News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Edition Spéciale : Gabon Indépendance : Bilan négatif – le PDG doit plaider coupable

Le site de la Liberté - Landry MANDOUKOU le Lundi 16 Août 2010 à 16:59 | Lu 714 fois



Edition Spéciale : Gabon Indépendance : Bilan négatif – le PDG doit plaider coupable

Le pays doit chaque jour affirmer sa souveraineté face aux puissances étrangères. Le gouvernement doit poursuivre ses efforts dans la construction de la démocratie et de l'état de droit.

Le Gabon a fait un choix crucial rendu officiel le 17 août 1960, le choix de l’indépendance. C’était une affirmation forte du droit à un Etat Souverain. Aujourd’hui, cinquante ans plus tard, nous devons tous faire preuve d’honnêteté et reconnaître que le pays est dans un état catastrophique – et le mot est bien faible pour désigner le chao qui prévaut ! Le pays est comme sous une vapeur ténébreuse qu’il convient de dissiper pour que les gabonais puissent enfin vivre la réalité du Bleu-Espérance du drapeau de la République.

La recherche d’un bouc émissaire est l’exercice auquel tous les amoureux du Gabon ne manqueront pas de se livrer en ces temps commémoratifs. Certains seront tentés de faire une synthèse des différents débats, et on nous sortira une réponse vieille comme le monde : « TOUS LES GABONAIS SONT RESPONSABLES du retard accusé par le pays ». Je vous le concède ! Mais c’est une façon simple de répondre à une question complexe et grave.

Ceux qui en font usage sont à désigner premiers dans l’échelle de responsabilité. Ce sont ceux-là que la démarche de faire un bilan de la gestion post-indépendance embarrasse toujours le plus. Nier sa responsabilité c’est avouer qu’on ne procèdera pas à un changement radical de cap dans notre manière de gérer la chose publique. Et minimiser sa responsabilité prouve qu’on n’a pas la vision de la sacralité du Pouvoir, de l’Etat et du Peuple.

La grande leçon de ces cinquante ans est que le droit à un état n’est pas l’aboutissement de la démarche indépendantiste. L’état de droit et sa construction sont plus déterminants pour le bonheur national à court moyen et long terme. D’un autre côté nous avons magnifié le politique et la fonction publique au détriment de l’entreprenariat local. Ce qui a manquée c’est de l’imagination de la part de nos hommes politiques. IMAGINATION comme « Imagine A Nation ».

Le (premier) responsable de ce bilan négatif est le parti politique qui a été le plus longtemps aux commandes de l’Etat. C’est le Parti Démocratique Gabonais (PDG) qui totalise 43 années d’exercice du pouvoir ; ce sont ses militants de la première heure et les militants de cette heure (les nouveaux arrivants - dont je fais partie - qui doivent assumer ce passif).

Je suis de ceux qui pensent que le PDG doit partir du principe qu’il a échoué sur toute la ligne pour être non-exclusif et ainsi refonder tous les secteurs de la vie nationale. Il ne faut voir de la perfection nulle part pour tout inscrire dans le perfectible. Il faut considérer que nos réussites sont infimes face à la somme des améliorations à apporter dans la vie quotidienne de nos compatriotes.

L’alternance est ce que le Peuple demande, et cette demande est légitime. Cette alternance n’implique pas forcément un changement de parti, mais plutôt une mutation profonde du parti et de tous les partis politiques ; l’alternance ne signifie pas un changement d’homme mais plutôt un changement de l’homme, de tout l’homme et de tout homme exerçant une responsabilité quelconque à quelque niveau que ce soit.

L’alternance c’est faire passer les obligations envers l’Etat et le peuple tout entier au-dessus des obligations envers le parti, c’est faire de la fidélité envers les idéaux du parti (qui affirment la recherche du bien-être du peuple) un sacerdoce dont on s’acquitte joyeusement même si cela implique beaucoup de sacrifices personnels. Servir et non se servir doit devenir le leitmotive de tous les hommes politiques gabonais

En dépits des difficultés et des frustrations du moment, j’exhorte les gabonais à célébrer sans aucune modération ce 17 août 2010. La volonté du chef de l’Etat Ali Ben Bongo Ondimba de faire de ce jour un grand moment d’émotion nationale est légitime. L’accession à l’indépendance n’a pas été une chose facile, et le maintien de cette souveraineté n’est pas toujours facile face aux grandes puissances. Cette célébration est un message du peuple gabonais au monde colonialiste et néocolonialiste. L’indépendance c’est affirmer le droit à un Etat. La démocratie c’est la construction concertée (ou participative) du bonheur nationale.

Mon crédo:

Même avec la souffrance comme seule perspective, rendez-moi ma liberté !
Je refuse de rester dans votre prison dorée !
Je sais qu’avec un peu d’imagination je fabriquerai mon bonheur !


Par Landry MANDOUKOU
(La voix des masques du Gabon)

Lundi 16 Août 2010
Landry MANDOUKOU
Vu (s) 714 fois


Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...