News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Crise entre Paris-Libreville : Le Gabon suspend sa mission diplomatique en France (vidéo)

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 18 Janvier 2016 à 12:50 | Lu 8581 fois

Des propos fâcheux du Premier ministre français sur un plateau de télévision , le 16 janvier, amènent le Gabon à rappeler à Libreville son ambassadeur à Paris.



Invité hier du journal de 20-heures de Gabon Télévision, le ministre de l’Intérieur, de la Sécurité et de l’hygiène publique, Pacôme Moubelet Boubéya, a annoncé que le gouvernement gabonais vient, par la voix de son ministre d’Etat chargé des Affaires étrangères, de rappeler son ambassadeur en consultation. Motif : les propos tenus le samedi 16 janvier 2015 sur la deuxième chaîne de télévision française par le Premier ministre français selon lesquels, en 2009, Ali Bongo n’a pas été élu, du moins «pas comme on l’entend», selon l’expression exacte de Manuel Valls.

Dans les us et coutumes diplomatiques, le rappel en consultation d’un chef de mission diplomatique signifie que son gouvernement met temporairement fin à la mission de celui-ci. C’est l’une des étapes, après la lettre de protestation notamment, qui mène à la rupture des relations diplomatiques. C’est donc dire que le rappel à Libreville de Germain Ngoyo Moussavou, l’ambassadeur haut représentant du Gabon, est le signe de nouvelles tensions entre les deux capitales qui n’en ont manqué depuis l’arrivée des socialistes au pouvoir en France.

Il est vrai que les relations entre Paris et Libreville n’ont jamais été un long fleuve tranquille. Mais c’est depuis l’arrivée au pouvoir à Libreville d’Ali Bongo que le rappel en consultation de l’ambassadeur s’est effectué aussi souvent. Depuis 2009 en effet, c’est la troisième fois que le gouvernement gabonais rappelle son ambassadeur en consultation. Il y a eu notamment la crise née de la confiscation de l’avion présidentiel il y a quelques mois. D’autres sujets ont fait l’objet de crispations entre les deux capitales, notamment la mise en garde à vue du directeur de cabinet du président de la République à la PJ de Nanterre (en banlieue parisienne), puis de celle de Seydou Kane, un autre proche du chef de l’Etat. Dans ce registre, on pourrait aussi signaler la sortie, en octobre 2014, du livre de Pierre Péan «Nouvelles Affaires africaines, mensonges et pillages au Gabon».

Ce qui suscite l’ire des autorités gabonaises est une petite phrase de Manuel Valls, samedi soir dans le talk show (émission de divertissement à laquelle sont régulièrement invitées des personnalités publiques) animé par Laurent Ruquier sur France2. Invité de cette émission, «On n’est pas couché», le Premier ministre français, répondant aux charges d’un invité, a littéralement affirmé qu’Ali Bongo n’a pas gagné l’élection présidentielle de 2009 au Gabon. «Élu, Ali Bongo, finalement ?», a demandé l’interlocuteur de Manuels Valls. Et celui-ci de répondre : «Non. Pas comme on l’entend !»

Appelé dimanche soir à commenter cette actualité au journal de 20 heures sur Gabon Télévision, Pacôme Moubelet Boubeya a marqué sa «surprise» et son «étonnement» après les propos de Manuel Valls, alors que, a-t-il dit, «nos deux pays entretiennent d’excellentes relations». Tout en indiquant que le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, de la Francophonie et de l’Intégration Régionale a rappelé immédiatement en consultation «notre ambassadeur à Paris», le ministre de l’Intérieur dit attendre que Manuel Valls explicite sa pensée.

Ce n’est pas la première fois que l’élection d’Ali Bongo en 2009 est contredite en France. Déjà, dans un documentaire titré «Françafrique – 50 années sous le sceau du secret», signé par Patrick Benquet et diffusé en décembre 2010 sur France 2, des personnalités françaises, de droite comme de gauche, avaient édifié l’opinion française sur ce qui s’était passé en 2009 lors de cette présidentielle. «On a inversé les résultats au bénéfice d’Ali Bongo», avait déclaré un ancien Conseiller Afrique de l’Elysée. Au Gabon également, des voix s’élèvent pour dénoncer le caractère partial des institutions chargées d’organiser des scrutins électoraux au Gabon. Et ce ne sont pas les propos qu’aurait tenus le ministre de l’intérieur au jeune frère de Léon-Paul Ngoulakia qui vont apaiser le climat préélectoral actuel au Gabon.

Plus clairement, en demandant au ministre de l’Intérieur de réagir aux propos de Manuel Valls en lieu et place du porte-parole du gouvernement, le chef du gouvernement n’a pas fait un choix judicieux. Pacôme Moubelet Boubeya qui avait, en effet, enjoint le jeune frère de Léon-Paul Ngoulakia en décembre dernier, d’aller dire à celui-ci qu’«aucun opposant ne gagnera l’élection présidentielle tant que je serai ministre de l’Intérieur», devait éviter de se montrer aussi tôt devant les caméras !

Germain Ngoyo Moussavou, le Haut-Représentant du Gabon à Paris, est attendu dès mardi à Libreville, selon des «sources proches du dossier». Les mêmes sources avancent que ce rappel en consultation pourrait durer quinze jours ou beaucoup plus. De même, on ne sait pas si la visite économique du Premier ministre français prévue à Libreville dans la deuxième quinzaine du mois de février est maintenue. Manuel Valls devait en effet effectuer une visite de quarante-huit heures dans la capitale gabonaise, accompagné de nombreux chefs d’entreprises françaises.

source : gabonreview

Lundi 18 Janvier 2016
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 8581 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

18.Posté par serges dry le 12/02/2016 10:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vraiment c est pire qu a l epoque de soit disant pere ,y a qu au gabonais qu on traite de la sorte le monde etier est au courant de l acte de naissance d ali president et refouler un ambassadeur de gabon en france...

17.Posté par mag mouss le 20/01/2016 14:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pendant que Jean Ping enculait...Pascaline la fille a Bongo et les parentes de Ona Ondo, nous on souffrait maintenant il se ramène avec des gens qui ont le sida comme Ndemezzo....l'assassin de Fantômas...ou Ngoulakia le plus grand distributeur cadeau du sida au Gabon ?

16.Posté par Guy Simplce Mackanga le 19/01/2016 13:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lésons Dieu fera sa justice la même manière que Dieu avait libéré Israël au pieds de Pharaon il le faira avec le Gabon il ya un temps pour tout , un temps pour rire ,un temps pour pleuré...

15.Posté par NEM le 19/01/2016 09:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je crois que le Président gabonais s'amuse encore avec ce qui se dit et ce qui se prépare au Gabon ou en France. L'Etat français est très bien placé pour savoir comment Ali Bongo a pris le Pouvoir. Les dirigeant français savent très bien qu'est-ce qu'il se passe actuellement au Gabon, plus précisément à la Présidence gabonaise. Entre les pillages financiers journaliers, les planques des voitures au Maroc, l'Etat de santé à cause de l'empoisonnement de Pascaline vivant actuellement aux Etats-Unis, la contamination à la séropositivité de Mr Ngoulakia par Ali Bongo et Accrombessi, l'eau polluée des robinets dans les maisons et dont le plan serait de la contaminer, les différentes déforestations des zones rurales habitées etc. La France sait tout à travers leur armée basée à Libreville et du satellite espion placé sur le Gabon. Les propos de Valls sont une réalité longtemps connue de tous et dits avant lui dans les médias gabonais, les livres et autres sources d'information. La politique ne peut changer cela. Alors le petit scénario rigolo que le Ministre de l'Intérieur gabonais s'amuse à monter contre la France n'est qu'une étape de la destitution de son chef que les armées guettent sérieusement. Nous sommes en 2016 Mr Ali Bongo, bientôt aout et vous aviez été maintes fois sommé de quitter le Pouvoir; Malheureusement vous croyez encore à vos marabouts qui se sont déjà préparer à transformer leurs sales petits villages en villes modernes aux Mali, Bénin et Mauritanie, puis à quitter le Gabon urgemment. Partez s'il vous plait, plus personne ne veut de vous, meme pas la France. Partez tranquillement, la CPI vous attend.

14.Posté par Orema Kakaka le 18/01/2016 22:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La vraie question que je pose a tous et surtout a Madame Béréguovoy Dworaczek:
Quand est ce que Ali va donner 24 heures a l'ambassadeur de France a Libreville de rentrer chez lui???

C est la ou on va voir que c'est une vraie crise diplomatique...

Informez nou s'il vous plait

13.Posté par Lefilsdupauvre le 18/01/2016 19:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci cher " Le citoyen libre " pour vos propos.

Plus on s'approche de cette présidentielle (08/2016) et plus les masques tombes. J'avais de l'estime pour cette dame " dworaczek-bendome ".

En effet, je pensais qu'elle défendait des valeurs et les opprimés mais aujourd'hui force est de constater que le fait de vivre en France loin des réalités du gabonais lambda la rend amnésique.

Quel Homme peut encore défendre un système assassin (système Bongo-PDG) vieux de 50 ans? N'avez vous plus de cœur chère Madame dworaczek-bendome?

Vous êtes une " PROFITO-SITUATIONNISTE ".

MOUF!

12.Posté par Rtg1 le 18/01/2016 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les adeptes du mogabistes montre une fois de plus leurs limites. Bientôt le fin du film... C'est pitiant !!

Les vrais spécialistes de l'appareil d'état arrivent pour bosser... ;-)

11.Posté par Nkembo le 18/01/2016 17:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ poste 1 mag mouss,

Vu son amateurisme,
Vu son deal d'affaires conclus avec Ndemezo et Eyéghé Ndong
Vu son manque de courage à reconnaitre les victoires de Mba Abessole(1993 et 1998) puis Amo(2009)
Vu son irresponsabilité à renier ses propres enfants
Je te soutiens

10.Posté par Freeman le 18/01/2016 15:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
S'il vous plait, arrêtez tous ces discours. Le Gabon a besoin, non de bon parleur, non des historiens... Mais le Gabon a besoin des hommes courageux, des hommes fort, des hommes déterminés, des hommes capable de, pour mener une révolution tenace afin de le délivrer du joug des bongos qui nous ont pris en n' otage depuis les années 67. Et de délivrer le Gabon de l’emprise de cette maudite france qui l' opprime depuis l'époque coloniale en se servant de nos richesses pour bâtir la fameuse france. L'heure n'est plus aux discours ni aux belles paroles, mais aux actes.

9.Posté par maboule gaboma le 18/01/2016 14:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les gabonais, vous êtes trop maboules. Les bongo ne sont jamais élus. Tous les gabonais le savent, même ceux qui sont au pouvoir. Le monde entier le sait et se moque de nous. Les étrangers viennent chez nous et nous commandent, même les béninois et les maliens nous colonisent. Alors, on va encore faire comment ? Le biafrais va s'autoproclamer encore président en 2016, les maboules opposants ne feront rien. Donc, les gabonais sont ... maboules.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...