News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Contrôles de police du Gabon profond : entre précarité, rackets et fatalisme

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Samedi 10 Janvier 2015 à 07:57 | Lu 1138 fois

L’émergence autoproclamée et appelée de tous leurs vœux les autorités politiques gabonaises au pouvoir, semble avoir fait fi des conditions de vie des forces de l’ordre qui pourtant sont de tout temps, leurs premiers instruments pour ramener la sérénité à leurs positions confortables d’hommes de pouvoir. L’illustration ci-dessous est l’un des postes de contrôle de ces mêmes forces de sécurité sur la voie Makokou-Mékambo dans la province de l’Ogooué-ivindo, loin du confort Libreville et de l’émergence prônée à coups de promesses interminables à l’horizon 2025. La réalité semble enseigner d’autres travers que notre rédaction tentera de mettre en évidence.



Des conditions antiques de travail

Au 21e siècle, il est déplorable de voir que deux morceaux de bois et un fut rouillé font office de poste de contrôle de police ou de gendarmerie au Gabon quand on sait que nos gouvernants l’ont qualifié de pays sur la voie du développement certain. Cette route unique reliant Makokou à Mekambo en dit long sur le développement du Gabon et sur la pénibilité du travail des forces de l’ordre sur les axes routiers de l’intérieur du pays. Sachant qu’il y a des personnalités originaires de cette province, en l’occurrence le très célèbre porte-parole de la présidence gabonaise Alain Claude Billie-bi-Nze, qui l’empruntent chaque mois pour y passer le séjour dans leur localité. Ce "péage" reflète l’image du Gabon. Et décrit les conditions déshumanisantes voire délétères dans lesquelles travaillent les forces de l’ordre.

En effet, assis sous un arbre (badamier, manguier), l’uniforme délavé par la violence des rayons solaires, le teint pâle par la rudesse des conditions de travail, les lèvres déteintes par les coups de sifflet répétitifs et la consommation abusive du vin local pour lequel, pour ces agents désœuvrés, restent le seul moyen d’évasion dans des contrées reculées et souvent sans la moindre électricité. Ils s’impatientent de l’apparition d’un véhicule à contrôler guettant la moindre infraction pour procéder à un racket leur permettant d’arrondir des fins du mois bien en-deçà de leur train de vie.

Des responsabilités à pourvoir

Finalement, à qui incombent les responsabilités de déracinement de ce fléau de rançonnement des routiers quand on sait que sous d’autres cieux, un péage sert à l’entretien des routes entre autres. Au Gabon, le constat fait est que la majorité des routes restent dans le même état de délabrement sinon, se dégradent davantage. Cela pour la simple raison que l’argent racketté ne sert pas à l’amélioration des conditions de circulation des usagers mais sert de "prime" de pénibilité de travail aux agents.

Pourtant, leurs conditions de travail démontrent à suffisance qu’ils ne sont pas en marge de la précarité que subie la majorité des Gabonais qui la dénonce. Triste est de constater que, victime de leur précarité mentale, nos forces de l’ordre se refusent à utiliser le moindre neurone pour se sortir de leurs jougs. Sont-il mieux traités que le reste des Gabonais ? Ce que revendique leurs compatriotes n’est il pas légitime ? Et si nos dirigeants prêtaient une oreille attentive à ces revendications et décidaient d’y apporter une solution, ne serait il pas bénéficiaire au même titre que les plaignants ? Malheureusement, obéir et exécuter sont les seules valeurs qui conditionnent et donnent un sens à leur existence professionnelle.

info241

Samedi 10 Janvier 2015
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1138 fois




1.Posté par le pauvre du gabon le 10/01/2015 08:31 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
he, oui ! c''est la triste realite qui se vit dans notre pays. Nos agents de force de desordre et non de l''ordre son des lache et des marionettes du pouvoir en place . ils le savent bien que la lutte que mene la population est au benefice de tous ! Je repete , les forces de l''ordre sont aux service de la population et pour la population car votre role est la protection des personnes et des bien et non la destruction des personnes pour la protection des biens ! les biens n''ont pas de valeur s''il y a destruction des vies humaine. Sinon on construit ces biens pour qui ?!

2.Posté par prince le 12/01/2015 21:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
depuis que ce nigérian est au pouvoir dans notre pays le gabon est devenu un un état policier d'abord apres son coup de force en 2009 la premiere chose qu'il a fait c'est le recrutement massif dans les forces de l'ordre que mon frere nomme force se désordre, ils n'ont pas été recruté pour déffendre le pays mais pour deffendre une personne et son clan, il suffit de voir les controles intempestifs qu'on observe dans tout le pays , tenez par exemple à l'époque du pere il y avait entre oyem et bitam un seul poste de control aujourd'huit on compte 6 postes de control police et gendarmerie pour une distance de 75 km c'est pour dire? meme blaise avec tout son armé n'a pas résister au désir de changement de son peuple , et c'est pas avec tes buveurs de vin de palme là que tu seras sauvé.

3.Posté par NEM le 30/01/2015 10:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'autre image du Gabon, la vraie c'est celle - là. Sans commentaires.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...