News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Conférence de Presse du Mouvement de Redressement National (MORENA), animée par son Vice-président, MBA NDONG Albert, à l’occasion de la dissolution de l’Union Nationale.

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Lundi 8 Août 2011 à 17:53 | Lu 3068 fois



Conférence de Presse du Mouvement de Redressement National (MORENA), animée par son Vice-président, MBA NDONG Albert, à l’occasion de la dissolution de l’Union Nationale.
Mesdames et Messieurs les représentants des partis politiques,
Mesdames et Messieurs les partisans pour l’alternance véritable,
Mesdames et Messieurs les journalistes,
Distingués invités,

Mesdames et Messieurs, les raisons qui ont emmené le Parti Démocratique Gabonais à rejeter la création du Mouvement de Redressement National (MORENA) en 1981 par l’arrestation, l’emprisonnement, la torture et l’affaiblissement physique et mental de ses fondateurs, et plus largement par l’exil et l’assassinat des leaders charismatiques, sont semblables, à quelques exceptions près, à celles qui ont conduit à la dissolution de l’union nationale, le jeudi 28 juillet, c’est-à-dire 30 ans après les mouvements dits de "la gare routière".

Le PDG, en basculant de force et malgré lui dans un environnement multipartite en 1990, est passé de la répression spectaculaire à la répression mafieuse et subtile. Son pouvoir chancelant, après le truquage de l’élection présidentielle d’août 2009, a renoué avec le supplice et la répression politique digne de l’ancien parti unique en tuant juridiquement l’Union Nationale, son adversaire politique le plus redouté.

Il sera aisé de comprendre, par l’analyse qui va suivre que des crimes politiques cumulatifs de 1964 à 2011 ont contribué, non seulement à ruiner la souveraineté morbide héritée du régime tyrannique d’Omar BONGO, mais surtout à vicier le jeu démocratique en le vidant continuellement de sa substance.

Dit autrement, une série d’acte allant de la condamnation pour délit d’opinion à l’assassinat d’opposants en passant par la corruption de leaders, le morcellement et la dissolution de fait ou de droit des partis politiques, a contribué à faire du PDG un système exerçant tous les monopoles normatifs ; (idéologique, économique, social, etc.) déréglant ainsi l’équilibre nécessaire des affects sociaux et des instances de pouvoir.

En clair, le PDG en s’appropriant les fonctions régaliennes, a amenuisé les fondements républicains et démocratiques de nos institutions. L’accaparement du pouvoir par ce parti prédateur des réseaux Focard, devenu parti-Etat en 1968, trouverait la légitimité de la dissolution du multipartisme, en réalité, dans l’évitement de la concurrence idéologique, la crainte obsessionnelle de perdre les compétitions électorales, plutôt que dans la prévention du tribalisme ou la prétendue protection de l’unité nationale fragile.

En effet, depuis l’abolition du multipartisme et l’instauration du parti unique en 1968, la fibre patriotique et l’Esprit démocratique, constamment malmenés, sont allés de fausse route en déroute à travers les trucages permanents des élections politiques. Les diverses contestations, parfois suivies de concertation, ont toujours débouché mécaniquement sur la consolidation du pouvoir PDG plutôt que sur l’alternance politique tant souhaitée et consignée dans la loi comme principe démocratique fondamental.

La vérité apparaissant à la fin de l’histoire, quantité d’évènements politiques démontrent, à suffisance, que le PDG à toujours rejeté instinctivement toute velléité de démocratie pluraliste ; la dissolution de l’Union Nationale n’est que l’un des symptômes de cette tendance à l’absolutisme :
- Secoué par la brutalité des changements en Europe de l’EST, feu Omar BONGO affirme au cours d’une visite officielle à Bitam, en 90, qu’il n’y aura pas de multipartisme au Gabon,
- Suite au boycotte imposé par le leader du MORENA des Bûcherons à ses candidats du deuxième tour, l’opposition perd, en septembre 1990, une majorité aux élections législatives qui lui aurait permis de former un gouvernement,
- En 1993, à l’élection présidentielle, le Ministre de l’Administration du Territoire, MBOUMBOU MIYAKOU, Président de la Commission de centralisation des résultats, va, avant la fin des travaux de cette commission, annoncer des résultats donnant OMAR BONGO ONDIMBA gagnant à 51,18%. C’est à partir de cet instant que sera introduite une nouvelle technologie du mercenariat politique : le coup d’Etat Electorat,
- En 1995, le candidat Pierre MAMBOUNDOU revendique à son tour sa victoire. Cette tension conduira aux accords d’Arambo.

- Les différentes élections législatives de 1996, 2001, 2006 sont marquées par un flot de recours auprès de la Cour Constitutionnelle pour contester les résultats annoncés par les organes chargés d’organiser les élections.
- Les élections Présidentielles anticipées du 30 Août 2009, n’échappent pas, malgré la mort d’OMAR BONGO ONDIMBA, à la logique de confiscation du pouvoir qui fait d’Ali BONGO avant même la mort du Chef de l’Etat, (voir L.C. N° 561 du 26 Mars 2009) le successeur d’Omar BONGO. La seule élection d’Ali BONGO, candidat aux origines contestées, au moyen du transfert domestique des charges publiques est en soi un péché originel dans l’histoire politique du Gabon puisque Léon MBA qui avait des enfants, des frères, des cousins en âge de lui succéder, n’a légué le pouvoir à aucun membre de sa famille.

- Les révisions constitutionnelles multiples ont aussi servi à consolider le caractère monopolistique du PDG. En effet, le peuple Gabonais a appris, le mercredi 20 octobre 2010 au soir, qu’Ali BONGO a décidé de faire réviser la Constitution de la République. Le peuple constatait, de par le nombre d’article à réviser (36/117) et les innovations à introduire que les libertés publiques difficilement acquises, étaient largement restreintes au profit d’une restructuration tendanciellement monarchisante des pouvoirs dont s’arrogent l’héritier.

Par l’étendue de ses nouvelles prérogatives, cette révision constitutionnelle qui fait du Chef de l’Etat un potentat, va à l’encontre de la volonté générale. Le peuple qui attend l’alternance depuis 1964, s’attend à des réformes indispensables comme : la limitation du nombre de mandats présidentiels, le redécoupage des circonscriptions électorales et l’introduction de la biométrie dans l’ensemble des opérations administratives et électorales, l’indépendance de la justice et le jugement des responsables des crimes économiques et des assassinats politiques sous le règne d’Omar BONGO, etc. toutes choses qui vont dans le sens du perfectionnement de la démocratie et la rupture d’avec les régimes despotiques.

La constitution, retaillée sur mesure pour rétablir le monopole du PDG, fragilisé par la démission de plusieurs de ses dignitaires ayant contesté la désignation monarchique du candidat Ali BONGO, représente un recul démocratique semblable à l’abolition du multipartisme au profit du monopartisme en 1968. En somme, à ce jour, au Gabon, nous ne pouvons que constater qu’aucune modification constitutionnelle n’a été réalisée pour être en phase avec les aspirations populaires ou avec une réelle volonté de démocratisation du pays, mais plutôt, pour retirer petit à petit les acquis démocratiques d’avant les indépendances et sous le régime de Léon Mba (1945-1967) et ceux obtenus au forceps à la Conférence Nationale.

Le MORENA, première grande victime du bongoïsme, souffre de la mutilation et de la corruption systématique des principaux leaders dont la conduite au palais présidentiel relève d’une programmation politique systématisée par le PDG. Plus qu’aucun autre, c’est le parti qui a payé le tribut le plus lourd, de par ses positions résolument nationalistes, indépendantistes et moralistes. Il relève du miracle qu’il y ait survécu jusqu’à nos jours.

Pour jeter un coup d’œil furtif à l’histoire des démembrements du MORENA financés par le parti-Etat, dans un passé récent, les Gabonais ont été horrifiés d’apprendre, le dimanche 5 décembre 2010 au journal télévisé de 20 heures à la RTG1, qu’un certain MORENA, lors d’un pseudo congrès, a exclu M. Luc BENGONO-NSI, Président du MORENA qui plus est Membre Fondateur du MORENA. Plus tard, De passage à Gabon Hebdo, le pseudo-président qui a organisé le pseudo-congrès se vantait d’avoir obtenu un soutien direct d’Ali BONGO. Le but inavoué était de déstabiliser, une nième fois le MORENA en le fractionnant davantage.

A partir de ces errements, jugez-en par vous-mêmes : En quoi les actes qui consistent à dresser un frère contre un autre pour une lutte fratricide interethnique, à intensifier la corruption des leaders de l’opposition et à tendre des pièges aux opposants les plus farouches, constituent-ils des choix propices à la paix, à la culture des valeurs démocratiques, au développement de l’Etat de droit et à la promotion de l’unité nationale ?

Si nous tenons une comptabilité générale des investissements dans le domaine propre du mercenariat politique ou le désir de maintenir à tout prix le PDG comme parti-Etat, en anéantissant toute velléité de contradiction ou d’opposition, vous y trouveriez englouti des centaines de milliards ; vous repéreriez l’une des destinations de l’argent public et vous comprendriez pourquoi le Gabon, pays immensément riche en ressources minières, accuse un si grand retard en matière de développement. Il est indubitable que le financement du mercenariat politique à coûts de milliards est une preuve de dilapidation des deniers publics qui auraient dû servir des desseins plus nobles.

Obnubilés par des privilèges immérités et leurs fortunes colossales malhonnêtement acquises, l’héritier du trône de BONGO et les Pédégistes n’ont malheureusement rien compris de l’esprit du constituant. Pourtant, le choix porté sur la démocratie pluraliste est claire comme le confirme l’article 117 : « La forme républicaine de l’Etat, ainsi que le caractère pluraliste de la démocratie sont intangibles et ne peuvent faire l’objet d’aucune révision ».

Il est évident que l’émiettement du MORENA et les tentatives de mise à mort de l’opposition Gabonaise, en général, qui culminent dans l’acte de dissolution de l’union nationale constituent des dommages infligés à la volonté générale. L’Esprit du constituant dominé par les valeurs démocratiques et républicaines reste en effet soucieux de la nécessité de préserver et de défendre sans relâche, le caractère pluraliste de notre démocratie.

En initiant cette Conférence de presse ce jour, la démarche du MORENA n’a d’autres motivations que de sauvegarder la dignité du peuple gabonais, défendre l’Esprit de nos institutions, promouvoir le pluralisme politique et l’alternance démocratique à travers le respect du suffrage universel comme nous le recommande l’article premier, Alinéa 21 de la constitution de la République : « Chaque citoyen a le devoir de défendre la patrie et l’obligation de protéger et de respecter la constitution, etc. »

In fine, nous pensons que les différents gouvernements PDG, en finançant la désertion et la diabolisation de l’opposition à coût de milliards, en organisant le type d’activité délinquante et attentatoire exposé ci-dessus, nous fournissent la preuve de leur rejet systématique d’une démocratie véritable.

Vous l’auriez suffisamment compris, la liquidation de l’Union Nationale, loin d’être un acte insolite ou accidentel, participe d’une planification cynique propre au dispositif de pouvoir PDG et à une culture « démocrativore » affiné pendant près d’un demi siècle. Cette tyrannie politique, qu’elle empreinte le masque de la corruption, celui de l’intimidation, de la concertation hypocrite ou du consensus en trompe l’œil, visant uniquement la confiscation du pouvoir est vouée à l’effondrement ; car rien ne résiste indéfiniment à la préférabilité démocratique qui dégage la force d’une majorité incontestée et incontestable, seul choix de société authentiquement humain et progressiste.

Compte tenu de la gravité de la situation politique au Gabon, pays au bord de l’implosion sociale, le MORENA profite de cette tribune pour lancer un appel solennel à la société civile, à l’ensemble des factions de l’Opposition du Gabon et de la diaspora gabonaise, pour qu’elles transcendent leurs intérêts particuliers et achèvent ensemble une lutte qui a commencé dès 1964 et dont le peuple gabonais et un grand nombre de citoyens et d’hommes politiques restés dévoués à l’intérêt général, ont sacrifié de leur bien-être, de leur santé ou payé de leur vie en résistant à l’arbitraire, à l’oppression des pouvoirs dictatoriaux adoubés, et en défendant le Bien commun et la démocratie pluraliste ; hors de ces combats nobles, l’engagement de tout citoyen en politique a-t-il encore un sens ? La Société civile et les oppositions parcellaires, pour l’intérêt supérieur de la nation doivent, doivent se mobiliser pour exiger la réhabilitation immédiate et sans condition de l’Union Nationale.

Aussi, à l’instar de l’exigence d’un nouveau redécoupage des circonscriptions électorales et de l’usage de la biométrie dans les opérations électorales, la réhabilitation de l’Union Nationale constitue l’un des préalables à l’organisation de toute élection légitime et crédible en territoire Gabonais.

Enfin, nous pourrions nous réjouir, au MORENA, de constater que le combat suicidaire qui est mené depuis 1981 est entrain de conduire inexorablement le peuple Gabonais vers sa libération véritable, grâce à la connaissance de la réalité politique relative à la gestion de notre pays.

Tenons-bon ! Bientôt sonnera le glas de l’occupation ! Bientôt le Gabon, terre d’accueil mal récompensée sera gouverné, non plus par des imposteurs monarchistes qui tentent d’ignorer les choix démocratiques clairement exprimés par plus de 42% de la population électorale, mais par des Gabonais défendant la souveraineté du Gabon, soucieux de l’avenir de chaque Gabonais et aimant le Gabon et non exclusivement ses richesses.

Nous vous remercions de votre bienveillante attention.

Le Vice-président du MORENA

MBA NDONG Albert


Lundi 8 Août 2011
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 3068 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

14.Posté par St.Michael le 10/08/2011 22:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Milangmissi (vanité des vanités),

Le raisonnement des vampireux pédégistes n’a pas de place avec St.Michael. En effet le post de Gabon énervant est très accablant pour le vampire pédégiste stérile qui n’a jamais rien produit en 43+2 = 45 ans.
===================================================
27.Posté par Gabon énervant le 06/06/2011 18:26
Chers tous,
NDOUNA DEPENAUD a-t-il servi comme enseignant dans l' Ogooué Ivindo entre 1956 et 1960? - Oui
Avait-il une concubine? - Oui, Joséphine Kama Dabany
===================================================

Conclusions :
1-Ojukwu est fils d’Ojukwu et selon la constitution gabonaise dans son article 10, le biafrais n’est pas éligible au post de président au Gabon.

2-Nkama Joséphine a menti. Ce qui est confirmé par le témoignage de Gabon Enervant. L’arithmétique elementaire (à la portée des retardés au QI en dessous du seuil de la mediocrite comme Milangmissi) nous montrait aussi qu’à 12 ou 13 ans Nkama Josephine ne pouvait pas être en même temps copine de Depenaud et épouse légitime/légale d’Albert Bernard Bongo.
Et en fin, Techniquement la césarienne était impossible au Congo en 1959, par conséquent il n’y a pas eu césarienne de la voleuse menteuse Nkama pour Aliben en 1959 au Congo.

3-Le biafrais Aliben ne sera jamais en paix tant que le mensonge et le péché originel le poursuivent nuit et jour au point d’attraper un ‘’Brain Attack’’ dont il souffre déjà.

Le test ADN ne fera que confirmer que Nkama n’a jamais conçu de sa vie cette fauve venue du biafra.

St.Michael tout comme (Luc Bengone Nsi) ira jusqu’au bout avec ou sans X ou Y.

Nous tous nous passerons (même le père du mensonge Satan Aliben) mais la vérité et le Père de la Vérité (Almighty GOD) ne passeront point.

La libération du Gabon est Irréversible, chers frères et sœurs…encore UN tout petit peu la racine du mensonge sera pourrie complètement pour mourir tout naturellement de la pourriture mensongère.

Aliben tout comme Accrombessi sont des gabonais naturalisés et ne peuvent pas être Président de la République Gabonaise même après avoir mis la constitution gabonaise sous la guillotine.

I am and will remain adamant in advocating that Aliben is not Gabonese like AMO or Ogouliguende!

13.Posté par St.Michael le 10/08/2011 15:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Milangmissi,

La logique pose énormément de problèmes aux adeptes pédégistes….Il n’est point de le démontrer, il suffit de voir comment le biafrais s’est mis frauduleusement à établir un acte de naissance le 29/05/2009 après avoir dépassé la cinquantaine…Le maire du troisième arrondissement et toute son équipe complice ne peuvent être que des pédégistes incompétents dépourvus de toute notion de logique.

Je réitère : …aliben, issu de quatre générations biafraises viole la constitution gabonaise en se présentant avec faux acte de naissance aux élections anticipées de 2009….

Toi tu interprètes et conclues sur aliben gabonais adopté….are you speaking for me or you are speaking for yourself without awareness?

You may want to take refreshment course in Logic and sensible interpretation.

Amen!

12.Posté par Milang Missi le 10/08/2011 02:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ St Michael
j'ai l'impression que vous avez du mal a vous lire et meme a vous comprendre. Comme pouvez-vous dire que dans votre poste (7) vous ne parlez pas d'adoption? Si tel est le cas, comment interpretez-vous cette vous bouts textes suivants: ""Bongo Ondimba, Pascaline bongo, Accrombessi, aliben, les libanais détenteurs de carte d'identité nationale sont des gabonais"" vous continuez et dites: "mais aliben, issu de quatre générations biafraises viole la constitution gabonaise en se présentant avec faux acte de naissance aux élections anticipées de 2009"" Est-ce que par ces deux bout textes vous affirmiez pas que le président est un Gabonais d'adoption? Monsieur vous n'allez pas réinventer le français. Vos mots sont formels. Sauf si votre démence a atteint des degrés tels que vous ne soyez plus capable de vous relire et de vous comprendre. Jours après jours, je me rends compte que mon constat selon lequel vous devriez voir un PSY se confirme. Bear in mind this following: Instead of yelling, here, as a dog, you may not, you should not but you must see a psychiatrist. Do you know how we call someone who lost his ability to understand himself? What understanding are you expecting from people if you can not even undestand yourself. The words you deliver from your mouth are the expression your real personality. Even someoe who has nothing to with our verbal exchange can see that you are either crazy or incongruous. Keep you mind up... from your broter maybe

11.Posté par St.Michael le 10/08/2011 00:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Milangmissi,

Let’s not try to defend the truth since the truth does not need to be defended…..

La première phrase de ton post est révélatrice : si ce n’est un aveu mais certainement la preuve que tu es au courant de la vérité. Comment alors peux tu parler d’adoption alors que dans mon post il n’est pas fait mention d’adoption?

Tell me more about what you know on this devil aliben who came from nowhere.

10.Posté par Milang Missi le 09/08/2011 23:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ St Michael

Jusqu'à maintenant, tu n'as encore fourni aucune évidence concernant la soit disante adoption du chef de l'Etat. Tu sais, et c'est ce que tu n'arriveras jamais a comprendre malgré ton intelligence, que la loi n'a jamais considéré comme preuve le "Kongossa." Il peut s'avérer que tu dises la vérité sur son adoption. Le problème est que ceux qui sont chargés de lire la loi, ne le font que sur la base des évidences qui sont, elles-meme, encadrées par la meme-loi. En droit, pour ne pas en justice (un idéal), le tout n'est pas d'avoir raison. Il faut prouver que l'on a effectivement raison. Et dans le cas d'espèce, tu as la charge de la preuve de la soit disante adoption parce que tu nous accuses d'une forfaiture dont seul toi connait les tenants et les aboutissants. Si tu n'as pas de preuves pour étayer tes allégations, la sagesse veuille bien que tu te taises a jamais. Mais comme la logique démocratique voudrait que chacun dise ce qui lui passe par la tête, même si c'est des conneries, je te le concède. C'est aussi ça être en conformité avec la loi et la démocratie. C'est pourquoi en lisant et en entendant toutes vos opinions, je suis plus que convaincu que le Gabon est un pays démocratique ou la liberté d'expression est existe, même si il faut admettre que cette démocratie n'est pas a comparer a celle des grands pays.

9.Posté par St.Michael le 09/08/2011 16:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
For a human without awareness, there is nothing one can do to save the soul.

For a Human Being, it’s never too late to learn.

The desire to believe is already a good step in the right direction.
We have to believe to understand and understanding is a must to believe.


One has to keep growing in faith while shrinking in ego.

Amen!


8.Posté par pape president le 09/08/2011 15:56 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je veux croire qu un cerveau aussi inerte peu comprendre quelque chose

7.Posté par St.Michael le 09/08/2011 14:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Milangmissi,

Comme la maladresse de ton inconscience a jubilé, place maintenant à la rectitude de la conscience des gabonais purs de sang de te remettre sur les normes.

Tu as fait référence à la loi …. Es tu insensé ou mortellement stupide ???

Bongo Ondimba, Pascaline bongo, Accrombessi, aliben, les libanais détenteurs de carte d'identité nationale sont des gabonais....Là n'est pas la question ni le débat concernant la loi républicaine.

Le PROBLEME DE LA LOI AU GABON EST LA VIOLATION DE LA CONSTITUTION GABONAISE QUI STIPULE (dans son article 10) : Il faut être de quatre générations pour être éligible à la candidature des élections présidentielles au Gabon.

Pascaline bongo, par les liens de son géniteur peut se présenter aux élections présidentielles au Gabon, mais aliben, issu de quatre générations biafraises viole la constitution gabonaise en se présentant avec faux acte de naissance aux élections anticipées de 2009....Et pour nous prouver à quel point tu es USELESS and STUPID, tu viens nous servir la diversion sur la force tranquille....es tu tranquile dans ta tete ou déséquilibré??

Pourquoi des états républicains sont dotés de constitution ? Pour qu’ils ne soient pas gérés comme les royaumes et ou des épiceries.

Violer la constitution d’un pays est un acte gravissime…plus grave même qu’un président élu AMO (non déclaré par la cour constitutionnelle) qui prête serment.

Refuser de comprendre qu’on foule aux pieds la constitution gabonaise est une Damnation Perpétuelle et preuve de désespoir pour des ventres afammés dont l'inertie empeche de decoller sans assistance du vent maçonique du bord de mer….Voila pourquoi rien ne pourra réussir pour le biafrais…Le péché originel est consommé.

Même les cerveaux inertes peuvent le comprendre au 21 ieme siècle…..

Toi Milangmissi (Vanité) qui répètes sans comprendre la loi tranquille, édifies nous un peu sur le non respect de la Constitution Gabonaise (au dessus de tous dans un pays republicain) par les etrangers biafrais/beninois et leurs adeptes milangmissi .

Amen !

6.Posté par Milang Missi le 09/08/2011 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@241,

De quel majorité du peuple vous reclamez-vous. La majorité, j'allais dire , la majorité relative a fait son choix le 30 Aout 2009. Acceptez pour une fois la defaite. La biometrie que vous reclamer a ete retardee a cause de Mba Obame et son premier ministre JEN. Donc arretez de vouloir accuser Ndougou et son premier ministre. Arretez de parler du peuple. C'est Mba Obame et consorts qui sont leses dans cette décision de justice et non le peuple comme vous voulez e faire croire

5.Posté par Code 241 le 09/08/2011 11:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Milang Missi. Vous avez raison. La loi est respectée, Ndougou et son PM comme tu le mentionnes c'est la force tranquille. Bien,
Ma question est la suivante, la loi est respectée est ce une loi Juste. equitable.? en Afrique du Sud la loi sur l'Apartheid était bien respectée. était- elle equitable et juste?. je constate que vous vous regalez du malheur de la majorité de vos concitoyens. Aux Etats- Unis la loi sur la ségrégation raciale est -elle Juste?. Pourtant c'était la loi. aplliquée par la force tranquille. ou en est -on arrivé in fine?. Si vous pensez que c'est ainsi qu'il faut raisonner. Bien le Gabon vous observe et note tous les faits des uns et des autres. Mais un jour quand ça explose dans les mains des forces tranquilles et bien. Peut être que dans notre pays nous avons pas encore écrit notre HISTOIRE avec beaucoup de sang versé. de compatriotes. doit-on arriver là.?. Mes frère Gabonais. qu'est la faute commise par le Gabon pour mériter u tel traitement de ses propres fils. ? Pays dont l'économie et les finances sont aux mains des étrangers et nous en sommes fiers. oú l'on vole impunément la mère patrie. on en est fier c'est Bien. A+. Regardez le CAP vert pour comprendre la nécesite d'être un Vrai fils digne de son pays.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...