News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Ali Bongo Ondimba aurait-il déjà échoué ?

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Samedi 7 Septembre 2013 à 09:16 | Lu 1551 fois



Gabon : Ali Bongo Ondimba aurait-il déjà échoué ?
En quatre ans, sa pratique à la tête du pays trahit un glissement progressif vers le pouvoir personnel. Le pays ressemble plus à un bateau ivre qu’à un Etat. Le 30 août 2009, Ali Bongo Ondimba était proclamé président de la République du Gabon, succédant ainsi à son père qui tenait solidement les rênes du pays depuis quarantedeux ans.

Il s’agissait d’un changement dans la continuité, au sens littéral du terme. La comparaison avec Faure Eyadéma et Joseph Kabila venait spontanément à l’esprit. Ces deux hommes avaient pris le pouvoir après la mort de leur père, suscitant ainsi de l’émulation sur le continent.

Ali Bongo Ondimba a marché dans leur sillage. Mais trois ans après son arrivée à la tête du pays, un décryptage de sa galaxie permet de comprendre que le pays est dirigé par une poignée d’hommes inexpérimentés. A peu d’exception près, ils ne connaissent pas, ou mal, le pays. Ali Bongo Ondimba hésite entre rupture et continuité. Certaines attitudes, de fréquentes crispations, l’omniprésence des services de sécurité et les discrètes prémices d’un culte de la personnalité laissent parfois croire que le paradigme gabonais est loin de disparaître.

Soutenir que le pays va bien et qu’il a changé relève de la myopie politique. Entre exclusion et ouverture, extraversion et stratégies claniques, le jeu et l’avenir restent largement incertains. Le déficit d’expérience de la galaxie Ali est évident, tout comme sont redoutables les pièges et les sirènes de Libreville, ville vénale et haïe.

Marche à reculons Ali Bongo Ondimba peine à faire du Gabon une Nation à laquelle ses citoyens sont fiers d’appartenir et à vivifier la fibre patriotique que Léon Mba a léguée à ses concitoyens. Jusqu’à la mort de son prédécesseur, le Gabon n’a jamais maîtrisé son destin. La corruption et les fricotages de certains membres de la nomenklatura n’incitent guère à l’optimisme. Tout est encore fluide et les mentalités ont du mal à changer. Le jeu empoisonné des méfiances et de l’esprit revanchard, du népotisme et de l’ethnicisme n’a pas disparu, loin s’en faut.

Ali Bongo Ondimba a un déficit de qualités pour atteindre les objectifs qu’il s’est fixés. Son image au sein de l’opinion nationale et internationale n’est pas très bonne, ainsi que le démontre la rareté des visites d’hôtes de marque dans notre pays depuis son accession à la magistrature suprême.

C’est plus un utopiste qu’un pragmatique, qui sait saisir l’Histoire au passage. Trois ans après, les Gabonais ne comptent plus les raisons d’être déçus. Sans ligne politique claire, le président et ses hommes tiennent un discours trop éloigné de la réalité. Ali Bongo Ondimba ne rassure personne, en dehors de ses partisans. D’abord, dans la gestion du pays, il s’est entouré des gens, qui pour la plupart, brillent par l’incompétence. Sans sens politique, ils semblent plus préoccupés par leur enrichissement personnel que par un réel souci d’efficacité et d’abnégation dans un pays en friche.

En trois ans, Ali Bongo Ondimba a montré des dispositions à rattraper certains dirigeants africains dans le culte de la personnalité. Alors que depuis 1990, les chansons à la gloire du président avaient disparu des antennes de la radio et de la télévision nationales, elles sont revenues en force. A cela, il faut ajouter les reportages politiques dithyrambiques inspirés par le pouvoir. Autre signe de cette dérive, l’appellation officielle imposée du dirigeant du Conseil islamique : le raïs (le chef).

Des panneaux géants à son effigie sont toujours présents sur certaines façades aussi bien à Libreville qu’à l’intérieur du pays. Face à cette situation, les Gabonais se demandent s’ils ne sont pas vraiment maudits ou envoûtés. Le Gabon n’a pas fini sa marche à reculons, tel un échassier.

Copyright © 2013 Echos du Nord N195


Samedi 7 Septembre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1551 fois




1.Posté par MMBA le 07/09/2013 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet article serait plus complet s'il avait été accompagné de statistiques sur les réalisations et les ratés d'Ali Bête Bongo depuis son coup d'état électoral.

2.Posté par LTMNO le 07/09/2013 21:48 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pfffffff...bla_bla_bla encor et tjr des bla_bla_bla...xa va bientôt faire 4 ans qu'Ali est là on fait rien que le kongossa le bonhomme continue son chemin n'est_ce pas son Diable de pere disait le chien aboie la caravane passe...dans 40 ans on dira et ecrirera les mem conneries quand le fils d'Ali prendra le pouvoir a son tourrrrrrrr...Tcheeeeep

3.Posté par KIAKIAKIAKIAKIAKIAK le 07/09/2013 22:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KIAKIAKIAK DIABLE DE PÈRE
BONGO LE DEMON

4.Posté par Patrick le 19/09/2013 07:40 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
une revolution spontanee,violente contre le regime.suivie d une extermination d la surface de la terre de ladite famille et les choses iront.1789 ca rappelle quoi?la fin de la monarchie en france.meme JESUS avait pris le fouet pour les chasser du temple,ils ne comprennent que le langage de la violence.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...