nombreux dirigeants du sud, vraisemblablement désabusés par monopole sans résultats probant de la présence occidentale. Des deals à défaut de mieux, bien que conscients de la technologie quelconque venue du pays du soleil levant.

Les questions d’infrastructures ne sont pas en reste, l’émergence ne saurant être matérialisée sans un niveau de vie acceptable de la population, et un développent certain du pays, qui tranche l’image actuelle de pays riche très sous développé, et dont les velléités de transformations actuelles, à travers notamment la construction de nouveaux échangeurs dans la capitale, sont mis à mal par de bruits de calcaire qui rongerait les poteaux censé servir de piédestaux à certaines ces infrastructures, sans que le moindre éclairage ne soit donné à la population, au non de la privauté entre l’adjudicateur du marché et le chantre de l’émergence. Toute chose qui pourrait d’avance, si cela se révélait vrai, tuer dans l’œuf les élans d’émergence qui peinent déjà à prendre forme.

Le déplacement de la Corée du Sud, intervient après sa participation au dernier sommet de la francophonie en Suisse, qui a notamment été sanctionné par la réélection au secrétariat général de cette organisation, de l’ancien chef de l’Etat sénégalais, Abdou Diouf. Qui vivra, verra de l'émergence d'Ali Bongo Ondimba


Lundi 25 Octobre 2010
LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24
Vu (s) 818 fois




1.Posté par Dr Daniel Mengara le 25/10/2010 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le régime bongoïste ne donne de choix qu’entre le miracle, la résignation ou la violence... Apres l’immeuble de Paris Une autre folie du Rookie president…QUI VIVRA VERA!…Vive l’emergence

L’ÉTAT GABONAIS PERD 240 MILLIONS DE DOLLARS, SOIT 120 MILLIARDS DE FRANCS CFA. AU PAYS, PERSONNE N’OSE EN PARLER

C’est le site lawinfrance.com, un site du droit des affaires français, qui révèle la nouvelle depuis le 20 Mai dernier. L’état gabonais vient de se voir infliger un camouflet juridique par le Centre International Pour le Règlement Des Différents Relatifs Aux Investissements (CIRDI). C’est un organisme de la Banque Mondiale, dont le but est de gérer et arbitrer les litiges entre pays et investisseurs étrangers. L’affaire qui était tranchée par le CIRDI opposait un consortium autour de la société belge Transurb, au gouvernement gabonais; suite à une résiliation de contrat sur l’exploitation du Transgabonais.

1. L’odyssée du Transgabonais
Quand Léon Mba meurt en 1967, il laisse un dossier de construction d’une ligne de chemin de fer dite “Owendo-Belinga”. Ce chemin de fer doit servir principalement à l’évacuation du Fer qui doit être exploité sur le site de Belinga dans l’Ogooué-Ivindo. Arrivé au pouvoir, Albert Bongo décide que le fer de Belinga n’est plus si important que ça car il a désormais le pétrole, beaucoup de pétrole. Il ordonne, contre l’avis de la banque mondiale et de beaucoup de gabonais de l’époque de Léon Mba, d’abandonner le projet Belinga, mais d’en récupérer la ligne de chemin de fer et en modifier le tracé, qui irait dorénavant d’Owendo jusqu’à Franceville. Ce projet pharaonique reste une folie financière qui jusqu’aujourd’hui, demeure déficitaire. Ce projet a été l’occasion pour les prédateurs du Gabon de se sucrer sur notre dos. Le maitre d’œuvre des travaux fut l’entreprise française (vous l’aurez deviné) Spie Batignolles. Une entreprise étatique est mise en place pour gérer le Transgabonais, l’OCTRA qui fera faillite et disparaitra. En 1999, l’état Gabonais cède l’exploitation Transgabonais à des privés qui sont la SNBG et la société belge Transurb qui s’associent dans un consortium.

2. Le litige entre l’état gabonais et Transurb
En 2003, la SNBG et Transurb voient leur contrat d’exploitation résilié. L’état Gabonais confie cette exploitation à la Comilog, une filiale d’Eramet dirigée par un membre de la famille Bongo. Vous comprendrez qu’on arrache aux belges pour donner aux amis français qui emploient nos parents à des postes bidons de DG trompe l’œil, quand ce sont les français qui tiennent la boutique et mènent la danse. Mais au Gabon, on fait semblant en tout. Il faut préciser encore que la société Belge Transurb est spécialisée dans le transport ferroviaire, alors que cette activité n’est la spécialité ni d’Eramet, encore moins de sa filiale Comilog. Mais au Gabon, on n’a pas besoin d’expertise pour avoir des contrats, et la Comilog met en place la Setrag dont le patron n’est autre que Marcel Abeke. Qu’est ce qu’Abeke connait des voies ferrées? Who knows! Circulez y a rien à voir. Suite à cette résiliation de contrat, le groupe Transurb soumet une plainte contre le Gabon au CIRDI. Le premier jugement du CIRDI donne raison à Transurb et ordonne au Gabon le paiement de l’équivalent de 300 milliards F CFA. L’état gabonais dépose un recours en annulation. C’est la sentence de ce recours qui vient d’être annoncée. En effet, c’est le 11 Mai 2010, que le CIRDI infligeait le soufflet définitif à l’état gabonais. Le CIRDI a décidé que le Gabon devait indemniser le consortium Transurb à raison de 240 millions de dollar, soit environ 120 milliards de francs cfa. La décision est irrévocable et tous les recours ont été épuisés. Il va falloir payer. Voici où conduit le pilotage à vue.

Il faut dire qu’au Gabon, cette décision d’une cour de justice indépendante n’a pas été annoncée dans la presse d’état bongoïste, habituée qu’elle est aux décisions Mborantsuoises. Nous espérons que des intrépides de la presse privée n’auront pas froid aux yeux et iront aux ministères des transports, du budget et à la Setrag, demander aux gouvernants ce qui s’est passé; vu que cette addition, nous la paierons tous car Ali Bongo va encore aller s’endetter quelque part pour payer la note salée. Si nous sommes responsable du paiement de la dette par nos impôts, nous sommes aussi en mesure de demander à nos gouvernants de nous expliquer pourquoi et comment certaines décisions désastreuses et couteuses sont prises et qui doit subir les conséquences de leur contrepoids. Les bongoïstes doivent savoir que le monde a changé; on ne peut plus rien cacher. La vérité, dans toute sa laideur, finie toujours par sortir, même sous le radieux soleil équatorial. Après la dépense des 65 milliards pour une inutile propriété à Paris, voici que le trésor public doit signer un chèque de 120 milliards pour l’affaire du Transgabonais. Ce n’est pas fini car on nous apprend que devant le CIRDI, se trouve un autre dossier délicat, celui de la main mise de Bolloré sur le port d’Owendo. S’il est prouvé que Bolloré a utilisé des méthodes mafieuses pour avoir le contrat, le Gabon va encore payer des centaines de milliards en indemnités. Les 65 milliards additionnés aux 120 milliards du Transgabonais et nous nous retrouvons déjà avec une dépense de 10% du budget de l’état qui n’était pas prévue. Comment Ali Bongo et ses émergents comptent combler ce trou?

Vive l’emergence………………

Texte reçu de l’UPG Amérique le 5 juin 2010

2.Posté par nietszche le 26/10/2010 03:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous dites bien en 2003. Où est alors le rapport avec l actuel president ?
vOUS ATTENDEZ QUOI DE LUI EN DEHORS DU RECOURS ?
Indexer celui qui nommait en conseil des ministres avec l ex-president ou clarifier avec ce contemporain en vie ce qui s est passé, pour voir si on ne se fait pas une fois de plus flouer par les occidentaux.

Vous n allez pas vous comporter comme les republicains qui accuse Obama de tous les maux dont les 10 % de chomage qu ils ont causé .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...