News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon : À 10 mois de la présidentielle 2016 : Jean Ping dézingue Ali Bongo

Le site de la Liberté - gabonreview le Mercredi 18 Novembre 2015 à 06:30 | Lu 3723 fois

De l’économie au concept «Gabon émergent» en passant par la santé ou l’éducation, l’ancien président de la commission de l’Union africaine se livre à une critique acerbe du pouvoir en place, dans une interview accordée à camer.be. Morceaux choisis.



Actuellement en tournée dans l’hinterland, Jean Ping s’est prêté à une interview à camer.be. Il y aborde plusieurs sujets, notamment l’économie sous l’ère Ali Bongo, qu’il juge «virtuelle». «Actuellement l’économie gabonaise se porte mal, très mal (…) Les thuriféraires du pouvoir nous vendent à longueur de journée des chiffres de croissance (5%) qui feraient pâlir d’envie certains pays européens.

Sauf que dans ces derniers pays, malgré des chiffres de croissance qui tournent autour de zéro, le citoyen moyen vit à peu près normalement même si le chômage et la précarité restent préoccupants, mais les enfants de ces pays ne manquent pas de table-bancs, de toit pour apprendre dans des conditions acceptables, les femmes accouchent dans des hôpitaux pourvus de plateaux techniques modernes», a analysé Jean Ping, soutenant que l’économie d’un pays ne se mesure pas à l’aune des fora organisés à coup de milliards mais plutôt à ses résultats qui devraient être visibles à travers la qualité de vie des populations, censées être les premiers bénéficiaires de la croissance. «Pour l’instant nous ne voyons que des maquettes», a-t-il ironisé.

Interrogé sur les réformes initiées dans le secteur bois, l’ancien président de la commission de l’Union africaine (UA) estime qu’elles auraient pu être appréciées si elles avaient été sérieusement préparées et bien muries. «Mais comme à l’image de l’homme qui les avaient initiées, elles ont été brutales et initiées avec amateurisme avec pour conséquence aujourd’hui de nous retrouver avec un secteur du bois quasiment sinistré», a-t-il soutenu, donnant par ailleurs son avis sur le concept Gabon émergent.

«Quand je regarde le chemin parcouru par certains pays émergents d’aujourd’hui, je me dis que nous sommes en plein dans l’illusion. L’émergence ça se prépare, à commencer par la formation des futures élites qui mettront en œuvre cette émergence», a-t-il déclaré, avant de poursuivre : «Quand on constate l’état de notre éducation et notre enseignement supérieur aujourd’hui, du primaire jusqu’à l’université, avec des années scolaires et universitaires constamment inachevées, des moyens qui ne répondent pas toujours aux exigences du monde moderne, l’émergence à l’horizon 2025 me paraît encore un simple slogan, vide de tout contenu».

Concernant ses ambitions dans la perspective de 2016, Jean Ping s’est voulu explicite et catégorique. «Je ne fais pas du pouvoir mon obsession, j’ai connu la gloire et les palais, ne serait-ce que pour avoir, à plusieurs reprises, côtoyé tous les grands de ce monde», a-t-il affirmé. «Mais comme vous le savez le malheur nous a frappé, André Mba Obame est parti. Ainsi pour ce combat et que l’opposition au pouvoir dans sa diversité estime en conscience que je suis le mieux placé pour l’emporter face à Ali Bongo, je vous assure que je n’hésiterai pas un instant», a-t-il dit, affirmant devoir rassembler toutes celles et tous ceux qui pourront l’aider à réaliser l’alternance. «Nous allons passer par des primaires j’ai déjà annoncé ma candidature aux primaires de l’opposition», a-t-il conclu.



L’ancien président de la commission de l’Union Africaine, Jean Ping revient sur l’actualité internationale et gabonaise. Le futur candidat à l’élection présidentielle au Gabon parle de son principale adversaire, le président Ali Bongo, d’André Mba Obame, l’UA, la Cémac…

D’aucun pense que vous voulez par tous les moyens siffler la fin du règne d’Ali Bongo avec lequel vous n’êtes plus en parfaite sainteté et que vous désigné comme le principal responsable de votre défaite face à Mme Zuma ?
Je voudrais d’abord vous dire sincèrement que j’ai définitivement tourné la page de la présidence de la Commission de l’Union Africaine. Je n’en garde aucune aigreur ni rancœur. Je crois avoir servi la Commission de l’Union Africaine du mieux que je pouvais, je laisse donc aux historiens le soin d’en juger.


Ensuite, vous parlez bien du « règne » d’Ali Bongo ! Votre expression n’est donc pas innocente et je crois même que c’est ainsi que celui qui dirige le Gabon se voit et veut que les Gabonais le perçoivent. Je vous rappelle que le Gabon est une République et non une monarchie et celui qui est à la tête de cette République ne règne pas, il dirige et/ou gouverne bien ou mal ; en l’occurrence ici mal. Je ne suis pas le seul à le constater.

Enfin, vous évoquez dans votre question une « parfaite sainteté »que j’aurais eu avec Ali Bongo, erreur là aussi. Je n’ai jamais été en « parfaite sainteté » avec lui. Nous avons eu des rapports courtois dictés par les fonctions et les responsabilités que nous avions dans les gouvernements successifs du président Omar Bongo Ondimba. Et permettez-moi d’ajouter que je n’ai été membre d’aucun courant du Parti Démocratique Gabonais au pouvoir, ni Rénovateur, ni Appéliste et encore moins Cacique ; c’est volontairement que je m’étais mis à l’écart de ces courants.

La situation que nous connaissons aujourd’hui au Gabon ne saurait perdurer au risque de faire sombrer notre pays. Mon souhait est de la voir cesser, mais je suis un républicain et pour moi cette valeur n’est pas négociable. Voilà pourquoi, je suis en train de mettre toute mon énergie et mes moyens pour créer les conditions qui nous permettraient de faire cesser cette dictature insupportable pour le plus grand nombre de Gabonais.

Dites-nous Monsieur Jean Ping comment se porte l’économie gabonaise sous l’ère Ali Bongo ?

Actuellement l’économie gabonaise se porte mal, très très mal. Nous vivons à l’ère de l’économie virtuelle. Les thuriféraires du pouvoir nous vendent à longueur de journée des chiffres de croissance (5%) qui feraient pâlir d’envie certains pays européens ; sauf que dans ces derniers pays, malgré des chiffres de croissance qui tournent autour de zéro, le citoyen moyen vit à peu près normalement même si le chômage et la précarité restent préoccupants, mais les enfants de ces pays ne manquent pas de table-bancs, de toit pour apprendre dans des conditions acceptables, les femmes accouchent dans des hôpitaux pourvus de plateaux techniques modernes. Au Gabon, à quoi correspondent les chiffres que l’on nous vantent tous les jours ? Pour quels résultats ? Regardez la pauvreté grandissante, les élèves qui manquent même, dans certaines localités du pays de tables-bancs pour apprendre correctement, les femmes qui meurent en couche. Je préfère m’arrêter là en vous renvoyant à la recrudescence des grèves qui jalonnent le quotidien de la société gabonaise sous ce que vous avez appelé le « règne » d’Ali Bongo pour juger de la qualité de l’économie gabonaise.

La bonne économie d’un pays ne se mesure pas à l’aune des fora organisés à coup de milliards du type New York Forum Afrique mais plutôt à ses résultats qui devraient être visibles à travers la qualité de la vie des citoyens qui sont censés être les premiers bénéficiaires de cette soi-disant croissance. Pour l’instant nous ne voyons que des maquettes.

Vous appréciez les réformes entreprises par le président Ali dans le secteur du Bois ?
Les mesures entreprises dans le secteur du Bois auraient pu être appréciée si elles avaient été sérieusement préparées et bien muries.

Mais comme à l’image de l’homme qui les avaient initiées, elles ont été brutales et initiées avec amateurisme avec pour conséquence aujourd’hui de nous retrouver avec un secteur du Bois quasiment sinistré.

je vous rappelle que le bois est notre première richesse au Gabon et historiquement le bois a façonné le Gabon. Rien que sur cette base-là, toute réforme qui touche à ce secteur symbolique, mais pas seulement, aurait mérité une étude approfondie préalable et pourquoi pas une concertation préalable avec les acteurs de ce secteur important de notre pays.

Le président Ali Bongo compte faire du Gabon un pays émergent à l’horizon 2025 ; quelle est votre opinion par rapport au concept Gabon émergent ?
Le concept émergent, aujourd’hui à la mode ne gêne personne à condition de créer les conditions sérieuses de la réalisation de cette émergence. Quand je regarde le chemin parcouru par certains pays émergents d’aujourd’hui, je me dis que nous sommes en plein dans l’illusion. L’émergence ça se prépare, à commencer par la formation des futures élites qui mettront en œuvre cette émergence. Quand on constate l’état de notre éducation et notre enseignement supérieur aujourd’hui, du primaire jusqu’à l’université, avec des années scolaires et universitaires constamment inachevées, des moyens qui ne répondent pas toujours aux exigences du monde moderne, l’émergence à l’horizon 2025 me paraît encore un simple slogan, vide de tout contenu.

Votre opinion sur la libre circulation en zone CEMAC qui n’a pas pu rentrer en vigueur le 1er janvier 2014 dernier à la suite d’un revirement du Gabon et de la Guinée Equatoriale ?
Dans le contexte actuel de globalisation, l’intégration régionale passe presqu’obligatoirement par la libre circulation au sein des zones intégrées. Et aujourd’hui, nous voyons comment ça marche en zone CEDEAO où les richesses et les Hommes circulent librement, c’est un bon exemple à suivre, malgré la domination démographique du géant Nigérian et l’existence des pays à démographie réduite comme la Guinée Bissau ou la Gambie qui ont su dépasser la peur au demeurant compréhensible d’un envahissement par leurs grands voisins.

Dans la zone CEMAC, cette libre circulation reste bloquée par les réticences des deux pays que vous avez cités. Les raisons de ces peurs peuvent être compréhensibles, mais je crois qu’elles ne sont pas insurmontables. Ces deux pays devraient plutôt regarder les aspects positifs de cette libre circulation. Comment comprendre qu’au Gabon, par exemple, on se retrouve avec une population ouest africaine nettement plus nombreuse que celle de l’Afrique centrale ? Un effort pédagogique devrait être fait de tous les côtés pour que cette libre circulation commence à devenir une réalité chez nous.

Mais la pédagogie ne suffira certainement pas, encore faudrait-il instaurer un véritable climat de confiance entre les Etats-membres de la CEMAC. Les chiffres nous renseignent que les ressortissants de la CEMAC présents au Gabon ne dépassent pas 40 000 âmes contre plus de 17% de la population, pour les ressortissants de l’Afrique de l’Ouest. Ces chiffres à eux seuls suffisent pour contredire les velléités de xénophobie que le pouvoir prête souvent à l’opposition pour chercher à la discréditer à l’international. Je vous le dit et l’affirme avec force, le Gabon reste et demeure un pays accueillant et ouvert à tous ceux qui veulent l’aider à se développer, à condition que nos frères et sœurs qui viennent s’installer chez nous respectent l’esprit et la lettre de nos institutions ainsi que les populations qui leur offrent l’hospitalité.

Monsieur Jean Ping, permettez-nous d’aborder avec vous quelques questions politiques notamment votre départ du PDG, le parti créé par votre mentor Omar Bongo. Qu’est ce qui s’est passé pour que vous quittiez le navire PDG ?

Quand je suis rentré au Gabon après mon séjour à Addis-Abeba, j’avais décidé, comme je l’ai indiqué en réponse à votre première question, de prendre ma retraite politique. Un congrès du PDG s’était même tenu à cette époque, je n’y avais pas participé. Donc pour moi, je ne faisais presque plus partie de fait du PDG. Mais comme à l’habitude de certains hiérarques de ce parti, on a mis les journaux du pouvoir à contribution pour m’insulter. Ces attitudes enfantines de certains de mes anciens « camarades » ajouté à la situation préoccupante du pays face à laquelle le PDG ne pouvait rien, m’a fait penser au Titanic qui allait droit devant les icebergs. Je ne voulais pas m’embarquer dans ce navire de plus en plus ivre. J’ai donc décidé de quitter ce navire en posant publiquement l’acte que vous connaissez, d’abord à la faveur d’une conférence organisée par le mouvement « les Souverainistes », puis par lettre adressée au Secrétaire Général du PDG.

Monsieur Jean Ping, Monsieur Ali Bongo a été votre collègue au gouvernement de surcroît le fils de votre mentor Omar Bongo que vous avez servi avec abnégation. Pourquoi refuser de servir le fils après avoir servi le père ?

Et pourquoi pas demain le Saint-Esprit, pendant qu’on y est ! Non, soyons sérieux. Parce que cela ne fait pas partie de mes valeurs. Mon logiciel n’est pas formaté pour fonctionner dans cette logique monarchique. En travaillant avec Omar Bongo, je n’ai pas signé avec lui un contrat qui me lierait à vie à sa descendance pour toujours la servir. C’est ce qu’ils ont d’ailleurs pensé d’André Mba Obame (à qui je rends hommage et m’incline devant sa memoire) qu’ils ont usé jusqu’à la corde et qu’ils souhaitaient voir comme l’éternel serviteur de la famille éternellement au pouvoir.

Je profite d’ailleurs de cette question pour couper court à tout ce qui se dit sur ma personne, que j’aurais été une fabrication d’Omar Bongo à qui je devrais tout. Archi faux ! Lorsqu’Omar Bongo me nomme pour servir à ses côtés, je n’étais pas dans la rue, j’avais déjà une carrière bien accomplie au sein de l’UNESCO et je puis vous dire ici que si j’avais continué cette carrière internationale, j’aurais terminé très haut dans la hiérarchie de cette organisation. Et je voudrais aussi rappeler à mes détracteurs d’aujourd’hui que si je dois presque tout à quelqu’un dans ma vie, c’est à mon père, Charles Ping qui avait mis à ma disposition le fruit de sa force de travail en terre gabonaise pour me permettre de faire de bonnes études, je n’oublie pas ma mère Germaine Anina qui m’a enseigné les valeurs fondamentales qui m’ont permis de me réaliser humainement. C’est le lieu ici de leur exprimer toute ma gratitude pour tout ce qu’ils m’ont transmis et de leur rendre l’hommage qu’ils méritent en leur souhaitant un repos éternel.

Parlant de vous le président Ali Bongo avait en son temps déclaré sur les antennes de la RTG le 17 août 2014 ceci : « Je n’ai pas de problème avec M. Jean Ping, même si lui a un problème avec moi. Je constate simplement qu’il s’est joint à la cohorte d’un certain nombre de leaders politiques qui n’ont, vis-à-vis de ma personne et du parti que je représente, que de la haine. Il n’y a pas de projet politique. » Quel est votre commentaire ?

Ces propos, tenus le jour de la fête de l’indépendance (le 17 août 2014) par celui qui est censé incarner l’unité nationale en disent long sur la personne qui les a tenu ce jour-là spécialement je crois que même dans son propre bord politique, il s’est trouvé des personnalités normales qui ont dû être très indignées, mais que voulez-vous, ainsi est le personnage. Je n’ai par conséquent pas d’autre commentaire à faire. Il parle de haine ? Laissez-moi rigoler… Quant au projet politique qu’il évoque, encore un peu de patience, il l’aura le moment venu. Enfin, passons…

Vous qualifiez le président Ali d’être un autocrate entouré par une légion étrangère. Ce dernier avait rétorqué que vous-même (Ministre du pétrole) vous avez eu comme directeur de cabinet un certain Dossou à qui vous avez confié la gestion du pétrole gabonais. Que répondez-vous ?

Je ne crois pas qu’il ait dit exactement ce que vous rapportez ici.

Monsieur Dossou-Aworet, Gabonais par son mariage avec Honorine Naki, était plutôt Directeur Général des Hydrocarbures et c’était en effet le Monsieur pétrole du Gabon, nommé par Omar Bongo.

Je ne voudrais pas entretenir avec Monsieur Ali Bongo, une polémique permanente et inutile.

Ah, si seulement comparaison était raison !

Le président a eu a organisé des états généraux comme un signe de consolidation de la démocratie participative ?

Je ne sais pas de quels états généraux il s’agit, mais je croirai à la démocratie participative d’Ali Bongo quand il acceptera la tenue de la Conférence Nationale Souveraine réclamée par les Gabonais. Le Gabon vit aujourd’hui une crise multiforme dont on ne pourrait sortir que par cette Conférence Nationale Souveraine qui réconciliera les Gabonais avec eux-mêmes et qui permettra à la République de devenir la valeur cardinale en partage. Le reste n’est que de la littérature de distraction politicienne.

Seriez-vous prêt demain à porter les couleurs de la nouvelle coalition de l’opposition gabonaise à laquelle vous êtes un des leaders pour affronter Ali Bongo en 2016 ?

Je voudrais d’abord vous affirmer très très clairement que je ne fais pas du pouvoir mon obsession, j’ai connu la gloire et les palais, ne serait-ce que pour avoir, à plusieurs reprises côtoyé tous les grands de ce monde. Voilà pourquoi je suis sincère quand je disais il y’a deux ans avant le décès de André Mba Aubame à tous mes interlocuteurs que, considérant que c’est André Mba Obame qui a la légitimité du suffrage universel au Gabon depuis 2009, je ne suis pas le seul à l’affirmer, si ce dernier retrouvait sa pleine forme pour reprendre le flambeau, je me mettrai sans aucune hésitation derrière lui, je mettrai à sa disposition mes moyens multiformes pour qu’il reprenne, par l’élection, la place qui lui revient. Mais comme vous le savez le malheur nous a frappé , André est parti .Ainsi pour ce combat et que l’opposition au pouvoir dans sa diversité estime en conscience que je suis le mieux placé pour l’emporter face à Ali Bongo, je vous assure que je n’hésiterai pas un instant. Je rassemblerai autour de moi toutes celles et tous ceux qui pourront m’aider à réaliser enfin cette alternance tant attendue par le peuple gabonais.Nous allons passés par des primaires j’ai déjà annoncé ma candidature aux primaires de l’opposition.

Nous vous posons cette question parce que quelques indiscrétions à l’époque nous auraient fait savoir que vous avez opposé une fin de non-recevoir à la demande de Paris pour succéder à Abdou Diouf à la tête de la Francophonie parce que vous tenez a être candidat à la présidence au Gabon . Est-ce réel ?

Ce n’est pas tout à fait réel même si ce bruit a fortement circulé ici et là. J’avais personnellement déjà tiré un trait sur l’international. J’estime avoir suffisamment donné. Et je vous ai donné plus haut les raisons profondes qui m’ont poussé à me déterminer aujourd’hui qui n’ont rien à voir avec mon refus d’aller à la Francophonie.

Le passage de l’OUA à l’UA. Dites, y’a-t-il réellement eu un changement ? N’est-ce pas toujours un syndicat des Chefs d’Etat ?

Je n’utiliserai pas les mêmes expressions que vous en parlant des chefs d’Etat, mais je crois que l’histoire de l’Afrique politique nous apprend que cette organisation connaît à chaque période des évolutions, certes lentes, mais certaines. Je vous renvoie à mon livre, « Eclipse de l’Afrique », j’en parle un peu.

Revenons sur votre passage à la tête de l’Union Africaine. Pourquoi le dispositif d’alerte précoce et de préventions des conflits n’a pas fonctionné durant le printemps arabe qui a débouché sur la mort tragique de Kadhafi ?

Là encore si vous lisez mon livre, vous comprendrez ce que nous avons fait à cette époque et je peux vous dire que si le plan de sortie de crise que l’Union Africaine avait présenté avait été mis en œuvre la Lybie ne serait pas aujourd’hui là où elle est. Quand on voit ce qui se passe aujourd’hui dans ce beau pays, la seule question qui me vient à l’esprit est, tout ça pour ça ?

La situation en RCA et au Soudan du Sud vous inquiète profondément ?

La situation en RCA et au Soudan du Sud ne peut que me préoccuper. Concernant précisément la RCA, pas très loin du Gabon, mon pays. Je crois que la communauté internationale a trop laissé faire pendant trop longtemps. Les signes précurseurs de la déliquescence actuelle étaient visibles depuis bien longtemps. A force de trop transiger avec les dictatures on finit par jouer les médecins après la mort.

Votre avis sur le fonctionnement de l’Union Africaine version Mme Zuma ?
Je ne me permettrai pas de donner pareil avis

Votre dernier mot ?
Je voudrais d’abord vous dire merci de m’avoir ouvert les colonnes de votre journal. Je voudrais ensuite dire merci à vos lecteurs d’avoir pris le temps de lire cette interview que vous avez bien voulu faire avec moi. Enfin, je souhaite plein succès à votre journal.

© oeildafrique.com : Entretien Réalisé par Roger Musandji

Mercredi 18 Novembre 2015
gabonreview
Vu (s) 3723 fois




1.Posté par A NOS PLUMES le 18/11/2015 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que de fautes de grammaire dans ce document!!!!
Pour des journalistes c'est vraiment dramatique. Quel niveau avez vous pour sortir un tel torchon? De grâce, faites un effort de repartir à vos cours de grammaire du CE1/CE2;

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...