News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Émergence, quand tu te fourvoies et nous fourvoies!

Le site de la Liberté - Joel Mbiamany-N'tchoreret le Mercredi 10 Novembre 2010 à 07:24 | Lu 854 fois



Émergence, quand tu te fourvoies et nous fourvoies!
Plusieurs de mes amis me demandent sans cesse pourquoi je ne rejoins pas l’émergence et travailler dans l’idée de faire avancer le pays, en toute confiance, comme ils disent, au lieu d’aller dans une opposition qu’ils qualifient de stérile. Pourquoi, se demandent-ils, je manifeste cette promptitude de confrontation à l’égard de l’émergence. Je réponds que c’est tout simplement parce que je ne me sens pas interpellé par ce qui est développé autour de l’idée de l’émergence.

J’écoute avec une attentions toute soutenue les discours élaborés par mes amis qui font la promotion et défendent l’idée d’émergence du pays. Je crois qu’ils sont sincères et persuadés de l’idéal qu’incarne cette idée, même si les contours du projet sont mal circonscrits, que mes amis n’en saisissent qu’à peine ce dont-il est question, je suis convaincu que faire du Gabon un pays émergent nécessite d’aller au-delà du simple slogan.

Le Gabon, dans une perspective d’émergence, nécessite une ouverture d’esprit à l’égard de tous et de tout : rassembler les Gabonais et poser le problème de la situation socio-économique du pays, redéfinir les finalités de la mission de l’État, les finalités de la mission éducative de l’école, celle du développement régional, etc.. Je n’ai pas le sentiment, dans ce que j’entends et dans ce je vois des actes de l’émergence à la gabonaise, que de telles redéfinitions ont été faites.

M. Ali Bongo Ondimba est dans le vrai, seulement par rapport à lui-même, dans les ambitions qu’il affiche pour le Gabon. Tout comme l’était par ailleurs son père, le défunt président, dans son idée de moderniser le Gabon. Nous savons où a conduit la politique de «rénovation» puis celle de «rénover la rénovation», ne parlons même pas «des actes pour le Gabon».

Omar Bongo Ondimba n’était pas animé de mauvaises intentions quand il accède démocratiquement aux commandes de l’État. Pourtant, malgré sa bonne volonté, notre pays est aujourd’hui plongé dans le gouffre de la misère et la population aux abois. On ne peut que se demander, comment une personne douée de raison et animée de bonnes intentions telle qu’il l’était, a-t-elle pu s’instituer dans des pratiques de gouvernance qui ont conduit le pays dans la catastrophe socio-économique que nous connaissons aujourd’hui?

Je ne trouve réponse à cette question que dans l’arrogance de la suffisance du pouvoir, telle qu’elle peut se manifester chez des gens qui n’ont pour limite, pour leur ambition, que leur égo. Ils ne font jamais l’expérience de la confrontation de leurs idées avec celles des autres ou n’ont jamais à user du savoir que d’autres peuvent posséder par rapport à la réalité du monde. Tellement convaincus du bien-fondé de leur pensée, ils s’enferment, avec leur entourage immédiat, dans un monde à eux. Ils plongent dans l’illusion du vrai et mettent en place des pratiques de gouvernance illusoires aux conséquences dramatiques pour le peuple.

Dans l’Antiquité romaine, puisque personne ne pouvait honnêtement le contredire, Néron a été dans l’illusion du vrai. Profusément convaincu de la justesse de sa poésie que, croyant faire pâlir son génie créateur, il a brûlé la ville de Rome pour la faire renaitre de ses cendres. Nous avons ce qu’il en a été. Semblable à Néron, voulant établir l’unité nationale, Omar Bongo, qui n’était conseillé de personne, a institué une gouvernance politique clientéliste qui a abouti à une gouvernance des Gabonais par la souffrance.

Elle a mené les gens à agir dans la quémande pour la quête de leur accomplissement socioprofessionnelle. Cette politique a brûlé le génie créateur des Gabonais pour faire d’eux des éternels quémandeurs, des assistés économiques qui vont jusqu’à acheter la honte pour posséder quelque chose en propre.

Nonobstant l’héritage politique qu’il traîne, Ali Bongo manifeste une certaine authenticité pour l’ambition qu’il exprime pour notre pays. Mais puisqu’il s’enferme dans «son bon droit de président tout puissant», il ne manifeste aucun esprit d’ouverture authentique. Il nous conduit à nous opposer les uns les autres. Inexorablement, le pays ne pourra que reculer ou, au mieux, à faire du surplace.

À juste titre, lorsque l’on examine cette ambition d’émergence de prêt, par rapport aux actes, on se rend compte que ce projet n’est rien d’autre qu’une idée, une illusion d’esprit : une croyance issue d’un désir. Autrement dit, on parle de l’émergence du Gabon seulement parce qu’on désire que cela le soit.

En somme, par la force du désir, on croit que l’émergence va se faire parce que nous avons le désire que cette possibilité devienne une évidence. Le désire se transforme alors en une illusion, un mirage, voire une chose chimérique. Pourtant, ils en sont convaincus de son existence prochaine. Ils parlent de 2025. Il faut les entendre parler, on se croirait dans une secte. N’est-ce pas cette année-là qu’est prédite la fin du monde?

Mais jusqu’à quel point sont-ils dans l’illusion ? On pourrait répondre : jusqu’à la folie, si l’on admet que le fou se définit comme vivant justement dans un monde illusoire et non dans ce qu’on appelle la réalité. En effet, si l’illusion se caractérise notamment par le fait qu’elle n’apparaît pas immédiatement comme telle à celui qui la subit, qu’elle peut même ne jamais se révéler en tant qu’illusion, personne ne peut, en toute rigueur, affirmer qu’il n’est victime d’aucune illusion.

N’allez surtout pas les dire que l’émergence au Gabon dans les actes posés est impossible. Ils vous prendraient pour des fous. Évitez de souffrir de leur inconscience. Vous ne pouvez mettre fin à leur illusion. Aucune véritable désillusion ne peut mettre fin à leur croyance, puisque ces personnes se situent précisément hors de toute réalité.

Précisément, face à l’échec appréhendé de leur projet, ils renouvelleront leur idée. L’échec de la rénovation n’a-t-elle pas conduit à l’idée de rénover la rénovation. Il ne sera pas étonnant qu’il faille faire émerger l’émergence, submergé par les incohérences, les inconsistances et l’amateurisme. Il faudra, dans ce contexte, le moment venu, plonger le ciel dans l’eau pour se servir des nuages comme flotteurs pour qu’émerge le Gabon. Non mais! Sans blague, ils prennent vraiment les enfants du bon Dieu pour des canars boiteux! Réveillez-moi quelqu’un!

Si le Gabon doit émerger, c’est dans l’unité politique de ses citoyens. Cela ne veut pas dire revenir au parti unique, simplement d’instituer un cadre d’organisation politique où nous nous respectons les uns les autres; où il y a contradiction du débat politique, où la primauté du droit est autre chose qu’une farce; où la Constitution ne se ressemble pas au règlement intérieur d’une organisation de scouts; où la presse fait son travail avec rigueur et abnégation; où les richesses du pays sont équitablement reparties; où l’esprit créateur des Gabonais est sollicité de façon efficace.

En fait, un contexte sociopolitique où chacun peut rêver de faire des grandes choses en jouissance de ses libertés fondamentales… Ce contexte n’existe pas. Et…, à la lumière de ce qui se passe maintenant…, il n’existera pas sans une opposition farouche. Voilà pourquoi je ne suis pas dans l’émergence. Je n’ai rien de personnel contre M. Ali Bongo Ondimba. Mais qu’il nous laisse avancer, même sans confiance, on s’en fout, qu’il nous laisse avancer.

Joel Mbiamany-N'tchoreret

Mercredi 10 Novembre 2010
Joel Mbiamany-N'tchoreret
Vu (s) 854 fois




1.Posté par Okili-Boyer le 10/11/2010 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très cher cousin Joel , j'aime beaucoup ta façon de faire tes mises au point , par rapport a l'emergence.

j'aime surtout , ton dernier paragraphe...."...Et…, à la lumière de ce qui se passe maintenant…, il n’existera pas sans une opposition farouche. Voilà pourquoi je ne suis pas dans l’émergence. Je n’ai rien de personnel contre M. Ali Bongo Ondimba. Mais qu’il nous laisse avancer, même sans confiance, on s’en fout, qu’il nous laisse avancer. "

C'est tout a fait cela le problême .....Il faut nous laisser avancer.

Je te recontacte, ces jours ci , je compte passer par le Canada ,d'ici très peu de temps ...

Qu'Anyembié soit toujours avec toi , dans l'Esprit de nos Ancêtres , Akewa Mpolo , pour ton mail d'il y a quelques jours.

P.O.B.



2.Posté par Bifoun le 10/11/2010 15:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le problème de l’émergence n’est pas dans l’idée du projet lui-même, mais le manque de structure sociopolitique pour le matérialiser. Il faut un cadre juridique qui donne confiance aux investisseur de tout part, un cadre socio-institutionnel qui permet l’épanouissement des individus et de leur besoin d’accomplissement, un cadre politique qui permettent à la fois au gouvernement d’agir avec diligence et efficacité et qui permettent aux institutions de la république de rendre le gouvernement redevable de ses actions, ce qui de plus, est plus que normal pour créer la confiance. Ali a tendance à vouloir copier Mohamed VI du Maroc. Le Maroc est en train de connaître un boom économique. Le pays est en train de décoller économique. Avec raison. Lorsque Mohamed VI prend les commandes de son pays, il introduit des réformes politiques. La situation de confrontation qui existait entre son père et une partie de l’élite politique et religieuse du pays a disparue. Les gens se sentent plus libre. La plupart des marocains qui s’étaient exilés en Amérique sont revenus. Le système de justice répond aux principes de la primauté du droit. Au Gabon, le pays est dans une crispation politique. Le système de justice a perdu la raison d’être de son existence, la peur règne, la misère galope, l’insécurité fait loi, le tissu industriel est à son stade le plus rudimentaire, une chambre de commerce inexistence, le nombre des PME d’importance ne dépasse pas le comte des doigts d’une main. Les routes sont inexistantes pour créer des canaux de communication essentiels au développement des régions et de l’économie nationale. Mais alors, dans ce contexte comment, espérer à une émergence du Gabon en 2025. C’est exact, Ali Bongo Ondimba est dans l’Illusion du vrai. Je fais la suggestion suivante : convoquer une conférence sur la situation sociopolitique du pays et créer une union politique des forces vives de la Nation, là, peut être vous parviendrait à faire émerger le pays plus tard que 2025 cependant.

3.Posté par POri le 10/11/2010 18:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai lu ce post avec stupefaction. Il me semble qu'il y a encore des gabonais d'un niveau d'instruction certain leur permettant de faire des analyses un tantinet objectives et qui pensent que le systeme en place actuellement au Gabon est anime de bonne intentions pour le Gabon. Je n'arrive pas a le comprendre.
M Joel Mbiamany-N'tchoreret je suis un lecteur assidu de vos posts et j'ai fini par conclure que vous etes atteint du syndrome de l'otage qui finit par epouser la cause de son geolier sans s'en rendre compte...Avant de parler d'emergence il convient d'abord de parler d'etat de droit..

4.Posté par Joel Mbiamany-N'tchoreret le 10/11/2010 19:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lisez bien l'avant dernier paragraphe de mon texte:

Si le Gabon doit émerger, c’est dans l’unité politique de ses citoyens. Cela ne veut pas dire revenir au parti unique, simplement d’instituer un cadre d’organisation politique où nous nous respectons les uns les autres; où il y a contradiction du débat politique, où la primauté du droit est autre chose qu’une farce; où la Constitution ne se ressemble pas au règlement intérieur d’une organisation de scouts; où la presse fait son travail avec rigueur et abnégation; où les richesses du pays sont équitablement reparties; où l’esprit créateur des Gabonais est sollicité de façon efficace.




5.Posté par la pensee gabonaise le 10/11/2010 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Monsieur POri

Mnosieur, vous avez lu sans comprendre le sens intrinseque de la pensee vehiculee par cet article.... Je comprends que les tournures utilisees par les idees exprimees, vous aient fait perdre le fil de vos idees...

6.Posté par Prosper le 12/11/2010 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
En te lisant Joel, je retrouve tes idées. A un moment donné, tu avais diminué le ton. je suis ravi que tu as retrouvé ta verve. Pour ce dont tu m'avais demandé, je ne pouvais te répondre car, j'étais pris par des urgences médicales en RDC dans les régionsd e Boukavou. En ce moment, nopus faisons face à une épidémie de poliovirus sauvage à Brazzaville. volà pourqui le calendrier surchargé de ton frère ne lui permet pas de répondre positivement à ta demande. Encore une fois, je suis avec toi pour leur demander de me laisse avancer, même sans confiance.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...