News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon - Alerte : President Moukagni Iwangou (UPG du Front)

Le site de la Liberté - Andre Bouassa le Samedi 11 Juillet 2015 à 14:28 | Lu 3804 fois

A ce moment précis, je me sens une obligation de rendre compte, alors même que rien ne m’y oblige.
Je dois rendre compte devant le for intérieur, à l’ensemble de mes mandants qui m’ont fait l’amitié de m’investir de leur confiance pour conduire autant d’intérêts, à la fois croisés et convergents.



La situation administrative du Chef de l’Etat vient de prendre un tournant afflictif, qui ajoute à la dimension infâmante qui avait déjà cours sur la place publique.

Mon premier bilan politique
Du Noviciat au Primat


MOUKAGNI-IWANGOU

Propos liminaire
Je suis investi d’une charge politique, d’intérêt public, depuis le 8 juin 2014.
En restant très éloigné de toute intention polémique, l’on doit concéder à l’analyse que l’observation de la scène politique donne à constater, aussi bien à gauche qu’à droite, que l’environnement reste marqué par un emballement qui appelle à jeter un regard croisé pour en saisir l’essence.
Dans le même temps, il me presse de porter témoignage d’une expérience sans précédent, que j’éprouve en ma personne, celle d’avoir à dresser le bilan de mon apprentissage à un auditoire qui écoute en rendant compte de la direction de l’opposition.

Dans cet exercice inédit, où le noviciat se conjugue harmonieusement avec le primat, le devoir de mémoire renvoie à Pierre MAMBOUNDOU, dont le souvenir et l’ombre tutélaires guident visiblement mes pas, pour maintenir le cap de son œuvre sur les traces qu’il a soigneusement imprimées devant la postérité.
Je voudrais par ailleurs savoir gré à mes pairs de l’opposition, de l’action de clarification qu’ils ont insufflé par leur choix sur ma personne, en désignant avec discernement, dans un climat de grande confusion, le bon grain de l’ivraie, pour conduire le sort d’une organisation éminente de la vie politique du pays.

À l’heure de cette première évaluation, quatre questionnements tiennent l’opinion en haleine.
Il s’agit notamment de mon bilan à mi-mandat, de la situation administrative du chef de l’Etat, de la tourmente au sein du Parti Démocratique Gabonais et du dialogue des institutions.


Mon bilan à mi-mandat

Le 8 juin 2014, et ce, pour une période de trois (3) ans, j’ai reçu le privilège d’être porté à la conduite d’une cause, portée sur les fonds baptismaux le 14 juillet 1989 à Paris, par un Homme.
Cette cause s’appelle l’Union du Peuple Gabonais (UPG), et cet homme s’appelle Pierre MAMBOUNDOU.
Le 8 avril 2015, j’ai été porté à la tête du Front de l’Opposition pour l’Alternance (le FRONT), pour une période de six (6) mois.

Parvenu au terme échu de la première année de la mandature à la tête de l’UPG et à la mi-mandat au sein du FRONT, j’ai choisi le 8 juillet 2015 pour prendre langue avec l’opinion.
A ce moment précis, je me sens une obligation de rendre compte, alors même que rien ne m’y oblige.
Je dois rendre compte devant le for intérieur, à l’ensemble de mes mandants qui m’ont fait l’amitié de m’investir de leur confiance pour conduire autant d’intérêts, à la fois croisés et convergents.
Pour faire brève économie de ces deux charges, je dois dire que j’ai placé la conduite de mon action sous le sceau de la prévisibilité.

Parfaitement observée à l’inauguration de mon mandat, mais malheureusement éludée ces derniers temps sous le conflit des intérêts programmatiques. Ma foi profonde me recommande d’ouvrir ma communication par un plaidoyer sur cette question qui engage l’efficacité et la pertinence de notre mission au service de l’opposition.
Pertinence interne, pour sacrifier aux exigences de transparence et consolider l’affectio societatis entre les militants et les adhérents. Pertinence externe, pour rassurer déjà l’opinion sur notre souci de bien faire les petites choses, afin de nous rendre éligibles à approcher les grandes choses.
Dans le débat national, qui postule de la force des idées, l’Union du Peuple Gabonais a porté trois actions fortes sur la place publique.

En premier lieu, l’UPG s’est signalée à la face du monde par la Déclaration de Kinguélé, exposée en réponse au discours à la Nation, dont l’effet de balancier avait démontré qu’au-delà de l’éloquence du menton, le message du Chef de l’Exécutif avait été le rendez-vous des espoirs déçus, et surtout, qu’il portait dans le ton, la marque indélébile d’une authentique injure à l’histoire, en ce que sous des airs de rupture, un fils pourtant solidaire du passé de son père, a cru devoir se démarquer du passif de son action.

En deuxième lieu, l’UPG a clairement pris position à travers la Déclaration de Port-Gentil, dans la mise en œuvre de l’opération mains propres annoncée par le Pouvoir, et malicieusement dirigée par les amis du fils contre les amis du père, en invitant le Chef de l’Etat, dans un contexte général mettant en cause la famille présidentielle à travers le dossier des biens mal acquis, à donner le ton en se soumettant en premier à l’œuvre de clarification, afin que, venant du haut, le bon exemple en impose en bas.

En troisième lieu, l’UPG a fait la Déclaration de Paris, pour dénoncer à la face du monde, l’intolérable joug d’une famille sur une République, et surtout, pour appeler à l’ouverture d’un dialogue inclusif, dont la dimension participative relève des objectifs du millénaire pour le développement, comme solution apaisée pour sauver le Gabon.
Pour apporter une réponse adéquate à l’autisme politique opposée aux aspirations du Peuple pour plus de justice sociale, et à l’instrumentalisation de la machine de l’Etat au profit d’un régime prédateur, l’UPG a pris la responsabilité devant l’histoire, de saisir la Haute Cour de Justice, afin que la République devenue la matrice du vice, redevienne la mère de l’exemplarité.

Au plan interne, la renaissance du Parti est en marche. Le mérite revient au projet ORIPAR, mise en œuvre par une expertise interne dont je suis particulièrement fier, qui a élaboré avec minutie, une organisation rationnelle d’implantation dont les premiers résultats se passent de commentaires.
Élaborée sur le principe de la proximité, cette opération qui est en train de s’exécuter sur la commune d’Owendo, après avoir réalisé un premier tour de Libreville, m’a permis de recevoir à ce jour, neuf cent quarante sept (947) poignées de mains, d’être reçu dans soixante douze (72) foyers, et de m’inviter de manière spontanée dans treize (13) causeries organisées par les populations elles-mêmes.

A la tête de l’opposition, le partenariat nouvellement noué entre le Font de l’Opposition pour l’Alternance et l’Union des Forces pour le Changement (UFA), avec des marges de progression sur un périmètre plus encore étendu, reste l’action politique la plus significative de cette première partie de notre mandature.
Sur le front diplomatique, le dialogue fécond entamé avec les chancelleries, donne désormais au Front, un statut d’interlocuteur crédible et d’alternative valable, qui honore une certaine manière de faire la politique, manière qui allie respect et fermeté, finesse et doigté, à l’image de la main de fer dans le gant de velours.

La situation administrative du chef de l’Etat
La situation administrative du Chef de l’Etat vient de prendre un tournant afflictif, qui ajoute à la dimension infâmante qui avait déjà cours sur la place publique.
Deux séquences fortes symbolisent ce drame du régime.
La première séquence s’est jouée devant la presse internationale.

Dans une curieuse démarche entreprise, les préposés à cette aventure ont offert au journal le Monde et à l’amusement du monde, une photographie qui a donne à constater une mère infiniment plus petite que tous les enfants, et dont l’exploit ne trouve justification que sortie du pinceau de la caricature, qui par l’absurde nécessité, permet de dessiner les éléphants toujours plus petits que nature, et les puces, toujours plus grandes.
Comment montrer, par une photographie au profil des plus suspects et dont les aspérités de saison ont alimenté jusqu’à un jeu des sept erreurs sur les personnes, que le Maire du troisième arrondissement pouvait s’immiscer dans les actes du Maire du 1er arrondissement ?

La deuxième séquence vient de se nouer au Service Central d’Etat Civil de Nantes.
Officiellement non tracée sur le registre d’état civil le 4 novembre 2014, donc non titulaire cinq (5) ans avant d’un acte de naissance en 2009, la situation administrative du chef de l’état soulève de curieux espoirs pour 2016, de la part de ceux qui ne savent plus à quel saint se vouer sur la question.

Sur cette question, la lecture attentive de Confucius devait suffire, lorsqu’il indique, « qu’entre le passé où sont nos souvenirs, et le futur où sont nos rêves, il y a le présent où sont nos devoirs », fin de citation.
A ce propos, est-il simplement crédible, de se projeter en 2016, lorsqu’on n’a pas soldé un conflit avec la loi, qui reste en suspend depuis 2009 ?


La tourmente au sein du Parti Démocratique Gabonais
A l’image de ces forcenés que chante le poète, enfermés dans une prison dont ils ont la clé, Ali Bongo Ondimba a cru trouver dans l’abolition du MOGABO et de Héritage et Modernité, la mauvaise solution au vrai problème de la tourmente qu’il avait jusque-là servie à l’opposition, mais qui vient enfin d’atteindre le Parti Démocratique Gabonais lui-même.

En interrogeant l’histoire, qui enseigne que toutes les avancées mal maitrisées débouchent systématiquement toujours sur des reculs catastrophiques, l’on se rendra très vite compte, que le Parti Démocratique Gabonais périra par le fait du prince, qui est au fondement de sa création, et qu’il ne pourra survivre que par l’accord des volontés citoyennes libres.

Créé Ordonnance n°13/68 du 13 mars 1968, prise sous le contreseing de leurs Excellences Albert Bernard Bongo, Président de la République, Léon Mébiame, Vice-Président du Gouvernement Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, et Augustin Boumah, Ministre de l’Intérieur, le Parti Démocratique Gabonais n’a de démocratique que le nom.
Et lorsque des initiatives démocratiques se signalent en son sein, elles sont automatiquement combattues.
En rappelant qu’un Parti politique est d’abord une association, c'est-à-dire, l’accord de volontés des associés, la preuve est ici faite, que le PDG est l’expression la plus achevée de l’absence des volontés, donc de l’inexistence de Parti, que seuls portent le MOGABO et Héritage et Modernité.
Le PDG ne peut plus survivre.

Le dialogue des institutions.

Toujours installé à la lisière du droit, le Chef de l’Exécutif s’investit dans l’informel politique, avec une telle frénésie qui tiendrait, à s’y méprendre, d’un souci résolu à rattraper, par l’illégalité, le niveau d’indécence atteint par les mauvaises affaires de Delta Synergie.

Comment autrement comprendre, qu’en cause de communication avec les parlementaires, il marque une préférence à les convoquer à lui, afin de les instruise en tout ce qu’il lui plait, lorsqu’en son article 24, la constitution lui offre l’alternative, sans bénéfice de discussion, soit de s’adresser à chacune des chambres par un message écrit qui leur est lu par leur Président respectif, soit d’aller à eux pour être entendu par eux.



Samedi 11 Juillet 2015
Andre Bouassa
Vu (s) 3804 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

14.Posté par Cam la Klass le 13/07/2015 02:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A part notre électorat ce type n'a pas fait la démonstration qu'il est adulé chez lui à mouila. est-ce que la politique c'est le gros français ? Omar Bongo a fait la demonstration que il a fait zéro fautes au bac aussi

13.Posté par Cam la Klass le 13/07/2015 02:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous pouvez adorer votre pédants parsské vous n'avez pas fait l'école mais nous on vous dit que votre type là vit ses derniers instants de gloire. Il est fini. Vous allez voir. Régardé les gabonaises boire

12.Posté par Garçon gabao le 12/07/2015 14:00 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Poste 10: tu es un pedégiste. Grace a Moukagni nous avons reteouvé la force au Front Uni de l''opposition. Je suis membre du bureau et je vais te decevoir en te disant que nous sommes fier de notre president. Les militants aussi sont fiere de lui.

11.Posté par NEM le 12/07/2015 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A @Post5, Cyprien
Jonas Moulenda et Tata Huguette sont des personnes dotées d'une conscience. Ce sont des individus à part entière. Si la vieille dame là doit s'attaquer aux gens qui la critiquent ouvertement c'est bien à ceux-là. Rien ne sert de s'attaquer à leurs mères qui sont d'ailleurs des femmes sages. Quelle s'occupe de sa vieille maman qui vend le manioc au marché de Franceville si elle vit encore au lieu de déranger les autres. Elle montre clairement qu'elle est commanditaire de crimes au Gabon. Maintenant qu'elle est connue, quelle sache que l'imbécilité à haute dose est contagieuse. P.C. Nzeng disait bien que :"Si tu me tapes avec le régime de palmier, je te frappe avec un porc épic". Alors quelque soit le trou luxueux dans lequel elle va se cacher, elle sera rattrapée. Ce jour là, ses petits soldats ne seront pas à ses côtés. Et c'est dans bientôt.

10.Posté par Cam la Klass le 12/07/2015 12:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moukagni a perdu son procès contre Mboumba Nziengui et définitivement. Il doit en parler. Il a pris l'argent et les voitures de Ping. Il faut qu'il rende maintenant. D'ailleurs plus personne ne le prend au sérieux dans notre Front.. Le Journal LE SOLEIL écrit cette semaine que c'est un espion d'Ali. de toutes les façons il n'est entouré que de gens qui ont des contacts avec Ali et le pouvoir. Nous à L'UN on se méfie de toi maintenant Moukagni. Kia kia kia kia. On ne peut pas faire confiance à un bapounou. Zé té di oo

9.Posté par tenane le 12/07/2015 11:02 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ali ne sait sur quel pied danser.il sait qu''''il rentrera bientôt à la cpi,pour crimes contre l''''humanité et puisque le poste dont il espere conserver ne sera plus possible car il est sans papiers au même titre que ceux qui venaient d''''être expulsés.

8.Posté par milolouoooohhh le 12/07/2015 11:01 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Moukagni tu es un garçon!tu es bon.Continues,il faut que les les ultrats hauts hauts hautissimes magistrats de la haute cour lisent le vrai droit qu''ils ont apprit et réciter à la faculté de droit sur ce faux acte de naissance du biaffrais.

7.Posté par tenane le 12/07/2015 10:54 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et le fameux héritage d''Omar,il n''aura rien .Car là aussi Ali n''a pas de papiers dixit vidéo ou Toussaint persiste à dire que l''acte de naissance d''Alain Bernard bongo n''existe pas ici

6.Posté par tenane le 12/07/2015 10:49 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ali ne sait sur quel pied danser.il sait qu''il rentrera bientôt à la cpi,pour crimes contre l''humanité et puisque le poste dont il espere conserver ne sera plus possible car il est sans papiers au même titre que ceux qui venaient d''être expulsés.

5.Posté par Cyprien le 12/07/2015 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Attention,Patience Dabany, alias "La Mama", vient de siffler la fin de la récréation. Toute personne osera la critiquer, expose sa mère à une convocation pour explication. Après la mère de Tata Huguette, c'est au tour de la mère de Jonas Moulenda d'être convoquée.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...