News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

GABON-SOCIETE : La société civile en croisade contre le viol et l’inceste.

l'info réelle 7J/7 - Source : Mazleck le Vendredi 16 Juillet 2010 à 16:38 | Lu 661 fois

Cheval de bataille, mettre un terme à la violence faite aux femmes et aux enfants.



GABON-SOCIETE : La société civile en croisade contre le viol et l’inceste.
Le viol et l’inceste sont deux maux qui gangrènent la société gabonaise. Il suffit de faire un tour au Tribunal de grande instance de Libreville pour en prendre toute la mesure. Sur cent dossiers, environ 30 à 40% portent sur le viol sur des mineures de moins de quinze ans.

L’Observatoire des droits et de la parité (ODEFPA) qui défend les droits de l’enfant et la femme tire la sonnette d’alarme. Statistiques en main, il annonce la terrible réalité. Entre 2000 et 2004, 2814 cas de viols sont enregistrés. Présidé par une magistrate de haut grade, l’ODEFPA explique que le Gabon est doté d’un arsenal juridique à même de décourager les criminels. En effet, faisant référence à l’article 256 du Code pénal, les personnes coupables de viol et d’attentat à la pudeur sur un enfant de moins de quinze ans sont passibles d’une peine de réclusion criminelle à temps.

Les coupables du crime de viol et d’attentat à la pudeur traduits devant le tribunal correctionnel s’en sortent plutôt bien. Pour la plupart, ils écopent entre trois et six mois, parfois avec sursis. Pourquoi ? Est-ce parce que certains criminels s’en remettent à un avocat-défenseur ? Est-ce parce que certaines pratiques persistent dans l’univers judiciaire, particulièrement des magistrats qui vendent leurs services aux plus offrants ? Le débat a quitté les salons feutrés de la haute administration de la chancellerie pour fleurir dans les quartiers.

Viol et attentat contre les jeunes de moins de quinze ans, mais aussi la violence faite aux femmes. Préoccupation pour certaines ONG, les sorties sont multipliées sans parvenir à faire reculer le phénomène. Cela tient de la « coutume », admet-on généralement. En Afrique, l’homme, chef de famille, jouit d’un statut de privilégié. Ne pas user de violence, c’est l’exception qui pourrait jeter l’opprobre sur un Africain digne de ce nom. A l’analyse, seul un changement de mentalité peut opérer le miracle. Grâce au changement de mentalité, la femme sera l’égale de l’homme. C’est une gageure !



Vendredi 16 Juillet 2010
Source : Mazleck
Vu (s) 661 fois


Politique | Société | Economie | Articles Sponsorisés | Vide1 | Vide | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | MDFC | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame








Les Articles les plus lus

Savoir Bien Vivre...

La Femme Emancipée


Incroyable !