News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : A Propos liminaire de la conférence de presse les conseillers ACR à PORT-GENTIL

le Lundi 8 Mars 2010 à 17:52 | Lu 1107 fois



Gabon : A Propos liminaire de la conférence de presse les conseillers  ACR  à  PORT-GENTIL
Mesdames et Messieurs les journalistes,
Mesdames et Messieurs les Notables,
Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux,
Mesdames et Messieurs,

Chers concitoyens,

Comme vous le savez, le 11 décembre 2009 la majorité absolue du Conseil municipal a rejeté le projet de budget primitif 2010 de Port-Gentil et demandé la démission du Bureau du Conseil présidé par le Maire André Jules NDJAMBE.

Le 22 février 2010, c’est l’ordre du jour de la session extraordinaire de ce même conseil qui a été rejeté.
Depuis cette dernière date, les espaces d’information de la RTG 1, de CANAL DELTA, de L’UNION et de GABON MATIN sont pris d’assaut par les hiérarques locaux du PDG pour jeter l’anathème sur les Conseillers municipaux de l’UPG et de l’ANB.
De manière systématique, ces conseillers sont présentés comme les ennemis du développement de la ville de Port-Gentil…

Un climat malsain fait de calomnie, de diffamation, d’injures de tout genre est savamment entretenu par le PDG, et a atteint depuis quelques jours un niveau insupportable qu’aucun citoyen gabonais ne peut laisser prospérer.

Le point de presse qui nous réunit tous ici aujourd’hui est organisé conjointement par l’UPG et l’ANB dans le but d’informer véritablement les Port-Gentillais, sans distinction aucune, sur les raisons réelles qui ont conduit la majorité du Conseil municipal de Port-Gentil :
1-à rejeter le budget primitif de la commune de Port-Gentil pour l’exercice 2010 lors de la session ordinaire du 11 décembre 2009 ;
2-à demander la démission du Bureau du Conseil municipal et conséquemment à rejeter l’ordre du jour de la session extraordinaire du Conseil municipal du 22 février 2010

Sur les raisons du rejet du budget primitif de Port-Gentil pour l’exercice 2010
Sur les raisons légales
Le projet de budget primitif pour l’exercice 2010 était arrêté à la somme de 9.149.273.461 F.CFA, dont, 2.900.000.000 F.CFA, soit 31,70% pour l’investissement et 6.249.273.461 F.CFA, soit 68.30% pour le fonctionnement.

Or, l'article 162 de la loi organique relative à la décentralisation dispose clairement que « la section de fonctionnement ne peut excéder les 60% du budget ». En maintenant volontairement le niveau des dépenses de fonctionnement au-dessus du seuil légal, le Maire de la commune a présenté un budget que les conseillers municipaux de l’UPG et de l’ANB ne pouvaient dans le contexte actuel voter.
De plus, l’article 166 de la même loi dispose que le projet de budget primitif doit être accompagné des pièces suivantes : la note de présentation du budget, l’état de l’actif, l’état du passif, l’état du personnel, le projet de délibération portant vote du budget et les projets de conventions et marchés et les projets de délibérations y afférents.

Or, ni l’état de l’actif qui nous permet d’identifier le patrimoine de la Mairie ; ni l’état du passif qui nous permet de connaitre les dettes de la commune vis à vis des tiers ; ni l’état du personnel qui nous permet de vérifier l’identité des agents de la Mairie et le niveau de leurs rémunérations, n’ont été soumis à notre examen. De même les projets de conventions et marchés n’ont jamais été soumis à notre appréciation.

Ces deux raisons suffisent à justifier le rejet du budget tel qu’il a été présenté au conseil.
Sur les raisons politiques
La session ordinaire du Conseil municipal consacrée à l’examen et au vote du budget de la commune de Port-Gentil pour l’exercice 2010 a été convoquée le 11 décembre 2009, soit, 3 mois et demi après l’élection présidentielle du 30 août 2009 et le mouvement insurrectionnel des 3, 4 et 5 septembre 2009.
Or ces deux évènements politiques majeurs n’ont pas été sans conséquence sur les enjeux politiques locaux. Ils ont permis à la majorité du peuple de Port-Gentil, d’exprimer leur rejet de la politique du PDG, d’une part et l’adhésion à la politique de l’ACR conduite par l’UPG, l’ANB, le PSG, l’UPNR et le RNB, d’autre part.

Ces derniers évènements ont également anéanti toutes les valeurs et professions de foi contenues dans le protocole d’accord qui liait le PDG, l’UPG, l’ADERE, l’UGDD et le Groupe TCHANGO et fondait jusque là la majorité municipale. En effet :
1-le suffrage universel a été gravement détourné par les institutions républicaines contrôlées par le PDG,
2-le climat d’entente au sein de la population a été gravement rompu par les forces armées aux ordres du PDG,
3-des opérations presque génocidaires contre les militants de l’ACR ont été perpétrées par des forces de police et de défense instrumentalisés par le PDG,
Il devenait à partir de cet instant quasiment impossible de continuer à soutenir une majorité dont le PDG était la tête de proue. Or, nous l’oublions souvent, le budget est un instrument de réalisation d’une politique déterminée. Les Conseillers de l’UPG et de l’ANB ont été élus par une majorité écrasante de la population Port-gentillaise pour satisfaire les besoins essentiels de celle-ci ; et non pas pour satisfaire les appétits de pouvoir du PDG.
Sur les raisons de gestion
L’examen sommaire des autorisations de dépenses d’investissement accordées au Maire pour l’exercice 2009 pour un montant global de 1.385.000.000 F.CFA, laisse apparaître un détournement flagrant de 598.676.929 CFA.

Autrement dit, 43.22% des dépenses d’investissement effectuées par le Maire au cours de l’exercice 2009 n’ont pas été autorisées par le Conseil municipal comme l’exige la loi.
Ces investissements non autorisés concernent :
1-la première partie du marché du Grand-village pour 187.500.000 F.CFA,
2-l’étude d’extension de l’annexe de l’hôtel de ville pour 10.000.000 F.CFA,
3-l’étude de la résidence du Maire pour 25.000.000 F.CFA,
4-la signalisation des voies pour 73.071.500 F.CFA,
5-le remblai et le terrassement d’une parcelle au 4ème arrondissement pour 27.102.500 F.CFA,
6-l’achat de véhicules aux forces de l’ordre pour 27.150.000 F.CFA,
7-l’ameublement de la mairie du 1er arrondissement pour 74.000.000 F.CFA,
8-l’achat du mobilier du Maire pour 74.258.929 F.CFA,
9-l’achat de climatiseurs du gouvernorat pour 1.600.000 F.CFA,
10-le solde de la facture de la mairie du 1er arrondissement pour 98.994.000 F.CFA,
A côté de ces détournements, il faut ajouter les investissements autorisés par le Conseil et déjà payés mais dont le Conseil ignore s’ils ont été réalisés ou pas :
1-l’établissement préscolaire du 4ème arrondissement pour 75.000.000 F.CFA et inexistant sur le site prévu pour sa construction,
2-la réhabilitation de l’ancien immeuble SOGARA pour 100.000.000F.CFA, et suspendue depuis un bon bout de temps pour des raisons inconnues,
3-l’installation du réseau informatique pour 25.000.000 F.CFA, irréalisée sur tous les sites prévus,
4-les équipements informatiques pour 69.000.000 F.CFA, jamais livrés,
5-la Mairie du 2ème arrondissement pour 100.000.000 F.CFA, pas encore construite
Soit 369.000.000 F.CFA d’investissements payés mais non réalisés à ce jour.
A côté de ces investissements autorisés, payés mais non réalisés, il y a les investissements autorisés par le Conseil mais qui ont été abandonnés par la seule volonté du Maire :
1-le caniveau latéral sur la rue devant l’hôtel de ville pour 109.000.000 F.CFA,
2-l’oeuvre d’art au carrefour Jean-Rémy Ogoula pour 35.000.000 F.CFA,
3-la construction de latrines écologiques pour 100.000.000 F.CFA,
4-les matériels et outillages pour 70.000.000 F.CFA.

Soit 314.000.000 F.CFA d’investissements autorisés pour l’exercice 2009, non payés et abandonnés.
Ces situations témoignent d’une gestion calamiteuse des ressources municipales. A l’examen de celles-ci, qu’est ce qui pouvait garantir que les autorisations accordées au Maire pour l’exercice 2010 seraient cette fois respectées ?
Le principe de prudence communément admis en gestion financière commandait à partir de cet instant de refuser d’autoriser le Maire à continuer à abuser des ressources municipales qui doivent servir à satisfaire les besoins essentiels des populations port-gentillaises.

Sur les motivations de la demande de démission du Bureau du Conseil
Lors de la session ordinaire du 11 décembre 2009, les Conseillers de l’UPG se sont désolidarisés du PDG et ne pouvaient plus continuer à être comptables de situations incongrues.
Le protocole d’accord politique obligeait toutes les parties à une gestion rationnelle, saine, rigoureuse et non personnalisé des ressources municipales. La gestion du Maire NDJAMBE s’est toujours affichée crânement aux antipodes de cette obligation contractuelle et par ailleurs légale. Il n’était plus possible de le soutenir dans ces errements.

Lors de la signature du protocole d’accord, si l’UPG a consenti à accepter un 4ème adjoint au Maire, c’est seulement lorsqu’il a reçu du Chef de l’Etat de l’époque, la garantie qu’un décret en bonne et due forme serait pris pour intégrer un 4ème adjoint au Maire au bureau du Conseil municipal de Port-Gentil. Pendant plus de 17 mois l’UPG n’a eu de cesse de rappeler que la situation du 4ème adjoint au Maire devenait insoutenable du point de vue du droit. En effet les dispositions de l’article 4 du Décret 000402/PR/MISI du 08 mai 2008, fixant le nombre des membres des bureaux des Conseils départementaux, des Conseils municipaux et des Conseils d’arrondissement limite à trois (3) le nombre des adjoints au Maire de la commune de Port-Gentil.

Malheureusement le PDG au pouvoir n’a pris aucune disposition pour résoudre cette affaire.
Quant au 2ème adjoint au Maire, nous avions l’assurance qu’il avait suspendu le contrat qui le liait à Shell-Gabon avant d’apprendre de manière soudaine et certaine qu’il n’en est rien. Les dispositions de l’article 6, alinéa 2 du Décret n° 000455/PR/MEFBP du 23 mai 2006 portant harmonisation des droits et avantages des élus locaux, disposent que « les contrats de travail du salarié du secteur privé membre d’un bureau de conseil d’une collectivité locale sont suspendus jusqu’à l’expiration du mandat ».

C’est pourquoi, à l’examen de toutes ces données, il est apparu que le Bureau du Conseil municipal ne pouvait plus demeurer.
A toutes ces situations plus incongrues les unes que les autres, nous avons fait aux différentes parties des propositions concrètes. Pour ce qui concernait le Maire NDJAMBE, le PDG, devait tout simplement le démettre et proposer un autre candidat auquel nous n’aurions pas refusé notre soutien. Quant au poste de 4ème adjoint au Maire, il devait être purement et simplement supprimé pour rester dans la légalité. Au 2ème adjoint au Maire, il suffisait de faire un choix clair, un choix responsable entre ses activités à Shell-Gabon ou ses fonctions de Maire adjoint.
Aucune de ces propositions n’a retenu l’attention d’un seul de nos partenaires de la cogestion. Il s’en est suivi la dénonciation du protocole d’accord par le Président MAMBOUNDOU.
Cette dénonciation a été notifiée au PDG avec copies aux autres partis.

A la convocation de la session extraordinaire du Conseil municipal du 22 février 2010 il était clair que la majorité municipale avait changé ; et qu’il appartenait dorénavant à un autre bureau du conseil de se mettre en place pour conduire la politique de la majorité composée des conseillers municipaux de l’UPG et de l’ANB.

Cette évidence politique non plus n’a pas été admise par le PDG et ses alliés. Des manœuvres de corruption des conseillers municipaux de l’UPG et de l’ANB ont alors été entreprises. Des campagnes d’intoxication médiatique ont été rondement menées avec la complicité des responsables des médias locaux pour mettre les conseillers de la majorité municipale sous pression. Mais toutes ces manœuvres ont été déjouées. C’est pourquoi les conseillers municipaux de la majorité municipale ont demandé l’inscription des points laissés en suspens lors du dernier conseil municipal.
Le Président du Conseil ayant systématiquement refusé, la majorité municipale a rejeté alors l’ordre du jour de la session extraordinaire du Conseil du 22 février 2010.

Voilà mesdames et messieurs les journalistes, les Notables, les Conseillers municipaux les raisons réelles qui ont conduit la majorité du Conseil municipal de Port-Gentil à rejeter le budget primitif de la commune de Port-Gentil pour l’exercice 2010 lors de la session ordinaire du 11 décembre 2009, à demander la démission du Bureau du Conseil municipal et conséquemment à rejeter l’ordre du jour de la session extraordinaire du Conseil municipal du 22 février 2010.
Ces raisons suscitent sans doute plusieurs interrogations. Les responsables de l’UPG et de l’ANB, se tiennent à votre disposition pour répondre à toutes celles que vous leur soumettrez.

Lundi 8 Mars 2010
Vu (s) 1107 fois




1.Posté par Hemma le 08/03/2010 19:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

2.Posté par Obame le 09/03/2010 02:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vraimpent ces pdgistes restent et demeureront malheureux et malhonnètes jusqu'à la fin de leur vie.Finalement ils ne respecteront rien qui puisse aller dans le sens du respect de la loi et du développement du pays.Ils aiment bien faire dans la gabegie et noyer par la suite leurs adversaires qui, malheuresement sont pointé du doigt à tord.Mais ne vous en faites pas si les plus grands empires à travers le monde ont dégringolés ce n'est pas vous qui allez resté intouchables.J'ai l'intime conviction que vos jours sont comptés car pour moi il n'y a plus de différence entre la souffrance que nous endurons depuis 60 ans et me faire exploser à l'endroit de ces pdgistes en tête desquels ALI BONGO.Vaux mieux mourir pour une bonne cause.

3.Posté par LE TROGLODYTE le 09/03/2010 03:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
QUE BOUKOUBI NOUS DEMONTRE EN QUOI UN TEL MEMBRE DE LEUR PARTI SOIT -IL DJAMBE EST S' INSCRIT DANS LA POLITIQUE DE L' EMERGENCE DE VOTRE PRESIDENT? EN QUOI AU VUES DE TOUTES CES OBSERVATIONS LE PDG NE PARVIEN DRA T- IL PAS A RENDRE JUSTICE A LA POPULATION DE PORTGENTIL MEURTRIE PAR LA SAGA ELECTIORALE TEINTEE D' IRREGULARITES FLAGRANTES.


VOILA DES COMPATRIOTES IRRESPONSABLES QUI SONT SETERMINES A PRENDRE EN OTAGE TOUT UNE VILLE!

JE PENSE QUE LE MINISTRE, LE PREMIER MNISTRE ET LEUR PDG DEVRAIT RAPIDEMENT STATUER SUR LA SITUATION DE LA COMMUNE DE PORT GENTIL POUR RESOUDRE DEFINITIVEMENT CET EPISODE HONTEUX DE LEUR PDGISTE QUI S' OBSTINE MALGRE LES VRAIES RAISONS EVOQUEES PAR LES FILS DIGNES DU PAYS!


ANYWAY, YOUR LIFE IS LIMITTED WITH YOUR DIABET, AND YOU WILL BE ARRESTED AND PUT INTO JAIL, IF REALLY THERE IS ANY EMERGENCE!
THIS IS CORRUPTION WAY OF ACTING, AND BROBERY, YOUR TIME IS COMING TO BE PUSHED AWAY AND OUT OF THIS CITY!

4.Posté par sebdepog le 09/03/2010 19:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On a tous compris que leur refrain (un de plus) : "Laissez-nous avancer" ne concerne que leurs propres personnes et non le pays qu'ils sont censés servir.
Pauvre Gabon.

5.Posté par hermes le 10/03/2010 09:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
miu miu and fendi chanel
balenciaga and jimmy choo handbag
http://www.lookhandbag.com://
nike dunk shoes and basketball shoes
http://www.tradertrade.com://


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...