News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Edition Spéciale : Marche du front de l'opposition images et réactions

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Jeudi 13 Novembre 2014 à 18:18 | Lu 12287 fois

Le Secrétaire exécutif adjoint de l’ Union nationale (opposition), Paul Marie Gondjout a déclaré que malgré l’interdiction du ministère de l’Intérieur, le Front de l’opposition effectuera sa marche vers le palais de justice pour aller déposer sa plainte contre Ali Bongo Ondimba pour faux et usage de faux à propos de son acte de naissance.



Edition Spéciale : Marche du front de l'opposition images et réactions
« Nous ne faisons pas une manifestation en tant que telle. Nous irons déposer une plainte au palais de justice », a dit M. Gondjout interrogé en début de soirée mercredi au siège de l’union nationale.

« Nous serons comme tout citoyen qui prend un taxi pour aller faire des course ou qui marche. Nous allons marcher pour aller déposer une plainte. C’est simple », a-t-il ajouté.

Justifiant l’appel à la mobilisation lancé via des tracts, des sms et les réseaux sociaux, M. Gondjout a précisé que le Front souhaiterait être accompagné par ses militants et sympathisants durant cette marche.

« Si nous organisons une manifestation, on l’aurait fait comme nous savons le faire. Mais là il ne s’agit pas d’une manifestation », a-t-il martelé.

« Nous marcherons sans attenter à l’ordre public ou quoi d’autre », a-t-il insisté.

« Nous demandons à la police de nous accompagner, de nous sécuriser parce qu’à Libreville il y a parfois des bandits à gauche et à droite, on ne sait jamais … après nous partirons chacun chez soi. Tranquillement », a-t-il dit avec prudence.

Gondjout a précisé que la plainte ne sera pas déposée au nom du Front. Elle sera déposé par les personnalités signataires de l’acte fondateur du Front.

Mercredi dans la soirée, le Ministre de l’intérieur, Guy Bertrand Mapangou a annoncé dans une déclaration officielle que la marche du Front de l’opposition gabonaise est illégale et interdite.

« La marche qu’entend organiser le Front ce jeudi 13 novembre (…) est illégale et interdite », a déclaré M. Mapangou.

Le Front de l’opposition, organisateur de ladite marche est un groupement politique sans existence légale parce que non enregistré par le ministère de l’Intérieur, a affirmé le ministre.

Plus grave, Le front n’a pas sollicité l’autorisation du ministère de l’Intérieur pour organiser cette manifestation. Le ministre qui s’appui sur les dispositions d’une loi gabonaise du 8 juin 1960 obligeant les organisateurs d’une manifestation publique de faire une demande précisant « le but, le lieu, le jour et l’heure » dans un délai de 3 jours ou 15 jours au plus tard.

« Nous entendons donc faire respecter l’ordre, la discipline et l’Etat de droit sous toutes ses formes, en veillant particulièrement à l’application des dispositions légales en matière de libertés publiques auxquelles nous sommes soumis », a averti le ministre.

Le Front de l’opposition regroupe les cadres de l’ex Union nationale (Zacharie Myboto, Casimir Oyé Mba, Paulette Missambo, André Mba Obame, Jean Ping, Jacques Adiahénot…

Il souhaitait déposer une plainte contre Ali Bongo Ondimba pour faux et usage de faux. Le président gabonais est accusé dans un ouvrage du journaliste écrivain français Pierre Péan d’avoir falsifier son acte de naissance avant d’être candidat à l’élection présidentielle de 2009. Pierre Péan affirme qu’Ali Bongo Ondimba est originaire du Biafra, la province sécessionniste du Nigéria qui a été ravagée par une guerre civile.

La constitution gabonaise précise que ne peut être candidat à l’élection présidentielle que le gabonais dont le père et la mère sont de nationalité gabonaise. D’où l’empressement des membres du Front de l’opposition.

Délégué de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et de la Décentralisation, Guy Maixent Mamiaka a interdit, mercredi soir, une marche d’un groupe d’opposants prévue jeudi à Libreville pour aller déposer une plainte au tribunal de Libreville contre le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, soupçonné par un journaliste-écrivain français de ne pas être gabonais de souche et d’avoir falsifié un acte de naissance pour se présenter à l’élection présidentielle de 2009.

« Les organisateurs n’ont fait aucune demande » donc « la marche est interdite », a affirmé le ministre qui s’appui sur les dispositions d’une loi gabonaise du 8 juin 1960 obligeant les organisateurs d’une manifestation publique de faire une demande précisant « le but, le lieu, le jour et l’heure » dans un délai de 3 jours ou 15 jours au plus tard.

Selon le gouvernement, les manifestants n’ont pas pris la peine de respecter cette loi d’où la décision d’interdire la marche.

Plusieurs leaders réunis au sein d’une coalition dénommée « Front de l’opposition » ont invité depuis samedi dernier leurs militants et sympathisants à les rejoindre pour une marche vers le tribunal de première instance de Libreville. La marche a pour thème « Ali montre nous ton acte de naissance ».

« Nous poursuivons le président Ali Bongo pour faux et usage de faux », a déclaré Paul Marie Gondjout, un des cadre du front de l’opposition.

Dans son livre « Nouvelles affaires africaines, mensonges et pillages au Gabon », paru récemment en France aux éditions Fayard, l’essayiste français, Pierre Péan accuse le président gabonais d’être un fils adoptif d’Omar Bongo Ondimba. Il serait originaire du Biafra, région sécessionniste du Nigeria.

La famille Bongo Ondimba et le gouvernement rejettent ces accusations. Les autorités gabonaises ont porté plainte contre M. Péan à Paris en France où le livre a été publié.

Gabonactu



Télesphore Obame Ngomo

Je viens d'apprendre avec tristesse que les échauffements deviennent incandescents à Libreville. A t-on vraiment besoin d'en arriver là?

1.Guy Bertrand Mapangou ne lit-il pas suffisamment l'actualité internationale? Pourquoi veut-il entraîner le pouvoir dans une situation qui va davantage ternir l'image du président de la République et celle du Gabon?

Que retiendront les gens du monde?

- Il y a eu une interdiction aux populations de marcher.
- Empêchement aux populations de déposer "leur" plainte concernant ce que Bilié Bi Nzé qualifiait de "kongossa" (rumeurs)
- Violences militaires sur des populations aux mains nues
-Galvanisation des leaders de l'opposition qui se sont mis devant pour montrer leur détermination et leur courage.

Etant du domaine de la communication, sachant très bien que les relais de certains leaders de l'opposition ne sont pas uniquement au Gabon, il y aura forcément une "manipulation téléguidée" de l'image: voir un "Jean Ping" sous les bombes lacrymogènes, il faut en être sûr, l'image fera le tour du monde. Et à la gloire ou gloriole de qui?

Est ce que Guy Bertrand Mapangou imagine l'effet que la photo de Jean Ping sous les bombes lacrymogènes peut susciter chez Barack Obama, François Hollande, David Cameroon, Ban Ki Moon, et bien d'autres?

Si Guy Bertrand Mapangou avait réfléchi sur la question de manière très sérieuse, il aurait dû savoir que l'objectif de la plainte n'était qu'un second prétexte pour les leaders de l'opposition d'attirer les caméras du monde vers notre pays après le livre de Pierre Péan.

Si Guy Bertrand Mapangou avait sérieusement réfléchi sur la situation actuelle, il aurait dû comprendre qu'empêcher la marche, dans le contexte africain actuel, allait forcément donner un caractère dictatorial au pouvoir du Gabon,

Si Guy Bertrand Mapangou avait pris le temps de bien réfléchir sur la question, il aurait pu déterminer l'itinéraire que pouvait emprunter ceux qui voulaient aller déposer "leur" plainte. Ce d'autant plus que, le siège de l'UN est à deux pas du palais de justice;

Si Guy Bertrand Mapangou avait pris le temps d'apprécier froidement l situation actuelle, il aurait dû comprendre que ne pas permettre à l'opposition d'aller déposer "sa" plainte, c'est comme avoir peur ou valider les "théories" développées par Pierre Péan.

Car il faut le dire froidement, l'opposition est en passe de réussir les "seules conditions" qui lui ont été "imposées" ou "proposées". Et nous y sommes. On est tenté de se demander, à quand la prochaine étape de défiance?

Aux gens de l'opposition aussi, respectez les lois de la République que vous mêmes vous avez laissés quand vous étiez aux affaires. Prenez le temps d'informer le ministère public et s'il refuse, vous pourrez aviser. On ne peut pas aussi vouloir d'une République correcte et commencer soi même à faire dans le désordre. Ca aussi, ca ne séduit et ne convainc personne.

Il est inutile de créer l'affrontement pour qu'ensuite on appelle au dialogue, si les objectifs à atteindre sont "uniquement" ceux là. Mais au regard de ce qui se fait, on a comme l'impression que ce n'est plus la plainte qui va être l'objectif mais le départ d'ABO. On vous voit aussi arriver avec vos gros sabots les gars.

Genre un Burkina bis, on vient au départ pour la loi concernant la modification de la Constitution pour ensuite embrayer sur le départ de Blaise Compaoré. C'est ce que vous préparez? Soyez très très clair.

Une chose est sûre, ce refus de Guy Bertrand Mapangou va entraîner le pays dans une "spirale terroriste" infernale. Et au lieu de décourager les populations, elles risqueront d'être plus ragaillardies et plus déterminées. Ce d'autant plus que les leaders eux mêmes sont aux première loges ainsi que certains de leurs enfants qui comptent jouir de nouveau du pouvoir.

Jouons tous balle à terre. Les attitudes des uns et des autres peuvent être et doivent être froidement appréciées. Des solutions existent mais à condition de mettre la valeur "respect" au coeur de tout dispositif envisageable.


Jeudi 13 Novembre 2014
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 12287 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

19.Posté par mentlentume le 14/11/2014 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A MOUYABI , MOUANDA KASSA , BOUKA ET MILORD SI VRAIMENT VOUS AVEZ L AMOUR DE NOTRE GABON AU LIEU D'EXITER LES GABONAIS D'ALLER DANS LA RUE , IL FAUT S'IMOLER FAITES COMME LE TUNISIEN QUI S' ETAIT IMOLE PARCEQU'IL EN AVAIT MARE DE SUPORTER LA MISERE IL N'AVAIT DEMANDE AUX TUNISIENS DE CASSER OU DE BRULER SI VOUS ETES COURAGEUX FAITES CMME LUI CAR AUCUN GABONAIS NE VOUS SUIVRA DITES MOI UN PEUT QUI EST GABONAIS PARMIS LES SOIENT DISANTS OPPOSANTS???? CITEZ MOI UN SEUL PAYS AU MONDE OU LE PRESIDENT EST ORIGINAIRE A 100 POUR 100 DE SON PAYS ???? DONC ARRETEZ DE NOUS DISTRAIRE ATTENDONS 2016 AUX URNES MATCHIBI I I I I I I

18.Posté par MOUYABI le 14/11/2014 13:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
SUR CETTE TRIBUNE , JE M ADRESSE PARTICULIEREMENT AUX VRAIS ENFANTS DE BONGO

J AI FAIT UN REVE

- J AI VU QUE TOUS LES ENFANTS BIOLOGIQUES DU PERE BONGO VONT PERDRE TOUT CE QU IL LEUR A LEGUE , MEME LES HONNEURS ET LA RECONNAISSANCE DE LA REPUBLIQUE , S ILS CONTUNUENT COMME PASCALINE A PROTEGER ALIOU BONGO

- J AI VU QUE TOUS LES BENINOIS DU GABON VIVRONT BIENTOT L ENFER , S ILS NE CHERCHENT PAS A FAIRE PARTIR ACROMBESSI ----- et pourtant il ne sont pour rien du tout------

- LES FAMILLE REDJAMBE, RAWIRI, EDITH LUCIE, MAMBOUNDOU, PIERRE CLAVER ZENG........ SE RENDRONT COMPTE D ICI PEU DE TEMPS QUE LE COMMANDITAIRE DE LA MORT DE LEUR PARENT EST ALIOU BONGO

- J AI ENFIN REVE QUE SI LA NATION GABONAISE ET LES GABONAIS NEGLIGENT OU NE PRENNENT PAS AU SERIEUX LE CAS ALIOU BONGO , LORSQUE D AUTRES PROBLEMES NAITRONT, Exemple -----le cameroun va reprendre une partie de son territoire jusqu a mindzik , le congo reprendra toute sa partit du sud et du sud ouest du gabon.. et meme la guinee equatoriale prendra ses tres de medouneu------ NOUS SERONT HABITUER A TOUT ACCEPTER, NEGLIGER ET LAISSER PASSER

ALORS OU IRA DONC LE GABON?????????????????????????????

17.Posté par MOUANDA KASSA le 14/11/2014 13:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que ceux qui, au Gabon ou ailleurs soutiennent l'usurpateur Ali Bongo, fils naturel et légitime du sécessionniste ODJOKWOU, biafrais de son état, veuillent comprendre que nous gabonais préférerons de mourir que de continuellement "être" pris en "otage" par le clan M'BONGO Albert-Bernard, alias Omar BONGO et les gabonais de circonstance ( ACCROMBESSI et PEA en exemple). Le Gabon n'est pas une " fondation" de FOCCART, encore moins celle de Total et/ou BOLLORE. Désormais la peur a changé de camp.
Faut-il rappeler encore et encore comment M'BONGO est venu au pouvoir? Si oui, nous livrerons le scénario inconnu de la majorité des gabonais et ce, pour dire aux flibustiers et autres que ALI , c'est fini...
Les francs-maçons, rosicruciens, rotariens, lyons-clubistes et affairistes de tous bords ont intérêt à laisser les gabonais de se choisir un destin. Dans le cas contraire, qu'ils surveillent leurs arrières ( même dans leurs toilettes). Nous agirons et ne pouvons plus continuellement accepter de vivre sous " l'emprisonnement" voulu par la "françafrique".

MOUANDA KASSA, fils de KASSA DOUPEPPI, natif de N'déndé.

16.Posté par Bouka Rabenkogo le 14/11/2014 12:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lettre ouverte à Ali BONGO et MAPANGOU,

Hier, vous avez franchi le rubicond, vous avez instrumentalisé et fait infiltrer les forces de gendarmerie et de police de mon pays par des mercenaires à votre solde. Des excités indignent d'être membre de nos forces de police et de gendarmerie qui ont lancés et tirés comme de vulgaires drogués, les grenades lacrymogènes et tirer avec des balles en blanc sur des notables qui ont l'âge de ton père adoptif OMAR BONGO ONDIMBA. C'EST INADMISSIBLE ET IMPARDONNABLE.
Il était convenu, qu'a cette marche pacifique vers le tribunal de première instance de Libreville, dont l'objet était le dépôt par les signataires membres du Front Uni de l'Opposition de deux plaintes contestant l’état-civil du président Ali BONGO ONDIMBA, l’une du président du Morena, Luc BENGONE NSI, et l’autre de tous les signataires de ce regroupement politique, qu'aucun gabonais ne sera blessé et que s'il advenait qu'un gabonais était blessé : VOUS ASSUMEREZ LES CONSEQUENCES.
Hier, j'ai été blessé au bras gauche, par l'explosion d'une grenade lacrymogène. Mon oreille gauche, suite à la détonation, a perdu son ouïe. J'ai déclaré et juré hier, devant les chaines de télévisions présentes, que ca ne s'arrêtera, que quand tu partiras du pouvoir.
Marie-Madeleine MBORANTSUO ta belle mère a utilisé mon nom BOUKA RABENKOGO, pour justifier ta victoire dupée en 2009. C'est ce même BOUKA RABENKOGO que je suis, qui fera tout pour te chasser. Ta soeur Pascaline BONGO a dit: LE CHIEN ABOI, LA CARAVANE PASSE. Je serai personnellement à la tête de la MEUTE de chiens qui précipitera cette caravane dans le ravin.
Je serai témoin, de messieurs Luc BENGONE NSI et PIERRE PEAN sur l'assassinat ISSANI RENDJAMBE mon parent avec Jean PING et d'autres personnes que je ne citerais ici les noms pour leur sécurité. Le Docteur Serge Mba Bekale qui malheureusement nous a quitté, étions tous témoins, cet après midi du 22 mai 1990, à l'entée de la salle des conférences de la cité de la Démocratie, quand a dit a Joseph RENDJAMBE ISSANI: Tu vas me le payer et le 23 Mai 1990 au petit matin Joseph RENDJAMBE ISSANI mon parent est retrouvé mort à l'Hôtel DOWE.
Tu as causé trop de tord à ton père adoptif Albert Bernard BONGO qui fut obligé par tes graves erreurs d'atteintes à la vie des autres, de rédiger lui même l'article 10 de la constitution qui t’excluait d’accéder à la présidence car fils adoptif.
J'ai été une ombre discrète dans l'entourage de ton père adoptif et beau fils confident de celui qui a bâti l'état gabonais par sa fonction de secrétaire général de la présidence de la République pendant plus de trente huit (38) ans. J'ai des dossiers spécifiques sur chacun d'entre vous. Même ta médiocre sœur de Pascaline, dont Albert BONGO ne savait même pas l'existence avant que la France ne le fabrique pour assurer la vice-présidence de la République, Léon MBA MINKO malade.
Pour MAPANGOU qui a lâché les mercenaires à la solde. C'est pendant l'étape de la tournée présidentielle de 1987 au matin, à la résidence du Présidence à TCHINBANGA, que tu as fait grossièrement allégeance au Président BONGO pour mériter ton poste actuel. J'étais là aussi, comme une ombre.
Trop, c'est trop. Ali, toi MAPANGOU et tous les malfrats qui vous entourent, je jure devant toutes les puissances qui gouvernent mon pays et avec moi tous les patriotes, que vous partirez avant 2015.

En réaction à: http://www.gabonlibre.com/Tomo-fils-d-un-ancien-ministre-de-l-interieur-sous-Leon-Mba-parle-Boniface-Assele-a-menti_a27198.html

15.Posté par Milord le 14/11/2014 12:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
FRANCHEMENT JE NE COMPRENDS TOUJOURS PAS LES GABONAIS. NOUS N'AVONS PAS A ATTENDRE LE 15 DECEMBRE DE CETTE ANNEE NI LES ELECTIONS DE 2016 POUR FAIRE TRIOMPHER LE CHANGEMENT ET LA LIBERTE AU GABON.
DESCENDONS DANS LES RUES, MANIFESTONS SUR L'ENSEMBLE DU TERRITOIRE NATIONAL ET A TRAVERS LE MONDE JUSQU'A LA CHUTE DE LA DICTATURE PDG. AU LIEU DE CELA NOUS JOUONS LES GUIGNOLS, TOUS SIMPLEMENT PARCE QUE NOUS AVONS DES LEADERS PEUREUX QUI ATTENDENT DES INSTRUCTIONS DE PARIS POUR SERVIR AUSSI LES INTERETS IMPERIALISTES.
QUE LE PEUPLE MANIFESTE COMME EN TUNISIE, EN EGYPTE, AU BURKINA AU LIEU D'ECOUTER DES PAUVRES LEADERS EMBOURGEOISES.

14.Posté par Milord le 14/11/2014 12:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
FRANCHEMENT JE NE COMPRENDS TOUJOURS PAS LES GABONAIS. NOUS N'AVONS PAS A ATTENDRE LE 15 DECEMBRE DE CETTE ANNEE NI LES ELECTIONS DE 2016 POUR FAIRE TRIOMPHER LE CHANGEMENT ET LA LIBERTE AU GABON.
DESCENDONS DANS LES RUES, MANIFESTONS SUR L'ENSEMBLE DU TERRITOIRE NATIONAL ET A TRAVERS LE MONDE JUSQU'A LA CHUTE DE LA DICTATURE PDG. AU LIEU DE CELA NOUS JOUONS LES GUIGNOLS, TOUS SIMPLEMENT PARCE QUE NOUS AVONS DES LEADERS PEUREUX QUI ATTENDENT DES INSTRUCTIONS DE PARIS POUR SERVIR AUSSI LES INTERETS IMPERIALISTES.
QUE LE PEUPLE MANIFESTE COMME EN TUNISIE, EN EGYPTE, AU BURKINA AU LIEU D'ECOUTER DES PAUVRES LEADERS EMBOURGEOISES.

13.Posté par vraipeuplegabonais le 14/11/2014 10:52 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut qu''on agisse tres vite, des marches partout comme en 93. Face a cela le pouvoir sera desempare et la seule solution possible sera la fuite. Le gabon sera alors debarrasse de ces gangsters cravate.

12.Posté par mentlentume le 14/11/2014 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A SERGE OLIVIER poste 6 VRAIMENT AVANT DE BRULER OU CASSER COMME TU LE DIS , POUR MONTRER AUX GABONAIS QUE TU ES VRAIMENT FACHE CONTRE LE POUVOIR EN PLACE COMMENCE DE BRULER TA MAISON PERSONNELLE MAIS QUAND TU DIS D'ALLER CASSER ET BRULER JE PENSE QUE TU SERAS DEVANT ET NON CACHE DANS TA MAISON ET ENVOYER LES ENFANTS DES AUTRES DANS LA RUE Aposte 2 TOUT CE QUE TU RACONTES N'EST QUE LES PIPIS DANS LA RIVIERE ATTENDEZ EN 2016 ALI VA VOUS FAITRE ENCORE MAL JE NE VOIS PAS UN OPPOSANT QUI FAIT LE POID DEVANT ALI BONGO MATCIBI I I I IIIIII

11.Posté par ébognôh ODJUKU ACCROMBESSI le 14/11/2014 09:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme je l'ai dit dans mes précédent écrit, et M. TOMO a raison, Omar BONGO lui-même ne voulait pas du tout qu'Ali Ben ODJUKU Bongo prenne le pouvoir. Avec lui, plusieurs de ses proches fidèles amis politiques tels que Georges RAWIRI, Julien MPOUHO EPIGAT, JP LEMBOUMBA LEPANDOU, Fidèle ANDJOUA et bien d'autres encore, y compris le lache Guy NZOUBA NDAMA, étaient tous catégoriquement opposés à l'accession au pouvoir de ce fils adoptif très encombrant aux ambitions démesurées.
Julien MPOUHO EPIGAT et Georges RAWIRI ont perdu la vie dans des conditions très suspectes, non élucidées à ce jour et qu'on cache aux Gabonais, pour avoir clairement exprimé leur opposition catégorique à l'arrivée de ce Biafrais au pouvoir. Ils ont ainsi payé de leur vie le fait d'avoir voulu préserver le Gabon de l'imposture et de la forfaiture que nous vivons aujourd'hui. L'article 10 de la Constitution gabonaise est le résultat de cette opposition à l'accession d'Ali Ben ODJUKU Bongo au pouvoir. C'est bel et bien Ali Ben ODJUKU Bongo et ses complices qui ont tué ces deux personnalités politiques gabonaises.
Pour les mêmes raisons, JP LEMBOUMBA LEPANDOU avait reçu des balles des mercénaires engagés par Ali Ben ODJUKU Bongo pour mettre fin à ses jours à son domicile.
Ali Ben ODJUKU Bongo a acquis la nationalité gabonaise par le fait de son adoption par le couple Bongo. Joséphine KAMA n'a jamais enfanté. Ce sont ses sœurs qui ont défilé sur leur lit conjugal pour pouvoir donner une progéniture à Omar BONGO. C'est cela la vérité.
ASSELE et sa stérile de sœur sont des menteurs éhontés sur commande. Ils s'agitent pour de l'argent mais connaissent la vérité.
De même, Pascaline Mferri BONGO est elle aussi une menteuse invétérée. Elle ne connaissait pas Ali Ben ODJUKU Bongo avant que Pascal LISSOUBA, ancien Président du Congo Brazzaville de l'ethnie Nzébi et oncle de Faustin BOUKOUBI (SG du parti- État PDG), ne la ramène du Congo pour la présenter à Omar BONGO à l'âge de 18 ans. Ses affirmations du 3 novembre 2014 ne sont qu'un tissu de mensonges décousus.
Les familles Léon MBA et Richard NGUEMA auraient mieux fait de se taire. Raconter des histoires de jeunesse vécues et les jeux avec Ali Ben ODJUKU Bongo, présenter des photos et autres scènes ne justifient et ne prouvent en rien que cet imposteur d'Ali est le fils biologique d'Omar BONGO ONDIMBA. Toute la question est là. Vos faux témoignages creux ne changeront rien à la détermination des Gabonais à METTRE FIN A CETTE IMPPOSTURE et CHASSER Ali Ben ODJUKU Bongo du pouvoir qu'il a volé.
VIVE LE GABON, VIVE LE PEUPLE GABONAIS !!!!!!!!

10.Posté par Grizzly Noir le 13/11/2014 20:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
les militaires gabonais son les plus bete de la planete terre...
ils vivent com des chiens et je suis sur q'ils sont content de vivre com des chiens...toujour pre a executer des ordres com des imbeciles...
tuez vos frere gabonais et vivez en chiens...vous etes des rates...et c'est pourkoi
le gouvernement que vous soutenez vous gardera dans de conditions de vie qon reserv aux chiens errants....

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...