News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Communiqué de presse du Mouvement Civique du Gabon : STOP aux crimes rituels

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Dimanche 12 Mai 2013 à 11:46 | Lu 985 fois



Communiqué de presse du Mouvement Civique du Gabon : STOP   aux crimes rituels
Le Conseil exécutif du Mouvement Civique du Gabon dénonce les nouvelles arrestations arbitraires intervenues au cours des manifestations contre les crimes rituels à Libreville le 11 mai 2013.

Plusieurs démocrates gabonais et responsables d'ONG, Blanche Abegué, Georges Mpaga, Auguste Eyene, Junior Tchissamboet ont en effet été arrêtés sans raison alors qu'ils défilaient pacifiquement dans un défilé distinct de celui dans lequel se trouvait l'association de lutte contre les crimes rituels (ALCR), et auquel s'était agrégée Mme Bongo, attirant des soupçons justifiés de récupération au profit du régime illégitime.

Après cette manifestation, L' ALCR doit d'ailleurs clarifier très rapidement sa position.

Le journaliste de RFI, Yves Laurent Ngoma, a été également bousculé par les forces de l'ordre, rappelant en passant les pratiques du régime à l'endroit de la presse gabonaise et internationale dans un rapport récent de « Reporters sans frontières ». Après la répression exercée sur TV +, le Mouvement Civique du Gabon proteste pour la façon dont la presse gabonaise et internationale est traitée, et particulièrement ce jour-là. On reconnaît l'état de la démocratie dans un pays par la façon dont la presse et les médias sont traités. Au Gabon, il y a une violation permanente de la liberté de la presse.

Ces arrestations évoquées interviennent une fois de plus, dans les habitudes des méthodes brutales du régime, après que de nombreux citoyennes et citoyens gabonais démocrates aient fait l'objet de menaces directes ou indirectes, dont, Marc Ona, Gloria Mika, Paulette Oyane Ondo, ou moi-même Mengue M'Eyaà.

Sous la pression, le régime a été contraint de libérer dans la nuit du 11 au 12 mai ceux qui ont été arrêtés. Il est donc inutile que le putschiste fanfaronne comme s'il avait le contrôle d'une quelconque situation et tente de prendre des accents « gaulliens » parce que De Gaulle a libéré la France de ses occupants et que M. Bongo oppresse le Gabon et fait occuper le pays pour le dépouiller.

C'est pourquoi, il est absurde d'avoir envisagé un défilé commun de protestation avec les représentants du régime dont la responsabilité est totale.

En revanche, l'autre défilé des populations gabonaises était légitime. Il est donc inutile pour Mme Bongo de faire une mise en scène de récupération de la douleur du peuple gabonais.
Il fallait que le peuple gabonais puisse défiler librement.

Mme Bongo a sa part de responsabilité, elle qui participe en complice à la dépossession des Gabonais. La seule mission qu'elle peut s'attribuer, si elle respecte le peuple gabonais et si elle est sensible à la douleur de ceux qui ont perdu des êtres chers depuis plus de 40 ans, est de demander à M. Bongo, son époux, de quitter le poste usurpé qu'il occupe.

Le régime est étonnamment laxiste envers les auteurs de crimes « rituels » qui sont rarement identifiés et sanctionnés par une justice elle-même sous contrôle.

Seul le départ du putschiste gabonais et de son clan pourront permettre une véritable lutte contre cette forme de criminalité. Le problème principal du Gabon est l'absence de démocratie et l'existence d'une clique malfaisante et corrompue qui étouffe la possibilité d'un Etat de droit.

1° Nous demandons que se tienne la Conférence nationale, proposée par les démocrates gabonais, dont l'idée a été exposée au Président de la République française, François Hollande, est la seule solution permettant aux Gabonais de reprendre le contrôle en main de leur destin.

Faut-il le rappeler ? Le résultat de plus de 45 ans de dictature, dont la dernière étape a été le coup d'Etat électoral de septembre 2009 avalisé par la France de Sarkozy-Guéant-Bourgi, est l'existence de crimes odieux d'une cruauté insoutenable commis par des affidés du régime en raison de croyances d'un autre âge. Ces crimes auraient pour « finalité » le maintien de positions politiques dans le parti-Etat.



2° Nous demandons aux représentations diplomatiques des pays démocratiques européennes ou américaines présentes sur le territoire gabonais d'exiger publiquement de la part du régime qu'il mette un terme aux pratiques des crimes « rituels ».

Ceux-ci ne doivent pas être considérés comme des sujets « culturalistes » mais comme des crimes contre l'Humanité, encouragés par le régime gabonais.


3° Nous demandons que La France convoque l'ambassadeur du Gabon à Paris pour explication.


Il y a donc un « devoir d'ingérence » qui ne viole aucune souveraineté, car c'est le peuple gabonais souverain, qui devrait désigner ceux, celle ou celui qui incarnent cette souveraineté. Ce n'est pas le cas aujourd'hui au Gabon.

Les représentations diplomatiques des pays démocratiques, notamment les Européens et les Américains, ne peuvent faire comme si elles n'étaient pas au courant des pratiques barbares du régime gabonais.

Elles doivent prendre position, comme pour la Yougoslavie, l'Arménie, et elles ne peuvent reproduire des attitudes qu'elles pouvaient avoir eues en France sous l'occupation en feignant d'ignorer les pratiques du régime de Vichy. Des crimes barbares doivent être dénoncées par des ambassades d’États démocratiques.

Les seuls intérêts économiques de la France au Gabon ne peuvent justifier le silence.
Les représentations diplomatiques ne peuvent pas prétendre qu'elles ne savaient pas.

Le peuple gabonais, comme les peuples tunisiens, égyptiens, syriens ou maliens, ne veulent plus se faire massacrer par des individus occupant des fonctions qui ne leur ont jamais été confiées au mépris de toute démocratie.

Le Conseil exécutif du Mouvement Civique du Gabon n'entend pas se contenter d'une posture de victime face au régime mais affirme sa volonté de mettre fin par tous les moyens possibles à la persistance de la dictature du clan Bongo au Gabon.

Puisqu'il ne veut pas de conférence nationale, qu'il ne veut pas organiser une élection présidentielle anticipée, et qu'il veut dialoguer avec une opposition choisie par lui, les prochaines marches doivent avoir pour mot d'ordre le départ du putschiste gabonais, tant qu'il est encore temps pour lui.

Fait à Paris, le 12 mai 2013 .

P. le Mouvement Civique du Gabon
La Présidente du Conseil exécutif
Mengue M'Eyaà








Dimanche 12 Mai 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 985 fois




1.Posté par Anti-Bongo-Biya-Obiang-Compaoré... le 12/05/2013 13:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BRAVO !

2.Posté par LES AFFAIRES DE NOUS-MEMES NOUS-MEMES le 12/05/2013 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très chère mme Mengue M'Eyaà
Vous savez comme moi que les lettres comme la votre ne suffise pas pour faire bouger les gouvernants, alors vous en tant que présidente du Mouvement Civique du Gabon organisez des sit-in - des marches - des points de presses.... en France, "mère patrie" du Gabon pour que les millions de français qui ne nous connaissent pas commencent à nous soutenir et faire pression sur leur gouvernement ...
Merci de m'avoir compris

3.Posté par Monefang le 12/05/2013 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En multiplions les marches, mouvements révolutionnaires.En d'autre terme les actions plus fortes, mèneront le départ de ce régime cannibale.

4.Posté par Monefang le 12/05/2013 15:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En multipliant les marches, mouvements révolutionnaires. En d'autre terme les actions plus fortes, mèneront le départ de ce régime cannibale.

5.Posté par King le 12/05/2013 15:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
çà fait 46 ans que çà dure ces paroles de discours!
avec le biafra et sa Berbère, ils aiment le langage de la force et de la violence!

6.Posté par MISOU BALA le 12/05/2013 16:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Gabonais ,Gabonaises, ne comptez pas sur les Europeens encore moins a la France pour venir a votre secours.attendez de voir d'ici la fin 2013 de voir Hollande venir lecher les bottes d'odjouku ali ben pour les interet de la france en banqueroute/Parler des americains la aussi ne comptez pas vu que leur ambassadeur au Gabon est corrompu jusqu'aux os/rappelez vous des milliards verses a l'universite d'Oregon(USA) cet ambassadeur est mouille dans ce detournement qui appauvri les etudiants gabonais des fonds qui leurs revenaient de droit.Vous Gabonais pleurez ,pleurez en silence et crevez tous effacez de la terre Gabon,car vous etes nuls,pour un bout de pain vous etes capables de vendre meme vos ames,vous faites honte a l'Afrique.La poignee que vous etes on va vous exterminer pour la recomposition d'un Etat multinational(avec des Aofiens.

7.Posté par mouthou12 le 12/05/2013 22:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La liberté ne se donne pas, elle s'arrache......!
Les français ne viendront pas si nous même ne commençons pas. C'est à nous de lancer le mouvement et après, largement après, la France, les USA et l'ONU pourront intervenir dans la légalité du droit international......!

8.Posté par MEKANE MBA le 13/05/2013 18:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Trouvez dans libreville ce taxi immatriculé CA 178 AA . Il circule dans libreville avec des etrangers et une femme pour tromper la vigilance . MR Bertran Mekame Mba le recherche pour tentative d assassinat . Qui est son proprietaire? A quel etranger a-t-il remis son taxi ? les 3 etrangers ont emenné son neveu KOCY au CAP a 2H du matin le samedi pour le tuer. Il a pu s echapper . LA PJ QUI A PRIS LA PLAINTE NE FERA RIEN ! La Mairie a le registre des taxis ! CITOYENS PROTEGEZ VOUS ET PRENEZ VOS RESPONSABILITES !

9.Posté par Tchougoudja Le Fils le 13/05/2013 23:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je note avec amertume que les gabonais qui ce sont déplacés (parfois dans l'espoir d'avoir les 10 000 francs cfa promis par les organisateurs) ont fait une marche à la gloire d'Alain Bongo = récupération politique. C'est dommage! Ce pays de jouisseurs, de bouffeurs de feuilles de manioc ne changera jamais. Même une affaire qui doit unir les gabonais nous divise. Arrestations par ci, intimidations par là. Pitié!!!

De toute façon Odjoukou Alain Bongo et se amis sont arrivés au pouvoir par le sang (morts de POG en 2009). Cette couille molle de "préSIDA" joue même sur les mots. Il parle de '"crimes de sang" comme le terme "crimes rituels" le choque. Normal, dans sa franc-maçonnerie version africaine et dans le Vaudou d'Acrombessi ils pratiquent d'autres types de rites cruels. Le "père" rêvait de rayer le Gabon de la carte (mais il est parti outre-tombe, le Gabon lui demeure), le fils adoptif rêve de rayer les gabonais (de souche notamment) de la carte. Wait and see...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...