News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Ce qu’il faut savoir de l’échec de l’émergence du Gabon d’Ali Bongo

Le site de la Liberté - http://joelmbiamany-ntchoreret.blogspot.com/ le Mardi 29 Mars 2011 à 13:58 | Lu 1725 fois



Ce qu’il faut savoir de l’échec de l’émergence du Gabon d’Ali Bongo
Pour entreprendre ses projets de développement du Gabon en vue dit-il de l’émergence du pays, Ali Bongo avait misé sur les ressources financières d’investisseurs provenant de pays émergents : Malaisie, Chine, Brésil, Afrique du sud, inde, etc., Afin d'obtenir ces ressources et des prêts financiers pour la construction des logements sociaux, des routes, des usines pour la transformation des matières premières, etc., dans ses négociations, il avait mis sur la table les bloques pétroliers offshores du pays. Sous le jeu de l’offre et de la demande exercé à travers des enchères, il entendait créer une concurrence entre les investisseurs intéressés. Ali Bongo espérait aller chercher près de 8 milliards d’euros en trois ans soit environ 9 mille milliards de francs CFA, près du double du budget annuel du Gabon. Tout un pactole pour le développement rapide du Gabon.

En procédant par un processus d’enchères, il espérait non seulement obtenir de l’argent liquide, mais également procéder à un transfert de technologie, d’expertise, d'infrastructures industrielles et permettre l’entrée du pays dans les grands groupes de production, transformation et vente des matières premières dont regorge le Gabon. Une telle entrée aurait permis de placer le pays dans l’économie mondiale pour favoriser son émergence. L’idée de l’avenir en confiance avait son origine dans cette perspective d’investissement.

Quelque cinq ans avant le décès de son père, il avait longuement réfléchit sur la manière de parvenir à moderniser le Gabon. Ces plus proches amis rénovateurs l’avaient raconté une belle histoire sur la façon d’obtenir les ressources financières pour reconstruire le Gabon. Le pétrole du Gabon, le fer de Béligna de même que le bois et les plantations d’hévéa et d’huile de palme à grande échelle devaient être des puissants leviers pour attirer des capitaux étrangers importants. Les accords de coopérations économiques avec la France ayant montré leurs limites, il convenait d’aller au-delà de la France exposer les atouts du Gabon en vue de disposer des ressources financières dont le pays a besoin pour son décollage économique. Il fallait donc offrir les ressources du Gabon aux les plus offrants pour les investissements et le développement du Gabon.

Seulement voilà, en procédant, par exemple, par des enchères pour arriver à des contrats de gré à gré sur l’exploitation du pétrole gabonais, Ali Bongo remettait en cause le monopole français sur le contrôle des matières premières du Gabon. L’aboutissement des accords économiques de gré à gré devaient à terme conduire à l’éviction des entreprises françaises du sol Gabonais et du Golf de Guinée. Ce qui fut mal perçu en France. Des appels à l’ordre amicaux lancés dans des cocktails mondains laissaient Ali de marbre. Tout comme il fut indifférent aux déclarations faites à travers l’AFP, RFI et France 24, notamment en permettant à certains leaders de l’opposition d’accéder aux ondes de ces medias pour critiquer publiquement son amateurisme.

Au regard de ce qui commençait à apparaître comme une intransigeance de la part du numéro neuf du Gabon, des avertissements plus sérieux furent mis sur la place publique, entre autres, la diffusion de son assermentation maçonnique. De même, un documentaire de menaces en termes presque dévoilés de confier les commandes de l’État à son adversaire politique fut commandé et diffusé. Devant la force des propos et notamment de la réussite théâtrale d’indignation des services secrets français, Ali Bongo compris que s’il voulait faire des vieux os aux commandes de l’État gabonais il fallait qu’il recule. Des signes de gage de sa repentance et sa soumission au regard de ce qui s’apparentait à un affranchissement de l’autorité et des intérêts de la France furent demandés à Paris. De passage à Paris sur son chemin pour New York, il fit révérence et promis de ne pas s’affranchir des signes du respect des intérêts français au Gabon.

Dans son souci ne pas offenser la France, les projets de l’émergence et de cet avenir en confiance : vente des bloques pétroliers offshores, la transformation du bois au Gabon avant exportation, ont été rangés dans les placards. Tout comme il est désormais exigé de la Chine de partager avec France les gains de l’exploitation des gisements de fer de Bélinga et du manganèse du Moyen-Ogooué. Au regard de ces changements et du renoncement des stratégies d’acquisition des ressources financières pour les investissements au Gabon, le projet d’émergence se trouve privé des moyens financiers de ses ambitions.

D’où cette stagnation dans la construction des stades et des hôtels pour la CAN et les autres projets d’infrastructures et structures de développement économique et social. Ali Bongo a jeté l’éponge du combat de l’avenir en confiance. Le numéro 9 a donc échoué où Hugo Chavez, Morales, Loula Da Sylva ont réussi : affranchir leur pays des dictats de certaines puissances occidentales prédatrices. Qui avait dit à Ali Bongo que le Gabon était déjà un pays souverain qui pouvait, comme ça, un matin, décider de sa politique de développement économique et sociale.

La France et tous des pays occidentaux font face à la montée des pays émergents qui menacent plus que jamais leur puissance économique, leur domination dans le monde. Ils vont pour maintenir leurs intérêts économiques et stratégiques user de ruse, de manipulations qui conduisent à se servir des opposants comme des épouvantails que l’on brandit comme d’un joker que l’on peut faire jouer à tout moment. Ali Bongo n’a pas vu venir la France. Il a cédé.

Lorsqu’on veut affranchir son pays de la main mise des pays occidentaux, il faut au préalable accumuler beaucoup de force, de soutien et de légitimité politique. Il faut presque faire l’unanimité politique dans son pays. Si Hugo Chavez ou Gbagbo est encore aux commande l’État c’est parce qu’il a l’appui de ses concitoyens. Ali Bongo est arrivé au pouvoir par un coup d’État électoral en bafouant les rêves politiques que le peuple s’était donné en croyant à un renouveau politique. De plus, il n’est un secret pour personne qu’Ali n’est pas apprécié.

C’est pour cela que les Français ont misé sur lui pour remplacer Omar Bongo. Il ne peut disposer de l’appui populaire pour s’affranchir du soutien de la France. Dans son égocentrisme, il n’avait pas compris cela. Quel réveil douloureux que de se voir comme ça, en publique, agenouillé devant le blanc alors qu’il croyait le faire dans l’anonymat de ses accords et rites qui assujettissent notre pays.

Ali Bono a échoué parce qu’il manque d’humilité et de sagesse politique, comme le sont par ailleurs plusieurs de ses collègues et adversaires politiques. Ces gens qui sont dépassés par le temps croient qu’on fait la politique aujourd’hui comme dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix. Qu’il suffit comme cela d’avoir été ministre ou de disposer d’un doctorat pour posséder ces maximes qui nous disposent à comprendre les choses au-delà des dimensions communes. La France se joue d’eux comme on se joue des enfants dans une maternelle. Va dire ceci à France 24 pour intimider l’autre… et il court le dire.

Va faire faire telle déclaration à RFI et AFP pour impressionner un tel…. et il court le faire. Les populations qui ne vivent et ne fonctionnent que des médisances politiques assises aux tribunes du colisée de leur malheur applaudissent en imbécile heureux qu’elles sont.
En vérité, pour ce qui est de l’incompétence et de l’amateurisme politique, il ne faut pas que dénigrer Ali, même s’il apparait le plus ignare aux yeux de tous. Certains leaders politiques et quelques Gabonais, qui se disent haut cadre, sont aussi sots. Ali Bongo l’est beaucoup moins que certains, qui ont cru qu’avec quelques pas de danse boiteux malgré de nombreuses casseroles ou d’une certaine attitude hautaine ils pouvaient devenir président du Gabon sans stratégie de conquête politique au-delà de son ethnie et de son parti politique.

Il n’est pas encore trop tard pour bien faire. Le défi du développement du Gabon doit être plus important que nos égos. Pour affranchir le Gabon de la tutelle politique et économique de certains prédateurs, il faut d’abord faire l’unité politique, consolider la Nation en vue d’engager tous les Gabonais dans un élan de solidarité et de patriotisme face aux défis du développement à relever. Mais pour cela, il faut faire preuve de courage et de maturité politique. Il faut aussi sortir du somnambulisme qui fait que la plupart de ces Gabonais suivent certains leaders politiques presque par idiotie et les encouragent dans l’erreur.

Joël Mbiamany-N’tchoreret

Mardi 29 Mars 2011
http://joelmbiamany-ntchoreret.blogspot.com/
Vu (s) 1725 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

11.Posté par l'ange noir le 02/04/2011 20:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bsr chers gabonais;on pourra dire ce qu'on voudra nous serons toujours agénous devant la france et ses alcolites.temps que les gabonais ne seront pas solidaires et sensibles aux problemes du pays, aucun président fit-il élu par le peuple ne pourra amener le GABON vers un développement durable.esperant juste que la nouvelle génération réussira ou nos parents ont échoué.

10.Posté par la gabonaise le 31/03/2011 23:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bonne analyse de Joel. Ali a malheureusement montré ses couleurs trop tot. Il aurait du se fortifier en gagnant la confiance des gabonais. Ses mesures n'ont pas eu l'effet escompté. On tourne en rond, les chantiers n'avancent pas, c'est désespérant. Je ne l'ai jamais soutenu mais j'aurais souhaité de tout mon coeur qu'il me prouve le contraire de ce que je pensais de lui, malheureusement pour le gabon, mes craintes ne font que se confirmer.

9.Posté par la pensee gabonaise le 30/03/2011 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous autres africains, gabonais en particuliers, nous sommes trop emotionnels; c'est pourquoi on ne prend pas le temps de lire, de reflechir,... Ne nous etonnons pas que, pour nous, l'histoire soit un eternel recommencement parce que, de l'experience historique riche selon moi, nous devrions deja avoir en tirer l'essentiel. Mais le fait est tel que, on tourne en rond, sans savoir ou l'on va, qui est l'ennemi contre qui il convient de lutter avec quels moyens, qui est vrai ou qui est faux,...

Qui a dit que, dans un debat intellectuel, que l'on doit avoir la meme maniere de penser?! Que si l'on pense quelque peu differemment, que l'on est son ennemi?! Qui peut se declarer avoir la connaissance absolue des choses, de la verite pour prendre avoir toujours raison dans son raisonnement?

8.Posté par pas moi le 30/03/2011 16:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
tout ça c'est bien à lire les uns et les autres je comprend qu'on se souci de notre pays. mais ça ne suffit pas. nous voulons être libre en tous temps et tous lieux.
toutes ces analyses que vous fetes apportent quoi aux gabonais de l'arrière pays où encore aux pauvresétudiants qui n'ont pour études que les mouvements de grèves, juste pour revendiquer une piètre bourse, les enseignants ne sont jamais satisfaits dans leur revendications parceque à l'intérieur il ya des mouchards et des traites, les fonctionnaires sont matraqués par ce qu'ils auraient soutenu tel et pas lui..; l'insécurité gagne du terrain, impossible de se cultiver même à travers les journaux parce que les rédacteurs ont peurs de perdre leur poste. ..
maintenant vous parler de quoi? lorsqu'il ya un pb, c'est aux pays des blancs que vous vous envoler trouver solution.
vos études pour etre nommer simple directeur quelque part c'est au pays des blancs que vous allez ...
alors quoi que l'on dise nous somme noirs et le resterons toujours;
mais fiers de l'être parce que c'est grâce à nous que ces blancs "existent"
mais retenez une chose et j'en suis très optimiste le pdg et sa bande disparaitrons un bon jour!
et puis quoi encore vous prenez les enfants du bon Dieu pour des idiots affamés?

7.Posté par Joel Mbiamany-N'tchoreret le 30/03/2011 13:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au Gabon, lorsqu'on critique, il faut nécessairement être de l'opposition ou du pouvoir. Non, on peut aussi être du côté du peuple et de ce côté dire des choses justes avoir l'ambition d'aller du côté du pouvoir. Je suis Gabonais libre de ma pensée.

6.Posté par LE SANKARISTE le 30/03/2011 11:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très belle analyse du concept d'Ali9. Mais n'en déplaise à Joel, c'est pas en dénigrant ceux qui font le contre poids d'Ali9 que ce dernier va penser à vous. En vous lisant j'ai l'impression de lire Télesphore OBAME NGOMO.

5.Posté par femme le 30/03/2011 08:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
joel tu te prends pour qui vous qui vivez chez les blans que vous critiquez tout le temps qu'attendez vous pour décendre au pays montrer de quoi vous êtes capables la politique ne se fait sur le net.Lorsque les imbéciles heureux applodissent ceux qui interviennet à france 24 et RFI et toi que fais tu? les hommes politiques qui st sots plus qu'Ali et toi qui es tu en tant que gabonais? Arrêter d'insulter ceux qui tentent de sauver le pays eux au moins ils sont entendus dans le gabon profond.Toi qui es sur le net qui te connait au pays si ce n'est que la minorité qui connait le net.Mais les sots st connus dans tout le gabon.Vous êtes ici pour dire on aurai du faire ci ou ça qu'attends tu pour le faire t'es pas un fils du pays?il n'y a pas que ceux que tu critiques, tu es aussi gabonais viens faire ce tu veux qu'ils fassent qu'ils n'ont pas pu." la critique est aisée mais l'art est difficile."

4.Posté par monfang le 29/03/2011 22:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour répondre à la question de Mandela et soutenir l'analyse de Joel; je dirai tout simplement que la question du développement d'un pays réponse essentiellement sur son indépendance et sa souveraineté. En effet lorsque les démocrates luttent au Gabon pour l'instauration de la démocratie c'est pour éviter ce genre de compromis, Ali ne pourra que s'en prendre à lui même pour avoir décidé de continuer la dictocratie installé au Gabon par son Père.
Je réponds à ta question oui un président élu par les gabonais(es) pourra amorcer ce tournant capital même s'il faut pour cela braver les menaces françaises qui ne manquerons pas mais qui nous assurerons un décollage nouveau. Suivez bien l'actualité en CI, si Laurent gagne nous parlerons du développement de ce pays frères dans 5 à 10 ans.

3.Posté par CYCLONE le 29/03/2011 21:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bonne analyse. Le jour où la France , la Cours Constitutionnelle, la Cénap, le Ministère de l'intérieur au Gabon respecteront le choix du peuple , je pense que tout ira comme sur les roulettes, même si c’est un chien qui est au pouvoir.

2.Posté par Mandela le 29/03/2011 20:02 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voter analyse me laisse sans mots. Mais j ai une quetion si quelqu`un d autre prenait le pouvoir croyez vous que la france jouera le meme role ? Celui de mettre ses interets davant si c est le cas on est loin de sortir de la merde car Ali pouvait reussir son challenge et gagner la confiance du peuple Gabonais

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...