News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Demande de divorce d’Inge Collins : Comme une odeur de chantage

Le site de la Liberté - gabonreview le Jeudi 8 Octobre 2015 à 08:17 | Lu 2247 fois

Ces derniers mois, l’ancienne épouse d’Ali Bongo semble prête à tout pour attirer les projecteurs, au point que sa dernière sortie apparaît pour beaucoup comme une sorte de chantage.



La cinquantaine bien entamée, Inge Lynn Collins semble désespérément chercher à exister aux yeux du public. Ces derniers mois, l’ancienne épouse d’Ali Bongo multiplie les sorties médiatiques, au point de faire douter de ses véritables motivations. En août dernier, la presse faisait déjà état de la sortie, avant la fin de l’année en cours, d’un livre dans lequel elle entendait faire de nombreuses «révélations» sur la vie fastueuse de la famille Bongo, les vices du «système Bongo» et davantage «le vrai visage» d’Ali Bongo, qu’elle présente comme un homme violent, «radin, insensible, un mari défaillant à son devoir alimentaire et de soutien à sa première femme abandonnée».

Tout un programme… Après les premières rumeurs en rapport avec le fameux «livre choc», l’arrivée dans les kiosques de l’ouvrage d’Inge Lynn Collins est aussi douteuse que les raisons qui pourraient la conduire à produire une telle œuvre. Pour certains, l’ancienne épouse d’Ali Bongo vivrait mal sa séparation et serait tout simplement tombée dans le cycle de vengeance, qui fleure bon le chantage.

En effet, comme convaincue que le livre annoncé serait tout bonnement démonté dès sa sortie, Inge Lynn Collins se serait résolue à trouver une autre stratégie pour tenter de faire plier Ali Bongo, que l’on dit peu intéressé par les élucubrations de son ex. La dernière trouvaille en date de l’«épouse abandonnée» : la demande de divorce brandie en fin-septembre dernier. Une plaisanterie, estiment certains, d’autant que l’intéressée n’est plus mariée depuis plusieurs années. Selon The Wall Street Journal, «Inge Collins a épousé M. Bongo en 1994, mais s’en est séparée une décennie plus tard». D’où vient donc cette demande de divorce ? Et sur quoi se fonde-t-elle ?

Personnage controversé aux Etats-Unis, où ses propos en rapport avec le supposé abandon dont elle serait victime, au même titre que son fils de 16 ans, Inge Lynn Collins convainc peu. D’autant qu’elle justifie sa demande par le fait que, pour survivre, elle doit recourir à l’aide sociale pour, n’avoir rien reçu depuis 2008. Or, l’on se souvient encore de l’ouverture d’une enquête révélée, le 25 février 2014, par The Wall Street Journal, à la suite de l’interception de 75 millions de francs destinés à une dame présentée comme l’ex-épouse d’Ali Bongo.

Le département d’Etat avait alors dans son viseur plusieurs personnalités, parmi lesquelles Inge Collins, un lobbyiste nommé Joseph Szlavik, Maixent Accrombessi et Ali Bongo. Le quotidien américain, tiré à 2,4 millions exemplaires, avait alors affirmé que depuis l’année 2000, la fameuse Inge Collins a reçu des millions de dollars en espèces, par l’intermédiaire de MM Ashby et Szlavik, «ainsi que des virements de M. Bongo». Alors prétendre vivre de l’aide sociale avec une telle rente et surtout n’avoir rien reçu depuis 2008, est tout de même étonnant si ce n’est un mensonge.

Comme quoi, après sa séparation, l’ancienne épouse d’Ali Bongo aurait continué à recevoir de l’argent. Aurait-elle simplement décidé de faire du chantage pour espérer gagner plus ? Le mystère reste entier.

Jeudi 8 Octobre 2015
gabonreview
Vu (s) 2247 fois




1.Posté par NEM le 08/10/2015 09:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si elle pense que c'est de cette façon qu'il faut gagner l'argent d'un mari bizarre, violent et pingre, alors elle le gagnera. Moi j'achèterais ses livres pour m'informer. Ali l'a épousé pour l'abandonner, pendant qu'elle avait rêvé trouver un homme pour la vie: c'était une illusion selon ce qui est dit. Si elle fait tout ce qui est à son pouvoir pour chanter, il faudra absolument s'y intéresser; Car les choses en bandit se règlent en Talion. Elle a même été humiliée du fait que son faux époux a voulu vendre le domaine dans lequel elle vit. Mais l'Etat américain défendant bien ses citoyens, cette maison reste la propriété de cette dame. Achetons ses livres pour encore découvrir les individus qui défilerons dans les pages.

2.Posté par Rtg1 le 08/10/2015 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les grandes lignes du divorce aux Etats-Unis

La première erreur à ne pas commettre est de se précipiter chez un avocat.

Il faut d'abord que vous compreniez comment fonctionne le divorce aux U.S. Si en toute connaissance de cause, vous décidez (et vous verrez que ce n'est pas obligatoire) que vous devez faire appel à un avocat, vous aurez alors préparé votre dossier, vous saurez de quoi il s'agit et quoi lui dire. A 150 dollars minimum de l'heure, vous donner un peu de mal devient rentable. Vous éviterez bien des malentendus et surtout aussi de jeter de l'huile sur le feu des rapports avec votre futur ex-conjoint.

Si vous vous êtes marié en France,vous pouvez divorcer aux U.S.A si vous êtes résident de l'Etat depuis un certain temps (ex : 6 semaines au Nevada, 6 mois en Californie). Vous pouvez ensuite faire reconnaître votre jugement en France pour y changer votre état civil.



Les grandes lignes du divorce aux Etats-Unis

Dorénavant aux U.S. c'est le "no-fault" divorce qui est partout la loi. On ne s'occupe plus de désigner un coupable ou non. C'est la Californie qui a démarré ce nouveau système en 1970.

Si un époux veut divorcer, l'autre ne peut l'en empêcher. Le consentement des deux époux n'est pas nécessaire.



Quel régime s'applique à la répartition des biens ?

La plupart des Etats sont sous le régime dit "equitable distribution"... Quelques-uns, dont la Californie, obéissent au régime "community property".

C'est un régime communautaire plus strict et il faut garder une trace très précise des biens acquis avant le mariage, des héritages pour qu'ils ne tombent pas dans la communauté.

Sinon tout sera divisé en deux.

Sauf dans l'Etat du Mississipi, tous les biens acquis pendant le mariage sont divisés en deux, même si le titre est au nom d'un seul. Cela correspond un peu à la "communauté réduite aux acquêts" qui est maintenant le régime commun en France.



Qu'en est-il des pensions alimentaires, gardes d'enfants...?

- La pension alimentaire qui s'appelle maintenant non seulement "alimony" mais aussi "maintenance" ou également " spousal support" n'est pas forcément obligatoire et peut être attribuée au mari s'il est moins riche que son épouse.

- Si la garde des enfants est encore donnée à 90% à la mère, ce n'est plus une obligation stricte et, de plus en plus, les hommes se voient accorder une garde conjointe (joint-custody). La loi est faite pour essayer de ne pas créer ou augmenter l'animosité des deux conjoints.



Le fonctionnement du divorce

En Californie, on ne dit plus "divorce", on dit, en terme légal, "dissolution du mariage".

La dissolution est demandée pour "irreconciable differences". On ne vous demande pas lesquelles. Vous avez deux sortes de divorces. L'un s'appelle "uncontested" et l'autre "contested".



Le jugement de divorce

La loi vous offre la possibilité d'agir comme des personnes adultes et responsables qui peuvent décider elles-mêmes de leur avenir, du partage de leur biens, de la garde de leurs enfants. Vous rédigez vous-mêmes, en quelque sorte, votre jugement de divorce. Le juge l'entérinera (sauf si l'un des époux est manifestement lésé).



L'application du jugement de divorce

Quels sont les principes généraux dans l’application d’un jugement de divorce ?

Nous allons, dans cet article, surtout parler du divorce en Californie. Les principes sont pratiquement identiques dans tous les Etats à quelques détails près, même si l'application reste différente. La loi régissant les divorces en Californie est précise, claire et donc, à situation égale, les jugements ne seront pas très différents car peu est laissé à l'appréciation du juge. Ce qui n'est pas le cas dans d'autres Etats.

Il n'y a plus qu'un mariage sur 7 où une pension alimentaire est accordée au conjoint et seulement pendant 2 à 5 ans. Le temps de retomber sur ses pieds.

La division des propriétés sera faite selon la loi de l'Etat et les pensions seront accordées en tenant compte des revenus tangibles et de facteurs intangibles tels que la contribution morale de l'épouse pour les études de son mari, les gains potentiels de chacun, l'âge et la santé de chaque époux, ses possibilités d'emploi, etc. Deux cas de figures :

Vous vous mettez d'accord
Si vous choisissez avec votre futur ex-conjoint de vous mettre d'accord, le divorce sera (presque) facile et peu coûteux. Vous établissez un " Marital Settlement Agreement" ou MSA, vous déposez une demande de divorce, "petition", et après un délai d'attente de 6 mois, souvent sans même que vous ayez à comparaître, votre divorce sera prononcé. Vous n'avez pas besoin d'avocat, sauf pour vous aider à la rédaction de votre MSA ou vous donner des conseils légaux.

Vous voulez engager un avocat
Si vous avez envie de vous précipiter chez un avocat en lui demandant d'entrer dans la bataille d'un divorce, asseyez-vous, respirez et comprenez ce qui va se passer. Si c'est la colère, le ressentiment et la vengeance qui vous animent, vous courez au devant de graves problèmes. Dans ce domaine, chercher à gagner, c'est perdre.





Un conseil : essayez de vous accorder

De toutes façons la loi sera appliquée, vos biens à peu près partagés selon cette loi, les pensions attribuées selon des barèmes précis. En vous battant vous aurez dépensé des dizaines de milliers de dollars pour, la plupart du temps, obtenir presque les mêmes résultats. Si vous avez des enfants, un "bon" divorce est le moindre mal que vous puissiez leur faire. Ce n'est pas forcément un avocat qui va savoir ce que vous voulez obtenir pour la garde de vos enfants, pour vos biens. Ce n'est pas l'avocat qui va vivre l'après divorce où vos rapports avec votre ex (et donc vos enfants) peuvent devenir détendus, peut-être même amicaux.


Très souvent si vous allez, sans être préparé, chez un avocat, il y a de grandes chances que, "pour vous protéger", il lance contre votre conjoint des actions (motions) qui vont mettre le feu aux poudres. C'est vous et surtout vos enfants, qui allez subir les méfaits de votre divorce et post-divorce, pas votre avocat. Vous avez deux sortes de divorces. L'un s'appelle "uncontested" et l'autre "contested"

Le "contested divorce"

Il est des cas où il faut se précipiter chez un bon avocat spécialiste du divorce.

- Si vous vous sentez vraiment menacé(e) pour votre personne, vos enfants, vos biens.
- Si vous avez besoin de l'argent de votre conjoint pour vivre et qu'il refuse de vous en donner.
- Si vous soupçonnez votre conjoint de vendre, cacher des biens, envoyer de l'argent à l'étranger etc. (Il faut noter que si un époux essaye de dissimuler quelques biens, la cour peut aller jusqu'à les lui supprimer. Les Américains n'aiment pas que l'on triche et sanctionnent sévèrement).


Si votre conjoint vous attaque par l'intermédiaire d'un avocat, vous devrez "répondre" (response) et il sera plus prudent de prendre un avocat.

Si votre conjoint a une situation matérielle et un pouvoir vraiment plus important que vous et que vous le soupçonniez de vouloir en abuser.

Ces cas s'appliquent généralement à une épouse au foyer s'occupant de ses enfants, dépendante d'un mari qui possède l'argent, ou au conjoint ayant une situation très inférieure à son partenaire. Peut-être voulez-vous aussi, tout simplement, vous faire respecter par un conjoint agressif, décidé à vous nuire.


L'avocat peut déposer des "motions" à la cour.



A quoi servent ces motions ?

Elles peuvent vous protéger de violences physiques (restraining orders), geler les comptes en banque, mener des enquêtes sur les avoirs de votre conjoint (discovery), obliger à des paiements immédiats de pensions pour vous et vos enfants etc.

Si vous choisissez cette solution, sachez que, si vous n'avez pas d'argent, votre avocat peut se faire payer par votre riche conjoint.

Comment faire ?

Exigez un "retainer agreement" par écrit (c'est votre contrat avec votre avocat) où il soit bien spécifié qu'il collectera ses honoraires et tous les frais seulement de votre époux.
Un petit "truc" pour minimiser l'impact négatif des actions de votre avocat : écrivez vous-même à votre conjoint ce qui va se passer, il sera ainsi préparé et cela fera moins mal lorsqu'il recevra la lettre recommandée.



Quelques conseils...


Essayez de garder la communication. Evitez l'agressivité inutile, il y en a déjà assez et c'est souvent un boomerang. Nous n'irons pas plus loin dans ce genre de divorce "contested". C'est le domaine des avocats. Il vaut quand même mieux savoir comment les choses fonctionnent. La négociation devra un jour, de toutes façons, prendre le pas sur l'agressivité.

Avant de vous précipiter chez un avocat pour un "contested" divorce, soyez sûr(e) que vos buts valent le coût d'un procès. Expliquez à votre conjoint que vous avez, tous les deux, tout à perdre en vous battant. La loi n'est pas la même qu'en France. Elle vous permet un divorce "propre" sans victime, sans vengeance où vous pouvez rédiger votre propre jugement de divorce avec l'aide, par exemple, d'un avocat qui vous expliquera la loi et qui pourra vous aider à négocier.


Mariage sous la séparation de biens

Si vous vous êtes marié(e) en France sous le contrat de séparation de biens que va-t'il se passer?

En France vos biens resteront à vous. Ici, et surtout en Californie, Etat de communauté de biens, les choses se compliquent si votre conjoint n'est pas décidé à respecter vos propres biens. Il faut faire reconnaître votre contrat de séparation de biens qui correspond à un "prenuptial agreement" et apporter toutes les preuves possibles que l'argent vient bien de vous. Avec un bon avocat vous pourrez sauver une bonne partie des meubles (c'est le cas de le dire) surtout si le mariage n'a pas duré très longtemps.

Le "uncontested divorce"

Vous avez compris tous les deux qu'il vaut mieux élaborer ensemble votre jugement de divorce et donc établir votre "Marital Settlement Agreement". C'est évidemment là que les choses se compliquent. Si l'on divorce c'est souvent que l'on ne s'entend plus et vous allez entamer des négociations qui vont soulever des passions, raviver des vieilles blessures, des rancoeurs qui vont rendre la tâche difficile. Mais il faut y arriver.


Pour vous aider à négocier

Lisez ce best seller "Getting to Yes : Negociation Agreement Without Giving In". Livre de poche Penguin par Fisher and Ury. (cela vous servira toujours).
Pour commander le livre "Getting to Yes"

Connaissez bien la loi. Vous avez à votre disposition des livres de vulgarisation bien faits. Par exemple, "Divorce Yourself" de Daniel Sitarz, édition Nova ou "How To Do Your Own Divorce in California" de Ed Sherman aux éditions Nolo Press.Offrez-en un aussi à votre conjoint. Il sera sûr ainsi que vous ne voulez pas tricher et que telle est bien la loi.
Pour commander le livre "Divorce Yourself : The National No-Fault..."

Si vous êtes décidé à faire un partage juste et équitable, en tenant compte dans la mesure du possible des désirs et des besoins de chacun, vous avez des chances d'arriver à un accord.


Vous pouvez vous inspirer de nos conseils...

Evidemment, vous êtes en terrain miné. Essayez de comprendre les arguments de votre partenaire derrière la colère. Soyez honnête, évitez de réagir, d'argumenter, de vous défendre, de nier. Sans alimentation, la colère finira par tomber et ce n'est plus l'heure des disputes.

Vous voulez divorcer donc vous n'êtes plus dépendant(e) de votre conjoint, de ses humeurs, de ses actions et réactions. Vous voulez obtenir un accord, un partage qui vous convienne, non gagner une bataille.

Prenez votre temps, il travaille pour vous en atténuant la colère. Evitez les ultimatums. N'oubliez pas que si vous faites votre divorce par des avocats cela peut demander des années. Alors soyez patient, ne négligez pas des solutions temporaires.



Petit essai méthodologique pour vous aider dans ce parcours…

Dressez un inventaire très précis des biens qui doivent être partagés :
- propriétés (leurs valeurs marchandes, leurs dettes, leurs rapports)
- tous vos comptes en banque,
- vos portefeuilles boursiers,
- vos actions dans des sociétés,
- voitures etc.


Ne pas oubliez d'évaluer la partie communautaire des plans de pensions liés à l'emploi.

Attention ! si votre conjoint a des dettes contractées pendant le mariage et qu'il ne les paye pas, vous restez responsable même après le divorce si elles ne sont pas mentionnées et "distribuées" dans le partage.

- Faites un budget le plus précis possible des revenus et des dépenses nécessaires à chacun d'entres vous et à vos enfants. Cela aidera à déterminer les pensions s'il y a lieu.



Quelques astuces pour effectuer le partage sans trop vous disputer

- tout vendre et partager le cash
- un conjoint décide du prix des biens et l'autre choisit
- faites une vente aux enchères entre vous. Ajustez les valeurs en fin de ventes pour arriver à l'égalité
- faites évaluer les biens contestés par un spécialiste et choisissez à tour de rôle jusqu'à égalité.


Pour éviter les têtes à têtes...

S'il s'avère très difficile de vous trouver en tête à tête avec votre conjoint faites les propositions par écrit en insistant bien que ce ne sont que des propositions faites pour être discutées. Gardez des doubles de toutes correspondances. C'est du travail, mais cela en vaut la peine.
N'oubliez pas les implications fiscales qui peuvent surgir plus tard.



Attention à la fiscalité

Un exemple : la maison familiale. Vous décidez de laissez la maison à votre conjoint et à vos enfants pour éviter une perturbation plus importante. Il vaudrait mieux transférer le titre à celui qui l'habite. L'autre conjoint recevra l'argent et il n'a aucune taxe à payer. Si vous gardez le titre aux 2 noms, celui qui n'y habite plus ne pourra pas utiliser le droit de "roll over" car ce n'est plus sa résidence principale. Il paiera les taxes de "capital Gain" en entier quand la maison sera vendue quelques années plus tard par exemple. Quelle frustration ! Vous aurez laissé la maison et vous aurez des impôts à payer plus tard alors que vous auriez pu l'éviter. Consultez votre comptable.
Voyez avec lui aussi les implications fiscales pour la pension alimentaire de votre conjoint (spousal ou family support) et la pension pour vos enfants (child support). Là aussi, il est possible d'économiser des impôts.

La femme là va te ruiné prési... Le problème tu es légalement marié avec cette femme depuis 1991. Et en 2015 le divorce n'a toujours pas eu lieu, donc par conséquent tous les biens que et comptes que tu as accumulé depuis 2008 jusqu'à 2015 au USA sont dans le partage.

La femme là t'a eu... Triste fin ! Le future Ex-prési va régler ses problèmes matrimoniaux. ;-)

Y'ABC IL Y A UN BOULVARD DEVANT TOI... tu seras proprement installé au Palais

http://www.europusa.com/book/export/html/410

GR est devenu un avocat spécialiser en droit conjugal ? lool !

Si cette dame est LÉGALEMENT marié elle va ramasser 50% des avoirs, ainsi que les biens meubles et immeuble du dormeur de L'ONU !! loool !!

Pardon GR laisser la justice américaine faire son travail... ;-)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...