Connectez-vous S'inscrire
News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Bruno Ben MOUBAMBA : Interrogations sur la " rencontre de Sarkosy / Classe politique

l'info réelle 7J/7 - LVDPG - Actualité en ligne 24h/24 le Mardi 23 Février 2010 à 14:58 | Lu 4420 fois



Bruno Ben MOUBAMBA : Interrogations sur la " rencontre  de Sarkosy / Classe politique
Le 22 février 2010
INTERROGATIONS SUR LA "RENCONTRE" SARKOZY / CLASSE POLITIQUE GABONAISE

Le Président Nicolas Sarkozy devrait rencontrer la « classe politique gabonaise » pendant son séjour au Gabon du 24 au 25 février 2010. En principe, une rencontre entre un Chef d’Etat en exercice et une classe politique se déroule dans un cadre constitutionnel formel et précis. Ainsi par exemple, Nicolas Sarkozy, en épilogue de son premier voyage officiel aux USA le 7 novembre 2007 s’était adressé solennellement au Congrès Américain.

Le fait qu’un Chef d’Etat étranger en visite s’exprime devant des institutions françaises est également devenu une tradition. Le Nouveau Cycle de relations entre la France et l’Afrique francophone que ma génération appelle de ses vœux tarde à venir et ce voyage gabonais risque de ressembler à ceux de Jacques Chirac, voire de Valéry Giscard d’Estaing. Telle qu’annoncée, la rencontre entre le n°1 français et les politiciens traditionnels du Gabon a de quoi laisser perplexe alors qu’il n’est pas prévu que le Président Français s’exprime devant le Sénat ou l’Assemblée Nationale mais se limite à des rencontres.

Quelles sont les raisons de ces trop nombreuses rencontres entre Ali Bongo et Nicolas Sarkozy: novembre, décembre, janvier, février ? Pratiquement une fois par mois ! Quel est le but du voyage de M. Sarkozy ? Les problèmes des industriels français au Gabon ? La crise politique latente depuis le 30 août 2009 ou autre chose ?

L’Opposition a-t-elle intérêt à rencontrer Nicolas Sarkozy au moment où l’Union Nationale a le vent en poupe et où l’arrogance éhontée du Nouveau Pouvoir Gabonais ne cesse de croître ? Je pense que non.

Que peut attendre l’Opposition d’un éventuel rendez-vous avec le Président Français ? Rien à mon humble avis tant qu’il n’y aura pas un retour à la démocratie et un accès du Gabon aux standards internationaux. C’est pourquoi je ne pense pas que cette rencontre ait un quelconque intérêt. Au contraire.

Je recommande plutôt à l’Opposition de rompre avec le fameux syndrome du « vieux nègre et de la médaille » rendu célèbre par Ferdinand Oyono, ancien ministre-écrivain camerounais. Ce syndrome est celui du « vieux nègre », sans cesse en attente de l’approbation et des récompenses, des médailles du « maître ». Voilà le court horizon du « vieux nègre » et la médaille. Or nous savons que depuis Mandela ou Paul Kagamé du Rwanda (et il est heureux que Libreville soit sur le trajet de Kigali en la circonstance) qu’une autre Afrique est possible, qu’un nouveau partenariat est une exigence minimale.

Pour l’instant la modernisation des relations ne semble pas avoir rendez-vous au Gabon mais nous ne devons pas renoncer au rêve d’un autre Gabon. Plaise à Dieu que la classe politique gabonaise en finisse vite avec les archétypes d’un autre âge, en premier lieu l’Opposition.
S’il faut être ostracisé pour ses convictions, il s’agit plus d’un honneur que d’un drame.

Bruno Ben MOUBAMBA

Mardi 23 Février 2010
LVDPG - Actualité en ligne 24h/24
Vu (s) 4420 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

28.Posté par Ngone le 24/02/2010 23:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A Odjuan'a Mbédé, merci infiniment pour ce bref résumé sur l'histoire de notre pays. Cela me fait penser à proposer à LVDPG la création d'une rubrique "Histoire politique de Mon Pays", où tous les gabonais de l'ancienne génération pourront instruire la jeune génération. Pour savoir où l'on va, il faut savoir d'où on vient. Comprendre le Gabon politique d'hier nous permettrait d'éviter les erreurs et de mieux cerner les obstacles à sa réelle construction.
Vos interventions m'ont apporter des lacunes que j'avais sur certains points, et j'en ai encore (des lacunes) sur l'histoire de notre pays. Par exemple, Albert Bernard Bongo remplace Léon Mba en 1967, qui et où était-il avant ? dans l'opposition ou dans la majorité ? dans quel parti politique ?

Pétition pour la mise en place par LVDPG d'une rubrique sur l'histoire politique du Gabon, 1ère signature : Ngone.

27.Posté par ADN le 24/02/2010 22:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Odjuan'a Mbédé, j'atteste ton intervention dans le poste 24.

En plus personne n'a à t'insulter menteur quand tu démontres quelques chose. En revanche, si quelqu'un estime que tes argements historiques sont faibles, il suffit pour lui qu'il écrive un argmentaire qui contredit les points qu'il a pris au préalable le soin de relever. c'est comme ça les choses se passent dans un pays démocratique.

Si nous voulons changer le Gabon, nous devons déjà commencer à vivre autrement.

BRAVO!!!!!!!!! Odjuan'a Mbédé

26.Posté par yacelio le 24/02/2010 20:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
allez courrez tous chez sarko minus opposant plus fous tous que ABESS qui a eu la bonne idée lui de rencontrer YA ALI plustôt que d'avoir le complexe iné de la françafrique des néos opposants PDG !

25.Posté par Lili le 24/02/2010 13:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BBM n'a pas la science infuse!De plus il ne vit pas au gabon pour voir à quel point les libertés individuelles sont privées notamment aux opposants. Il est vrai que dans un parti politique on peut avoir des divergences d'opinion mais de grâce cela doit rester dans le parti car le fait que BBM dise est contre le fait de rencontrer sarko quand l'UN le désire peut faire dire au Pdg que c'est un parti qui ne fera pas long feu!Il faut montrer que vous êtes soudés même dans les divergences.
Moi je l'ai dit et le redit c'est une bonne chose que l'opposition rencontre sarko car il faut qu'il sache leur façon de penser quand aux événements dictatoriaux que connaissent les gabonais depuis le 30 août 2009.
Il faut aussi qu'il sache que la population en a marre et aimerait maintenant que son devenir et son bien être soit au coeur des préoccupations des politiques et que l'amélioration de ses conditions de vie soit dorénavant palple plutôt qu'illusoire comme autant de bongo père!
Que la population n'a pas oublié l'échec des élections au gabon grâce à l'ingérence de la france parce que bongo père a financé la campagne de sarko et chirac.
Y en a marre!

24.Posté par Odjuan'a Mbédé le 24/02/2010 10:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lola Solange

Il me semble que vous êtes une femme et pour cela, je me doit de vous traiter avec le maximum de galanterie. Toutefois, je voudrais vous exhorter à prendre à l'avenir le temps de vérifier les informations avant de vous jeter dans un rejet systématique sans en opposer la vérité que vous semblé détenir !

Nous sommes ici pour construire un autre Gabon, un Gabon Uni, un Gabon pour tous. Pour avancer et évaluer la distance parcourue, il faut savoir d'où l'on vient. Loin de moi l'idée de me passer pour un savant; je partage simplement mes modestes connaissances avec ceux qui comme moi viennent sur ce site pour échanger en s'instruisant.

Pour repondre à votre question, permettez moi de vous apporter les éléments qui vont suivre et que j'espère, vous prendrez le temps de vérifier avant de revenir ici me traiter de menteur.

Exilé en 1931 en Oubangui-Chari, le retour de L’éon Mba au Gabon se fait en 1946.

Pour ne pas être trop long, retenez qu'aux élections législatives du 17 juin 1951, Léon Mba ne recueille que 11% des suffrages exprimés tandis qu’Aubame est réélu.
Aux élections territoriales de mars 1952, l’Union démocratique et sociale gabonaise (UDSG) d’Aubame remporte 14 des 24 sièges contre deux pour le Comité Mixte Gabonais (CMG) de Léon Mba.

Isolé à l’Assemblée territoriale, il s’allie avec les colons privés représentés à l’Assemblée. Par ailleurs, en août 1953, le Comité Mixte Gabonais (CMG) de Léon Mba fusionne avec le Parti démocratique gabonais (PDG) de Paul Gondjout pour donner naissance au Bloc démocratique gabonais (BDG) avec Gondjout comme secrétaire général et Mba comme adjoint.

Son opportunisme et son charisme finissent par séduire les puissants forestiers européens, notamment Roland Bru. Fort de ce soutien, Léon Mba est élu maire de Libreville en 1956, puis parvient à se hisser en 1957 à la tête du Gabon grâce au poste de vice-président du Conseil du gouvernement titre octoyé par la France.
Son vœux le plus cher n’est en ce moment là pas l’indépendance mais la départementalisation du Gabon; chose qu’il se voit refuser par le général de Gaulle. C’est ainsi que contre son gré, il proclame l’indépendance le 17 août 1960 en tant que Premier ministre.

Avant même l’indépendance, il opère des arrestations d'hommes politiques, restreint les libertés individuelles, arrange les élections et promeut un culte autour de sa personnalité. Par ailleurs, un système de corruption généralisée est mis en place par ses amis forestiers.

En 1961, alors qu’il est élu président de la République en candidat unique, une nouvelle constitution lui accorde pratiquement tous les pouvoirs. Son rêve est alors l’instauration du monopartisme. Mais en 1964, Mba est renversé par un coup d'État qui amène au pouvoir son opposant démocrate Jean-Hilaire Aubame. La France le ramène militairement au pouvoir et le pays passe alors sous la tutelle directe de Paris.

Devenu paranoïaque, sa restauration amène à une radicalisation du régime. Gravement malade, il doit laisser dès 1965 l’exercice du pouvoir à Albert-Bernard Bongo. Réélu président en 1967, il meurt le 27 novembre de la même année et c'est Albert Bernard Bongo qui suivant la logique de Léon Mba instaurera le monopartisme en ramenant le PDG de Ngondjout
comme parti unique et en se positionant Secrétaire Général puis président fondateur.

Le but recherché dans mes inerventions n'est pas de raconter l'histoire de Léon Mba mais de démontrer le degré d'ingérance de la France dans la gestion politique du Gabon et les choix qu'elle a toujours opérés.

Ne soyons donc pas celui à qui on montre la lune et qui regarde le doigt !!!

NOUS SOMMES ET RESTRONS UNIS DANS L'U.N !!!!

23.Posté par Lola Solange le 24/02/2010 08:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Andjouna mbede,tu es un menteur,d'ou tu sors ces inepties tu essaies de mettre au devant de l'histoire du Gabon un homme a partir de la Mairie de Libreville,L'autonomie du Gabon date de quand? et qui en furent les acteurs du cote gabonais pour discuter avec la France ,de l'autonomie puis de l'independance qui a conduit Leon_MBA 1er P.R Le president Leon MBA etait ou durant les 4 dernieres annees qui ont precede son arrivee au pouvoir?Vas si tu le peux fouiner dans les archives J.H.AUBAME,de Paul Marie NGONDJOUT, J.Fidele OTANDO,BOUCAVEL ...Et arrete de faire le petit savant pour ariennn.

22.Posté par ADN le 24/02/2010 07:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
cher Odjuan'a Mbédé, j'aime ta manière de te fonder sur les faits réels pour démontrer la véracité de tes arguments. BRAVO!!!!

21.Posté par St.Michael le 24/02/2010 02:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne faillirais pas à ma mission: Recadrer les choses et rappeler à toutes et tous pourquoi nous sommes ici.

1-L'avenue de Sarkozy ne mérite pas de faire couler l'ancre de nos plumes car le criminel Sarkozy vient visiter les lieux du crime après sa basse besogne qu'il a orchestrée le30/08/09 et le 04/09/09.

2-Je vous avais déjà parlé de 'EXPECTED OUTCOME'. En effet pour les partisans du changement unis dans UN=1, notre ‘’Expected outcome’’ ce n'est pas serrer la main 'blanche' de Sarkozy, c'est plutôt terminer l'implantation et l'expansion de nos forces du changement (UN=1) sur le territoire national et partout dans le monde pour chasser par tous les moyes l'axe du mal Alibenbongo/pdg-francafrique et ses ramifications.

3-Nous ne sommes pas ici pour faire une course pour designer qui sera le premier à la passerelle du cercueil volant airbus français transportant l'hongrois, nous sommes ici pour faire la course contre la montre à la destruction de l'axe du mal pour le Gabon d'Abord sorte des déconbres pédé-Gsites.

4-Notre agenda (UN=1) n'est pas tracé par les événements futiles comme Sarkozy à Franceville, notre Agenda (UN=1) est tracé d'avance par les Leaders de UN=1 (Think ahead, plan ahead and act ahead as Genius Leaders: our Intelligence footprint).

Apres tout Sarkozy, Aliben et leurs faux accords passeront mais le Gabon et le Peuple Gabonais ne passeront guère.

Connaitre l'Alpha (la date du coup d'état électoral) sans connaitre l'Omega (le point de chute de la monarchie) devrait plutôt donner des frissons à nos détracteurs et oppresseurs.

Let’s thank God for having enlightened our spirit while hardening the heart of our oppressors such that they ultimately pay highest prize they deserve as a result of their crimes to innocent people.

amen.

20.Posté par Odjuan'a Mbédé le 24/02/2010 01:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci de nous donner le programme officiel du séjour de votre fabricant; malh'eureusement, il un programme peut être soumis à des modifications repondant aux circonstances ou avoir un volet officieux que vous ne maitrisez pas! D'ailleur si Sarko ne rencontre pas l'opposition, elle n'en rougira pas et les choses se compliquerons et pour le PDG, et pour Ali. Les accords de dupes qu'ils signeront ne changeront rien à son illégitimité et la position de la france sera on ne peut plus claire.

les accords entre deux états n'engagent pas que le président de la république mais aussi le peuple directement ou à travers ses représentants que sont les parlementaire.

Article 113 de la constitution Gabonaise stipule que:
Le Président de la République négocie les traités et les accords internationaux et les ratifie après le vote d'une loi d'autorisation par le Parlement et la vérification de leur constitutionnalité par la Cour Constitutionnelle.
Le Président de la République et les présidents des chambres du Parlement sont informés de toute négociation tendant à la conclusion d'un accord international non soumis à ratification.
Et L' Article 114 dit :
Les traités de paix, les traités de commerce, les traités relatifs à l'organisation internationale, les traités qui engagent les finances de l'État, ceux qui modifient les dispositions de nature législative, ceux qui sont relatifs à l'état des personnes ne peuvent être approuvés et ratifiés qu'en vertu d'une loi.
Aucun amendement n'est recevable à cette occasion. Les traités ne prennent effet qu'après avoir été régulièrement ratifiés et publiés.
Nulle cession, nul échange, nulle adjonction de territoire n'est valable sans consultation préalable du peuple gabonais par voie de référendum.

Alors, signez vos accords hors la loi et anticonstitutionels, L'un vous attend au prochain virege!

Qui est finalement vraie foutaise? le pédé-gé ou l'oppsition. Wouèèèèèèè quel peuple!!!!

Mais Nous, on est UN!

19.Posté par AKOMA MBA le 24/02/2010 00:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Gabon : Nicolas Sarkozy rencontrera Pierre Mamboundou à Libreville
Écrit par Alfred MBA ASSEKO
Mardi, 23 Février 2010 21:29
Pierre Mamboundou, le Président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG) rencontrera le Président de la République française Nicolas Sarkozy lors de la visite officielle que ce dernier effectuera au Gabon les 24 et 25 février. La rencontre entre les deux hommes interviendra 6 mois après l’élection présidentielle contestée du 30 aout 2009 au cours de laquelle Ali Bongo a été déclaré vainqueur alors que Pierre Mamboundou revendiquait la victoire en se basant sur les procès verbaux des bureaux de vote qui lui donnait une avance conséquente sur ses adversaires immédiats. Les contestations postélectorales qui s’en suivirent furent durement réprimées, en particulier à Port-Gentil, la capitale économique du pays réputée être le fief de Pierre Mamboundou.

Pierre Mamboundou lui-même fut gravement blessé par un détachement d’élite de l’armée au cours du sit-in qu’il avait organisé dans la nuit du 2 au 3 septembre 2009 pour demander que les vrais résultats de l’élection soient rendus publics.

L’objet de la rencontre entre le Président français et le leader de l’opposition gabonaise n’a pas été dévoilé.

Auteur : Alfred MBA ASSEKO
Copyright http://www.uog-gabon.org/



18.Posté par MBA Abessolo le 24/02/2010 00:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Écrit par Douglas NTOUTOUME Mardi, 23 Février 2010 21:56

Paul Mba Abessole, président du RPG (opposition) chez le Président de la République Ali Bongo Ondimba

Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien
Libreville, 23 février (GABONEWS) - Le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, a reçu ce mardi au palais de la présidence, le leader du Rassemblement Pour le Gabon (RPG, opposition) Paul Mba Abessole, en présence du Secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Faustin Boukoubi, dans la logique annoncée par le Chef de l’Etat, au sortir de l’élection présidentielle du 30 août 2009, c'est-à-dire de garder la main tendue en direction de tous.

L’économie de la rencontre entre les deux hommes a été faite par Faustin Boukoubi qui a indiqué que « le Président Mba Abessole, en bon compatriote, s’est montré disponible, et cette rencontre a été très cordiale ».
Cette démarche du RPG confirme la volonté longtemps affichée par le Président Ali Bongo Ondimba qui disait en son temps : « j’ai foi en la capacité de toutes les Gabonaises et de tous les Gabonais de participer à la construction de notre édifice commun. C’est le gage de notre réussite collective ».

C’est ainsi, qu’au sortir de l’élection de l’année dernière, le chef de l’Etat avait affirmé qu’il tendait la main à toutes les forces vives de la nation et à toutes les bonnes volontés de « notre pays, pour que chacun se mobilise et apporte sa pierre à l’édification d’un Gabon Emergent ».

Mba Abessole est le premier leader de l’opposition à être reçu par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba.

Le RPG, membre de la Majorité présidentielle au temps d’Omar Bongo Ondimba, ne s’est pas reclasser après l’échéance électorale du 30 août 2009. Dès lors, le parti de Paul Mba Abassole connaît, depuis un moment, un tourbillon interne avec l’évincement du député Bilié Bi Nzé parce qui avait, avec quelques autres collègue de cette formation, voté favorablement pour la déclaration de politique générale du premier ministre, Paul Biyoghé Mba.

L’audience de ce mardi s’est tenue quelques minutes avant le départ du président de la République pour Franceville dans la province du Haut-Ogooué où il va accueillir son homologue français, Nicolas Sarkozy en visite de travail dès le 24 février en terre gabonaise.


17.Posté par ADN le 24/02/2010 00:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Odjuan'a Mbédé, c'est vraiment agréable de lire l'histoire de la politique coloniale au Gabon. Histoire que tu essayes de résumer avec l'élection de Léon Mba à la tête de la municipalité de Libreville d'une part et du Gabon de l'autre. Je t'avoue que je n'avais pas ces élements historiques pour étayer de temps à autres mes arguments politiques. J'espère apprendre avec toi et les autres bien sûr dans les débats politiques que nous allons mener sur ce site qui nous donne la chance de nous exprimer Librement.

En outre, ce que tu dis sur les rencontres entre l'exécutif (président de la république gabonaise) et l'opposion français a déjà été souligné dans un autre poste. J'avais dit que personne ne pourvais avancer de telle affirmation si elle n'avait pas les preuves de ses déclarations parce que personne ne connait l'agenda de Bongo Ondimba fils quand celui-ci se rend en France en visites officielles ou privées.

Ce qui m'amène à conclure ceci: Faisons de la plitique en se basant sur des faits que nous pouvons vérifier et non sur les rumeurs comme c'est l'habitude au Gabon avec le KONGASSA.

16.Posté par ADN le 24/02/2010 00:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Odjuan'a Mbédé, je suis d'accord avec toi.
Je ne sais pas quelle mouche a piquée BBM, mais je crois qu'il fait preuve de beaucoup d'amateurisme.
Bravo pour tonanalyse!!!!! Odjuan'a Mbédé.
A bientôt.

15.Posté par KOUMBA le 23/02/2010 23:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Libreville, 23 février (GABONEWS) – A quelques heures l’arrivée, au Gabon du chef de l’Etat Français, Nicolas Sarkozy, pour une visite de travail, les 24 et 25 février 2010, l’Agence de presse en ligne GABONEWS publie, in extenso, le programme intégral de ce séjour du n°1 français en terre gabonaise.

Franceville
Journée du mercredi 24 février 2010 :

08h00 (heure locale)

Atterrissage de l’Airbus
présidentiel à l’Aéroport de Mvengué – Franceville.

Accueil de Son Excellence Monsieur le Président de la
République Française par Son Excellence EL HADJ ALI BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise.

-         Monsieur le Gouverneur de la Province du Haut – Ogooué.
-         Monsieur Jean Didier ROISIN  Ambassadeur, Haut Représentant de la République Française au Gabon.

- Honneurs Militaires

Présentation des personnalités présentes :

-         Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Internationale et de la Francophonie.

-         Madame le Ministre de la Défense Nationale

-         Monsieur le Ministre de l’Economie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme.

-         Monsieur le Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de l’Immigration et de la Décentralisation

-         Monsieur le Ministre l’Habitat, du Logement et de l’Urbanisme.

-         Monsieur le Ministre Délégué auprès du Ministre du Budget, des Comptes Publics et de la Fonction Publique.

-         Monsieur le Directeur de Cabinet du Président de la République.

-         Le Général d’Armée, Chef de l’Etat – Major Particulier du Président de la République.

08h20: Décollage de l’hélicoptère présidentiel à destination du Palais Présidentiel de Franceville.

08h30 : Atterrissage sur l’héliport du Palais Présidentiel et départ en cortège automobile pour le mausolée.

08h35 : A son arrivée au mausolée, Monsieur le Président de la République Française est accueilli par les Membres de la famille de Feu le Président OMAR BONGO ONDIMBA.

Recueillement et dépôt de gerbe au mausolée OMAR BONGO ONDIMBA.

08h40 : Départ en cortège automobile pour le Palais Présidentiel.

08h45 : Entretien en tête à tête des deux Chefs d’Etat à la Résidence du Président de la République Gabonaise.

Les membres de la délégation attendent dans un salon adjacent

09h15 : A l’issue de l’entretien, le Président de la République Française regagne ses appartements (temps réservé).

Les membres de la délégation non concernés par la suite du programme se rendent à l’Aéroport.

09h55 : Départ en cortège automobile pour le Centre International de Recherches Médicales de Franceville (CIRMF) avec Son Excellence El HADJ ALI BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise.

10h05 : A leur arrivée, au CIRMF, Son Excellence, Monsieur le Président de la République Française et Son Excellence EL HADJ ALI BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise sont accueillis par le Docteur Jean Paul Gonzalez, Directeur Général du CIRMF.

Présentation générale du CIRMF par le Docteur Jean Paul Gonzalez.

Visite du Laboratoire P4 et présentation par le Docteur Eric LEROY, Chef de service de l’Unité des maladies virales émergentes.

10h50: Départ du cortège automobile pour le Palais Présidentiel.

10h50 : Arrivée au Palais Présidentiel.

11h00 : Décollage de l’hélicoptère présidentiel pour l’Aéroport de Mvéngué – Franceville.

-         Honneurs Militaires

11h 20: Décollage de l’Airbus présidentiel à destination de Libreville.

Déjeuner à bord.

12h30: Atterrissage de l’Airbus présidentiel à l’Aéroport International de Libreville.

Cérémonie officielle d’accueille par Son Excellence EL HADJ ALI BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise.

-         Remise du bouquet de fleurs

-         Honneurs Militaires.

Les deux Chefs d’Etat montent sur le podium et s’immobilisent devant le drapeau

-         Présentation des Officiers Généraux et Supérieurs

-         Présentation au Chef de l’Etat Français, au Salon du Pavillon présidentiel, de Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement Gabonais et du Secrétaire Général de la Présidence de la République.

-         Présentation au Chef de l’Etat Gabonais, des Membres de la délégation officielle française.

-         Les deux Chefs d’Etat traversent le Salon d’honneur de l’Aéroport International Léon MBA.

-         Sorti sur l’Esplanade des deux Chefs d’Etat

-         Bain de foule (Groupes socio- culturels).

-         Départ en cortège automobile pour la sablière.

13h00 : Décollage de l’hélicoptère présidentiel de la Sablière, en compagnie de Son Excellence EL HADJ OMAR BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise.

13h10 : Atterrissage de l’hélicoptère présidentiel à l’usine ROUGIER de déroulage et de fabrication de contreplaqué d’Owendo.

-  Accueil et présentation de l’usine par M. Francis ROUGIER, Président, Directeur Général de l’Entreprise et par M. Pierre Louis SANTOS, Directeur Général.

13h40 : A l’issue de la visite, décollage  de l’hélicoptère pour la Sablière.

13h50 : Atterrissage de l’hélicoptère présidentiel à la Sablière et départ en cortège automobile pour l’hôtel Méridien RE-NDAMA.

14h00 : Installation à l’hôtel Méridien RE-NDAMA (Temps réservé).

15h15 : Départ en cortège automobile du Président de la République Française pour la Cité de la Démocratie.

15h25 : Arrivée au Palais des Congrès de la Cité de la Démocratie.

-          Accueil par Son Excellence EL HADJ ALI BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise.

-          Discours de Son Excellence EL HADJ ALI BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise.

-          Discours de Son Excellence Monsieur Nicolas SARKOZY, Président de la République Française.

CEREMONIE DE SIGNATURE DES ACCORDS

Signataires: Membres du Gouvernement et Représentants de l’Agence Française de Développement (AFD)

-         Signature d’un accord sur l’échange de Jeunes Professionnels

-         Signature de diverses conventions de l’AFD

Signataires : Chefs d’Etat

-         Signature du Plan d’action pour la mise en œuvre d’un partenariat stratégique entre la République Française et la République Gabonaise

-         Signature de l’accord instituant un partenariat de défense

16h45 : Départ en cortège automobile pour l’hôtel Laïco.

16h55 : Réception en l’honneur de la communauté française à  l’hôtel Laïco.

-         Allocution du Président de la République Française

-         Exécution de la ‘‘Marseillaise’’.

-         Audiences accordées par le Président de la République Française

17h45 : A l’issue de la réception, retour en cortège automobile à l’hôtel Méridien RE-NDAMA.

18h00 : Arrivée à l’hôtel Méridien RE-NDAMA  (temps réservé).

19h : Arrivée pour la réception

19h55 : Départ en cortège automobile pour le Palais de la Présidence de la République.

20h00 : A son arrivée au Palais Présidentiel, Monsieur le Président de la République Française est accueilli par Monsieur le Président de la République Gabonaise et Madame EL HADJ ALI BONGO ONDIMBA.

-         Cérémonie de décoration dans le salon Marocain

-         Dîner  de gala (costume sombre, uniforme, tenue traditionnelle, robe longue).

-         Echange de Toast au début du repas.

21h30 : A l’issue du Dîner, retour à l’hôtel Méridien RE-NDAMA.

JOURNEE DU JEUDI 25 FEVRIER 2010

08h00 : Départ du Président de la République Gabonaise pour l’hôtel Méridien RE-NDAMA.

08h05 : Départ des deux Chefs d’Etat pour l’Aéroport International Léon MBA de Libreville.

08h15 : Arrivée à l’Aéroport International Léon MBA des deux Chefs d’Etat.

-         Cérémonies officielles de départ

-         Honneurs Militaires

-         Monsieur le Président de la République Française prend congé de Son Excellence EL HADJ ALI BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise

08h30 : Décollage de l’Airbus présidentiel à destination de Kigali

OPPOSTITION MAINTENANT SARKOZY VOUS RECOIT OU? ALLEZ LA BAS FOUTAISE!!!

14.Posté par snt le 23/02/2010 23:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci @ Odjuan'a Mbédé

Je crois que malgré tous les exemples que nous pouvons avoir, nous ne cmprenons toujours pas. Nous avons Nelson Mandela, qui a négocié avec l'angleterre. Martin Luther KING, qui pronait l'union blancs-noirs. OBAMA plus récemment, qui travaille avec Hilary...

Toute la sagesse recommande la négociation, avec la France. C'est dur à avaler mais c'est comme ça. À moins de vouloir faire la connerie de Robert MUGABE qui a affamé son peuple, et engendré la guerre civile!!!!

Nous sommes tous petits ici. Laissons nos grands gérer. Ils savent mieux que nous ce qu'ilfaut faire, et ce qu'il ne faut pas faire. Arrêtons de croire que nous savons, ou que nous pouvons. Restons à nos places. Et faisons leur confiance, tout simplement. Sinon partons. Car le profanatisme, cet manière de parler de ce qu'on ne sait pas, ne nous grandit pas du tout. Au contraire. Ne parlons que de ce que nous savons. S'il vous plaît.

Merci

1 2

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 17 Novembre 2017 - 04:32 Gabon - Jeûne national : L’appel de Ben Moubamba

Flash Info Résistance | Politique | Société | Economie | Art Sponsorisés | Scandale | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame








Sport... !

Les Articles les plus lus

Démangeaisons : qu'est-ce que ça cache ?

0 Commentaire - 13/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Pourquoi la bière fait - il tant uriner ?

0 Commentaire - 24/08/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

» Notre histoire d`amour qui a bouleversé ma vie”

0 Commentaire - 27/09/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Cet accessoire qui peut vous aider à dormir plus vite

0 Commentaire - 10/07/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...

La Femme Emancipée

Incroyable !