News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Emergence : Mourir à l'hôpital, faute de moyens financiers, un fait récurrent au Gabon

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mardi 10 Septembre 2013 à 08:41 | Lu 2236 fois

Depuis un certain temps, les familles gabonaises assistent impuissantes au décès de parents, faute de disposer d’assez de ressources financières pour leur prise en charge. Une situation qui laisse penser que le personnel soignant est plus concerné par l'argent que par le respect du serment d'Hippocrate.



Emergence : Mourir à l'hôpital, faute de moyens financiers, un fait récurrent au Gabon
Dans les hôpitaux gabonais, la priorité du personnel médical qui devrait être celle de prodiguer des soins à toute personne nécessiteuse semble être un principe appartenant au passé. Désormais il faut avoir de l'argent, si l’on souhaite se faire soigner, une obligation à laquelle toute personne aisée, modeste ou indigente doit obéir.
L’exercice de la médecine paraît réduit à un vulgaire marchandage en totale contradiction avec les valeurs d’une profession qui se dit noble.
Il n'est donc pas rare de voir qu'un patient aisé se fasse soigner plus rapidement qu'un autre issu d'une classe économique faible. L’hebdomadaire Echos du Nord dans sa parution du lundi 9 septembre, relate la mésaventure de trois patients au centre hospitalier régional d'Oyem, il y a quelques semaines.

En effet, "parti pour une consultation de médecine générale, M. Ndong s'est fait expulser de l'hôpital parce qu'il ne disposait pas de la somme nécessaire servant à couvrir les frais d'une opération de la hernie que les médecins avaient découvert.

Un autre cas dans le même centre de santé, relevait que deux hommes, victimes d'un accident de circulation à Minvoul n'avaient pas pu jusqu'à ce jour bénéficier de soins urgents, faute de moyens financiers. Un situation malheureuse qui a poussé les deux accidentés à s’en aller de l'hôpital régional", relate l'hebdomadaire.

Selon le code déontologique de médecine, il est du devoir du personnel soignant d’assister un malade quand bien même ce dernier serait à une fraction de seconde de la mort. Malheureusement, le serment d’Hippocrate semble être de plus en plus bafoué de nos jours dans les structures sanitaires.


Publié le 10-09-2013 Source : GabonEco

Mardi 10 Septembre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2236 fois




1.Posté par NEM le 10/09/2013 09:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il n'y a pas que le serment d'Hippocrate que l'Etat doit faire respecter aux médecins gabonais pour qu'ils évitent de spolier les malades. L'organisation sociale générale du Gabon est bafouée par les hommes du Pouvoir; tout individu gabonais devrait bénéficier de la sécurité sociale depuis les années 90 si une orientation sérieuse ou un véritable plan d'action en santé publique aurait été discuter à cette époque. Si la situation est restée sans appel, l'Etat en est responsable et ne veut pas trouver les meilleures solutions pour avantager les populations à recouvrer l'avantage de se soigner dignement. Vous parlez des deux minvoulois accidentés et ramenés à Oyem! il semble que le P.D.G. a rayonné à Minvoul ces derniers temps; malheureusement l'hôpital de cette ville est l'une des plus anciennes du Gabon, sans médicaments de première nécessité. Mbigou, Pana, Mimongo, Medouneu et autres petites villes gabonaises souffrent des mêmes maux. L'hôpital Jeanne Ebori est cassé, l'hôpital général de Libreville manque d'eau. Celui d'Oyem manque d'eau et de toilettes publiques puisque les chambres n'en disposent guère.L'Etat et les hommes du pouvoir s'en fichent éperdument. C'est forcément une mauvaise organisation générale du travail de reconstruction du pays.

2.Posté par NEM le 10/09/2013 09:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
N.B.: ...l'hôpital de...est l'un des plus anciens...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...