News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

France : Bureau Exécutif de Diagau : Nos vœux 2011 à la Nation

Le site de la Liberté - DIAGAU (Diaspora Gabonaise Unie) le Lundi 3 Janvier 2011 à 17:55 | Lu 626 fois



France : Bureau Exécutif de Diagau : Nos vœux 2011 à la Nation
Gabonaises, Gabonais, chers compatriotes,


Cette traditionnelle période de vœux est l’occasion pour le Bureau Exécutif de DIAGAU de revenir vers vous, alors que nous avons volontairement cessé toutes communications publiques à la suite de notre lettre ouverte à la communauté internationale (datée du 07 décembre 2010), dont l’accusé de réception du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH) nous a été transmis le 17 décembre 2010.

La Diaspora Gabonaise Unie (DIAGAU) est née de la volonté de “rassembler la diaspora, pour combattre le népotisme, défendre les droits des Gabonais et construire un rassemblement patriotique contre la dérive autoritaire qui inhibe l’éclosion de la démocratie au Gabon et aboutir à une alternative”, conformément aux statuts, charte morale et règlement intérieur adoptés en Assemblée Fédérale du 14 mars 2010.

C’est ainsi l’occasion d’adresser nos plus sincères et chaleureux remerciements à nos compatriotes :

Votre courage au quotidien ;

Votre lucidité sur le terrain, face à la situation de crise politique profonde marquée par le coup d’Etat du 03 septembre 2009 ;

Votre abnégation vis-à-vis de l’adversité politique et de la dégradation déjà avancée, mais accélérée depuis 1 an, de vos conditions de vie ;

Vos appels et mails de soutiens à l’occasion de nos différents communiqués et actions engagées.


Tout cela nous renforce et nous contraint à poursuivre le combat, en notre nom à tous, car les rangs des patriotes grossissent, l’illusion “émergente” n’ayant bientôt plus d’effet que sur ses propres auteurs.

C’est aussi l’occasion d’adresser nos remerciements tout aussi sincères et chaleureux à la diaspora gabonaise, déterminée, ou qu’elle soit dans le monde, à œuvrer pour l’avènement d’un Gabon enfin prospère et démocratique. Merci à cette diaspora qui, contrairement à ce que l’on entend en boucle depuis le coup d’Etat du 03 septembre 2009, a prouvé sa maturité et sa capacité à ne plus se laisser endormir par des discours aussi soporifiques que cyniques.

Merci à la diaspora qui a démontré une fois pour toutes son refus catégorique d’entériner l’énième déni de démocratie subi par notre peuple, et qui dans sa très grande majorité a exprimé son rejet absolu de voir de nouvelles générations de gabonais accepter les humiliations et le mépris d’un clan trop préoccupé par son enrichissement et celui de leurs maîtres étrangers, pour entendre la désespérance et la rage qui sont désormais les deux maux les plus répandus sur notre terre.

Merci à cette diaspora gabonaise, nous l’invitions à se manifester toujours plus, ce combat dépasse nos personnes, nos individualités, c’est le vôtre, le nôtre, celui du peuple gabonais. Et à la lumière de l’actualité africaine, c’est en fait le combat des peuples africains de manière générale. Nous avons pris en main notre destin, que chacun poursuive dans cette voie, le changement n’est plus attendu mais amorcé, votre détermination en sera le moteur.

Cela amène à remercier la jeunesse gabonaise en général et la jeunesse estudiantine en particulier, pour son implication, son exigence d’un Gabon meilleur, et sa volonté manifeste de participer activement à sa construction. Vous avez su identifier la faille dans laquelle vous devez vous engouffrer pour la renaissance du Gabon : la formation. Quand l’incompétence et l’idolâtrie matérielle règnent en maîtres depuis près de 50 ans, vous opposez désormais la recherche de l’excellence et l’exaltation de la diversité de nos formes d’expressions culturelles ; gages d’une refondation saine et en profondeur des structures qui encadreront le Gabon dont nous avons tous désormais entrepris la reconstruction.

Merci à vous, continuez de vous former, continuez de croire et de prouver que ce qui a été fait par l’Homme peut être défait par l’Homme. Continuez aussi de croire et de prouver qu’au-delà de l’invective des opposants gabonais, nouveaux comme anciens, vous êtes déterminés à porter vos propres aspirations, car en chacun de vous sommeille un leader. Vous avez su mettre fin à l’ère des messies et autres sauveurs providentiels, travaillez donc à le faire savoir au plus grand nombre. L’avenir est votre, à vous de le définir.

Gabonaises, Gabonais, chers compatriotes,

L’année 2011 que nous entamons est des plus prometteuses. Les obstacles que le peuple a surmontés depuis le coup d’Etat du 03 septembre 2009 ont laissé place à des défis encore plus grands que nous nous devons de relever. Les actions des démocrates de tous bords doivent en ce sens être saluées.

Ainsi, nous profitons de cette période voulue consensuelle pour saluer l’action de l’opposition gabonaise dans sa globalité, qui a su tant bien que mal mener le combat sur le territoire national. Bien entendu, ces salutations concernent au premier chef les organisations syndicales et celles de la société civile. Cette prise de conscience de l’urgence du changement dans la conduite de notre nation est salutaire.

Nous saluons dans un deuxième temps les formations politiques dites “historiques” de l’opposition : le FAR, le MORENA, le PGP, l’UPG et l’ensemble des organisations politiques et socioprofessionnelles qui composaient le FUAPO (Front Uni des Associations et Partis Politiques de l’Opposition) lors de la Conférence Nationale qui s’est tenue à Libreville du 23 mars au 19 avril 1990.

Mais nous saluons aussi le rôle joué par les nouveaux opposants gabonais, nos anciens bourreaux pour bon nombre d’entre eux. Ainsi, nous tenons à les encourager à poursuivre leurs efforts visibles de se dévêtir de leurs tenues d’anciens hiérarques du régime en place, même si nous aurions souhaité qu’ils eurent été plus nombreux à suivre la voie empruntée à l’époque jusqu’à nos jours, par BOURDES OGOULIGUENDE Jules Aristides : c’est-à-dire claquer la porte par conviction, en gardant une exigence profonde de justice sociale et de respect d’institutions solides pour le Gabon, et non pas attendre que les choses se compliquent pour le faire. Nous ne désespérons d’ailleurs pas de voir d’autres compatriotes quitter le “Titanic PDG”, mieux vaut tard que jamais.


Que soient aussi remerciés le pouvoir illégitime et son dictateur en chef. Merci au gouvernement des “retards utiles” qui ne nous a jamais laissé d’autre choix, que de nous organiser, de nous structurer, et prendre en main l’avenir de notre pays, cette équipe d’amateurs et d’imposteurs en étant, par définition, incapable.

Merci surtout à BONGO ONDIMBA Ali (BOA), tant pour son obstination que pour son entêtement à se tailler une Constitution à la mesure de ses ambitions personnelles. Bien loin de la révision tant attendue d’une Constitution qui affirmerait enfin le retour au scrutin à deux tours qu’elle que soit l’élection concernée, à la limitation à deux mandats présidentiels, au redécoupage électoral garant de l’égalité des gabonais devant le vote, à l’assainissement et la refonte d’institutions factices telles que la Cour Constitutionnelle et le Conseil National de la Communication ; BOA a su par ces actes justifier les motivations et l’intérêt du combat que nous menons depuis plus d’un an.

Cette dictature justifie notre engagement vis-à-vis du peuple gabonais et confirme notre détermination à contribuer activement à sa libération, coûte que coûte, du joug de l’impérialisme maçonnique et de la dynastie bongoïste depuis près de 50 ans. Les actes posés par le pouvoir illégitime n’émeuvent en rien le peuple souverain. Qu’attendre d’autre d’un pouvoir dictatorial?

Dans cette série de vœux, nous souhaitons tout naturellement nous adresser à nos concitoyens incarcérés pour des motifs parfois, voire souvent, fantaisistes. Nos pensées vont donc vers MOULENDA Jonas, YANGARI Albert et la communauté journalistique gabonaise libre en général, qui ont à plusieurs reprises fait les frais du refus du respect de la liberté d’expression de la presse gabonaise, en particulier sur les affaires mettant en lumière l’arbitraire du système en place. Ce dernier optant alors pour les menaces, les intimidations et les condamnations judiciaires infondées, légales grâce à la complicité d’une justice trop souvent instrumentalisée.

Nos pensées vont aussi vers le Général NTUMPA LEBANI et ses proches. Mis aux arrêts le 09 septembre 2009, et détenu depuis le 02 octobre 2009 à la prison centrale de Libreville, le motif de cette détention et de cette interminable attente d’un éventuel jugement est juridiquement fondé sur deux principes désormais solidement ancrés dans le droit gabonais de l’Etat PDG : le soupçon et la rumeur.

Enfin, nous tenons à nous adresser aux Port-Gentillais, qui comme souvent et une fois de trop dans cette longue marche vers la démocratie initiée par nos ainés, ont payé par le prix du sang leur refus de la dictature, leur exigence de respect, l’amour qu’ils ont dans leur grande majorité toujours témoigné à notre Nation. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles nous ne laisserons pas ces meurtres de nos compatriotes sombrer dans l’oubli.


Meilleurs vœux 2011 à tous,

Vive le Gabon indépendant et démocratique.


Fait à Paris, le 31 décembre 2010.

Le Bureau Exécutif de DIAGAU

Source : Lepost

Lundi 3 Janvier 2011
DIAGAU (Diaspora Gabonaise Unie)
Vu (s) 626 fois




1.Posté par Patriote le 04/01/2011 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Déjà lu sur lepost il y a un mmt!
Bonne année à DIAGAU aussi, bon papier.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...