News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

France : le nouveau président devra exercer un "mandat de rupture"

Le site de la Liberté - La Révolution LVDPG le Mardi 1 Septembre 2009 à 09:53 | Lu 1095 fois



France : le nouveau président devra exercer un "mandat de rupture"
PARIS — La France estime que le nouveau président du Gabon devra exercer "un mandat de rupture" après Omar Bongo afin notamment de répartir les richesses de façon plus équitable, a déclaré le secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, dans un entretien publié mardi.

"Le nouveau président devra exercer un mandat de rupture," a déclaré M. Joyandet dans cet entretien accordé au journal Le Parisien.

"Avec (l'ancien président) Omar Bongo le pays a accédé à la stabilité et à la paix civile. C'était, bien sûr, positif. Il me paraît nécessaire, à présent, d'engager davantage des programmes socio-économiques et de répartir les richesses de façon plus équitable," a-t-il ajouté.

"Dans cette élection la France n'avait pas de favori", a-t-il répété, alors que Paris a été soupçonné, notamment au Gabon, de favoriser la candidature d'Ali Bongo, le fils du président décédé en juin après 41 ans au pouvoir.

"Je ne suis pas inquiet", a encore affirmé le secrétaire d'Etat, alors que les trois candidats favoris -- Ali Bongo, l'opposant historique Pierre Mamboundou, et l'ex-ministre de l'Intérieur André Mba Obame -- ont revendiqué la victoire sans attendre les résultats officiels.

André Mba Obame a dénoncé lundi la menace selon lui d'un "coup de force" après le déploiement de forces de sécurité dans les rues de Libreville.

"Il faut attendre la publication des résultats par la commission électorale, aujourd'hui ou demain. Les candidats qui n'ont pas gagné devront reconnaître leur défaite," a souligné M. Joyandet.

"Il semble que les opérations électorales se sont tenues dans un climat qui n'appelle pas de contestation particulière", a-t-il estimé.

La France, ex-puissance coloniale, s'était félicitée lundi du "bon déroulement" du scrutin présidentiel au Gabon et a déclaré faire confiance aux institutions gabonaises pour que le processus se poursuive "dans le calme".

Copyright © 2009 AFP

Mardi 1 Septembre 2009
La Révolution LVDPG
Vu (s) 1095 fois




1.Posté par Anti-BDP le 01/09/2009 10:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La France sait que si ALI passe c'est par la fraude ! Des journalistes l'ont affirmé hier soir sur France 24 !

2.Posté par gabon60 le 01/09/2009 10:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
URGENT: source Ouest France
Des sources au sein de la CENAP, la commission électorale, confirmaient, en fait, les propos de Pierre Mamboundou qui, avec près de 40 % des suffrages, devançait hier après-midi Ali Bongo (28,9 %) et André Mba Obame (26,7 %). Pour autant, il va falloir attendre que le dépouillement soit officiellement terminé et les résultats entérinés par la Cour constitutionnelle (dont la présidente menace de démissionner après avoir été l'objet d'intimidations par Ali Bongo) pour connaître avec certitude le nom du prochain président.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Gabon-trois-candidats-revendiquent-la-victoire-_3637-1053962_actu.Htm

3.Posté par stéphanie le 01/09/2009 11:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Arrêtez de nous dire n'importe quoi,nous ne parlons de combien on va vendre le prix du pain demain au gabon mais on parle de l'avenir du pays,ali ne peut pas être devant mba obame s'il n'a remporté que deux provinces sur neuf,qu'on me dise que c'est mamboundou ou mba obame les presidents je veux croire mais qu'on ne me dise surtout pas ali,et puis mbourantsouo a dit qu'elle ne demissionnait pas elle est à son poste jusqu'à la fin de son mandat en 2012,arrêtons de dire tout et n'importe quoi,le gabon doit être uni en ce moment et toujours il n y a pas d'un coté les punu ou les fangs ou les myènè ou les téké ou les kota,non nous sommes tous gabonais et nous devons être unis les uns avec les autres si ne pouvons pas être unis comment pouvons nous avancer,c'est justement cet esprit que nous devons combattre aujourd'hui cet esprit chacun pour soi,ce n'est pas ali qui est rejeté par le gabon,non mais c'est le système qui a été mis en place c'est tout,voillà donc unissons nous,pour le gabon

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...