News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : 'Agir ensemble': Silence sur les grands travaux!

le Mardi 9 Février 2010 à 17:27 | Lu 2376 fois

Monsieur Ali Bongo Ondimba, a pris le pouvoir, avec des promesses resumées autour de son projet " L'émergence, Agir ensemble, pour un avenir en confiance".
Son programme colossal impose au gouvernement de la République un travail de fonds sans relâche pour un réel développement du pays. Ainsi, depuis cette prise de pouvoir, en dépit d'un certains nombre de décisions fortes prises au niveau social et au bénéfice de la bonne gouvernance pour une meilleure gestion des finances publices; aucun signal fort n'a été donné au pays et à la Communauté internationale pour relancer l'économie nationale. Et, pour lancer l'économie nationale dans une phase circulaire au bénéfice du plus grand nombre, le gournement devrait s'appuyer sur les grands travaux que sur des mesurettes qui tirent l'économie de la micro-entreprise vers le bas; car dit-on dans le jargon du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP): "quand le bâtiment va, l'économie va."
Ainsi, les populations gabonaises - déjà appauvries par 42 ans de règne autocratique du Père Bongo Ondimba -, s' inquiétent davantage sur le silence du gouvernement à inaugurer les grands projets à savoir: les infrastructures routières (routes et autoroutes), les ports et aéroports, les b^timents administratifs et publics et les télécommunications du pays.
C'est le cas du port en eau profonde de Mayumba: un des projets phares des grands travaux gabonais dont le gouvernement garde jusqu'aujourd'hui un profond silence. Alors que, jusqu'en 2008 - au temps de Bongo Ondimba père -, le projet était suffisamment avancé: il était déjà au niveau de la recherche des financements. Nouvelle-afrique.com y donne un point de vue et rappelle l'essentiel du projet.



Gabon : 'Agir ensemble': Silence sur les grands travaux!
Le gouvernement de la République du Gabon avait confié il y a quelques années à la Haute Autorité Portuaire de Mayumba - organisme had hoc- la mission de contribuer à la promotion et à la construction d’un port en eau profonde à Mayumba au Sud ouest du Gabon à environ 196 km de la capitale économique du Congo-Brazzaville (Pointe-Noire), et à une centaine de kilomètres de la ville pétrolière de Gamba.

Ce port, qui serait construit dans le sud-ouest du Gabon, d’une importance capitale, servirait principalement à accroître la valeur de la région grâce à la commercialisation et à l’exportation de ses ressources naturelles (le fer, le bois, le pétrole, le talc, l’or, les produits agricoles et de la pêche). Il devrait également permettre d’améliorer l’accessibilité à la région de Nyanga et créer un environnement commercial favorisant le développement de la pêche industrielle et de zones marines de plaisance.

Le projet du port, qui serait financé par un partenariat public-privé - c'est la volonté de l'Etat gabonais-, comprendrait trois composantes, à savoir :le port et les services associés; une auto-route reliant la région de Nyanga à la mer ;et un pont sur la lagune Banio menant au port.

Bien que le gouvernement ait indiqué sa préférence pour financer uniquement les routes d’accès et laisser le financement et la construction du port aux soins du secteur privé, le Consultant avait proposé que le secteur public se charge de la plupart des infrastructures, notamment la construction d’une route de 109 kilomètres, d’un pont de 300 mètres – qui tiendra compte de la circulation des bateaux de plaisance dans la lagune dont les bateaux mouches- et des infrastructures portuaires de base, tandis que le secteur privé pourrait contribuer au port en construisant des entrepôts et en installant les équipements nécessaires.

Les estimations du coût total du projet s’échelonnent entre 147 millions et 250 millions d’euros. Cette fourchette importante reflète les deux possibilités construction du port - en deux phases, et en termes de largeur de la route et du pont : 2 ou 4 voies.

Le développement du port de Mayumba, qui a été évoqué pour la première fois en 1958, a fait l’objet d’une étude préliminaire de faisabilité en 1976, laquelle a été mise à jour en 1984 par BCEOM, une société française d’ingénierie. Plus récemment, en juin 2003, la société belge Lambda Plan SA (le « Consultant ») avait effectué une préétude de faisabilité qui a été financée par la Banque africaine de développement puis une autre – finale – venait d’être financée par la Banque islamique de Dévéloppement.

Le projet et Description

Le port en eau profonde serait constitué dans un premier temps de 3 quais (avec la possibilité d’en construire jusqu’à 5), dotés d’une capacité de 832 000 tonnes par an sur une période de 20 ans et offrant une capacité de réserve additionnelle de 1 200 000 tonnes par an. A titre indicatif, un niveau d’activité de 200 000 tonnes par an au minimum est requis pour justifier la construction d’un quai.

Le port présenterait les caractéristiques suivantes :

-Zone de stockage du bois sur le site de Matouti (environ 30 hectares).
-Construction d’un site en béton (entreposage temporaire)
- Longueur : 100 mètres ; largeur : 30 mètres
-Construction d’un quai de chargement pour les marchandises générales
-Longueur : 450 mètres ; largeur : 45 mètres
-Construction d’un quai pour les vedettes, les chalands, les bateaux de pêche
-Longueur : 200 mètres ; largeur : 25 mètres
-Construction d’un petit quai pour les remorqueurs, les navires de plaisance,
les pêcheurs, etc.
-Longueur : 100 mètres ; largeur : 20 mètres

Le port de base serait initialement construit selon l’illustration ci-dessus et pourrait être agrandi pour inclure un ou plusieurs quais supplémentaires.
L’illustration ci-dessous représente la taille maximale que le port pourrait atteindre, s’il devenait un centre régional au terme d’une période de 20 ans.

Minimal Structure

Le port en eau profonde serait situé dans la lagune. Pour accéder au port, il serait nécessaire de construire un pont d’accès de 300 mètres qui enjamberait la lagune, ainsi qu’une route de 109 km qui faciliterait l’accès au port. Le pont et la routemenant au port comprendraient 2 ou 4 voies.

Impacts environnementaux et sociaux

Le Consultant a réalisé une étude d’impact environnementale qui a mis en lumière
un certain nombre de points, notamment le besoin de protéger la riche biodiversité de Mayumba et des zones alentours.
Lors du Sommet de Yaoundé sur les forêts (1999) qui s’est tenu sous l’égide conjointe du Président du Cameroun et du Fonds mondial pour la nature, le Gabon a déclaré parc national protégé une portion de la bande côtière de Mayumba (Parc national de Mayumba voir le site web : www.mayumbanationalpark.com).

Cette zone, qui commence aux frontières nationales avec le Congo, s’étend sur 50 km le long de la côte et couvre une largeur de 16 km (15 km en mer et 1 km sur terre). Le Parc national est situé à 25 km au sud de l’emplacement prévu pour le Port de Mayumba.

Le Parc a pour objectif principal de protéger la faune sauvage, notamment les tortues de mer et les baleines.
Mayumba abrite de nombreuses espèces de poissons et un riche environnement biologique, ce qui exige des études plus approfondies sur les effets environnementaux du port avant le lancement du projet. L’impact social sur la population locale est limité.

L’étude a estimé que près de 30 familles devront être relogées, ce qui représente un coût humain et financier minime.

Justification économique et Promotion des exportations

Le gouvernement du Gabon a pour ambition de contribuer à la croissance économique de la région méridionale du pays - très négligée quelques années dès l’accession du Gabon à « l’indépendance »- et, à cet égard, a entrepris d’étudier la viabilité de la construction d’un port en eau profonde dans la ville de Mayumba.

La région méridionale du pays contient des quantités importantes de bois, ainsi que d’autres ressources minières, telles que le marbre, le fer, les minerais et d’autres ressources qui, bien que non exploitées, recèlent un potentiel important.

A l’heure actuelle, l’infrastructure destinée aux activités commerciales (exportations) de la ville de Mayumba est très rudimentaire. Les incidences économiques du futur port en eau profonde de Mayumba sont estimées à plus de 5000 milliards de produits intérieur brut avec une création d’emplois estimée entre 50.000 et 100.000.

Déjà, des cadres gabonais de la diaspora,avec à leur tête l’architecte DPLG et urbaniste David Asseko Minko ainsi que Messieurs Jimmy Mapango et Placide Ibouanga Moussounda -tous patrons de la puissante association gabonaise DIAGAU à Paris-, projètent la mise en place des fonds d’investissements pour lever un ou plusieurs financements de près de 800 millions d'€uros destinés principalement à ce projet et à celui de Bélinga au nord est du pays dans la région de l’Ogooué-ivindo.Ce fond intégre le financement des projets immobiliers (commercial, logements et prise de participations dans les différents consortium d'entreprises, dans le commerce et les services à travers le pays).

Le principal objectif du port sera de faciliter l’exportation des ressources (notamment le fer, le marbre le bois, le pétrole, le talc, l’or, les produits agricoles et de la pêche) de la province de Nyanga et des régions avoisinantes. Nous y reviendrons.

Par Laurent Laporte
© Copyright Nouvelle-afrique.com

Mardi 9 Février 2010
Vu (s) 2376 fois




1.Posté par yacelio le 09/02/2010 19:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vous qui écrivez ces articles vous êtes à la remorque de vos lecteurs !! ne savez vous pas que l'heure n'est plus à l'exportation brute des matières premières !!! le gouvernement de la république n'est pas à paris !!! et bongo père n'est pas notre nouveau président donc ,une nouvelle politique et une rédéfinition des objectifs à long court et moyen terme. le port de MAYUMBA n'est pas une priorité ,pointe noir est àquelque pas de là, voyez comment abidjan désert bien les pays enclavés ouest africain ne fut cette crise ivoiriènne! où mettez vous l'intégration régionale,le port tel que vous le présentez apparaît comme un instrument du pillage de nos ressources

2.Posté par kutu le 09/02/2010 20:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lvdpg s'ennui apparemment

3.Posté par Gabon énervant le 09/02/2010 21:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonne analyse,c'est domage que ce programme reste toujours un slogan comme les actes pour le gabon.

4.Posté par antykonformist le 10/02/2010 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi s' étonner du silence du gouvernement de l'émergence alors que l'on sait très bien que ce sont les mêmes crocos qui étaient déjà là avant ?

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...