News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Crise de l’éducation : poche de résistance au Lycée de Nzeng-Ayong

l'info réelle 7J/7 - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 6 Décembre 2013 à 07:46 | Lu 601 fois

Malgré l’annonce faite dans la nuit du 4 décembre 2013 par le Porte-parole de la présidence de la République, Alain-Claude Billie By Nzé, concernant l’ajournement des réformes querellées et la création d’un Conseil national de l’éducation de la Formation et de la Recherche, les élèves du lycée de Nzeng-Ayong n’ont pas décoléré. Ils se sont illustrés dans une furie aussi incroyable qu’injustifiée, le 5 décembre dans la matinée.



Tout le monde était sûr d’une accalmie ce jeudi 5 décembre 2013, après les mesures annoncées par le porte-parole de la présidence de la République visant à rétablir de l’ordre dans le secteur de l’éducation, en crise depuis quelques semaines. En dehors des revendications des enseignants axées sur le paiement de la Prime d’incitation à la fonction enseignante (Pife), le payement des vacations, le paiement des rappels, les élèves qui souhaitaient également que soient revues les réformes concernant l’organisation du baccalauréat et du Brevet d’étude du premier cycle (BEPC), ont en effet fini par en avoir raison, en descendant dans la rue.

Curieusement, ce jeudi 5 décembre dans la matinée, les élèves du lycée Jean-Hilaire Obame de Nzeng-Ayong sont encore revenus à la charge, empêchant presque toutes les activités dans le quartier. Cette fois, la violence est montée d’un cran, au point qu’armée de gourdins, de cailloux, de projectiles divers et même d’armes blanches, ils s’attaquaient à tout ce qui passait près de leur lycée où ils se sont retranchés à l’arrivée des policiers. Les projectiles fusaient de tous les sens. Si bien que les riverains, notamment les petits commerces et établissements voisins ont été contraints de fermer les portes durant un bon moment.

Interrogés sur les motifs de ces violences, ces élèves en furie restaient vagues. Un bon nombre d’entre eux n’étaient visiblement pas encore informés des mesures annoncées la veille en fin de soirée par le porte-parole de la présidence de la République. «On revendique nos droits !», a lancé un élève arborant une cagoule et armé de cailloux. Un autre a indiqué qu’ils s’insurgeaient contre «les violences policières dont ils ont été victimes». «Hier, les policiers ont bastonné nos collègues pour rien. On a marché comme tous les autres élèves et eux, ils ont choisi de nous poursuivre et de nous bastonner. Ils ont même arrêté nos collègues alors qu’ils n’ont rien fait», a tenté d’expliquer un autre élève rencontré aux alentours du marché situé derrière leur lycée.

Visiblement, ces élèves n’appréhendaient pas la situation qui avait évolué dans la nuit. L’intervention des forces de Police nationale a débouché sur quelques interpellations, notamment des vraisemblables meneurs qui ont tous nié avoir participé à ces manœuvres d’une rare violence.

Ce qui est sûr, c’est que les motifs exacts de cet accès de violence au lendemain des annonces faites par le Porte-parole de la Présidence de la République, n’ont pu être cernés. Ceci d’autant qu’Alain-Claude Billie By Nzé a bien déclaré qu’ «afin de ramener la sérénité dans ce secteur [éducation, ndlr] et de renforcer sa gouvernance globale, le président de la République, chef de l’Etat, a décidé de surseoir la mise en œuvre des réformes querellées. Notamment les nouvelles conditions d’admission en classe de seconde et celles relatives au baccalauréat.

Il annonce dans le même temps, sous son autorité directe, la mise en place du Conseil national de l’éducation, de la formation et de la recherche dont la mission est d’évaluer la mise en œuvre des offres de formations, des projets d’infrastructures et d’équipements dans l’enseignement, la formation et la recherche au moyen de bilan d’étape, aux fins d’apporter des réajustements nécessaires, visant l’efficacité des actions éducatives et de recherches». Ce qui devrait être pour apaiser la colère de tous les élèves.

Pour une fois, autour du lycée Jean-Hilaire Obame de Nzeng-Ayong, l’on a enregistré des parents, unanimes, souhaitant que les fauteurs de troubles soient «corrigés».

Source : Gabonreview

Vendredi 6 Décembre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 601 fois



Politique | Société | Economie | Articles Sponsorisés | Voyages | Vide | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | MDFC | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame








Les Articles les plus lus

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...

La Femme Emancipée