News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Franceville a accueilli l’opposant Ping et ses souverainistes

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 16 Juin 2014 à 08:04 | Lu 2893 fois

La ville de Franceville (sud est), fief politique de la famille Bongo Ondimba, a accueilli les bras ouverts, l’opposant Jean Ping et son groupe de souverainistes qui y ont tenu samedi une causerie politique, selon plusieurs sources concordantes.



La causerie a eu lieu au quartier Makana au domicile d’Albert Yangari, cadre du Congrès pour la démocratie et la justice (CDJ, opposition).

C’était la première grande sortie hors de Libreville de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA) depuis qu’il a basculé dans l’opposition.

Accompagné de Jacques Adihenot, ancien secrétaire général du PDG (parti au pouvoir), de Francis Aubame, chef de fil des souverainistes, Ping a mobilisé quelques fidèles de l’opposition ainsi que des curieux venus voir celui qui incarnait pendant plusieurs années la politique extérieure du Gabon sous Omar Bongo Ondimba.

Pressenti comme un déplacement à haut risque, Franceville étant le bastion politique du PDG et de la famille présidentielle, la rencontre de Ping et ses fanatiques se serait déroulée sans incidents majeurs.

« C’est une victoire pour la démocratie gabonaise », a confié à Gabonactu.com, un cadre de la province.

Après Franceville, Ping qui n’a pas créé un parti politique poursuivra son périple dans d’autres provinces notamment le Woleu Ntem (nord). L’homme qui souhaite défier Ali Bongo Ondimba lors de la présidentielle de 2016 plaide pour une candidature unique de l’opposition. En face, le pouvoir également rêve de faire autant.

Gabonreview : Meeting «privé» de Jean Ping à Franceville

Impossible à donner sur une place publique, le meeting annoncé de Jean Ping, le 14 juin 2014 à Franceville, chef-lieu de la province du Haut-Ogooué et fief natal des Bongo, a finalement tourné à la causerie politique dans une enceinte privé. Le résumé d’une incursion essentiellement relayée par les réseaux sociaux.

«Ils ne savaient pas que c’est impossible, alors ils l’ont fait». Cette formule de Mark Twain qui explique bien des audaces folles, et la raison pour laquelle elles réussissent parfois, pourrait s’appliquer à Jean Ping et aux Souverainistes de l’Union nationale qui ont tenu, le samedi 14 juin 2014, une grande causerie politique à Franceville dans le Haut-Ogooué. L’impossible s’est donc réalisé, devrait-on dire, dans cette province qui avait été interdite de campagne électorale à certains candidats à l’élection présidentielle de 2009, notamment André Mba Obame.


Si l’évènement a souffert d’une grave défectuosité en communication, on sait, par les réseaux sociaux et en attendant le reportage de TV+, un des rares médias conviés, que tous les lieux publics sollicités pour abriter ce qui devait être un meeting ont été refusés à la délégation de l’opposition, par les autorités administratives du chef-lieu de la province, fief natal des Bongo. Si bien qu’Albert Yangari, hiérarque du Congrès pour la démocratie et la justice (CDJ), a dû prêter l’immense cour de son domicile privé afin d’accueillir la rencontre.

Le lieu, connu quelques heures seulement avant l’évènement, n’a finalement pas enregistré l’affluence escomptée. «De nombreux Francevillois n’ont pas su à temps où le meeting devait finalement se tenir et n’ont donc pas pu faire le déplacement, tandis qu’un grand de ceux qui ont reçu l’information ont craint que la manifestation ne soit chargée et dispersée», a expliqué, joint au téléphone, le chef de l’équipe de reportage de TV+ sur les lieux, avant d’ajouter : «je peux cependant soutenir qu’il y a eu du monde».

Jean Ping était accompagné de Jean Eyéghé Ndong, ancien Premier ministre et actuel vice-président de la semi-clandestine Union nationale (UN), de Jacques Adiahénot, ancien secrétaire général du Parti au pouvoir, de Jean Ntoutoume Ngoua, hommes d’affaires et ancien candidat à l’élection présidentielle du 30 août 2009, de Joël Nzegouma Ngouenini, leader d’une formation politique dénommée les 7 Merveilles du Peuple (7MP, opposition), du Dr. Alphonse Louma et de l’essentiel des membres du courant des Souverainistes de l’UN dont Francis Aubame, le Pr Joseph John-Nambo, Radegonde Djenno… Il a été aidé, pour l’organisation de cette rencontre, par Michel Mpega (ancien homme fort de la Direction générale des contributions directes et des domaines) et Philibert Andzembé (ancien gouverneur de la BEAC).

L’essentiel du message de Jean Ping aux Gabonais du Haut-Ogooué a tourné autour de ce qu’il a déjà décliné sur divers médias depuis sa rupture avec son ancienne famille politique. D’autres orateurs ont également pris la parole au cours de cette rencontre. Notamment Jean Eyéghé Ndong, Michel Ongoundou Loundah (Souverainiste et ministre de la Défense du gouvernement dit du PNUD d’André Mba Obame) et Joël Nzegouma Ngouenini des 7MP. Natif de Franceville, ce dernier a lancé à l’assistance : «en vous voyant si nombreux, comment douter de la réalité de la profondeur et de la force de la vague et du vent du changement et de l’alternance ? Ce vent est en train de se former pour donner une autre tournure à l’histoire de notre pays le Gabon.

Il est en passe de concrétiser ses premiers actes. Et, dans quelques mois, son offensive nous montrera la direction à suivre et nous vous invitons, d’ores et déjà, à marcher à nos cotés vers cette nouvelle destinée. Car, disons-le 2016 = 2014+2 […] Nous sommes venus rassurer les Altogovéennes et les Altogovéens parce que nous savons que le combat du changement est aussi le leur. Nous sommes ici pour vous rassurer que nous ne laisserons personne faire du mal au Haut-Ogooué et aux Altogovéens. Il faut donc nous faire confiance car le Haut-Ogooué aura assurément une place de choix au moment de la reconfiguration politique. Alors, je vous pose la question : de quoi avez-vous peur ; de qui avez-vous peur ?» Son message n’aura pas été si différent de celui de Jean Ping.

Se résumant, à ce propos, l’ancien ministre des Affaires étrangères a indiqué sur son compte Facebook : «je suis heureux d’avoir échangé avec nos frères du Haut-Ogooué. Je retiens de nos discussions que notre pays dans son ensemble a besoin de changement. Il n’y a aucune province privilégiée dans notre pays. Tout le territoire national croupit actuellement dans une misère que l’on n’a jamais connue. Comme tous les autres Gabonais, ils n’ont pas vu la réalisation des promesses du pouvoir en place depuis 2009. Nos compatriotes que nous avons rencontré aujourd’hui, nous ont dit leur soif de démocratie.»

Selon un média confidentiel généralement bien informé, La Lettre du continent, «tous les hôtels de Franceville [ont] étrangement affiché ‘’complet’’ les 14 et 15 juin, quelques heures avant l’arrivée de Jean Ping et de sa délégation dans la capitale du Haut-Ogooué, province natale des Bongo». La tournée de Jean Ping devrait se poursuivre à travers d’autres provinces, notamment le Woleu-Ntem et elle devrait s’achever en août à Port-Gentil, dans la province rebelle de l’Ogooué-Maritime, fief natal du nouveau dépréciateur d’Ali Bongo, où celui-ci vient d’effectuer un recrutement de leaders en vue de la mise en œuvre du «Pacte social».

Gabonreview

Lundi 16 Juin 2014
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2893 fois




1.Posté par Bouka Rabenkogo le 16/06/2014 10:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Simplement bravos et félicitation. France-ville et le Haut-Ogooué, c'est aussi Chez Nous. Félicitations.

2.Posté par Monefang le 17/06/2014 03:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo à nos frères du SUD-EST!
Lorsque nous comprendrons que le Gabon est notre pays;
Nous saurons défendre nos intérêts et celle du pays tout entier.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...