News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Conférence Nationale Souveraine (CNS) Gabonaises, Gabonais, Chers compatriotes

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Dimanche 9 Décembre 2012 à 06:02 | Lu 2114 fois



Jean Pierre ROUGOU
Jean Pierre ROUGOU
La mauvaise gestion de l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009 par les organes et institutions habilités est assurément à l’origine de la crise politique que traverse notre pays et ses conséquences multiformes.

Cette crise s’est accentuée et se traduit au quotidien par la mauvaise gouvernance politique, administrative, économique et financière du pouvoir illégal et illégitime. Toutes choses liées au manque évident de leadership d’Ali Bongo Ondimba manifestement mal préparé à assumer une aussi lourde charge.

Les institutions de la transition ont mal fonctionné, foulant constamment aux pieds les règles et procédures qu’étaient tenus de respecter les responsables de celles-ci. C’est ainsi qu’à la base il y a eu une liste électorale de près de 800.000 électeurs alors que les projections statistiques les plus sérieuses devaient nous amener à 500.000 électeurs tout au plus.

Pour ce qui est du déroulement des élections, La CENAP n’est pas arrivée au terme du processus de centralisation des résultats, parce que le Ministre de l’intérieur, curieusement accompagné du chef d’Etat-Major général des armées et de militaires fortement armés, a interrompu les travaux de l’organe sensé lui donner les résultats, au grand dam des représentants de l’opposition qui sont sortis de la salle. Enfin, la Cour Constitutionnelle a refusé la confrontation des procès verbaux alors que les « Accords d’Arambo » de 2006 avaient, entre autres conclusions, décidé de la remise de ce document au représentant de chaque candidat pour en faire usage au contentieux – en parfaite adéquation avec la procédure contradictoire devant cette Haute juridiction.

C’est dire combien la procédure qui a conduit à déclarer Ali Bongo Ondimba gagnant de l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009 a été jalonnée d’irrégularités et d’illégalités qui rendent son pouvoir illégal.
S’ajoute à cette illégalité, son illégitimité consécutive tant au défaut de majorité qu’à l’inversement des résultats réels qui étaient en faveur d’André Mba Obame.

Ali Bongo et ses affidés ont tort d’évoquer le respect des institutions et des hommes qui les incarnent alors même que leur présence à la tête du pays est la conséquence directe du non respect des règles et procédures.
Les institutions sont souillées par des forfaitures répétées.

L’Assemblée nationale, dont les membres ont été élus en décembre 2011 par à peine dix pour cent du corps électoral, s’est ajoutée au nombre des institutions disqualifiées. Elle est désormais si peu représentative de la diversité politique dans notre pays.
Gabonaises, Gabonais, Chers compatriotes

Le pouvoir croit trouver argument en faisant porter la responsabilité de cette situation à l’Opposition qui a justement appelé au boycott. Le plus important n’est pas là. La réalité est que nous avons aujourd’hui une chambre de députés monocolore et aux ordres. C’est de fait un problème politique et démocratique important pour qui a en charge la gestion du pays, sauf à être inconscient.
Ces deux éléments qui montrent bien que les gabonais ne désignent pas librement leurs dirigeants sont porteurs d’instabilité et d’insécurité, d’autant plus que l’environnement sous-régional devient de plus en plus incertain au regard de la longévité des régimes politiques qui nous entourent.

L’apparent renouvellement de la classe politique au Gabon ou en RDC aurait dû asseoir les nouveaux pouvoirs, mais les conditions non démocratiques de leur accession aux responsabilités de leurs dirigeants n’ont fait que détériorer le climat politique et social.
De tout évidence ce mauvais climat politique et social impacte autant sur les intérêts des gabonais que sur ceux de nos partenaires. La France, par exemple, qui est le principal investisseur dans notre pays ne peut rester indifférente à ce qui se passe au Gabon, contrairement aux assertions pseudo- nationalistes du pouvoir, car elle a le devoir et le droit de veiller aux intérêts de ses ressortissants et aux investissements publics qu’elle accorde. Il devrait en être de même des Etats-Unis d’Amérique, terre de libertés et de démocratie.

Dans un environnement international marqué par de nombreux extrémismes, le terrorisme, la criminalité transfrontalière comme le trafic de drogue et autres crimes économiques, l’intérêt commun de nos Etats est de stopper ces gangrènes et asseoir la stabilité politique et sociale. Nous, dans l’opposition, nous faisons le lien entre démocratie et stabilité.
La démocratie et la stabilité permettront un meilleur climat des affaires, basées sur la sécurité juridique et la liberté d’entreprendre. Les intérêts stratégiques mutuels ne seront garantis qu’avec un pouvoir stable soutenu par ses populations. L’Etat actuel de la sous-région rend urgente le traitement de cette question.

Gabonaises, Gabonais, Chers compatriotes

L’absence d’un véritable dialogue entre les acteurs politiques gabonais est à terme périlleuse pour le Gabon.
De nombreux Etats et organismes internationaux ont été saisis, sans que suite leur soit donnée, par l’ensemble de l’opposition et par l’Union Nationale en particulier. Il ne peut y avoir de véritable dialogue ni de solution fiable sans l’Union Nationale parmi les autres forces politiques de l’opposition, car c’est une force majeure par le très large soutien des populations dont elle bénéficie ainsi que par son offre politique, sa constance et sa capacité de mobilisation.

Tout ce que nous voulons faire pour rendre notre pays plus stable, nos institutions et notre économie plus performantes dépend aujourd’hui du dialogue politique à travers la Conférence nationale souveraine qui, par la redéfinition des principes et valeurs républicains, devra aboutir à la reformulation du cadre institutionnel et démocratique.
Le dialogue plutôt que la confrontation.

En vérité, il nous faut vous dire, Chers compatriotes, que ceux qui refusent la Conférence Nationale Souveraine sont les gabonais qui mangent trois fois par jour, les gabonais qui sont bien logés, les gabonais qui vont dans les cliniques ou partent se faire soigner à l’Etranger, les gabonais qui ont plusieurs revenus, les gabonais qui ont des pays de rechange.
En vérité, il nous faut vous dire encore, Chers compatriotes, que ces 2% de gabonais là ne doivent plus bloquer tout le Gabon en imposant leur caprice, leur amateurisme, leur incompétence et leur diktat à tout un peuple. C’est pourquoi nous disons il faut aller à la Conférence Nationale Souveraine.
Battons-nous pour y arriver et que vive le Gabon notre cher pays.

Je vous remercie.

Dimanche 9 Décembre 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2114 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

22.Posté par Mbella Mbella le 13/12/2012 12:45 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment s'inscrire a la conference depuis l'etranger ?

21.Posté par Mbella Mbella le 13/12/2012 12:45 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment s\'inscrire a la conference depuis l\'etranger ?

20.Posté par Murielle Ossawa le 13/12/2012 08:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vive la Conference Nationale et courage à vous! Surtout ne cedez pas face à ceux qui n'ont pas d'arguments et qui se cachent derriere les ordinateurs pour ressasser comme des perroquets les memes injures. Tenez bon!

19.Posté par Skouzi le 12/12/2012 14:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous devons pas suivre les chercheurs de déstabilisation,

Les gens ne mesurent pas l'importance ou la valeur d'une chose quand ils l'ont. Nous devons et nous pouvons être fier de notre stabilité sociale, c'est que ce n'est pas tout mais moi je vous répond que c'est déjà un pas vers ce à quoi nous aspirons, c'est à dire le developpement économique et la démocratie. Soyons sérieux et préservons nos acquis.

18.Posté par LA SOUFFRANCE DU GABONAIS le 11/12/2012 23:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mes chers compatriotes,
La situation économique et sociale à laquelle le Gabon se trouve aujourd’hui interpelle ses fils et filles de l’intérieur comme de l’extérieur.
Le PDG qui gère le Gabon depuis 45 ans a montré suffisamment ses limites :
Absence criarde des logements sur tout le territoire nationale
Absence des hôpitaux et des médicaments
Absence des routes bitumées
Paiement des maigres salaires qui datent des indépendances dans la fonction publique
Absence de travail à l’intérieur du pays. On enregistre plus de 400 000 chômeurs au Gabon (25 % de la population)
Suppression à la sauvette des bourses d’études à nos enfants
Vol à ciel découvert des deniers publics sur le budget régalien
Recrudescence du banditisme et multiplication des bavures policières
Prolifération de la franc-maçonnerie (GLG, GRE, GLS, Rose croix, Rotary club, Christianisme Céleste, GLF) et multiplication des autels de la franc-maçonnerie (Bouity Missoko, Bouity fang, Bouity dissoumba, djiobi, etc …)
Dilapidation des richesses nationales sur des forums bidon et des voyages à tout bout de champs
Abondance des hummers sur le territoire nationale (4000 échantillons à 100 millions pièce)
Nomination franc-maçonnique aux postes de cadre dirigeant (chef de service, DG, DGA, DC, DCA,SG, PR, Gouverneur, Maire, préfet, etc …).
Nomination des étrangers aux postes stratégiques.
Répartition inéquitable des postes de cadres dirigeants entre toutes les ethnies ou entre toutes les provinces (discrimination)
Découpage électorale inégale entre les provinces du Gabon depuis 1967
Vols des excédents budgétaires de 2008 (600 milliards) et de 2012 (400 milliards)
Abondance des biens mal acquis à l’intérieur tout comme à l’extérieur du pays
Abondance des éléphants blancs
Modification abusive de la constitution par le chef de l’état
Utilisation d’un faux acte de naissance par le chef de l’état
Gouvernement par des effets d’annonces
Gestion opaque des ressources minières, pétrolières et du bois
Refus manifeste du développement de l’agriculture au Gabon pour créer des emplois en milieu rural comme au Cameroun et en Cote d’ivoire.
Refus de création des mutuelles de santé pour prendre en charge la partie des frais non couverts par la CNSS ou la CNAMGS.
Non poursuite des auteurs des crimes économiques et rituels
Voyage en classe première des membres de famille des dignitaires du PDG
Financement du PDG sur le budget de l’état
Financement de la famille d’Omar Bongo sur le budget de l’état
La liste est longue :-/
Chers compatriotes, appliquons la stratégie de Macky SALL au Sénégal pour chasser de façon démocratique les bongos de la prédation des richesses du Gabon.
Concrètement il s’agit de mettre en place un candidat unique de l’opposition en 2016, celui-ci sera issue d’une primaire de l’opposition de tout bord.

17.Posté par Assez du bruit le 11/12/2012 17:04 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Rougou Rougou hé hé ... Il sort d''où celui/la ? C''est pas celui qui a détourné l''argent de la BICIG, qui est franc maçon et qui a des problèmes avec Okili Boyer accusé de crimes rituels par Rougou ?

16.Posté par Assez du bruit le 11/12/2012 17:03 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Rougou Rougou hé hé ... Il sort d'où celui/la ? C'est pas celui qui a détourné l'argent de la BICIG, qui est franc maçon et qui a des problèmes avec Okili Boyer accusé de crimes rituels par Rougou ?

15.Posté par LES AFFAIRES DE NOUS-MEMES NOUS-MEMES le 11/12/2012 14:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Gabon : Voici lalala une action citoyenne apolitique à soutenir. http://www.lesaffairesdenousmemesnousmemes.com/2012/12/gabon-urgent-social-un-carton-rouge-la.html … " à partager SVP"

14.Posté par Le Peuple gabonais le 11/12/2012 11:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Réponse au poste 20 Mr BOUKA : boukarabenkogo@msn.com

Vous ne pouvez pas demander à Daniel Mengara de rencontrer ali bongo ondimba dans son palais pour l'aider à mettre en oeuvre la réforme des institutions de l'état. Ce n'est pas à ce niveau que le bas blesse cher compatriote.
Ce sont principalement les gens qui sont censés manager ces institutions qui foulent les pieds sur les lois établies.
Lui-même Ali bongo est à l’origine de tous les manquements observés sur le fonctionnement des institutions. Comment peut -t-on reconduire Madeleine MBOURANTSUO à la tête de la cour constitutionnelle alors que l’article 489 de la constitution interdit au président de la cour constitutionnelle de passer plus de 10 ans de mandat? Là forcément on est dans une république bananière et monarchique. Le cas de NZOUBA re-ndama est identique. Il a été reconduit haut les mains au palais du peuple gabonais souverain.
Tous les députés du PDG sont des instituteurs du CEN sans bac ! Ils ont tous pris les sièges de leurs mentors qui sont devenus ministres. Du coup les ministres ne souffrent d’aucune sanction parlementaire ! C’est ça la bonne gouvernance démocratique. Entre autre vous avez des institutions comme la Cour des comptes qui n’ont jamais sanctionné un détournement de fonds depuis sa création. Il faut supprimer cette institution ou la remettre aux mains de l’opposition comme en France. La commission contre la corruption et l’enrichissement illicite doit être supprimée, aucun résultat positif depuis sa création. Le conseil national de la démocratie doit être supprimé illico presto. Bref ça c’est pour t’ouvrir les yeux sur la reforme institutionnelle dont Mengara n’a pas besoin d’aller voir Ali Bongo.
D’autre part sache que Daniel Mengara ne reconnaît pas Ali Bongo comme président du Gabon, il ne peut pas négocier avec un gabonais d’adoption qui a utilisé un faux et usage de faux (faux acte de naissance) pour arriver au pouvoir au Gabon, Ali Bongo devra d’abord solder ce différend devant la juridiction internationale avant d’être reconnu comme président du Gabon par Daniel Mengara.
Le combat de Daniel Mengara ne porte pas principalement sur la réforme institutionnelle, Mais sur le blindage de notre loi fondamentale et sur l’instauration de la vraie justice au Gabon afin d’enrayer l’impunité criarde au Gabon :
Limitation de la durée du mandat présidentiel à 5 ans.
Limitation du nombre de mandat présidentiel à 2
Le président du Gabon doit être gabonais de 3 ieme génération
Retour aux élections politiques à deux tours au Gabon
Redécoupage des circonscriptions électorales
afin d’augmenter le nombre des députés surtout à L’estuaire où les populations sont peu représentées (17 députés seulement pour 800 000 habitants), alors que le haut-ogooué en 18 députés pour 110 000 habitants)!
In finé, Mengara n’a pas besoin que tu lui paies un billet pour qu’il vienne à Libreville pour négocier le départ d’Ali Bongo. C’est une mission impossible. Le Docteur Daniel Mengara n’est pas un MBA Abessolo bis qui est rentré au Gabon par la petite porte dont l’issue est évidente pour tous.
L’insurrection viendra quelque soit la présence des forces étrangères au Gabon. Pour votre gouverne, Le président Bozizé est arrivé au pouvoir en Centre Afrique devant la barbe des militaires gabonais et francais chargés de protéger Ange Félix Patassé et les intérêts des occidentaux…
Mél : lepeuplegabonais@gmail.com

13.Posté par bouka le 11/12/2012 10:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Frère Mengara,

Je me le permets, parce que bien étant natif de Port-Gentil, affilié par la mixité de la liaison de mon père et ma mère aux ethnies NKomi, Oroungou et Baloumbou de l’Ogooué Maritime, que vous êtes mon Frère. Peut être même par filiation tribale, mais indéniablement parce que nous sommes tous des enfants du Gabon.

Tout ceci pour dire que j’ai visualisé ton intervention à la rencontre d’Atlanta. Je me permets ici de féliciter la cohérence dans l’exposé de la thématique et félicité ici la conclusion : l’Insurrection.

Pour ma part, l’insurrection tout comme la conférence nationale souveraine ne sont rien d’autres que des mécanismes de résolution d’incompris, quand, le pouvoir ou le leadership s’animalise comme s’est le cas aujourd’hui.

Vous pouvez observer vous-même, que le Peuple détenteur du pouvoir souverain ne nous suit pas.

Le ‘’Peuple souverain Intelligent’’ observe malheureusement le retour de son ‘’leadership’’ à l’état de primitif.

Il nous renvoi alors à la simplicité d’une anecdote qui dit ceci : Quel différence fais tu entre un fou habiller, poursuivi par une personne saine?

Frère Mengara, je te rappel ta qualité de ’’Peuple souverain Intelligent’’. De Digne Gestionnaire des erreurs commises.

L’arrivée calamiteuse de Monsieur Ali Bongo Ondimba, relève de nos propres turpitudes. Il s’agit de nous réunir ’’Peuple souverain Intelligent’’ pour ramener quelques un de nos frères égarés dans le giron de ’’Peuple souverain Intelligent’’.

Je me porte garant, pour couvrir tous les frais de voyage, pour toi et les gabonais de la diaspora qui souhaiteraient effectuer, le déplacement de Libreville, pour rencontrer le Président de la république Ali Bongo Ondimba autour d’une plate forme concertée :

Le Comité National pour la Reforme des Institutions de l’Etat. (Voir le lien PDF)

Tu m’excuseras de t’écrire par l’intermédiaire d’un @Post sur le site gabonlibre car je n’ai pas ton email, d’une part et que d’autre part, tu as toujours prôné la vérité. Par conséquent cette démarche s’inscrit dans la Vérité.

La crise politique actuelle que vie notre pays, va bien entendu au-delà de la dichotomie antagoniste démocratique, majorité/opposition ou celle qui oppose, messieurs Ali Bongo Ondimba et André Mba Obame.

‘’L’exercice de la politique dans notre Pays ’’Peuple souverain Intelligent’’ exclu totalement le sacrifice d’un de ses enfants’’.

Dans l’attente, reçois mon email : boukarabenkogo@msn.com

Salutations fraternelles

Michel Bouka Rabenkogo

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...