News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Casimir Oye Mba : « Je redoute que tout doucement le Gabon glisse vers le désordre, vers l’affrontement »

Le site de la Liberté - LVDPG - News le Vendredi 4 Février 2011 à 12:35 | Lu 984 fois



Casimir Oye Mba : « Je redoute que tout doucement le Gabon glisse vers le désordre, vers l’affrontement »
Suspecté par certains d’être un médiateur sans autorisation dans la crise politique gabonaise actuelle, par d’autres de faire le jeu d’Ali Bongo, Casimir Oye Mba a tenté de couper court à la rumeur ce jeudi soir dans un entretien accordé à Koaci.com. Le vice-président de l’Union Nationale, haute personnalité respectée et incontournable dans l’establishment gabonais qui se définit depuis peu comme un « électron libre » et assume son passé de haut cadre« pdgiste » aux côtés d’Omar Bongo dont il a été le Premier ministre, semble prendre ses distances avec les turpitudes politiques politiciennes au risque de jeter le doute sur la sincérité et les motivations de ses engagements.

Nous vous livrons donc l’entretien réalisé avec ce Fang de l’estuaire que l’on dit proche de Pascaline Bongo, candidat « auto retiré » à la dernière minute du scrutin de 2009 et toujours officiellement associé dans le combat politique de l’UN incarné à ce jour par André Mba Obame.


Laurent Despas : L’union nationale serait-elle prisonnière de l’action d’André Mba Obame, entrain de s’isoler ou, au contraire, réussit-elle à marquer des points dans la bataille politique engagée avec le camp Ali Bongo ?

Casimir Oye Mba : « A l’heure ou je vous parle un arrêté du ministère de l’intérieur datant d’il y a trois jours a dissout l’union nationale J’ai observé que depuis que nous avons formé l’union nationale (un) que toutes les flèches du PDG en direction de l’opposition ne s’adressent qu’à l’un, a ses actions, ses déclarations, ses communiqués je pense donc que quelque part, les gens du pouvoir se rendent bien compte que l’un a de la consistance même si nous n’avons pas encore en tant que jeune parti une représentation parlementaire conséquente. L’un a à peine une année d’existence avec les avantages et les inconvénients de la jeunesse. »

LD : Etant un produit du système Bongo, vous êtes suspecté de jouer un rôle de médiateur entre Mba Obame et Ali Bongo en vue dit-on d’un arrangement politique entre les deux antagonistes.

COM « je ne suis pas du tout médiateur, je suis un citoyen gabonais libre de s’exprimer qui considère que son pays est malade, on ne peut pas rester les bras croisés. Je veux être utile à mon pays, certes je ne suis en charge de rien aujourd’hui, la démocratie est en panne au Gabon, un exemple dimanche soir, je devais quitter le Gabon, on m’a retiré mon passeport pour me le rendre le lundi matin, c’est à n’y rien comprendre»

LD :Cette liberté même physique, n’étant pas retranché avec Myboto et Mba Obame dans les locaux du PNUD à Libreville, ne prête-t’elle pas à confusion, aller vous quitter l’un ?

COM : « le problème pour moi n’est pas de quitter ou pas l’UN, les initiatives que j’ai prises sont personnelles, je ne parle au nom de personne. Je répète, je suis un citoyen libre. Je ne veux être embrigadé par personne ni par l’Un, ni par Ali Bongo, ni par personne »

LD : Y a-t-il un risque de révolution populaire à court terme au Gabon ?

COM : « je ne peux pas vous cacher que je suis préoccupé par l’avenir du pays, je redoute que tout doucement le Gabon glisse vers le désordre, vers l’affrontement. Mes interventions visent à prévenir ce genre d’issues, je tente de me faire entendre afin qu’on se souvienne au cas où qu’il y avait une voix isolée qui avait crié casse coup »

LD :Votre action pourrait apparaître comme favorable à Ali Bongo ?`

COM :« je n’ai eu aucun contact avec Ali Bongo, ni téléphonique, ni physique, ni direct, ni indirect depuis son élection, j’ai servi son père durant de longues années, dans et hors gouvernement, même devant son père quand il s’agissait de problèmes vraiment très sérieux, je défendais mon point de vue. Je ne suis pas un homme à se laisser embrigader par qui que se soit, encore moins par Ali Bongo. »

LD :Que doit-on retenir à cette heure de la proclamation d’amo président du Gabon?

COM :« Amo s’est présenté en 2009, on a dénoncé le coup d’Etat électoral, là-dessus arrive un reportage sur la Francafrique dont nous savons tous que ce n’est pas la position de la France officielle de Sarkozy qui a reconnu, soutien et traite avec Ali Bongo donc ce n’est pas ce reportage qui va changer cela. Il n’en demeure pas moins que ce film a été financé par des organismes du service public français, qu’il a été projeté sur France 2 et qu’enfin dans ce film s’expriment des personnages ayant occupés de hautes fonctions et responsabilités au nom de la France, ambassadeurs, conseillers…

Ce qu’elles peuvent dire n’est donc pas banale et elles ont dit que les élections au Gabon avaient été arrangées. Mba Obame ne pouvait pas laisser passer cette opportunité sans essayer de voir comment il pouvait l’exploiter politiquement. Il a fait ce qu’il a fait en tant qu’ancien candidat à l’élection présidentielle, il s’estime à tort ou à raison ou à raison d’avoir été floué de sa victoire. Il a fait cette prestation de serment et formé son gouvernement entre guillemet, mais tout ça relève de l’action politique faut pas lire ça avec les articles de la constitution ni en droit, c’est une posture politique qu’il a prise, il n’est pas fou, il s’est très bien que c’n’est pas parce qu’il a prêté serment comme Président de la République que le lendemain, il va s’associer au palais de la présidence à Libreville, c’est évident.

L’Un a été cependant dissoute, on s’apprête à lever l’immunité parlementaire d’amo, les personnes qui sont membres du gouvernement entre guillemet qu’il a formé vont êtres radiés de la fonction publique.Je pose la question suivante, est ce que ces actes du gouvernement vont régler les problèmes politiques qui se poses actuellement au Gabon, je réponds non. Les problèmes qui se posent sont d’ordre politique, il faut donc y trouver des solutions politiques »

LD :Le pouvoir d’Ali Bongo est-il menacé ?

COM : « J’en sais rien, si ça reste au niveau de ce qui s’est passé jusqu’ici, ça ne peut en aucune façon menacer le pouvoir d’Ali Bongo, mais si par exemple un puissant mouvement populaire de gabonais tout à fait résolus se levait en faveur d’Mba Obame, à ce moment la configuration se présenterait différemment car et c’est un fait, la majorité des gabonais ne se reconnaissent pas en Ali Bongo. Il s’est débrouillé pour être Président, mais les Gabonais veulent le changement, vivre mieux et autrement.

Malgré le déficit d’adhésion, les Gabonais n’ont cependant pas envie de le tuer, s’il réussit à lancer dans les deux ou trois ans à venir à lancer des signaux intéressants, à réaliser des choses positives que les Gabonais voient, ils finiront par ce dire, ce gars-là nous en voulions peut-être pas, mais au fond nous voyons que depuis deux ou trois ans qu’il est là nous vivons mieux, Ali Bongo aura alors gagné et le Gabon aussi. Mais je permets de conclure sur ce point que très modestement je doute de cela»

Laurent Despas, Dg de Koaci.com

Vendredi 4 Février 2011
LVDPG - News
Vu (s) 984 fois




1.Posté par coucoudi le 04/02/2011 13:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lorsque que vous écrivez évitez certaine expression qui peuvent et vont offusquer des gens je parle de celle là : >. Que signifie ce fang pour toi.arreté les mots péjoratif.
En bon entendeur salut !

2.Posté par LA VOIX DU PEUPLE SILENCIEUX DU GABON le 04/02/2011 14:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est porté à la connaissance de La Diaspora Gabonaise de France et aux Gabonais vivant à Libreville qu'il n’y aura pas de manifestations organisées à Paris ou Libvreville ce Samedi 05 Février 2011. Car d'abord, cet événement a été unilatéralement décidé et conspiré par un groupe de personnes s'exprimant à tort, au nom de tous les Gabonais de la Diaspora, laquelle est pourtant constituée de milliers de concitoyens et répartis de manière disciplinée à travers plusieurs associations légalement reconnues.

Un tel acte honteux, posé dans la parfaite illégalité, a été de suite interdit par la préfecture de police de Paris qui n'entend pas laisser quelques agitateurs perturber la tranquillité des Parisiens et l'ordre public en République française.

De plus, aucune association gabonaise n'ayant été officiellement consultée dans ce sens et les gabonais de la diaspora ne se reconnaissant guère dans ladite démarche, cette manifestation est considérée comme clandestine, que ce soit à Paris ou à Libreville.

Nous recommandons vivement à nos compatriotes de ne point défier les autorités et les institutions légalement et internationalement reconnues comme telles.Car un tel affront les exposerait à des mesures privatives de libertés dès lors que Force Restera à La Loi, et donc aux autorités judiciaires.

Lorsque le Président OBAMA au cours de son désormais célèbre discours à Accra, avait appelé à une fortification des Institutions, à la place d'hommes forts, cet tel appel visait notamment à dénoncer les attitudes de ces "Chefs de Guerre" ou "Présidents autoproclamés", prêts à tout pour accéder au pouvoir, aux moyens d'agitations, d'enrôlement des jeunes et de bain de sang, exposant ainsi de nombreuses vies humaines à une véritable chasse à l'homme. La récente autoproclamation d'un de nos compatriotes gabonais, père de famille et ancien haut cadre de la République, au mépris de nos institutions gabonaises légalement établies , est un exemple parfait de ce que le Président américain avait clairement dénoncé.

Ces mêmes responsables politiques usent de l'intox, de la manipulation des consciences et la rumeurs pour semer la panique au sein des populations alors qu'il n'y a aucune raison aujourd'hui de penser que le Gabon est en danger, puisque la Vie y suit normalement son cours.

Aussi, la dernière blague en date, on nous apprend que Alexis Bengone, fils de Monsieur Jean Eyeghe Ndong aurait été enlevé alors qu'après une vérification de l'information ce dernier est bel et bien chez lui et est surpris par la tournure d'une telle rumeur sur sa personne.Sans oublier les fausses rumeurs sur de soit disant "milliers de personne" qui protesteraient alors que c'est TOTALEMENT FAUX

Et tout cela,dans le but d' incriminer nos autorités et retourner les gabonais contre eux.

Nous crions notre Ras-le-bol Contre les auteurs de ces mesquineries et en avons MARRE! Oui, Marre que l'on insulte l'intelligence des Gabonais et qu'on veuille les prendre pour des IDIOTS! Marre d'être la risée de l'opinion publique internationale qui rigole de voir certains de nos compatriotes se comporter en délinquants civiques!

CE PAYS EST CELUI DU PEUPLE GABONAIS !

http://4.bp.blogspot.com/__g1FuBUZpXs/TBiEoPF1goI/AAAAAAAAAac/noOeQWZfrno/s1600/gabon.pnghttp://4.bp.blogspot.com/__g1FuBUZpXs/TBiEoPF1goI/AAAAAAAAAac/noOeQWZfrno/s1600/gabon.png

C'est pourquoi:

Nous disons NON à l'instrumentalisation politique de la société civile gabonaise et la Majorité silencieuse du Peuple Souverain du Gabon.

Nous disons NON à la substitution par un groupe de partisans échaudés, au Peuple Gabonais!

Nous disons NON à l'Ingouvernabilité et la déstabilisation de nos Institutions!


Nous disons NON à l'instrumentalisation médiatique d'un coup de force raté orchestré par une minorité avide de pouvoir à tout prix!

Nous disons NON à des responsables politiques prêts à sacrifier leur jeunesse pour assouvir leurs basses besognes!

Nous disons NON aux Violences et agressions contre les Forces de l'Ordre, de Défense et de Sécurité Qui ont en charge la sécurité de notre pays et la préservation de l'Ordre Public!

Nous disons NON aux dissidents d'hier devenu opposants occasionnels d'aujoud'hui!

Nous disons NON à la violation de la Légalité dans notre pays!

Nous disons NON à la Haute Trahison commise contre les symboles de la République Gabonaise!
Nous disons NON à la Violence contre d'autres citoyens gabonais du seul fait de ne pas penser comme l'opposition ou d'appartenir à une région différente!


Par ailleurs, il est porté à la connaissance de tous les gabonais que plusieurs sites, blogs, faux profils dans des réseaux sociaux tels que facebook et twitter inondent actuellement le web de contrevérités et de fausses informations , d'intox totalement erronées et destinées à faire croire en une insurrection au Gabon alors que la réalité est totalement différente.

Nous tenons à faire savoir à nos compatriotes que la situation au pays est bel et bien stable et que les Gabonais continuent de vaquer à leurs occupations habituelles. En revanche, plusieurs jeunes ont reconnu avoir été enrôlés et payés par des mains invisibles, en leur demandant de s'opposer frontalement aux forces de l'ordre et entretenir un climat d'instabilité dans les principaux quartiers populaire de la capitale.

Ces attitude d'irresponsabilité manifeste n'augure rien de bon ni pour l'image du Gabon à l'échelle internationale, ni pour leurs auteurs, lesquels sont pour la plupart comptables de la situation qui fut chaotique dans ce pays.

Aujourd'hui, l'objectif de faire émerger le Gabon est la seule aspiration de chaque gabonais. Le sang ne coulera jamais dans ce pays et ceux qui veulent s'en rendre les précurseurs seront confondus et répondront de leurs actes devant la justice.

Nous invitons par ailleurs l'opposition républicaine et respectueuse des institutions à dialoguer avec les autorités légitimes en tête desquelles le Président de la République ALI BONGO ONDIMBA qui a reçu le soutien unanime de la Communauté Internationale et pourtant recherché sans succès par le camp d'en face. C'est ainsi qu'après les Etats-Unis, la France, la Chine, l'Union Africaine, les Nations Unies et la Russie ont ce jour fait connaitre également leurs positions respectives en faveur du Président ALI BONGO ONDIMBA.

Nous disons oui au dialogue, mais dans le respect scrupuleux des institutions républicaines. Aucun gabonais n'acceptera qu'un groupuscule d'individus avides du pouvoir puisse tenter de prendre en otage la Nation toute entière en privilégiant la violence à la sérénité.

Le Gabon est un pays béni, et cette situation ne saurait changer par la simple volonté d'un agitateur reconverti.

Fait à Kemper, le 04 Février 2011

Auteurs: Jeunesse Consciente du Gabon, La Jeune Garde, en collaboration avec Soumbouya les Pacifistes d'un GABON Qui Change Sans Violence.

3.Posté par Otibi le 04/02/2011 15:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci la voix du peuple silencieux,pour tes encouragements à chasser le système PDG. nous marchons demain à RIO

4.Posté par G8 le 04/02/2011 16:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LA VOIX DU PEUPLE SILENCIEUX DU GABON.

Merci , mais on est fatigue on va faire les 100 pas demain a RIO c'est.
Toi tu peux les tiens vers chez ALI ben...

5.Posté par ALI BEN DOIT PARTIR DEMAIN le 04/02/2011 18:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ALI BEN, FROM NIGERIA, DOIT PARTIR DEMAIN.


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...