News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : Ali Bongo : La Rupture de Françafrique ? : «Fini, le partenariat exclusif de la France!»

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24 le Jeudi 19 Août 2010 à 08:23 | Lu 791 fois

INDÉPENDANCE | Le Gabon, qui fête son cinquantenaire, multiplie les contrats avec de nouveaux investisseurs étrangers. Chinois et Américains en tête. Des remous à la classe politique Française



Gabon : Ali Bongo : La Rupture de Françafrique ? : «Fini, le partenariat exclusif de la France!»
A l’occasion des festivités organisées pour le cinquantenaire de l'indépendance de façade du Gabon Ali Bongo a annoncé que le pays venait de signer un partenariat record avec des investisseurs étrangers d’un montant de plus de 4,5 milliards de dollars. La France n’est plus seule au Gabon. L’ancienne colonie s’émancipe.

Le puissant fond singapourien Olam vient d’investir dans une gigantesque zone d’activité de 146 hectares actuellement en construction et qui sera entièrement dédiée à la filière bois. Les Chinois et les Américains frappent aussi à la porte. L’argent qui rentre devrait créer des milliers d’emplois, permettre de construire des routes et améliorer le quotidien des Gabonais.

C’est du moins l’engagement pris par Ali Bongo, à la tête du pays depuis un an. Après avoir exclu de son gouvernement la plupart des ministres mis en place par son père, il prône aujourd’hui «l’émergence», une politique de réforme et de rupture qui vise une croissance à deux chiffres pour, dit-il, «préparer l’après-pétrole». Ces nouvelles ambitions changent la donne dans la région.
A l’issue de la conférence de presse qu’il a tenue hier à Libreville, Ali Bongo a accepté de livrer quelques-unes des clefs de ce «new deal»
gabonais.

Avec ces investissements étrangers, la France pourra-t-elle continuer à occuper la même place au Gabon?

Nous sommes totalement à l’aise. Durant ma campagne électorale, j’avais clairement indiqué nos ambitions. Le Gabon est ouvert au business. Nous accueillons tout le monde. Nicolas Sarkozy le sait. Nous avons redéfini notre partenariat. Ce ne sont pas des relations exclusives. Cela n’existe plus. Mais cela ne veut pas dire non plus qu’il faut rompre avec notre ancien partenaire.

Est-ce pour attirer les investisseurs que vous prônez la bonne gouvernance de l’Etat?

Si les investisseurs ne sentent pas une volonté politique, ils ne viennent pas. J’ai pris des mesures qui étaient attendues. Le président Omar Bongo avait souligné lui-même qu’il fallait faire quelque chose pour mettre fin aux abus. Il fallait quelqu’un qui commence à faire le boulot de réforme. C’est tombé sur moi! Ce n’est pas facile…

Allez-vous participer au Sommet de la francophonie qui va se tenir à Montreux en octobre prochain?

Je vais venir au Sommet de la francophonie parce que c’est important. Avant cela, je dois dire que je pensais découvrir un jour Montreux mais plutôt pour assister à son Festival de jazz… Nous apprécions que ce sommet se tienne en Suisse. La communauté de la langue, c’est quelque chose de très fort et de très important pour nous. Finalement, dans cette communauté-là, il y a des pays qui viennent de tous les continents. Il y a une diversité culturelle importante qui est une richesse. Par rapport au monde dans lequel nous vivons, il est bon de pouvoir se trouver un certain nombre de choses en commun.

En quoi la francophonie peut-elle être un atout?

Avoir une langue en commun est la chose la plus importante. Cela permet de communiquer. On peut se rendre aux quatre coins de la terre, on va trouver des personnes avec qui on va pouvoir parler. C’est pour cela qu’il est important de participer à cette conférence et aussi de rappeler le rôle que la langue
a pu jouer comme vecteur de rassemblement et aussi de développement. La langue peut aussi servir à favoriser les échanges et les investissements entre les différents pays francophones.

Allez-vous profiter de ce sommet qui s’annonce très politique pour soulever à nouveau la question de la représentation de l’Afrique au Conseil de sécurité?

Tout événement qui nous réunit doit permettre d’aborder les sujets les plus importants. Nous avons un intérêt commun pour la réforme du Conseil de sécurité de l’ONU. Pour les Africains, c’est une question de justice. On ne peut pas concevoir que 50 Etats ne puissent pas bénéficier des mêmes droits que d’autres. On nous le doit au regard de l’histoire. Nous aussi, nous avons versé notre sang pour les idéaux de liberté et de justice. Ali Bongo a t - il le courage de rompre la Françafrique ? Qui vivra, verra.

Jeudi 19 Août 2010
LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24
Vu (s) 791 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...