News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

GABON-AREVA : La médecine après la mort

Le site de la Liberté - Source : Mazleck.info le Mercredi 8 Septembre 2010 à 14:21 | Lu 561 fois

Les travailleurs malades des anciennes mines d’uranium de Mounana seraient pris en charge par le nouvel organisme.



GABON-AREVA : La médecine après la mort
Un accord tripartite visant la mise en place de “l’Observatoire de la santé de Mounana” (OSM), une ville située au sud-est du Gabon a été conclu récemment. Il implique l’Etat gabonais, AREVA et le Collectif des anciens travailleurs et miniers de COMUF-Mounana (CATRAM). Selon le communiqué, l’OSM est le fruit de pourparlers entre l’Etat gabonais et le groupe nucléaire français dont l’objectif est « d’étudier l’impact sanitaire des activités minières de la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF, filiale d’AREVA au Gabon) sur la santé et l’hygiène de ses anciens collaborateurs et des populations locales. »

Que faut-il entendre par « collaborateurs et populations locales » ? Un euphémisme qui occulte une réalité autrement dramatique. Pour amener le groupe AREVA et la COMUF à reconnaître leur responsabilité dans l’existence à Mounana de « personnes atteintes de maladie professionnelle liée à l’exposition aux rayonnements ionisants », cela a valu des années de lutte. Bien mieux, seule l’action concertée des ONG environnementales locales et internationales a permis la conclusion de cet accord. Grâce à cette action, le groupe reconnaît sa culpabilité pour « mauvaise gestion du risque radioactif » à Mounana.

Radioactivité, le mot est enfin lâché ! Pendant près de cinquante années de présence sur le sol gabonais, la filiale française a exploité des mines d’uranium dans la petite cité de la province du Haut-Ogooué sans que cette activité ne soit entourée des précautions afin d’en limiter les risques professionnelles. Comment cela est-il possible ? Une multinationale n’a-t-elle pas les moyens permettant d’opérer dans un secteur en sachant les risques encourus à court, moyen et long termes ? Personne ne pourrait croire une chose pareille !

Les malades des mines de la COMUF, abandonnés à eux-mêmes, passaient pour des malades ordinaires pour lesquels aucune cure ne peut sauver d’une déchéance prévisible. Le drame a atteint des proportions telles que la progéniture de certains travailleurs est frappée par des dommages dues à la radioactivité. Selon des études menées par des cabinets spécialisées, des employés français sont parmi les victimes d’irradiations.


Mercredi 8 Septembre 2010
Source : Mazleck.info
Vu (s) 561 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...