News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Cafouillage, blues et tribulations des DRH de la fonction publique gabonaise

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Samedi 21 Décembre 2013 à 08:38 | Lu 679 fois

Annoncé par le président de la République lors du Conseil des ministres délocalisé du 6 octobre 2011 à Mouila, la mise en place des Directions centrales des ressources humaines (DCRH) de la Fonction publique gabonaise semble être tombée dans les méandres des promesses dites non-tenues. Sinon, qu’est donc devenu ce projet annoncé avec tambours et trompettes ? Vers un autre mouvement d’humeur ?



L’annonce, en octobre 2011 à Mouila, de la création des Directions centrales des ressources humaines (DCRH) de la Fonction publique gabonaise avait amené à la sélection de diplômés en gestion des ressources humaines, avec publication dans les journaux en juin 2012. Par voie de conséquence, elle avait provoqué la démission des entreprises privées de plusieurs de ces jeunes gabonais sélectionnés qui pensaient apporter leur modeste contribution à l’instauration d’une Fonction publique efficace. Depuis plus d’an, ils sont malheureusement à la maison.

Or, l’Etat avait pourtant mis en place des moyens pour une formation supplémentaire en gestion des ressources humaines (GRH), assurée par le cabinet d’expertise Sarthe Innocenti, qui a fait venir des experts tel que Jean-Marie Perreti (Référence mondiale en GRH) et mobilisé les enseignants de l’Ecole nationale d’administration (Ena) du Gabon pour la maîtrise du droit de la Fonction publique et ce, pendant plus de six mois. La formation entamée en juin 2012 avait été clôturée à la Chambre de commerce de Libreville par le ministre délégué au Budget, Raphaël Ngazouzet, en décembre 2012.

Après quelques mois d’immersion dans les locaux de la Fonction publique, ces personnes «chargées de donner un souffle nouveau à la gestion du personnel de l’Etat» ont tout simplement été reléguées aux placards du ministère du Budget.

La grogne sourde que ces futurs Directeurs centraux des ressources humaines ont observée, il y a plusieurs mois, a fait que le ministère décide de remettre à chacun d’eux une prime de rendement trimestrielle correspondant à ce que chacun de ces cadres avait en termes de salaire mensuel lorsqu’il était en exercice dans le secteur privé. Au-delà, le chef de l’Etat a demandé la mise en place des systèmes d’évaluation des agents ; une des missions prévues dans le cadre des activités des DCRH. Jusqu’ici rien du tout.

Selon les investigations menées au sein même du ministère du Budget, les futurs DCRH seraient actuellement sacrifiés sur l’autel d’un conflit de compétences entre le Secrétariat général et la Direction générale de l’administration et de la Fonction publique (DGAFP). Chacun voulant, à ce qu’il se dit, s’approprier la gestion des directions centrales des ressources humaines. La conséquence de cette guéguerre est que les choses tirent en longueur et Dieu seul sait ce qui se raconte au ministre du Budget qui, par ailleurs, ne semble pas maitriser ce qui se passe. D’où son refrain, depuis maintenant plusieurs mois «bientôt les DCRH vont être mises en place». Mais, à l’horizon il n’y a pas le moindre nuage qui bouge.

Selon des sources concordantes, les affectations par ministère, en termes de réservations des postes budgétaires, seraient effectives depuis près de 8 mois. Mais les numéros matricule, qui avaient commencé à être générés, ont été bloqués, arguant qu’il faut d’abord créer le corps des gestionnaires des ressources humaines. Un décret que le président de la République aurait donc du mal à prendre depuis près de 2 ans.

Le danger de cette lenteur, à laquelle les plus hautes autorités jurent pourtant vouloir asséner un coup fatal, est que parmi les 77 futurs DCRH certains commencent à faire défection en allant notamment se revendre dans les entreprises pétrolières. Les autres qui ont décidé de rester fidèles à l’Etat, qui les a visiblement oubliés, croupissent dans la misère, non sans regretter d’avoir démissionné pour rejoindre cette «communauté de pratique». Enfin, les rares cadres qui s’étaient déjà vus attribuer des numéros matricules ont tout simplement fait pression pour établissement d’attestation de recrutement qui, après codification à la solde, leur permet d’avoir un salaire de fonctionnaire mais, dans le corps de la communication sociale.

Tout cela semble démentiel, mais c’est la triste réalité d’une administration qui, en voulant avancer à grands pas, semble plutôt reculer de plusieurs pas à cause des hommes qui la dirigent et qui eux, sont visiblement incapables de changer de paradigme.

Il est à rappeler qu’au départ de cette sélection, un petit groupe avait refusé de prendre part à cette formation de l’Etat, précisant que l’Administration n’était plus digne de confiance et que démissionner parce qu’ils avaient été sélectionnés ne donnait aucune garantie. Dans la tête de ceux qui se sont laissés convaincre, ces paroles doivent encore résonner car les quelques cas rares qui ont refusé d’entrer dans ce projet gagnent encore bien leur vie de salariés. Les autres qui ont pensé que l’administration était encore digne de confiance sont tout simplement assis chez eux à se tourner les pouces, en attendant la pitance trimestrielle.

Il faut peut-être que le ministre du Budget prenne la chose en main, avant que le président de la République n’entende encore parler de grève de la faim ou de manifestation, comme les administrations ont désormais la manie de les «commanditer» par leur négligence.

Source : Gabonreview

Samedi 21 Décembre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 679 fois




1.Posté par fin de la gestion catastrophique du gabon le 28/12/2013 01:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La stratégie des bongos pour la conservation du pouvoir depuis 1967 a forcément réussi au Gabon et a encore de beaux jours devant elle. Nul ne me contredira, le PDG légiféra pendant encore 100 ans au Gabon après moult réflexions :
Les bongos et leur loges ont réussi à empêcher l’enrichissement de tous les gabonais de telle sorte que nous n’avons pas d’hommes d’affaires gabonais depuis 1967, même les gabonais qui ont brigué des postes feuilles ministériels vivent après 2 ans de leur éviction, comme des villageois (NGUIA BANDA a révélé à Gabon TV, l’absence criarde des gabonais dans le monde des affaires au Gabon depuis 1967). C’est une stratégie de conservation du pouvoir au Gabon.
La franc-maçonnerie Gabonaise contrôle tous les postes stratégiques du Gabon, c'est-à-dire des postes ou les gabonais ont des salaires adéquats, leur conférant la possibilité de prendre des initiatives. Ainsi, tous les postes de chefs de service, directeur adjoint, DG, DAF, SG, PCA, Président d’une institution, Ministre, Ministre délégué, Directeur Délégué, Directeur de Cabinets, DRH, Directeur technique, en un mot tous les postes de cadre supérieur et de cadre dirigeant sont sous la main mise de la franc-maçonnerie. Tu ne peux pas occuper un de ses postes si tu ne rentres pas dans l’ordre établi…
Les banques centrales africaines dont le rôle est de gérer les finances des états africains francophones, sont toujours dirigés par des français depuis la coloniale (PCA, PR), de telle sorte que quand les recettes minières et naturelles (bois, pétrole, manganèse) atterrissent dans ces banques centrales, elles ne sont pas débloquées pour exécuter les lois des finances des états africains. Nos lois de finances s’exécutent en Europe ! (Attention un DG est un gestionnaire, ce n’est pas son affaire, c’est le PCA ou les actionnaires qui donnent des directives au DG de la BEAC/BCEAO)
Les chefs d’états africains sont des gestionnaires des comptoirs d’Afrique. Les peuples noirs d’Afrique ne sont pas encore forts après 63 ans d’indépendance à cause de la misère et de la pauvreté qui frappent toutes les familles. A beau être premier ministre d’un état, si tous tes parents sont pauvres, tu ne prospèreras point tant que ta base n’est pas solide. Cette fragilité des peuples ou familles d’Afrique est une des causes du maintien en esclave de l’Afrique.
Les gestionnaires des comptoirs de l’Afrique (nos présidents) n’ont pas assez de marges de manœuvres au risque de perdre leur pouvoir ou leur vie (La jurisprudence à prendre en compte est celle de Laurent BAGBO, qui voulait sortir la côte d’ivoire de la BCEAO, pour avoir une autonomie de gestion du budget régalien de la Côte d’ivoire).
La misère des nègres du Gabon trouve ainsi sa raison dans la perpétuation de la colonisation, par l’adoubement ou le placement des hommes aux origines douteuses aux postes de chef de l’état. En fait les gestionnaires des comptoirs d’Afrique sont soient des naturalisés, soit des enfants adoptifs, soit des bi nationaux, aucun natif pure sang ne peux y accéder. C’est la domination coloniale !
La chance que nous avons au 21 ieme siècle, c’est l’arrivée des nouvelles puissances économiques et militaires. La Chine est devenue le premier consommateur des matières premières au monde et traite d’égale à égale avec les gestionnaires des comptoirs. Cela a l’avantage de nous permettre la réalisation de quelques infrastructures énergétiques, routières et autres. La vieille Europe au sens de georges W bush, est lourdement endettée, avec une population fortement vieillissante et accuse une perte de vitesse dans les nouvelles technologies, mais reste major dans l’armement et l’agriculture. Cette dernière position à pour corollaire l’asphyxie les comptoirs d’Afrique, qui ne peuvent plus atteindre les objectifs millénaires du développement car leur budgets s’exécutent dans la vieille Europe et non sur le sol africain.
Face à cette situation connue de tous, nous interpellons les hommes politiques de l’opposition, les gabonais de l’étranger, les étudiants et éleves éveillés, de trouver ensemble un cadre de réflexion en 2014, de façon à asseoir une stratégie permettant d’évincer par tous les moyens, les gestionnaires des comptoirs d’Afrique, lors des prochaines échéances électorales de 2016. Que vous soyez fang, punu, myéné, nzébi ou autre, nous sommes condamnés à vivre sur un même territoire, nous devons nous unir pour désigner dans une élection primaire, le candidat unique de l’opposition qui affrontera le gestionnaire du comptoir de la vieille Europe.
Il est immoral et horrible qu’au 21 ième, on nous informe par toutes les ondes, que le Gabon a eu en 2013, 4000 milliards de recettes budgétaires excédentaires, 1258 milliards de francs cfa d’emprunts obligataires (508+750 milliards) et qu’aucune embauche sérieuse des gabonais au chômage ne voit le jour, que les projets des barrages hydro électriques sont bloqués par le chef de l’état, que les 3800 logements d’Agondjé ressemblent à des premiers campement des colonisateurs, que le cerveau de notre pays soit dirigé par des gabonais d’origine douteuse. Diffusez cet article sur facebook.
Notre site web sera opérationnel en janvier 2014 pour lancer la campagne de 2016. In chala !

www.gabonreview.com



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...