News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : A qui profite le fer de Belinga ?

Le site de la Liberté - Alexandre ONA le Mercredi 8 Juillet 2009 à 10:16 | Lu 883 fois



Gabon : A qui profite le fer de Belinga ?
A l'occasion d'une conférence de presse tenue le 5 juillet dernier à Libreville, l'association de l'Ogooué-Ivindo «Sauvons Belinga» a fermement dénoncé les termes du contrat d'exploitation du fer de Belinga signé entre l'Etat gabonais et le gouvernement chinois. Menée par le député de Makokou, Alain Claude Bilié Bi Nzé, l'association a notamment dénoncé des avantages fiscaux exorbitants, les faibles retombées pour l'emploi gabonais, la faible longévité des infrastructures ou encore le bâclage des études d'impact environnemental.

La convention d'exploitation de la mine de Belinga, la plus importante réserve de fer découverte au monde, est l'objet de toutes les contestations depuis la signature entre l'Etat gabonais et le gouvernement chinois le 24 mai 2007.

L'association «Sauvons Belinga» a tenu une conférence de presse le 5 juillet dernier à l'hôtel Méridien de Libreville, pour dénoncer les termes de ce contrat qui favoriserait démesurément la partie chinoise.

«Lorsque nous avons organisé les marches de soutien pour le projet Belinga, on nous avait dit qu’il y aurait 30 000 emplois, le chemin de fer, le port commercial en eau profonde,...Aujourd’hui, à la lecture de la convention, on se rend compte que ce n’est pas du tout cela, et nous ne pouvons pas l’accepter», a déclaré le président de l'association, le député de Makokou, Alain Claude Bilie Bi Nzé.

«La lecture détaillée de la convention minière COMIBEL s'apparente à un véritable marché de dupes, dans la mesure où il apparaît très clairement que certaines de ses dispositions accordent des avantages extraordinaires à la partie chinoise, sans aucune contrepartie évidente pour la partie gabonaise», s'insurge l'élu du Rassemblement pour le Gabon (RPG) de la capitale provinciale de l'Ogooué-Ivindo.

L'association dénonce notamment l'article 22 qui stipule que «l'Etat octroie à l'opérateur principal toutes autorisations, toutes attestations fiscales, et aux sous-traitants, sous réserve que le principal opérateur en fasse la demande pour le compte de ses sociétés affiliées ou de sous traitants».

L'article 24 qui indique que «l'Etat garantit que la société minière, dans le cadre du projet minier, est exemptée de tous impôts, taxes et contributions quelle qu'en soit la nature, prévus par le code minier et la législation fiscale en vigueur au Gabon, notamment les impôts, taxes et contributions», a également été fermement fustigé.

La convention stipule encore dans son article 27 que «toute machine et tous les outils, installations, équipements, pièces détachées, véhicules, matériels, fournitures et biens non consommables importés au Gabon par la société pour les besoins des opérations du projet sont importés en franchise de droits et taxes de douane, de quelque nature que ce soit».

L'association ogivine dénonce par ailleurs les closes concernant «le recrutement des jeunes, qui doivent attendre cinq ans après le démarrage de l'exploitation du minerai pour être embauchés, sur des contrats à durée déterminée, renouvelables une seule fois», indiquant que la promesse des 30 000 emplois avaient été revue à la baisse, avec désormais 10 000 emplois en perspectives.

S'agissant des infrastructures, notamment le barrage hydroélectrique de Poubara, le chemin de fer et le port en eau profonde de Santa Clara, l'association dénonce l'absence de ces projets dans le cahier des charges et surtout le fait qu'elles soient prévues pour une longévité de 25 ans, soit juste la durée du contrat d'exploitation, foulant du pied l'utilisation commerciale de ces infrastructures de transport et d'énergie.

Le député Bilié Bi Nzé explique que ces «dispositions (…) donnent une juste mesure du caractère inique de la convention que l'Etat a signé avec la COMIBEL», déplorant que «l'Assemblée nationale ait validé ce projet en dépit du bon sens et au mépris des intérêts du Gabon».

«Belinga ce n’est pas une affaire de l’Ogooué-Ivindo, c’est une affaire nationale, et même les amis qui aiment le Gabon vont nous rejoindre pour soutenir ce projet. Lorsque nous disons «Sauvons Belinga», nous disons exploitons Belinga au mieux des intérêts du Gabon et de la partie chinoise qui va venir exploiter» a rappelé le député de Makokou, Alain Claude Bilie By Nzé

«Pour le moment l’intérêt du Gabon n’est pas évident. «Sauvons Belinga», ne veut pas dire chassons les Chinois, «Sauvons Belinga» veut dire ouvrons à nouveau la discussion et renégocions point par point pour que chacun sache quel est son intérêt, et que chacun puisse en tirer quelque chose» a expliqué le député de Makokou, Alain Claude Bilie By Nzé

«J'en appelle à tous les Gabonais, et les amis du Gabon à empêcher la ratification de la convention par le Parlement, et la validation de cette dernière par la Cour constitutionnelle», a conclu le président de l'association.

Publié le 08-07-2009 Source : Gaboneco.com Auteur : Gaboneco

Mercredi 8 Juillet 2009
Alexandre ONA
Vu (s) 883 fois




1.Posté par Ali7 le 08/11/2009 18:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Belinga est l'exemple de tout ce qui se fait partout dans d'autres secteurs au Gabon. Et l'argent tombe dans les poches de Pascal Bongo. Il faut emp^cher la ratification de ce protocole d'accord.

Ou bien il semblerait que les chinois avaient mouillé la gorge des personnes impliqiuées dans le contrat.

Mieux encore il faut créer une société d'économie-mixte gabono-chinoise avec un pca gabonais, une président du conseil de surveillance de 4 membres, un dg chinois, un directeur du personnel gabonais, des employés et salariés chinois et gabonais, etc.

Créer ensuite une société de commercialisation du fer pour la partie gaboanise. Ce qui nous semble une bonne affaire.

Que les gens qui ont pris déjà l'argent s'arrange à le rembourser aux chinois. Voici le ppremier dossier brûlant du gouvernement d'Ali9. Sinon comment on peut faire du gabon émergent avec des conneries pareils.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...