News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Exclusif /Gloria Mika : « Les choses changeront quand chacun acceptera de changer... »

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Jeudi 31 Octobre 2013 à 06:42 | Lu 1012 fois

Mannequin international, militante engagée dans plusieurs causes humanitaires, personnalité ayant figuré en janvier 2013 dans le classement Jeune Afrique des « 50 qui font le Gabon », Gloria Mika Ndzila a accordé à Gaboneco.com, une interview exclusive à son image : franche et sans langue de bois.



Gaboneco.com (GE): Gloria Mika bonjour et merci de nous accorder cet entretien. En dehors de vos activités de mannequin international, on a découvert votre côté activiste et impliqué dans la chose politique en 2009 avant les élections présidentielles. Vous aviez alors créé le mouvement des « Anges Gardiens » qui souhaitaient des élections transparentes au Gabon. Avez-vous toujours eu envie de vous impliquer dans la politique, où ce sont les circonstances de cette période qui vous y ont poussée ?


Gloria Mika (GM): Bonjour, et merci à vous pour cet entretien!

On peut dire que je ne m’étais jamais particulièrement intéressée à la politique si ce n’est pour accomplir mon devoir de citoyen en votant. J’ai donc voté pour la 1ère fois en 1998, à 18 ans, quand je vivais encore aux États-Unis. Je me souviens d’ailleurs que quelques anomalies m’avaient déjà interpellées dans la liste des électeurs de l’époque; en revanche je ne me suis pas du tout intéressée aux élections de 2005.

Oui, ce sont effectivement les circonstances qui m’ont poussée à créer les Anges Gardiens en 2009, au vu de signes avant-coureurs qui, selon moi, annonçaient déjà en amont un passage en force. Disons que mes motivations étaient principalement: de sensibiliser nos institutions face à l’opportunité de faire entrer le Gabon dans l’Histoire en devenant un réel exemple de transition démocratique notamment en Afrique. Je voulais aussi montrer aux jeunes qu’il était important de se battre pour ses convictions quoi qu’il en soit. Par ailleurs, appartenant à l’ethnie Téké, il me semblait tout aussi important de faire savoir que tous les Tékés ne cautionnaient pas automatiquement les politiques appliquées par le PDG, et cela qu’on appartienne à la même famille (au sens large) ou pas.


GE : Votre mouvement avait alors eu un impact considérable, notamment sur la toile. Avez-vous le sentiment que les Anges Gardiens ont atteint leur objectif ?


GM : Oui, je pense que dans l’ensemble, l’action des Anges Gardiens a été un succès lors des élections de 2009. C’est une action qui n’est pas passée inaperçue et dont on parle toujours aujourd’hui. Je suis touchée de recevoir encore des e-mails d’encouragements et de soutien, voire de sollicitation pour la création d’un parti politique ou pour relancer le mouvement dans la perspective de 2016... Ça fait chaud au cœur.



GE : Il y a quelques mois, vous aviez dénoncé un post sur Facebook qui vous impliquait dans une action de partis politiques opposants. Une réaction qui vous a valu de la part de nombreux internautes, la critique selon laquelle vous aviez rallié le PDG. Qu’en est-il exactement ? Gloria Mika est-elle politicienne ou juste militante de mouvements associatifs ?


GM : Remettons les choses dans leur contexte. J’ai découvert la veille du 17 Aout ma réponse à un e-mail (envoyé via gmail) exploitée sur un post de Pahé faisant allusion à un virage de 360° de ma part. Je n’y ai pas accordé plus d’importance que cela car j’y ai vu une volonté de détourner le propos de mon e-mail qui, à mon sens était clair. Ce serait donc plutôt à Pahé d’expliquer le sens de son titre. Ce qui m’a interpellé est qu’avant moi, d’autres personnes telles que le Dr. Mengara, Mme Mengue M’Éyaa, ou encore Moukagni-Mambo avaient répondu au même e-mail auquel j’ai répondu, et ce, à peu près sur le même ton que moi ! Pourtant, eux n’ont aucunement fait l’objet de critiques et n’ont pas vu leur e-mail exposé au grand jour à leur insu. Bref...je ne saurai expliquer l’acharnement délibéré sur mon e-mail en particulier, si ce n’est de la mauvaise foi.

Pour répondre à votre question, je suis fondamentalement citoyenne et m’intéresse à ce qui se passe donc en politique, et suis engagée au sein de différentes structures associatives, mais à aucun parti politique.



GE : Vous avez la double nationalité gabonaise et grecque. Après la transition politique du Gabon qui vous a particulièrement marquée, votre deuxième pays, la Grèce, connaît depuis quelques années, une crise très profonde. Qu’est-ce que cela vous inspire ? Y menez-vous le même combat que pour le Gabon ?


GM : Je vois beaucoup de similarités entre le Gabon et la Grèce, notamment dans la gestion de l’État et son dysfonctionnement ; le manque de transparence dans la gestion des deniers publics, la corruption, le népotisme, la criminalité financière des élus et leur immunité, l’accaparement des marchés entre parents et amis sont autant de points communs qui illustrent combien certaines personnes ont brillamment réussi à transformer le milieu politique en une affaire de placements familiaux, de magouilles entre amis, bref de business tout simplement. Toutefois, les défis de la bonne gouvernance et du respect du jeu démocratique concernent beaucoup de pays.

Je me dis que la tâche est lourde pour notre génération et les suivantes, car on ne change pas les mentalités et les modes opératoires en une nuit. J’ai co-créé avec Nikos Safaris, un militant des Droits de l’Homme en Grèce, l’association “School UP the world”, qui est une initiative globale qui œuvre dans le domaine éducatif afin de répondre entre autres, à ce défi dans l’espoir de changer nos mœurs.



GE : Sur votre page Facebook, vous parlez régulièrement de « Génération 2.0». De quoi s’agit-il et quelle est votre implication dans ce mouvement ?


GM: Génération 2.0 est une organisation qui représente la nouvelle génération de Grecs comprenant les personnes d'origine immigrée et grecque qui sont nées et ont grandi en Grèce. Environ 200.000 enfants d’immigrés sont nés et ont grandi en Grèce et n’ont pas droit à la nationalité grecque, pas de droits civils, sociaux ou politiques, ont un accès très limité au marché du travail, ne peuvent pas voyager librement à l'étranger ou avoir accès aux avantages d'être membre de l'Union Européenne.

Je trouve cette situation déconcertante, alors mon association “School UP the world” et Génération 2.0 sont partenaires. Nous soutenons leur pétition et les aidons à recueillir des signatures pour faire connaître ce problème dans toute la Grèce, l'Europe et au niveau international, afin de faire pression sur le gouvernement grec pour garantir le droit fondamental à la citoyenneté pour tous les enfants nés et /ou élevés en Grèce. Vous pouvez, vous aussi les soutenir en signant la pétition sur ce lien: www.ithageneia.org



GE : Certains vous reprochent le fait que vous militiez à distance, car estimant votre action de moindre importance que si vous viviez au Gabon. Que répondez-vous à cela ? Avez-vous l’intention de venir vivre au Gabon dans les années à venir ?


GM : Ils ont certainement raison, même si je suis toujours surprise de recevoir des e-mails de soutien de Gabonais vivant notamment en province. La réalité est que je vis à l’étranger au jour d’aujourd’hui et cela ne m’empêche pas de m’intéresser à ce qui se passe chez moi au Gabon, même si je ne me vois pas y vivre dans un avenir immédiat.

J’ai perdu des membres de ma famille pour des problèmes de santé d’une banalité déconcertante. Certains auraient pu vivre si on leur avait administré un minimum de soins. Mes chocs sont encore trop présents pour envisager les choses autrement.

Je suis à un âge où je pense construire une famille, et exposer mes enfants aux tristes réalités du Gabon ou en faire des victimes potentielles serait inconscient de ma part. Je préfère être dans un environnement où je me sens moi-même en sécurité et où je peux offrir le meilleur à mes enfants sans avoir besoin de contacter X ou Y pour tout et n’importe quoi. Malheureusement, je ne pense pas que le Gabon d’aujourd’hui offre un environnement dans lequel le citoyen lambda peut se sentir en sécurité et s’épanouir pleinement.

GE : Au regard de la recrudescence des conflits armés, notamment en Afrique, des injustices sociales, du racisme et de la montée de l’extrémisme dans de nombreux pays, nombreuses sont les personnes qui trouvent le combat des associations et autres mouvements de défense des droits de l’Homme de moins en moins réaliste. Vous qui êtes fermement engagée dans ce combat, pensez-vous que les choses pourront changer un jour et que le monde de paix dont vous rêvez pourra devenir une réalité ?


GM : Je pense que ce sont les êtres humains qui définissent le monde dans lequel ils vivent. Ce monde est en perpétuelle évolution. Nous vivons dans un monde globalisé et interdépendant avec un bon nombre de défis à relever. Nous avons besoin, à mon sens, de redéfinir les bases du monde dans lequel nous voulons que nos enfants grandissent et s’épanouissent.

Chacun de nous peut être acteur pour le changement au sein d’une association mais pas uniquement. Chaque génération a le devoir de s’interroger sur l’héritage qu’elle souhaite laisser aux générations futures. On dit que les Indiens d’Amérique avant de prendre une décision réfléchissaient à l’impact de celle-ci sur les sept générations suivantes. Combien parmi nos dirigeants pensent ainsi? Les choses changeront quand chacun acceptera de changer et de se définir autrement qu’à sa petite échelle chez lui, dans sa communauté et dans la société. Mon désir le plus ardent est que nous prenions pleinement conscience du défi à relever en tant que race humaine partageant le même toit, notre planète, et c’est le sens que je donne à mon engagement.



GE : Le 23 novembre prochain, auront lieu au Gabon les élections locales. Que vous inspirent les différentes réactions autour de certaines listes, notamment celles du PDG décriées par les Gabonais du fait de la présence de personnalités telles que Seydou Kane ?


GM : Je dirai simplement que je pense que nous avons pu, ces dernières années, remarquer la volonté d’Ali Bongo Ondimba de s’entourer de personnes d’origines étrangères, notamment aux plus hautes fonctions de l’État et dans son cercle de protégés. Ceci n’est un secret pour personne et je ne vois pas où est la polémique.

Il n’est donc pas surprenant pour moi de voir ici la volonté de ce dernier de vouloir placer stratégiquement “ses éléments clés”, et cela au vu et au su de tous.

Disons que j’ai plus été interpellée en voyant la mère et la fille d’Ali Bongo Ondimba se présenter à Libreville, sans compter oncle, tante, frères, sœurs, cousins, et beaux-frères qui sont aussi sur les listes... Enfin...



GE : Quel message adressez-vous au peuple gabonais et aux candidats en vue de ces élections ?


GM : “Fool me once shame on you, fool me twice shame on me!”**
Je vous laisse traduire et à bon entendeur, salut !



GE : Le mot de la fin ?


GM : Merci à Gaboneco de s’être intéressé à ma p’tite personne, à ce que je fais et à ce que j’ai à dire.

J’encourage vivement les nouvelles générations dégoutées par la politique et les politiciens à ne pas tourner le dos à la politique au sens général, mais plutôt à retrousser les manches et se préparer pour la relève car il y aura du pain sur la planche, et ce travail commence dès aujourd’hui. La classe politique gabonaise est appelée à se renouveler, il serait souhaitable de s’y préparer.

Bonne continuation et votez de manière responsable!


** Traduction française : « Dupe-moi une fois, honte à toi. Dupe-moi deux fois, honte à moi ».

Publié le 31-10-2013 Source : Gaboneco.com

Jeudi 31 Octobre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1012 fois




1.Posté par yorick du buzz le 31/10/2013 12:50 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
moi j aimerai bien qu elle nous explique se flou:apres son refus via le mail qu elle mentionne quelqu temps apres ali ben bongo sont parent décidais de passer les vacances en Grèce ....ils ne vont pas nous faire croire que c est une coïncidence on est pas dupe .....qu elle nous dise la vérité elle a bien fait un virement a360° peut etre plus même .....l intérêt guide l esprit ....mais il faut qu elle sache qu elle n est pas dans les coeurs des gabonais personne la connais sauf les bongo

2.Posté par Mengue M''''Eyaà le 31/10/2013 12:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

J'ai pris connaissance de l'entretien de Gloria avec Gaboneco.

Je voudrais d'abord indiquer que je trouve absolument insupportable la mise en cause permanente à l'égard de femmes engagées surtout quand elles ne se contentent du rôle assigné d'être au service d'hommes politiques.

Gloria a démontré depuis 2009 une grande combativité en portant haut et fort une démarche de changement démocratique dans notre pays le Gabon et, de ce point de vue, elle n'a donc pas de comptes à rendre. Je la soutiens là-dessus.

Sur les faits, il faut malheureusement admettre qu'un certain nombre de Gabonais - bien connus en France pour leur mystification, mais complètement absents en 2009 - ont tenté d'utiliser les noms de responsables d'organisation ou de partis gabonais, dont j'étais, pour tenter de les instrumentaliser. J'ai pour ma part fait savoir à ces Gabonais que je ne participerai pas à leurs initiatives.
De plus, je me suis rendue à l'endroit de leur réunion pour leur préciser de vive voix que je ne serai pas solidaire de leurs tentatives de récupération.

Gloria est une humaniste, honnête intellectuellement, que certains auraient voulu instrumentaliser, et ils n'ont pas réussi.

Le plus grand problème de ceux qui veulent changer le Gabon comme de ceux qui sont au pouvoir de manière illégitime, c'est un rapport difficile avec les femmes politiques, ce d'autant plus lorsqu'elles leur sont supérieures en intelligence politique.

Mengue M'Eyaà
Présidente du Conseil exécutif
Mouvement Civique du Gabon

http://mouvementciviquedugabon2009.ublog.fr

3.Posté par BRAVO GLORIA!!! le 31/10/2013 18:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
COMME GLORIA JE SUIS UNE G2 QUI MILITE POUR L'ALTERNANCE POLITIQUE AU GABON. JE PENSE QUE LE FAIT LES PRESIDENTS DE LA REPUBLIQUE SOIENT TOUJOURS ALTOGOVEENS NE REND PAS SERVICE A NOTRE PROVINCE. LA PREUVE: EN 45 ANS DE POUVOIR DE OBO ET ABO LA PROVINCE G2 VIT ENCORE AU RYTHME DES DE DONS. IL N'Y A AUCUN VERITABLE DEVELOPPEMENT.

TANT QUE LES LES ALTOGOVEENS VONT DIRIGER LE PAYS, LE G2 NE POURRA JAMAIS SE DEVELOPPER NORMALEMENT. LE PDG ETOUFFE LES INTELLIGENCES ALTOGOVEENNES. IL EST TRES DIFFICILE DE CRITIQUER OU DE DENONCER CE QUI NE VA PAS. LES GERANTS OU LES COMPTABLES DE LA PROVINCE SONT SOUVENT COPTES ET BEAUCOUP N'ONT AUCUNE NOTION DU DEVELOPPEMENT DURABLE. BEAUCOUP SONT CHOISIS SEULEMENT SUR LA BASE D'APPARTENANCE AU PDG MAIS SUR LE TERRAIN, LEUR "PLAFOND ET BAS, VISIBILITE NULLE".

IL FAUT QUE CA CHANGE CAR LA PROVINCE APPARTIENT A TOUT LE MONDE ET ELLE EN NETTE REGRESSION PARCE QUE TANT LE PDG SERA AU POUVOIR , LES ALTOGOVEENS NE SE REMETTRONT JAMAIS EN QUESTION QUANT A LA MANIERE DONT LA PROVINCE EST GEREE.

VOILA. C'EST CA LA VERITE MALHEUREUSEMENT.


PAR CONTRE, JE NE COMPRENDS PAS L'ACHARNEMENT ET LA HAINE QUE CERTAINS COMPATRIOTES MANIFESTENT A L'ENCONTRE DES ALTOGOVEENS LIBRES ET HONNETES.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...