News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Communiqué du BDP-Modwoam dans le cadre de la rencontre Ali Bongo–François Hollande le 5 juillet 2012 à Paris

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mardi 3 Juillet 2012 à 07:28 | Lu 2294 fois



Communiqué du BDP-Modwoam dans le cadre de la rencontre Ali Bongo–François Hollande le 5 juillet 2012 à Paris
Des rumeurs persistantes font état de pourparlers secrets prévus entre le régime des Bongo et les ténors de l’opposition gabonaise actuellement réunis à Paris, et ce dans le sillage de la rencontre Ali Bongo et François Hollande prévue le 5 juillet 2012 à Paris.

François Hollande et la France serviraient ainsi de médiateurs en vue d’une négociation de « sortie de crise », donc d’une pacification des enjeux politiques devant mener à un partage du pouvoir au Gabon entre le régime des Bongo et son opposition officielle. L’issue de ces tractations viserait, ultimement, à la formation d’un gouvernement d’union nationale dans lequel l’on nommerait des opposants à des postes vidés de pouvoirs tels celui de Vice-Président de la République ou de Vice-Premier Ministre, et autres.

Tandis que le BDP-Modwoam (« Bongo Doit Partir – Mouvement des Descendants de Wongo, Okwêrêt, Akoma Mba et Mumbina ») reste ouvert à l’idée d’un forum de l’opposition radicale qui, organisé dans la transparence la plus totale et se tenant en un lieu neutre et public de Paris, adouberait devant tous l’idéologie d’un combat frontal commun visant à la fin par tous les moyens du régime quadragénaire des Bongo, il s’oppose fermement à toute réunion « molle » de l’opposition gabonaise bâtie sur des manipulations, des mensonges et des tentatives de rallier la diaspora gabonaise à des personnes aux idéologies et à la combativité douteuses. A ce titre, le BDP-Modwoam rejette tout processus qui, au Gabon comme au sein de la diaspora, aurait pour objectif de rallier le peuple gabonais aux sempiternels raccourcis politiques qui, depuis 22 ans, visent aux accords de partage du pouvoir plutôt qu’à une lutte frontale de prise de pouvoir au nom et pour le compte du peuple gabonais.

Le BDP-Modwoam tient ainsi à rappeler qu’il n’est aucunement engagé, pour le moment, dans quelque tractation secrète que ce soit et qu’aucun de ses membres n’est aucunement engagé ni délégué à aucune de ces tractations secrètes. A ce titre, toute personne qui se dirait, dans le cadre de ces tractations de l’ombre, appartenir au BDP-Modwoam se doit d’être considérée, automatiquement, comme un imposteur. Le BDP-Modwoam n’a donné, pour le moment, mandat à qui que ce soit de participer en son nom à quelque réunion que ce soit. Et quand ce sera le cas, nous l’annoncerons publiquement.

Le BDP-Modwoam considère par ailleurs que la seule sortie de crise qui soit viable pour le Gabon aujourd’hui devrait tourner autour de l’annulation des élections présidentielles de 2009 et, donc, la tenue d’élections transparentes, libres et démocratiques dans un délai d’un an qui correspondissent au désir des Gabonais de voir l’alternance immédiate se faire à la tête de la République. C’est cela le seul cadre dans lequel un gouvernement d’unité, de salut national et de transition aurait un sens.

Le BDP-Modwoam dit donc, à l’avance, son opposition à toute idée de gouvernement d’union nationale qui ne soit pas un gouvernement de transition vers une nouvelle élection présidentielle dans un délai d’un an, et ce sur la base d’un système institutionnel, constitutionnel et électoral entièrement réformé et adapté aux normes de transparence qui garantiraient, dès lors, l’élection d’un président du Gabon qui soit légitime et symbole d’une unité nationale en conformité avec le pays nouveau auquel le peuple gabonais aspire depuis 45 ans.

Le BDP-Modwoam condamne par ailleurs toute réunion entre le dictateur gabonais et le président français qui aurait pour but de consolider la Françafrique tout en réduisant les aspirations de changement immédiat des Gabonais à des accords de partage de pouvoir qui auraient pour conséquence alarmante et inacceptable de perpétuer, pendant 70 ans au moins, la mainmise des Bongo sur le Gabon.

Fait le 30 juin 2012

Le Conseil Exécutif
BDP-Modwoam

P.O. Box 3216 TCB
West Orange, NJ 07052, USA

http://www.bdpmodwoam.org

Tél./Fax : (973) 447-9763


Mardi 3 Juillet 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2294 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

30.Posté par Le Hibou le 03/07/2012 14:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'acor, Nzaou, mais cela fait 22 ans que vous les vrais politiciens vous n'êtes pas sur Internet, pourtant rien n'a changé. Etre sur le terrain n'est un avantage que si les chosent changent. Mais si ceux qui sont sur le terrain ont un bilan aussi nul que ceux qui sont sur Internet, ta critique de Mengara n'a aucun sens car ça veut dire Mengara = 0 et les autres = 0 aussi. Match nul. Qui dit mieux?

29.Posté par Nzaou le 03/07/2012 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que Mengara et consort viennent maintenant manifeter sur le terrain devant l'Elysée. Qu'ils nous laissent un peu leur truc d'internet là.

28.Posté par Le Hibou le 03/07/2012 05:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voila. Je viens de vous livrer là la position du Dr. daniel Mengara que je viens de copier sur le site du BDP-Modwoam. Voilà une réponse claire de la part d'un homme clair. A chacun de juger.

27.Posté par Le Hibou le 03/07/2012 05:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un compatriote de l'Union Nationale proche de Mba Obame (il se reconnaîtra) a aujourd'hui attiré mon attention sur le fait qu'un dénommé "Pédégiste-à-Mort" se présenterait sur ce site (GabonLibre) d'une manière qui donnerait l'impression qu'il y viendrait en émissaire du BDP-Modwoam, notamment avec pour mission de fustiger l'opposition tout en prétendant agir en notre nom et en soutien à la cause du BDP-Modwoam.

Je tiens ici à rappeler personnellement que le BDP-Modwoam n'a commandité personne pour fustiger l'oppositon en notre nom et, donc, ne connaît aucunement l'identité de la personne se cachant sous le pseudonyme de "Pédégiste-à-Mort". Elle n'est pas, à notre connaissance, membre du BDP-Modwoam, qui ne s'exprime certainement pas par pseudonymes interposés.

A titre de rappel, le BDP et moi avons nous-mêmes déjà de par le passé, précisément en 2011, subi, sur notre propre site, les brutales attaques de cette personne, comme le démontrent deux articles publiés à ce sujet sur notre site, soit:

1. un article intitulé "Un pédégiste réagit violemment contre Daniel Mengara" dans lequel nous faisions état de cette attaque;

et

2. un autre article intitulé [Réponse fraternelle du Dr. Daniel Mengara au pédégiste anonyme « PDGiste-A-Mort »: Pourquoi refusez-vous de regarder la réalité en face?
[, dans lequel je répondais moi-même à cette personne.

Autrement dit, le BDP-Modwoam n'a pas besoin, pour exprimer ses opinions, de le faire autrement que par la voie officielle de son site politique, et ce par le biais de communiqués officiels. Notre communiqué sur la rencontre Ali Bongo-Hollande repris sur ce site indique clairement la position du BDP-Modwoam sur ce sujet, donc un point de vue clair et sans ambiguïté que nous aurions exprimé exactement de la même manière à l'ensemble de l'opposition si nous avions eu le loisir de nous retrouver face à face avec elle dans le cadre de sérieux pourparlers organisés en vue de la libération du Gabon. En l'absence d'un tel forum inter-gabonais, notre communiqué indique où se situe le BDP-Modwoam.

Nous ne sommes ni des ennemis de l'opposition ni les censeurs de leurs actions. Tout ce que nous disons est que, parce que nous faisons nous aussi partie de ce que l'on appelle "opposition" dans le cadre du combat politique des Gabonais, et sommes donc automatiquement concernés par les actions des uns et des autres, il est de notre devoir non pas de refuser le dialogue ou de juger leurs actions, mais de dire notre opinion ou notre position par rapport à ces actions dès lors que nous ne partagerions aucune des démarches par eux entreprises. Notre communiqué est donc clair: nous attendons tout simplement d'être conviés à des pourparlers organisés de façon neutre, compétente, sérieuse et sans manipulations. Quand on discute du Gabon ou négocie quoique ce soit au nom du Gabon, on n'a pas besoin de se cacher ni de raser les murs pour cela. Il faut tout simplement être transparent avec le peuple gabonais et discuter et mener le combat cartes sur table. Le BDP-Modwoam est réfractaire aux mystères politiques car ces mystères, au Gabon, ont parfois fini par cacher des compromissions trop souvent faites sur le dos du peuple. Nous préférons donc la transparence aux mystères qui, dans notre pays, ont abouti à des convulsions et acrobaties politiques si complexes et rocambolesques que tout le monde a fini par s'y perdre.

Cependant, nous reconnaissons à chaque Gabonais et à chaque groupe ou regroupement politique gabonais le droit de mener son combat comme il l'entend et nous nous contentons tout simplement de dire aux Gabonais la position qui est la nôtre à chaque fois que le contexte politique l'exige. Comme nous le disons dans notre communiqué, nous ne manquerons jamais de prendre part aux réunions de l'opposition qui seront organisées de façon transparente par des organisateurs sérieux et neutres et non pas par ceux-là qui s'adonnent à la tromperie, à la manipulation et, donc, au type de brigandage politique dont nous avons été la victime cette dernière semaine de la part de gros manipulateurs, un brigandage qui, en fin de compte, dessert gravement la cause commune que d'aucuns prétendent défendre.

Je vous remercie.

Dr. Daniel Mengara
Président, BDP-Modwoam.

26.Posté par Le Hibou le 03/07/2012 04:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@La Révolte: je suis entièrement d'accord avec votre conclusion.

25.Posté par Larévolte le 03/07/2012 00:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lire plutôt: Au fait, mon frère ou ma soeur Hibou, si un candidat passe un examen ou un concours et que ce candidat comprenne et maîtrise les sujets proposés, qu'il parvienne à bien traiter ces sujets. Si le jour de la proclamation des résultats, ce candidat est déclaré admis pouvez-vous déduire que ce candidat est parachuté parce que le jury des examens a reconnu qu'il a bien travaillé et qu'il mérite de gagner son examen ou son concours?

24.Posté par Larévolte le 03/07/2012 00:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Le Hibou,

Vous dites ceci dans votre post 21 je cite: "Alors que font vos amis de l'UN à Paris, sinon chercher à se faire parachuter par Hollande à la place d'Ali? N'est-ce pas une contradictions? Quand Hollande va parachuter Mba Obame, là on n'aura plus un président parachuté?

Est-ce que c'est maintenant à Paris que les Gabonais élisent leur président ou quoi?"

Je me permets de vous dire que les responsables politiques gabonais de l'opposition qui sont actuellement à Paris savent pour avoir travaillé avec feu Omar Bongo que l'armée française au Gabon y est installée pour protéger les intérêts français au Gabon et que par conséquent ils doivent aussi assurer la protection de ceux qui sont au sommet de l'état gabonais parce qu'ils ont été choisis par la France justement pour veiller à ces intérêts en échange de leur soutien et leur longévité au pouvoir. Nos pères et nos mamans qui ont vécu au temps de Léon le savaient ou le savent aussi.

Ainsi donc, les gabonais et gabonaises opprimés et même ceux mieux ou bien nantis comme ceux que vous indexez dans votre poste attendent de la France demandent simplement à la France à travers ses responsables politiques de ne plus intervenir avec son armée lorsque les gabonais décideront de prendre leur avenir en main. Et la prise en main de cet avenir commencera par le courage, la témérité, la détermination et la volonté d'en finir avec la dictature de la maudite famille Bongo et leur PDG au pouvoir depuis près d'un demi siècle alors que le Gabon n'est pas une monarchie.

Et comme un adage dit ceci: "chat échaudé craint l'eau froide", les gabonais qui ont gardé un mauvais souvenir des pratiques et des interventions militaires de la France dans les affaires intérieures du Gabon avant et après les indépendances (référence au coup d'état de Léon Mba) se gardent bien de bousculer le pouvoir gabonais sans avoir les garanties que la France n'interférera pas.

Voici quelques exemples qui prouvent que la France s'imisce un peu trop dans les affaires africaines:
- La France est intervenue lorsque les gabonais avaient décidé d'en finir avec Léon Mba lors du coup d'état de 1964. C'est elle qui a réinstallé Léon Mba au pouvoir après avoir déployé ses parachutistes à Libreville...

- C'est la France qui a destitué Laurent Gbagbo, les faits sont récents.

- C'est la France qui a fait assassiné Kadhafi après l'avoir escroqué.

C'est la France qui a commandité l'assassinat de Thomas Sankara et j'en passe...

Ces hommes politiques gabonais de l'opposition que vous indexez dans votre post et notamment Mba Obame que vous avez expressément nommé savent plus que nous autres que la France interfère toujours dans nos affaires. Le but de leur démarche n'est pas de faire allégeance, mais plutôt d'amener la France à ne plus intervenir militairement dans nos affaires car quelque soit alpha, les intérêts de la France seront toujors garantis ne soyons pas naïfs. De toutes les façons même si le Gabon change de régime politique et qu'il devienne un pays démocratique, il aura toujours besoin des autres pays y compris la France car aucun pays ne peut vivre en autarcie

Par ailleurs, cher ou chère Le Hibou, on ne peut pas dire qu'un homme ou une femme élu (e) par son peuple est parachuté (e) par un ancien pays colonisateur simplement parce qu'il demande une liberté de mouvement dans la gestion de la crise de son pays. Même dans un couple marital, il arrive que les époux demandent des conseils ou l'intervention des amis dans la gestion d'une crise dans leur couple ou d'une scène de ménage. A plus forte raison une crise politique qui engage toute une nation.
Pour ma part, je crois qu'on parle de parachutage lorsqu'un individu s'installe illégalement et illégitimement dans un poste sans y avoir droit ou l'avoir gagné par mérite mais simplement parce qu'on a eu des soutiens et des moyens militaires pour s'y imposer.

Au fait, mon frère ou ma soeur Hibou, si candidat passe un examen ou un concours. Ce candidat comprend et maîtrise les sujets proposés et arrive à bien traiter ces sujets. Si le jour de la proclamation des résultats, ce candidat est déclaré admis. Pouvez-vous déduire que ce candidat est parachuté parce que le jury des examens a reconnu qu'il a bien travaillé et qu'il mérite de gagner son examen ou son concours?

Un individu qui demande un parachutage pour réparer une injustice mérite ce parachutage car à la base, il a obtenu quelque chose sans l'aide ou le concours des autres.

Mon frère ou ma soeur, si vous avez l'humilité de reconnaître que celui qui gagne quelque chose honnêtement et qui se voit dérobé ou arraché cette chose ne peut pas être considéré comme un parachuté lorsqu'il réclame réparation d'une injustice, vous aurez fait un grand pas.

Pour ce qui concerne donc AMO, s'il a réellement été le vainqueur de l'élection de 2009, il a parfaitement le droit de revendiquer sa victoire et ce n'est pas une sorte de parachutage s'il revendique sa victoire et prend à témoin les pays amis.

Pour terminer, je trouve que les élections présidentielles de 2009 au Gabon ont été entâchées de beaucoup d'irrégularités et sont beaucoup contestées. Trois candidats se reclamaient la victoire, et comme personne ne peut affirmer avec certitude que c'est tel candidat qui a gagné, il vaut mieux pour l'honneur du Gabon et des gabonais que d'autres élections soient organisées et que celles de 2009 soient purement et simplement annulées. Alain Bongo a sûrement fait son passage en force en pensant que les autres allaient le laisser tranquille comme au temps de son père mais il a mal fait ses calculs. Je crois que beaucoup de gabonais comme moi ne sont pas prêts à avaler la pillule et à le laisser diriger médiocrement le pays comme il le fait actuellement sinon il va recommencer en 2016 et s'éterniser au pouvoir.
Je ne sais pas pourquoi dans la vie, certains se croient plus malins que les autres, posent certains actes nuisibles en espérant mettre les autres devant les faits accomplis. Or pour ce qui concerne le Gabon, les temps de ce genre de raisonnement sont révolus.

23.Posté par Francis le 02/07/2012 22:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On vient d'apprendre qu'un forte délégation de plus d'une cinquantaine d'opposant est arrivée ce matin à Paris. Ils viennent présenter la situation politique du Gabon avant l'audience entre ali bongo et F. Hollande. Ils s'ajouteront naturellement aux différents manifestants qui s'activent déjà à dénoncer le système bongo. On parle du Front de Gauche, des Verts des intellectuels et autres activistes regroupés dans les ONG. On parle aussi d'une arrivée massive des Gabonais de tout poil venus du monde entier à cette manifestation. Qui vivra, vivra!

22.Posté par St.Michael le 02/07/2012 15:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Entre citer quelqu’un et comprendre la citation dont on prend la liberté de copier/coller il y a bien un fossé ; hélas !

Que le candidat légal/légitime élu par les gabonais /gabonaises soit notre seul interlocuteur et non un biafrais ni queue ni tête et sans acte de naissance valide qui ne sait même pas ou est enterre son placenta.

Quelque soit le degré d’impureté du gabonais ou de la gabonaise élu par le peuple, la voie du peuple souverain doit être respecté.

Que les Hibous brillent la nuit ou dans les chose nocturnes en laissant les choses du jour à la Vraie Lumière.

This is what I stand for and I am not interested in any miss interpretation or gratuitous 3D (Distraction,Diversion, Division).

Amen !

21.Posté par Le Hibou le 02/07/2012 14:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je cite "St. Michael":

le Président de la république sera celui ou celle voté par les gabonais et non une fabrication mécanique sans boussole ni racine parachutée pour servir les intérêts de la françafrique et des satans béninois/biafrais.


Alors que font vos amis de l'UN à Paris, sinon chercher à se faire parachuter par Hollande à la place d'Ali? N'est-ce pas une contradictions? Quand Hollande va parachuter Mba Obame, là on n'aura plus un président parachuté?

Est-ce que c'est maintenant à Paris que les Gabonais élisent leur président ou quoi?

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...