News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Conférence de presse de Moukagni Iwangou sur la position d'UPG du rapport de la mission de l'Union Européenne

l'info réelle 7J/7 - Andre Bouassa le Jeudi 15 Décembre 2016 à 10:24 | Lu 1604 fois

Sauf à faire injure à notre intelligence, lélection du 27 août 2016 et son Rapport final, appellent des extensions naturelles, quil faut apprécier à laune des valeurs transgressées par Monsieur ABOGHE ELLA et la CENAP, par Monsieur MOUBELE et lAdministration, par Madame MBORANTSOUO et la Cour Constitutionnelle.



La justice, qui doit être égale pour tous, selon quelle condamne ou quelle protège, a été résolument organisée pour fausser l'interprétation de la loi, au bénéfice de Monsieur Ali BONGO ONDIMBA.

UNION DU PEUPLE GABONAIS
Cabinet du Président
N°72PDT.CAB-2016

Libreville le 14 décembre 2016

DÉCLARATION LIMINAIRE

Mesdames, Messieurs,

Tout évènement rattaché directement, indirectement, à titre accessoire et même à titre infiniment subsidiaire aux évènements du 31 août 2016, nous rappelle à un devoir de mémoire, et nous commande de marquer la compassion de la Nation toute entière, avec toutes les familles, endeuillées à jamais devant l'histoire.

Le rapport final de la mission d'observation de l'élection du Président de la République, que le GABON vient de recevoir, nous ramène malheureusement à ce devoir de mémoire.

En conséquence de ce souvenir, je vous invite, très respectueusement à vous lever, pour que tous ensemble, nous puissions observer une minute de silence, en mémoire de nos illustres Patriotes.

Mesdames, Messieurs,
Mes chers compatriotes,

En toute responsabilité, et en parfaite conscience qu'il exerçait en totale souveraineté, le Gouvernement de la République Gabonaise a invité la mission d'observation des élections de l'Union Européenne.

Au terme de leur échange, le Gouvernement de la République Gabonaise a signé deux Protocoles daccord en vertu desquels, outre lobservation de lélection du Président de la République, il a donné mandat à cette mission dobservation, de faire une évaluation impartiale et objective de cette élection, à lépreuve des normes nationales, régionales et internationales.

Le regard impartial et objectif de lélection du Président de la République Gabonaise, demandé par le Gouvernement de la République Gabonaise est enfin connu.

Parce que seuls les écrits restent pour témoigner devant lhistoire, ce regard impartial et objectif est disponible. Il est consigné dans un Rapport Final de soixante six (66) pages, accessible à tous, aussi bien sur format traditionnel, que sur support numérique.

Tout ce qui y figure est parfaitement connu des Gabonais, qui nont pas attendu ce rapport pour dénoncer ce quils ont enduré au plus profond de leurs personnes.

Sauf que exprimées par les Gabonais, ces réalités étaient, soit occultées, soit contestées.

De ce fait donc, le Rapport final confirme amplement ce qui a toujours été dit. A ce propos, et par ma voix, lUnion du Peuple Gabonais salue la Mission dobservation, pour la fidélité dans la restitution dune vérité, largement éprouvée, qui doit désormais être portée à la connaissance de tous. Afin que nul nen ignore.

Au titre des observations et constats, lon note ce qui suit.

De manière générale, le Rapport relève beaucoup dopacité dans la consolidation des résultats, des anomalies évidentes dans la Province du Haut Ogooué sur le taux de participation gonflé à souhait, et toujours différent en fonction de lautorité qui lannonce, des niveaux dabstention minorés à lenvie, en dépit de la réalité connue, reconnue, et parfaitement tracée.

Dans un extrait tiré à la page 5 paragraphe 1er, le résumé du Rapport final est sans appel, lorsquil dit, je cite, que ce constat remet en question lintégrité des résultats de la province. Il est à noter que les résultats de cette province ont inversé la tendance constatée par la mission sur la base des résultats annoncés par les gouverneurs des huit autres provinces du pays. Ces anomalies mettent en question lintégrité du processus de consolidation des résultats et du résultat final de lélection.

De manière particulière, le Rapport final fustige le manque dindépendance de la justice vis-à-vis de lexécutif, et constate que cette situation influe négativement sur ladministration des élections et matière de contentieux.

Au regard des normes internationales, qui convoquent le pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), le Rapport constate que le pouvoir exorbitant du Président de la République, rend difficile la garantie du droit à un recours effectif devant les juridictions.

A ce titre, le dernier paragraphe de la page 36 du Rapport est cinglant, sagissant de la manière surprenante avec laquelle, les juges constitutionnels ont traité du moyen portant sur les ratures et surcharges, insérés dans les procès verbaux de la Province de lEstuaire, et qui ont conduit à lannulation des résultats de vingt et un bureaux de vote dans le 3ème arrondissement de la ville de Libreville.

Il y est écrit, que La Cour na pas laissé lopportunité au requérant de présenter les procès verbaux contestés en sa possession, lui enlevant toutes chances de prouver que les ratures incriminées nétaient pas présentes initialement, et de contester ces annulations.

Mesdames, Messieurs,

Les mots de vérité manquent délégance.

La synthèse, tirée des termes du rapport permet aujourdhui de retenir, que dans sa démarche dimpartialité et dobjectivité, le mandataire, c'est-à-dire la Mission dobservation a déclaré au mandant, c'est-à-dire le Gouvernement de la République Gabonaise, dune part, à la page 5, que les résultats de la province du Haut Ogooué et les anomalies y relatives ont mis en question lintégrité du résultat final de lélection, dautre part, à la page 36, que la Cour na pas laissé au requérant lopportunité de prouver que les ratures incriminées nétaient pas présentes initialement.

Prenant acte de ces observations, le Rapport, traduit en vérité, énonce simplement, que le résultat de lélection du Président de la République Gabonaise acquis en faveur de Jean PING, le véritable vainqueur, a été grossièrement falsifié au bénéfice dAli BONGO ONDIMBA.

Face à ce constat accablant, le Gouvernement de la République Gabonaise, sans grande conviction, se réfugie derrière le petit doigt de la souveraineté nationale, dont il était parfaitement investi au moment où il commandait lévaluation impartiale et objective du processus électoral.

Fort de ce constat, lUnion du Peuple Gabonais déclare que le Rapport Final ne peut pas fermer la porte, sur lélection du Président de la République, du 27 août 2016.

Cette porte ne peut pas être fermée, parce que, au GABON, nous ferions le triomphe du vice sur la vertu.

Cette porte ne peut pas être fermée, parce que le Gouvernement qui a sollicité le bénéfice de lobjectivité à un partenaire extérieur, a refusé cette même exigence de vérité, à des Gabonais, quil na pas hésité à passer par les armes. Les armes dune République qui a décidé, et choisi, de tuer froidement ses propres enfants.

Chers compatriotes,

Pour le sang de ces innocents, tombés sur lautel de la vérité, mon propos emprunte les paroles dun sage Africain, Pierre Claver AKENDENGUE pour ne pas le nommer, paroles léguées à la postérité pour linstruction du monde, lorsquil nous enseigne, que le sang des Patriotes est une semence de patriotisme.

Mesdames, Messieurs,

Dans un monde ouvert, dégale appropriation des valeurs universelles, une nouvelle République née au GABON, au soir du 31 août 2016.

Cette République est à Libreville, à Port-Gentil, à Franceville, à Mouila, à Tchibanga, à Lambaréné, à Makokou, à Koula Moutou et à Oyem, dans les curs endurcis de ces familles, qui pleurent leurs enfants. Parfois, sans possibilité daccomplir le travail de deuil, sagissant des nombreux disparus.

Cette République est à Paris, chaque samedi, Place du Trocadéro, fièrement drapée, ajoutant les couleurs de létendard national, à lhistoire de la libération des Peuples du monde.
Chers amis,

Sauf à faire injure à notre intelligence, lélection du 27 août 2016 et son Rapport final, appellent des extensions naturelles, quil faut apprécier à laune des valeurs transgressées par Monsieur ABOGHE ELLA et la CENAP, par Monsieur MOUBELE et lAdministration, par Madame MBORANTSOUO et la Cour Constitutionnelle.

La force armée, instituée à lavantage de tous aux termes de la Déclaration des droits de lhomme et du citoyen, a été ouvertement détournée, pour les bonnes convenances de celui qui contrôle son commandement.

La torture, interdite dans une convention pertinente des Nations unies, a été infligée à des hommes et des femmes, libres, et en tout cas, présumés innocents. Encore et surtout, que la torture n'existe pas dans l'échelle des sanctions légales.

La volonté du Peuple, exprimée en toute transparence au bénéfice dun homme, Jean PING, a été grossièrement falsifiée à l'avantage dun autre. Ali BONGO ONDIMBA.

La justice, qui doit être égale pour tous, selon quelle condamne ou quelle protège, a été résolument organisée pour fausser l'interprétation de la loi, au bénéfice de Monsieur Ali BONGO ONDIMBA.

Chers compatriotes,

Au nombre des Conventions auxquelles le GABON est partie, dont les dispositions lui sont donc opposables, il y a lAccord de Cotonou.

Engageant les Etats, cet Accord réserve une place centrale à lhomme, et une valeur absolue à lEtat de droit et aux libertés fondamentales.

Sous léclairage de cette codification, qui recommande le recours au dialogue pour régler les différends, les situations exceptionnelles de violation particulièrement graves et évidentes des éléments essentiels de lAccord, rendent inopérant le recours au dialogue, et ouvrent droit aux cas durgence particulière.

En conséquence de ce qui précède, lUnion du Peuple Gabonais par ma voix, appelle à la mise en uvre des dispositions de larticle 96 de lAccord de Cotonou, pour cas durgence particulière.

Dans cet esprit, il décide de tout mettre en uvre, en concertation avec Monsieur Jean PING, afin de sauver la Nation.

Je vous remercie.

Le Président
MOUKAGNI-IWANGOU

Jeudi 15 Décembre 2016
Andre Bouassa
Vu (s) 1604 fois



Politique | Société | Economie | Articles Sponsorisés | Vide1 | Vide | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | MDFC | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame








Les Articles les plus lus

Savoir Bien Vivre...