News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Gabon: 21 ans après la Conférence nationale, retour au monopartisme !

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Jeudi 22 Décembre 2011 à 01:52 | Lu 660 fois



Gabon: 21 ans après la Conférence nationale, retour au monopartisme !
« Les c…, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît. » S’il est vrai que Michel Audiard ne parlait pas des pédégistes, il faut tout de même reconnaître que cette citation leur va comme un gant. Totalement ignorants des règles de bonne conduite et des limites qu’imposent la démocratie et l’Etat de droit, Ali Ben Bongo et ses séides pédégivrés s'imaginent qu'ils peuvent TOUT s’autoriser. Dissolution de l’Union Nationale, grossier charcutage de la constitution, modification inique de la loi électorale, liquidation de l’opposition : tout a été mis en place pour ré-infliger aux Gabonais les affres d’une dictature d’un autre temps, et ramener le pays au monopartisme politique.

Ali Ben Bongo rêvait d’une « écrasante majorité parlementaire ». Il l’a obtenue. Au-delà de ses prévisions les plus optimistes. Le raïs Ali9 s’est toujours imaginé en monarque absolu ? Avec 117 députés sur 120, il réalise son fantasme et démontre, par la même occasion, qu’il soutient dignement la comparaison avec son défunt « jumeau » nord-coréen Kim Jong-il. Aussi, son adorable rejeton Nourredine peut déjà se préparer pour la succession. Comme Kim Jong-un en Corée du Nord. De là où il est, Omar Bongo doit être fier de sa descendance.


Il faut juste espérer, pour la dynastie Bongo, que tout ce montage idyllique ne soit brutalement remis en cause par une inattendue réaction du bon peuple gabonais. Le mois dernier, de passage au Bénin – un pays qu’Ali connait bien, et pour cause ! – le pape Benoît XVI avait prévenu : « La revanche des populations peut être violente. »Avis donc à tous ceux qui pensent 117 ou même 150 députés sur 120 constituent un bouclier contre le mécontentement et la colère du peuple. Pour sa part, et sans vouloir jouer les Cassandre, l’ancien ministre d’Etat Jean-Marc Ekoh avait, dans une interview, rappelé cette évidence : « En politique, aucune situation n’est irréversible ! »


La preuve, en Egypte, le 5/12/10, le Parti national démocrate (PND) de l’autre raïs, Hosni Moubarak, avait obtenu près de 95% des sièges à l’issue d’un simulacre d’élection législative. Comme au Gabon des Bongo. En février 2011, soit deux mois après cette « brillante victoire », les Egyptiens ont chassé Moubarak, sa famille et son parti. Pour espérer échapper à la justice de son pays, le vieux dictateur surjoue la maladie. Ironie du sort, ce sont les juges qu’il avait lui-même nommés et qu’il contrôlait qui le malmènent aujourd’hui.


Plus près de nous, il y a l’exemple ivoirien. Après avoir été, des années durant, ostracisés et diabolisés, Alassane Ouattara et son parti, le RDR, sont finalement parvenus au pouvoir.

Certes, comparaison n’est pas raison. Pour autant, le Gabon ne peut pas éternellement se singulariser dans un monde en pleine globalisation. Dans un monde où tout se sait à la minute près, où les modèles et les références circulent à la vitesse de la lumière, il est illusoire de penser que les Gabonais ne seront pas amenés, un jour, à imiter les Tunisiens, les Egyptiens ou les Ivoiriens. Le camouflet infligé le week-end dernier n’est que la préfiguration de ce qui attend Bongo et sa bande.

Le raïs de Bongoville vient d’entrer dans la 3ème année de son mandat. C’est plus que la moitié du mandat des présidents américain et sud-africain. Qu’a-t-il réalisé ? Des voyages, des dépenses somptuaires, des discours creux et pompeux, des escapades maffieuses au Bénin. Plus, c’est vrai, trois ridicules dos d’âne pompeusement appelés « échangeurs » et qui sont encore… en chantier.

A la décharge de ce pauvre Ali, il ne disposait pas d’une « écrasante majorité à l’assemblée »pour soutenir sa politique de l’émergence. Maintenant qu’il vient de s’en offrir une sur mesure, le Gabon va directement, dans quelques mois, passer de pays en voie d’émergence en pays développé. On vous le jure, grâce à ses 117 députés, le « fils » de Bongo va faire entrer notre pays au G8+1. Il va juste falloir qu’Obama, Sarko et les autres dirigeants des pays les plus riches de la planète lui fassent un peu (beaucoup) de place autour de la table.

« Un seul peuple, un seul parti, un seul chef ! » : Vive le PDG ! Vive le distingué camarade Ali Ben Bongo, pour que vive le Gabon émergent ! On vous l’avait dit, les pédégistes, ça ose TOUT…


by JEAN-PIERRE ROUGOU

Jeudi 22 Décembre 2011
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 660 fois




1.Posté par Titof le 22/12/2011 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut buter le biafrais./

2.Posté par Freddy Petit MAMBOUNDOU le 22/12/2011 12:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Jean Pierre,

J'espère que vous lisez mes messages. Le temps n'est plus au discours. Tout cela nous le savons. Maintenant, il sied de réflechir sur des actions et stratégies fortes pour faire plier le pouvoir pdg et son chef des gangs. Organisez les jeunes, faites des tracts, invitez le peuple à l'insurrection, invitez le peuple à la désobéissance générale contre le soi disant pouvoir d'Ali, invitez les forces de l'ordre à traquer les p´dégistes et son chef, invitez les Gabonais à détruire tous les symbôles du pdg, des bongos, invitez le peuple à écrire une autre histoire de notre pays.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...