News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Centre Hospitalier de Libreville : les infrastructures se modernisent, mais les mentalités non.

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Vendredi 21 Décembre 2012 à 23:20 | Lu 730 fois

L’Hôpital Général de Libreville aura définitivement un mal fou à se défaire des pratiques qui font sa triste réputation. Lenteurs dans le traitement des patients, accueil plus que médiocre des malades… En dehors des locaux qui ont été rénovés, rien ne semble avoir changé.



Centre Hospitalier de Libreville : les infrastructures se modernisent, mais les mentalités non.
Bon nombre de Gabonais s’accordent à dire que l’Emergence tant prônée par le Chef de l’Etat et son équipe gouvernementale, doit d’abord se faire par le changement de mentalités et des maux qui minent la société gabonaise.

On aura beau construire des routes, de nouveaux bâtiments, créer de nouvelles structures, mais si les personnes censées les diriger ou simplement y travailler ne sont pas à la hauteur de leur nouvel environnement, il sera difficile, presqu’impossible, d’atteindre ces fameux objectifs de développement auxquels aspire le pays.

Le Centre Hospitalier de Libreville, communément appelé Hôpital Général, est un exemple patent de ce contraste criard entre la modernisation des infrastructures et les mentalités qui restent d’un autre âge.

C’est l’amer constat qu’aura fait hier, un jeune gabonais transporté aux urgences de cette structure hospitalière pour des douleurs aigües au niveau du bassin.

Accompagné par sa compagne et deux de ses collègues de travail, il devra patienter de longues heures avant d’être enfin reçu par un médecin.

Pensant être sorti de l’auberge après la consultation avec le médecin qui lui aura recommandé de faire toute une série d’examens, le jeune homme redescendra très vite sur terre, se rendant compte qu’il n’en est pas au bout de ses souffrances.

Arrivé au laboratoire pour les fameux examens, il devra faire face à la nonchalance du personnel qui, occupé à se raconter ses problèmes quotidiens, l’ignorera et le fera poireauter de longues heures durant.

Lorsque l’une des dames chargées de prendre en charge les patients, daignera s’adresser à lui, ce sera pour lui répondre qu’il ne sera pas possible de lui faire passer des examens le jour même, et qu’il lui faudra repasser le lendemain.

Excédé et souffrant le martyr, l’infortuné devra se résoudre à quitter l’hôpital pour se rendre dans une clinique privée où il sera immédiatement pris en charge (paiement des frais oblige !).

« URGENCE : Caractère de ce qui est urgent. Nécessité d’agir vite, sans délai, en toute hâte », dixit Le Petit Robert 2013.

Au Gabon, à part pour des raisons esthétiques, les belles enseignes « Urgences » à l’entrée des structures hospitalières, n’ont absolument aucun sens.

Le serment d’Hippocrate encore moins. On serait même tenté de croire que certains personnels d’hôpitaux n’en ont jamais entendu parler, au vu de leurs agissements inhumains et indifférents face à des personnes en détresse.

Emergence ? Vous avez dit Emergence à l’horizon 2025 ?

A moins de procéder à un formatage complet et radical des mentalités, il est difficile à l’heure actuelle, de croire qu’une quelconque émergence puisse être possible d’ici 13 ans.

Tuer le mal à la racine. Depuis les plus hautes autorités jusqu’aux couches sociales les plus faibles à travers un véritable travail de fond sur les mentalités plus que critiquables constatées à tous les niveaux au Gabon.

Campagnes d’éducation populaire, retour à une politique d’excellence (la fameuse phrase « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut » ne doit pas se cantonner au simple cadre des beaux discours), sanctions exemplaires à l’encontre des « assassins du progrès » et ils ne viennent pas toujours d’où l’on pense.

Voilà par quoi devrait aussi commencer l’Emergence.

En attendant que tout soit au mieux dans le meilleur des mondes, les patients de l’hôpital général peuvent toujours se gratter. Mieux : ils peuvent toujours crever !

Publié le 21-12-2012 Source : Gaboneco

Vendredi 21 Décembre 2012
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 730 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...