News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Elections législatives partielles au Gabon : le régime à nouveau pris en flagrant délit de fraudes !

Le site de la Liberté - LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24 le Lundi 14 Juin 2010 à 09:23 | Lu 943 fois



Elections législatives partielles au Gabon : le régime à nouveau pris en flagrant délit de fraudes !
Un anniversaire, quel anniversaire?

Le temps n’est pas encore venu de marquer le premier anniversaire du coup d’Etat du 30 août qui a vu le régime contrarier dans le sang et la violence la plus barbare l’alternance démocratique attendue depuis 42 années au Gabon.

Pourtant, il est un événement qui avait été un magnifique espoir de la population gabonaise : la mort d’Omar Bongo, après des décennies de pouvoir despotique, de crimes, de détournements de fonds et d’intimidations, sans oublier les coups tordus dans toute l’Afrique. Personne ne sait vraiment quelle a été la date exacte de sa mort : sans doute un mois avant la date officielle, le temps pour le clan de s’organiser avec le soutien du pouvoir français, de saisir les documents qui compromettaient la classe politique française, au cas où celle-ci voudrait croire à l’alternance.

A la mort de Léon MBA en 1967, il y a eu beaucoup d’interrogations à tel point que certains n’ont pas hésité à évoquer l’hypothèse d’une disparition « aidée». Un obscur « postier » illettré, agent de la France, devenait dès la disparition de Léon MBA président du Gabon. Il faut rappeler que Jacques Foccart, dont les liens avec le pouvoir pétainiste ont été récemment mis à jour, sévissait en maître sur les anciennes colonies africaines. Il désignait ses serviteurs directs comme chefs d’Etat. L’époque a changé mais les méthodes sont demeurées : intimidation, répression, contrôles et assassinats politiques, conspiration…

La plupart des Gabonais ont bien conscience aujourd’hui des moyens utilisées par le régime dans la succession du despote par son « fils adoptif », dont le « lien » n’était ni visiblement ni « spirituel », ni « filial », comme la suite le démontrera.

Le pouvoir sarkozyste, après un très court temps d’hésitation, et de reniement électoral, a accompagné le putsch politico-militaire au Gabon, en donnant un véritable blanc-seing à une mise en situation d’un Etat assiégé, quadrillé par des milices lourdement armées, et des forces militaires instrumentalisées. Les journalistes internationaux ont été parfois pris à partie par la ministre de la comunication, reclus dans des hôtels ou expulsés. Les journalistes gabonais devaient se taire. La télévision libre, proche de l'opposition, a été mitraillée.

Il fallait couper les populations gabonaises de tout soutien internaional et pour cela empêcher la presse internationale d'informer sur la situation.
Quand on voit le sort que Sarkozy réserve à l'indépendance de la presse en France, il ne faut donc pas s'étonner qu'il soit peu ému par le sort des journalistes africains.
Albert Yangari, un des fondateurs du Journal peu révolutionnaire, « L’Union », a même été arrêté…

Un journaliste, Jonas Moulenda, a tenté de rendre compte dans l’Union des massacres de Port Gentil. En ce mois de juin 2010, il est condamné par la « Justice » du Gabon. Les massacreurs ont une impunité totale et celui qui veut dire la vérité est ainsi condamné dans des formes expéditives !

La situation est critique au Gabon. Le pays est aux prises avec une torpeur dépressive. La résistance morale s’est organisée en attendant des jours meilleurs, espérant la chute prochaine du pouvoir français actuel. Beaucoup des « réformes » lancées sont un vernis et visent à réattribuer des nouveaux marchés d’Etat aux amis de l'actuel régime. Le putchiste "règne" sur un volcan.

Les vieilles « ficelles » de publi-reportages dans certains périodiques achetés à prix d’or sont utilisées afin de tenter d’asseoir une pseudo-crédibilité. Ils avaient fait leur temps sous le précédent régime et continuent à oeuvrer au mépris des règles de déontologie journalistiques.


Une grande partie de la répression d’après le putsch s’est bien sûr organisée afin d’anéantir l’esprit de résistance chez ceux qui ont gagné les élections présidentielles. On ne sait pas qui étaient le premier ou le second, mais, l’on sait qui ils étaient : Pierre MAMBOUNDOU et André MBA OBAME.
Des élections tronquées en juin 2010!

Les institutions de droit n’ont pas fonctionné au moment des élections présidentielles comme elles n’ont pas fonctionné dans les dernières élections législatives partielles le 6 juin 2010. La victoire totale de l’Alliance pour le Changement et la Restauration (ACR) et de l’union Nationale a été volée une fois de plus, profitant sans doute d’une perte d’intérêt des médias internationaux autour du Gabon.

L’arsenal de fraude du parti-Etat n’a pu empêcher la victoire d’André Mba Obame ou de Jean Eyeghe Ndong. 5 sièges étaient à pourvoir, mais, la fraude était organisée au plus haut niveau du parti-Etat dans les gouvernorats et dans les préfectures. Ainsi, pour les sièges du 1 er arrondissement de libreville, du département de Haut-Como, de celui de Mulundu, la corruption, les intimidations, les fausses cartes d’identité, les menaces, et les détournements des moyens de l’Etat ont été utilisés par les candidats du régime, dont deux ministres de l’actuel gouvernement, dit « émergent », du putschiste.

A Bendjé, le régime l’a « emporté » de 63 voix au prix de transports d’électeurs munis de fausses pièces d’identité par cars depuis la capitale

Bien évidemment, la Cour constitutionnelle, dont sa présidente bien connue par ses manquements répétés aux règles de sa fonction, a pris ses ordres du pouvoir français. Ainsi, la partie la moins scrupuleuse de la presse internationale a pu décréter une « large victoire » des candidats du régime.

Dans une déclaration du 8 juin 2010, Pierre Kombila, président du RNB et pour l’ACR, et André Mba Obame, secrétaire exécutif de l’union nationale, ont ainsi dénoncé une fois de plus la confiscation de la démocratie par le parti-Etat.

Le Mouvement Civique du Gabon s’associe pleinement à la condamnation unanime des pratiques frauduleuses du parti Etat et aux violations répétées à la légalité démocratique du régime gabonais et tient à en informer les forces progressistes européennes et américaines.

Lundi 14 Juin 2010
LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24
Vu (s) 943 fois




1.Posté par MBOUMBA le 14/06/2010 16:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cessez de distraire le peuple. à chaque élection le même refrain. Laissez-les aller aux élections seuls puisqu'ils tiennent à toujours gagner grâce à la pute de mbouratsouo et la pédale de la france.
Nous sommes fatigués des plaintes de l'opposition dormante et pacifiques. En face c'est l'action et la violence qui priment pendant que l'opposition lit les discours.
Foutu pays, j'ai envie de croire qu'être opposant est un poste très bien rémunéré au Gabon

2.Posté par etetu le 14/06/2010 20:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bsr, Léon MBOU YEMBI serait décédé selon BBM

sur son site

3.Posté par St.Michael le 15/06/2010 07:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
UNE GUERRE INEVITABLE IMPOSEE AU PEUPLE GABONAIS et AFRICAIN!

Je ne suis pas un Prophète, mais je ne peux m’empêcher de faire partager mon analyse même si cette analyse me laisse inconfortable (I am not aiming for comfort, I am aiming for Greatness…).

Nous Sommes en pleine guerre comme au commencement où une guerre opposait les anges et les démons.

Cette fois ci cette guerre oppose deux camps:

· Les Vrais contre les faux
· Les gentils contre les méchants
· Les opprimes contre les oppresseurs
· Le bien contre le mal
· Les plus instruits contre les mal éduqués
· Les propriétaires légaux et légitimes contre les voleurs hors la loi
· Les riches (d’esprit) contre les pauvres (d’esprit)
· L’honnêteté contre la malhonnêteté
· Le travailleur partisan de l’effort et de l’excellence contre le tricheur partisan des raccourcis cul de sac.
· L’homme éthique contre l’homme immorale
· Le Vrai Visionnaire (the one who sets his vision by the light of the star) contre le pseudo visionnaire (the one who sets his course by the light of any passing ship)
· l’Afrique pure contre la francafrique

Sans aucune illusion de ma part, cette guerre qui oppose la Vérité contre le mensonge sera bien gagnée par la Vérité.

Souvenons nous d’Hitler (le faux) qui a livré une guerre sans merci à l’humanité, malgré des lourdes pertes du camp des Vrais, le faux (Hitler) a fini par aller les deux pieds joints dans une fosse non dorée, large de 55 cm.

Malgré les lourdes pertes que le peuple de Vérité subit au Gabon depuis la mort de Léon Mba, les exécutions à ciel ouvert d’hollando, l’exécution sans scrupule de Redjambe et d’autres talentueux gabonais le Vrai (peuple opprimé) l’emportera car nous nous battons pour une cause juste et noble.

Alibenbongo/pdg-francafrique (le faux) n’a pas de cause fondée pour justifier l’agression injuste à un peuple souverain et béni de Dieu. Comment un étranger élevé et nourri par un pays d’accueil peut il justifier une guerre sans merci au peuple gabonais ? Comment ce biafrais justifie-t-il d’encercler un pays qui l’a accueilli et nourri ?

Par contre les raisons pour notre résistance dépasse tous les clivages et nous obligent à transcender tout ego ou toute peur des uns et des autres. Les raisons de défendre notre patrie ne peuvent laisser planer le moindre doute car c’est un devoir absolu de ne pas briser l’alliance avec nos ancêtres. Les raisons de défendre notre patrie sont suprêmes au point où nous sommes prêts à tout laisser pour aller au front comme l’ont fait les européens pour arracher leur liberté aux mains du Diable Hitler.

Notre pays, notre liberté, notre indépendance et l’avenir de nos enfants et petits enfants se trouvent confisqués dans les mains impures des satans Alibenbongo/pdg-francafrique.

Il n’y a qu’une seule alternative : FIGHT THE GOOD AND A NOBLE FIGHT.

Amen.

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...