News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Bombardements de l'armée française Moscou demande une évaluation

Le site de la Liberté - Kwame N'Krumah le Mercredi 6 Avril 2011 à 00:33 | Lu 1420 fois



Moscou demande une évaluation de la légitimité de l'inversion militaire française en Côte d'Ivoire

MOSCOU – La Russie a exigé mardi l’évaluation de la légitimé des bombardements effectués par les forces françaises et onusiennes en Côte d’Ivoire, dans un communiqué lu par le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

« Selon les informations de la nuit dernière, la mission de l’Onu (Onuci) et le contingent français (Licorne) qui l’appuie se sont engagés dans des hostilités aux côtés de M.Ouattara, en portant des frappes aériennes » sur les positions de l’armée, en insistant sur le mandat de l’Onuci qui l’oblige « à être neutre et impartiale ».

Les réactions dans le monde se multiplient contre les bombardements aériens des forces françaises en Côte d’Ivoire.

Le président de l’Union africaine, Teodoro Obiang Nguema, a dénoncé mardi le recours à la force par l’Onu et la France. A Paris, le Parti Communiste , le Nouveau Parti Anti-capitaliste (NPA) et Lutte ouvrière par un communiqué ont exigé le retrait « immédiat » de Côte d’Ivoire des troupes françaises.


Mercredi 6 Avril 2011
Kwame N'Krumah
Vu (s) 1420 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

12.Posté par FOUTAISE le 09/04/2011 18:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Fukushima, un accident de civilisation
@NGOLONGOLO

Je viens juste de trouver cet article qui peut compléter mon analyse sur le choix sociétal...

| 09.04.11 | 13h39 • Mis à jour le 09.04.11 | 13h39


6
Classez
Recommandez
Imprimez
Envoyez
Partagez
Facebook


Les médias en font-ils trop ? Ici ou là se lèvent quelques voix pour relativiser le désastre en cours dans la centrale de Fukushima 1. Certains rappellent quelques vérités de bon sens. D'abord, le nombre de décès directement imputables au dégagement de particules radioactives est, jusqu'à présent, nul. Quant aux dommages économiques, ils sont très limités - comparés à l'impact global du séisme et du tsunami du 11 mars -, même s'ils s'inscrivent dans la durée. Ensuite, force est de reconnaître que d'autres sources d'énergie sont bien plus dangereuses que l'atome.

Le charbon, par exemple. Plusieurs milliers de mineurs meurent chaque année dans les coups de grisou, sous les galeries effondrées ; les mines de houille à ciel ouvert ravagent les paysages, exproprient les paysans, étêtent les montagnes, consomment et détruisent les terres arables... Ce n'est bien sûr pas tout : une fois sorti de terre, le charbon aggrave le changement climatique en cours, dont l'inertie rendra irréversibles - aux échelles de temps humaines - les dégâts qu'il occasionnera sur l'ensemble de la biosphère et sur les sociétés... Pourtant, les voix sont rares qui demandent de "sortir du charbon", quand il n'est question que du désastre nucléaire japonais.

Malgré leur bon sens apparent, les tentatives d'objectiver la réelle portée de cette catastrophe sont hors de propos. Car ce qui se joue dans la centrale nippone n'est pas seulement un accident industriel de première grandeur. C'est, aussi, un accident de civilisation.

Depuis la fin du XIXe siècle, l'Occident s'est affirmé comme la civilisation techno-scientifique par excellence, proposant ou imposant au reste du monde un mode de développement fondé sur l'innovation technologique comme principal moteur de croissance économique. Parce que nous l'assimilons de manière univoque au progrès humain, le progrès technique prime sur toute autre considération - politique, sociale, morale -, exception faite, parfois, des situations dans lesquelles l'humain lui-même devient en quelque sorte un matériau expérimental (cellules souches, procréation assistée, etc.).

Cette prééminence de la techno-science repose sur un contrat tacite : la promesse de domination de la nature et de maîtrise du monde. Ce contrat tacite, passé entre les élites techno-scientifiques et la société, fonde, en somme, une large part de notre vision du monde et de l'avenir souhaitable. La place occupée par la question nucléaire dans la couverture médiatique du drame japonais ne tient pas à des données objectives ; elle tient à la rupture de cette promesse.

Car, dans les opinions occidentales, la technophobie, minoritaire mais émergente depuis quelques années, tient surtout à la crainte de voir cette promesse non tenue, à la crainte que les créations techno-scientifiques n'échappent à leurs maîtres.

De fait, le rejet de la techno-science apparaît surtout lorsqu'une technologie agit de manière invisible, qu'elle porte en elle le risque de devenir ubiquitaire et qu'elle semble pouvoir s'émanciper de son créateur ou échapper au contrôle du tout-venant. La technophobie récente concerne surtout l'ingénierie génétique et les nanotechnologies : ce sont, à chaque fois, les mêmes ressorts qui sont à l'oeuvre. Dans le cas des organismes génétiquement modifiés (OGM), par exemple, des constructions génétiques sont introduites dans la matière vivante : on redoute qu'elles se propagent de manière incontrôlable dans la nature, on craint une toxicité indécelable lors de leur introduction dans la chaîne alimentaire... On s'inquiète aussi d'une perte de contrôle des individus sur cette matière vivante modifiée, qui devient par la grâce des brevets la propriété de grands groupes industriels.

A Fukushima 1, que voit-on ? La matérialisation de toutes ces craintes, la preuve tangible qu'elles sont fondées : les événements échappent non seulement à la perception de tout un chacun, mais aussi au contrôle des élites techno-scientifiques. Dans le nord du Japon se compose le sidérant tableau d'une technologie qui menace l'intégrité de vastes régions par le biais de particules infimes et incontrôlables, émettrices de rayonnements toxiques et invisibles, dispersées au gré des masses d'air et des courants marins. Une technologie qui supplante son créateur jusqu'à lui interdire de venir l'observer. C'est un constat inouï : les maîtres de l'atome ignorent ce qui se déroule précisément dans les lieux-clés de la centrale - les réacteurs - puisque nul ne peut s'en approcher sans périr aussitôt.

Les coeurs des réacteurs, partiellement fondus, semblent avoir acquis une sorte de vie autonome. Les réactions de désintégration des radioéléments qui les constituent donnent à ces fauves de magma assez d'énergie pour se maintenir pendant plusieurs mois à plus de 2 000 0C, sans la moindre intervention extérieure. Un chercheur du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) parle de la nécessaire "reconquête" de ces réacteurs, qui se fera au terme d'une "guerre de tranchées". Les mots le disent : nous sommes entrés en conflit armé avec notre créature. Et la désespérante image des hélicoptères larguant de l'eau de mer sur les réacteurs bouillonnants résume à elle seule l'ampleur du désarroi des hommes dans cette bataille.

Dans la centrale japonaise, c'est la promesse de maîtrise du monde et de contrôle de la nature qui part en fumée. Un coup de grisou, un cyclone, un séisme, un accident industriel classique, font partie de l'aléa. Le désastre de Fukushima, lui, nous donne à voir, dans le pays le plus avancé en la matière, une technologie cessant d'être l'alliée inconditionnelle et servile de son créateur pour se rendre maître d'elle-même, lui devenir hostile et s'emparer d'un territoire d'où il sera durablement banni. C'est toute la notion occidentale du progrès humain comme fonction linéaire du progrès technique que cette catastrophe nous invite à repenser.

11.Posté par FOUTAISE le 09/04/2011 18:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@NgoloNgolo

Le continent noir est celui qui aura été le plus "assiégé" dans le temps et par le plus grand nombre de pays occidentaux dans toute l'Histoire de l'humanité..

ANIMISME de nos ancêtres oblige, l'Afrique a fait le choix (voulu ou subi?) de rester proche de la Nature. Le même choix avait été fait par les Aborigènes d'Australie. Peut-être que l'Homme noir a un ADN mystico-spirituel plus prononcé.Partant, son choix et la définition qu'elle avait à la base du développement ou plutôt du bien-être et du bonheur n'allait pas dans le sens de la maximisation du profit tous azimuts et de l'ultra-capitalisme qui a ses aspects positifs mais aussi ses limites (on le voit aujourd'hui dans les économies dites riches: chômage de masse, déprime, frustrations de toute sorte). De tout temps, nos ancêtres considéraient que le Dieu Nature était plus fort que tout. Ils pensaient que le monde s'arrêtait chez eux, puis l'Homme blanc est arrivé avec son logiciel de pensée. Ce qui s'est passé au Japon dernièrement nous démontre les limites du génie de l'Homme qui sait créer des "merveilles" mais qu'il ne contrôle en réalité pas. Chaque peuple a son génie. L'Afrique a simplement été forcée de voir le bonheur autrement,ie, à travers la possession et l'accumulation de richesses (argent, matériel notamment). Le PIB (Produit Intérieur Brut) au profit du BIB (Bonheur Intérieur Brut)..choix sociétal donc...Sortis de la brousse donc où ils vivaient paisiblement, il fallait rattraper le retard quant au choix de développement imposé par le maître blanc.Tout cela se faisant non sans résistances. Personnellement, je ne rêve pas d'une Afrique qui ressemblerait en terme de développement comme deux gouttes d'eaux à l'occident, même si certains pays comme le Japon ont su allier tradition et modernité. Bon, le Japon n'est vraiment pas le bon exemple à l'heure actuelle. Bref, nous ne pensons pas pareil, et les Hommes dans leur 'évolution" ne partent pas des mêmes starting block..

Des thèses racistes du 17-18-19 e siècle faisaient croire que l'Homme africain noir n'avait pas un cerveau assez développé. Je ne reviendrais pas sur les théories de la "race aryenne" d'Hitler. Pourtant on voit bien que l'Homme noir, lorsqu'on lui en donne les moyens et la possibilité; lorsqu'on le met au défi, est capable de montrer son génie.

Exemple de génie contemporain (les génies noirs d'antan ont volontairement été mis au placard en Afrique mais aussi aux USA pendant très longtemps. Le Royaume Ashanti au Ghana a été le plus développé de son temps, les colons l'ont détruit mais personne n'en parle. C'était exactement comme l'empire Maya en Amérique latine) : Cheick Modibo Diarra (sans compter tous ces africain(e)s infomaticiens, médecins et autres qui bossent dans de grands groupes tels que Apple, Google etc)

Note: source article Modibo Diarra>>> Wikipédia..

[[ Après avoir obtenu son baccalauréat au Mali au Lycée technique de Bamako, Cheick Modibo Diarra étudie les mathématiques, la physique et la mécanique analytique à Paris à l’Université Pierre et Marie Curie, puis l’ingénierie aérospatiale aux États-Unis à Howard University (Washington D.C.).
Il est recruté par le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la Nasa où il participe à différents programmes : Magellan vers Vénus, Ulysses vers les pôles du Soleil, Galileo vers Jupiter et Mars Observer et Mars Pathfinder vers la planète Mars. Il est directeur du programme Mars Exploration Program Education and Public Outreach ("Mars Outreach") de la NASA. Ce programme vise à mieux impliquer le grand Public et les différents milieux éducatifs dans la diffusion des informations et des images de la NASA 2. En 1993, Cheick Diarra nomme des Correspondants du JPL à l'étranger pour le Mars Outreach, dont un Français, Olivier de Goursac qui le fera connaître auprès du grand public et des télévisions en France peu après l'atterrissage de la sonde Pathfinder sur Mars, lors du 1er Festival de l'Aéronautique de Megève (7-13 juillet 1997) et où Cheick Diarra sera l'un des invités-vedette.
En 1999, il obtient de la Nasa de travailler à mi-temps ce qui lui permet de se consacrer au développement de l’éducation en Afrique en créant notamment une fondation, Fondation Pathfinder pour l’éducation et le développement.
En 2002, il prend un congé sabbatique afin de développer au Mali à Bamako un laboratoire de recherche sur l’énergie solaire. ]]

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Exemple de frein au développement: Guerre par ci, guerre par là..

Les mensonges de la guerre de l'occident contre la Lybie

Les vraies raisons de
la guerre en Lybie.





Jean-Paul Pougala (*)

A- Les vraies raisons de la
guerre en Lybie

1-Premier satellite
Africain RASCOM 1
C’est la Libye de Kadhafi qui offre à toute l’Afrique sa première
vraie révolution des temps modernes : assurer la couverture universelle du
continent pour la téléphonie, la télévision, la radiodiffusion et de multiples
autres applications telles que la télémédecine et l’enseignement à distance ;
pour la première fois, une connexion à bas coût devient disponible sur tout le
continent, jusque dans les zones rurales grâce au système par pont radio WMAX.


L’histoire démarre en 1992 lorsque 45 pays africains créent
la société RASCOM pour disposer d’un satellite africain et faire chuter les
coûts de communication sur le continent. Téléphoner de et vers l’Afrique est
alors le tarif le plus cher au monde, parce qu’il y avait un impôt de 500
millions de dollars que l’Europe encaissait par an sur les conversations
téléphoniques même à l’intérieur du même pays africain, pour le transit des voix
sur les satellites européens comme Intelsat. Un satellite africain coûtait juste
400 millions de dollars payable une seule fois et ne plus payer les 500 millions
de location par an. Quel banquier ne financerait pas un tel projet ? Mais
l’équation la plus difficile à résoudre était : comment l’esclave peut-il
s’affranchir de l’exploitation servile de son maître en sollicitant l’aide de ce
dernier pour y parvenir ? Ainsi, la Banque Mondiale , le FMI, les USA, l’Union
Européenne ont fait miroiter inutilement ces pays pendant 14 ans.

C’est
en 2006 que Kadhafi met fin au supplice de l’inutile mendicité aux prétendus
bienfaiteurs occidentaux pratiquant des prêts à un taux usuraire; le guide
Libyen a ainsi mis sur la table 300 millions de dollars, La Banque Africaine de
Développement a mis 50 millions, la Banque Ouest Africaine de Développement, 27
millions et c’est ainsi que l’Afrique a depuis le 26 décembre 2007 le tout
premier satellite de communication de son histoire. Dans la foulée, la Chine et
la Russie s’y sont mises, cette fois en cédant leur technologie et ont permis le
lancement de nouveaux satellites, Sud-Africain, Nigérian, Angolais, Algérien et
même un deuxième satellite africain est lancé en juillet 2010. Et on attend pour
2020, le tout premier satellite technologiquement 100% africain et construit sur
le sol africain, notamment en Algérie. Ce satellite est prévu pour concurrencer
les meilleurs du monde, mais à un coût 10 fois inférieur, un vrai
défi.

Voilà comment un simple geste symbolique de 300 petits millions
peut changer la vie de tout un continent. La Libye de Kadhafi a fait perdre à
l’Occident, pas seulement 500 millions de dollars par an mais les milliards de
dollars de dettes et d’intérêts que cette même dette permettait de générer à
l’infini et de façon exponentielle, contribuant ainsi à entretenir le système
occulte pour dépouiller l’Afrique.

2. Fond Monétaire Africain,
Banque Centrale Africaine, Banque Africaine des Investissements

Les
30 milliards de dollars saisis par M. Obama appartiennent à la Banque Centrale
Libyenne et prévu pour la contribution libyenne à la finalisation de la
fédération africaine à travers 3 projets phare :
- la Banque Africaine
d’Investissement à Syrte en Libye,
- la création dès ce 2011 du Fond
Monétaire Africain avec un capital de 42 milliards de dollars avec Yaoundé pour
siège,
- la Banque Centrale Africaine avec le siège à Abuja au Nigeria dont
la première émission de la monnaie africaine signera la fin du Franc CFA grâce
auquel Paris a la main mise sur certains pays africains depuis 50
ans.

On comprend dès lors et encore une fois la rage de Paris
contre Kadhafi. Le Fond Monétaire Africain doit remplacer en tout et pour tout
les activités sur le sol africain du Fond Monétaire International qui avec
seulement 25 milliards de dollars de capital a pu mettre à genoux tout un
continent avec des privatisations discutables, comme le fait d’obliger les pays
africains à passer d’un monopole publique vers un monopole privé. Ce sont les
mêmes pays occidentaux qui ont frappés à la porte pour être eux aussi membres du
Fond Monétaire africain et c’est à l’unanimité que le 16-17 décembre 2010 à
Yaoundé les Africains ont repoussé cette convoitise, instituant que seuls les
pays africains seront membres de ce FMA.

Il est donc évident qu’après la
Libye la coalition occidentale déclarera sa prochaine guerre à l’Algérie, parce
qu’en plus des ses ressources énergétiques énormes, ce pays a une réserve
monétaire de 150 milliards d’Euros. Ce qui devient la convoitise de tous les
pays qui bombardent la Libye et qui ont tous quelque chose en commun, ils sont
tous financièrement en quasi faillite, les USA à eux seuls ont 14.000 Milliards
de dollars de dettes, La France, la Grande Bretagne et l’Italie ont chacun
environ 2.000 milliards de dettes publiques alors que les 46 pays d’Afrique
Noire ont au total moins de 400 milliards de dollars de dettes publiques. Créer
des fausses guerres en Afrique dans l’espoir de trouver de l’oxygène pour
continuer leur apnée économique qui ne fait que s’empirer ne fera qu’enfoncer
les Occidentaux dans leur déclin qui a pris son envol en 1884, lors de la
fameuse Conférence de Berlin. Car comme l’avait prédit l’économiste Américain
Adams Smith en 1865, dans son soutient à Abraham Lincoln pour l’abolition de
l’esclavage,
«l’économie de tout pays qui
pratique l’esclavage des noirs est en train d’amorcer une descente vers l’enfer
qui sera rude le jour où les autres nations vont se réveiller
»

3- Unions régionales comme
frein à la création des Etats Unis d'Afrique
Pour déstabiliser et détruire l’union Africaine qui va
dangereusement (pour l’Occident) vers les Etats-Unis d’Afrique avec la main de
maître de Kadhafi, l’Union Européenne a d’abord tenté sans y parvenir la carte
de la création de l’UPM (Union Pour la Méditerranée) Il fallait à tout prix
couper l’Afrique du Nord du reste de l’Afrique en mettant en avant les mêmes
thèses racistes du 18-19ème siècle selon lesquelles les populations africaines
d’origine Arabes seraient plus évoluées, plus civilisées que le reste du
continent. Cela a échoué parce que Kadhafi a refusé d’y aller. Il a compris très
vite le jeu à partir du moment où on parlait de la Méditerranée en associant
quelques pays africains sans en informer l’Union Africaine, mais en y invitant
tous les 27 pays de l’Union Européenne.

L’UPM sans le principal moteur
de la fédération africaine était foirée avant même de commencer, un mort-né avec
Sarkozy comme Président et Mubarack, le vice-président. Ce que Alain Juppé tente
de relancer, tout en misant sur la chute de Kadhafi, bien sur. Ce que les
dirigeants Africains ne comprennent pas est que tant que ce sera l’Union
Européennes à financer l’Union Africaine, on sera toujours au point de départ,
car dans ces conditions, il n’y aura pas d’effective indépendance. C’est dans le
même sens que l’Union Européenne a encouragé et financé les regroupements
régionaux en Afrique. Il était évident que la CEDEAO qui a une Ambassade à
Bruxelles et qui tire l’essentiel de son financement de l’UE, est un obstacle
majeur contre la fédération africaine. C’est ce que Lincoln avait combattu dans
la guerre de sécession aux Etats-Unis, parce qu’à partir du moment où un groupe
de pays se retrouvent autour d’une organisation politique régionale, cela ne
peut que fragiliser l’organe central. C’est ce que l’Europe voulait et c’est ce
que les Africains n’ont pas compris en créant coup sur coup, la COMESA, l’UDEAC,
la SADC et le Grand Maghreb qui n’a jamais fonctionné encore une fois grâce à
Kadhafi qui lui l’avait très bien compris.


4-Kadhafi, l'Africain qui a
permis de laver l'humiliation de l'Apartheid
Kadhafi est dans le coeur de presque tous les Africains
comme un homme très généreux et humaniste pour son soutien désintéressé a la
bataille contre le régime raciste d’Afrique du Sud. Si Kadhafi avait été un
homme égoïste, rien ne l’obligeait à attirer sur lui les foudres des
occidentaux pour soutenir financièrement et militairement l’ANC dans sa
bataille contre l’apartheid.

C’est
pour cela que à peine libéré de ses 27 ans de prisons, Mandela décide d’aller
rompre l’embargo des Nations Unis contre la Libye le 23 Octobre 1997. A cause de
cet embargo même aérien, depuis 5 longues années aucun avion ne pouvait atterrir
en Libye. Pour y arriver, Il fallait prendre un avion pour la Tunisie ; arriver
à Djerba et continuer en voiture pendant 5 heures pour Ben Gardane, passer la
frontière et remonter en 3 heures de route par le désert jusqu’à Tripoli. Ou
alors, passer par Malte et faire la traversée de nuit, sur des bateaux mal
entretenus jusqu’à la côte libyenne.

Un calvaire pour tout un peuple,
juste pour punir un seul homme. Mandela décida de rompre cette injustice et
répondant a l’ex Président Américain Bill Clinton, qui avait jugé cette visite
«malvenue», il
s’insurgea :
«Aucun Etat ne peut
s'arroger le rôle de gendarme du monde, et aucun Etat ne peut dicter aux autres
ce qu'ils doivent faire ». il ajouta :
« ceux-là qui hier étaient
les amis de nos ennemis, ont aujourd’hui le toupet de me proposer de ne pas
visiter mon frère Kadhafi, ils nous conseillent d’être ingrats et d’oublier nos
amis d’hier ». En effet, pour l’Occident, les racistes d’Afrique du
Sud étaient leurs frères qu’il fallait protéger. C’est pour cela que tous les
membres de l’Anc étaient considérés des dangereux terroristes, y compris Nelson
Mandela. Il faudra attendre le 2 Juillet 2008, pour que le Congrès Américain
vote une loi pour rayer le nom de Nelson Mandela et de ses camarades de l’ANC
de cette liste noire, pas parce qu’ils ont compris la bêtise d’une telle liste,
mais parce qu’on voulait faire un geste pour les 90 ans de Nelson Mandela. Si
les Occidentaux sont aujourd’hui repentis de leur soutient d’hier aux ennemis de
Mandela et sont vraiment sincères lorsqu’on lui donnent des noms de rue et de
places, comment continuer à faire la guerre à celui qui a permis la victoire de
Mandela et son peuple, Kadhafi ?

B- Ceux qui veulent exporter
la démocratie sont ils des démocrates?
Et
si la Libye de Kadhafi était plus démocratique que les USA, la France, la Grande
Bretagne et tous ceux qui font la guerre pour exporter la démocratie en Libye ?
Le 19 Mars 2003, le Président Georges Bush lance les bombes sur la tête des
Iraquiens avec le prétexte d’y exporter la démocratie. Le 19 Mars 2011,
c’est-à-dire 8 ans plus tard et jour pour jour, c’est le Président Français qui
lance ses bombes sur la tête des Libyens avec le même prétexte de leur offrir la
démocratie. Monsieur Obama , Prix Nobel de la Paix 2009 et président des Etat
Unis d’Amérique, pour justifier qu’il procède à un déferlement de missiles
Cruise de ses sous-marins sur la tête des Libyens a dit que c’était pour chasser
le dictateur Kadhafi du pouvoir et y instaurer la démocratie.

La question
que tout être humain doté de la moindre capacité intellectuel de jugement et
d’appréciation ne peut s’empêcher de se poser est : ces pays comme la France,
l’Angleterre, les USA, l’Italie, la Norvège, le Danemark, la Pologne dont la
légitimité pour aller bombarder les Libyens se base sur le seul fait de s’être
autoproclamés
« pays démocratiques
» sont-ils réellement démocratiques ? Si oui, sont-ils plus
démocratiques que la Libye de Kadhafi ? La réponse, sans équivoque est NON, pour
la simple et bonne raison que la démocratie n’existe pas. Ce n’est pas moi qui
l’affirme, mais celui-là même dont la ville natale, Genève abrite l’essentiel du
commandement des Nations Unies. Il s’agit bien entendu de Jean-Jacques Rousseau
né à Genève en 1712 qui affirme dans le chapitre IV du Livre III de son très
célèbre
« Contrat Social
» que :
« il n'a jamais existé de
véritable démocratie, et il n'en existera jamais». Pour qu’un état
soit véritablement démocratique Rousseau pose 4 conditions selon lesquelles la
Libye de Kadhafi est même de loin plus démocratique que les Etats-Unis
d’Amérique, la France et tous les autres qui prétendent lui exporter la
démocratie à savoir :

1-
Dimension de l’Etat : plus un état est grand, moins il peut être démocratique,
pour Rousseau l’Etat doit être très petit pour que le peuple soit facile à
rassembler et que chaque citoyen puisse aisément connaître tous les autres.
Avant donc de faire voter les gens, il faut s’assurer que chacun connaisse tous
les autres sans quoi voter pour voter est un acte dénué de tout fondement
démocratique, c’est un simulacre de démocratie pour élire un dictateur. La
structure de l’organisation de l’Etat Libyen se fonde sur une base tribale qui
regroupe par définition le peuple en de petites entités. Le sentiment
démocratique est plus présent dans une tribu, dans un village que dans une
grande Nation, parce que le fait que tout le monde se connaisse et que la vie
tourne autour des mêmes points communs apporte une sorte d’autorégulation,
d’autocensure même pour peser à chaque instant, la réaction ou la
contre-réaction des autres membres pour ou contre les opinions qu’on peut avoir.
Sous cet angle, c’est la Lybie qui répond le mieux aux exigences de Rousseau,
ce qu’on ne peut pas dire de même pour les Etats-Unis d’Amérique, la France ou
la Grande Bretagne , des sociétés fortement urbanisées où la majorité des
voisins ne se disent même pas bonjour et donc ne se connaissent pas, même vivant
cote-à-cote pendant 20 ans.

Dans
ces pays, on est passé directement à l’étape suivante : « le vote » qu’on
a malignement sanctifié afin de faire oublier que ce vote est inutile à partir
du moment où je m’exprime sur l’avenir d’une nation sans en connaitre ses
membres. On est ainsi arrivé jusqu’à la bêtise du vote des citoyens vivant à
l’étranger. Se connaitre et se parler est la condition essentielle de la
communication pour le débat démocratique qui précède toute
élection.

2- Il
faut la simplicité des mœurs et des comportements pour éviter que l’on passe
l’essentiel du temps à parler de justice, de tribunal pour trouver des solutions
aux multitudes querelles d’intérêts divers qu’une société trop complexe fait
naitre naturellement. Les Occidentaux se dé finissement comme des pays
civilisés, donc aux mœurs complexes et la Libye comme pays dit primitif,
c’est-à-dire aux meurs simples. Sous cet angle, encore une fois, c’est la Libye
qui répondrait mieux aux critères démocratiques de Rousseau que tous ceux qui
prétendent lui donner des leçons de démocratie. Dans une société complexe, les
trop nombreux conflits sont résolus par la loi du plus fort, puisque celui qui
est riche évite la prison parce qu’il peut se permettre un meilleur avocat et
surtout, orienter l’appareil répressif de l’état contre celui qui vole une
banane dans un supermarché, plutôt que le délinquant financier qui fait crouler
une banque. Dans une ville comme New York où 75% de la population est blanche,
80% des postes de cadres sont occupés par des Blancs et ils ne sont que 20% des
personnes en prison.

3-
L’égalité dans les rangs et dans les fortunes. Il suffit de voir le classement
FORBES 2010 pour voir quels sont les noms des personnes les plus riches de
chacun des pays qui jette la bombe sur la tête des Libyens et voir la différence
avec le salaire le plus bas dans chacun des pays et faire de même pour la Libye
pour comprendre qu’en matière de redistribution de la richesse du pays, c’est à
la Libye d’exporter son savoir faire à ceux qui la combattent et non le
contraire. Même sous cet angle, selon Rousseau, la Libye serait plus
démocratique que ceux qui veulent pompeusement lui exporter la prétendue
démocratie. Aux Etats-Unis 5% de la population possèdent 60% de la richesse
nationale. C’est le pays le plus déséquilibré, le plus inégal du
monde.

4- PAS DE
LUXE. Pour Rousseau pour qu’il y ait la démocratie dans un pays, il ne faut pas
qu’il y ait de luxe parce que selon lui, le luxe rend nécessaire la richesse et
cette dernière devient la vertu, l’objectif à atteindre à tout prix et non le
bonheur du peuple,
« le luxe corrompt à la fois
le riche et le pauvre, l'un par la possession, l'autre par la convoitise ; il
vend la patrie à la mollesse, à la vanité ; il ôte à l'Etat tous ses citoyens
pour les asservir les uns aux autres, et tous à l'opinion ». Ya-t-il
plus de luxe en France ou en Libye ? Ce rapport d’asservissement des employés
qui sont poussés jusqu’au suicide les employés mêmes des entreprises publiques
ou semi-publique, pour des raisons de rentabilité et donc de possession de luxe
d’une des parties est-il plus criant en Libye ou en Occident ?

Le
sociologue Américain C. Wright Mills a
décrit en 1956 la démocratie américaine comme
« la dictature des élites
». Selon Mills, les Etats-Unis d’Amérique ne sont pas une démocratie
parce qu’en définitive, c’est l’argent qui y parle dans les élections et non le
peuple. Le résultat de chaque élection y est l’expression de la voix de l’argent
et non la voix du peuple. Après Bush-père et Bush-fils, pour les primaires
républicaines de 2012, on parle déjà de Bush-benjamin. En plus, si le pouvoir
politique se base sur la bureaucratie, Max Weber fait remarquer qu’il y a 43
millions de fonctionnaires et militaires aux Etats-Unis qui commandent
effectivement le pays, mais qui n’ont été votés par personne et qui ne répondent
pas directement au peuple de leurs activités. Une seule personne (un riche) est
donc votée mais le vrai pouvoir sur le terrain est tenue par une seule caste de
riches qui ne résulte purement et simplement que de nominations comme les
ambassadeurs, les généraux de l’armée etc...

Combien de personnes dans les pays autoproclamés « démocratiques »
savent qu’au Pérou la constitution interdit un deuxième mandat consécutif au
président de la république sortant ? Combien de personnes savent qu’au
Guatemala, non seulement le président sortant ne doit plus jamais se présenter
comme candidat à cette fonction, mais qu’en plus à aucun degré de parenté, aucun
membre de sa famille ne pourra plus prétendre à cette fonction ? Combien savent
que le Rwanda est le pays qui intègre politiquement le mieux les femmes au monde
avec 49% de parlementaires femmes ? Combien savent que dans le classement de la
CIA 2007, sur 10
pays les mieux gérés au monde, 4 sont Africains ? Avec la palme d’or à la Guinée
équatoriale dont la dette publique ne représente que 1,14% de son
PIB.

La guerre civile, les révoltes, les rebellions sont les ingrédients
d’un début de démocratie soutient Rousseau. Parce que la démocratie n’est pas
une fin, mais un processus permanent pour réaffirmer les droits naturels des
humains que dans tous les pays du monde (sans exception) une poignée d’hommes et
de femmes, confisquant le pouvoir du peuple, l’oriente pour se maintenir aux
affaires. On trouve ici et là des formes de castes qui usurpent le mot «
démocratie » qui doit être cet idéal vers lequel tendre et non un label à
s’approprier ou un refrain à vanter parce qu’on est juste capable de crier plus
fort que les autres. Si un pays est calme comme la France ou les Etats-Unis,
c’est-à-dire sans aucune révolte, pour Rousseau cela veut tout simplement dire
que le système dictatorial est suffisamment répressif pour empêcher toute
tentative de rébellion. Si les Libyens se révoltent, ce n’est pas une mauvaise
chose. C’est prétendre que les peuples acceptent stoïquement le système qui les
opprime partout dans le monde sans réagir qui est très mauvais. Et Rousseau de
conclure : «
Malo periculosam libertatem
quam quietum servitium
-traduction : S'il y avait
un peuple de dieux, il se gouvernerait démocratiquement. Un gouvernement si
parfait ne convient pas à des hommes ». Dire qu’on tue les Libyens
pour leur bien est un leurre.

C- Quelles leçons pour
l'Afrique?
Après 500 ans de relations de dominateur et de dominé avec
l’Occident, il est dès lors prouvé que nous n’avons pas les mêmes critères pour
définir le bon et le méchant. Nous avons des intérêts profondément divergents.
Comment ne pas déplorer le Oui de 3 pays africains au sud du Sahara, Nigeria,
Afrique du Sud et Gabon pour la résolution 1973 inaugurant la nouvelle forme de
colonisation baptisée
« protection des peuples
», validant la théorie raciste que les Européens véhiculent depuis le
18ème siècle selon laquelle l’Afrique du Nord n’a rien à partager avec l’Afrique
Subsaharienne, l’Afrique du nord serait ainsi plus évoluée, plus cultivée et
plus civilisée que le reste de l’Afrique. Tout se passe comme si la Tunisie,
l’Egypte, la Libye, l’Algérie ne faisaient pas partie de l’Afrique. Même les
Nations Unies semblent ignorer la légitimité de l’Union Africaine sur ses états
membres. L’objectif est d’isoler les pays d’Afrique subsaharienne afin de mieux
les fragiliser et les tenir sous contrôle. En effet, dans le capital du nouveau
Fond Monétaire Africain (FMA), l’Algérie avec 16 milliards de dollars et la
Libye avec 10 milliards de dollars contribuent à eux tous seuls pour près de 62%
du capital qui est de 42 milliards de Dollars. Le premier pays d’Afrique
subsaharienne et les plus peuplés, le Nigeria suivi de l’Afrique du Sud arrivent
très loin derrière avec 3 milliards de dollars chacun.

C’est très
inquiétant de constater que pour la première fois de l’histoire des Nations
Unies, on a déclaré la guerre à un peuple sans avoir exploré au préalable la
moindre piste pacifique pour solutionner le problème.

L’Afrique a-t-elle
encore sa place dans une telle organisation ? Le Nigeria et l’Afrique du Sud
sont disposés à voter OUI à tout ce que l’Occident demande, parce qu’ils croient
naïvement aux promesses des uns et des autres de leur donner une place de membre
permanent au Conseil de Sécurité avec le même droit de veto. Ils oublient tous
les deux que la France n’a aucun pouvoir de leur attribuer le moindre poste. Si
elle l’avait, il y a belle lurette que Mitterrand l’aurait faite pour
l’Allemagne de Helmut Kohl. La reforme des Nations Unies n’est pas à l’ordre du
jour. La seule manière de compter, est la méthode chinoise : tous les 50 pays
africains doivent quitter les Nations Unies. Et s’ils doivent y retourner un
jour, ne le faire que s’ils ont obtenu ce qu’ils demandent depuis longtemps, un
poste pour toute la fédération africaine, sinon rien.

Cette méthode de la
non-violence est la seule arme de justice dont disposent les pauvres et les
faibles que nous sommes. Nous devons tout simplement quitter les Nations Unies,
car cette organisation de par sa configuration, de par sa hiérarchie est aux
services des plus forts.

Nous devons quitter les Nations Unies afin de marquer notre
réprobation de cette conception du monde basée uniquement sur l’écrasement du
plus faible. Tout au moins ils seront libres de continuer de le faire, mais pas
avec notre signature, pas en rappelant que nous sommes d’accord alors qu’ils
savent très bien qu’ils ne nous ont jamais interrogés. Et même quand nous avons
donné notre propre point de vue, comme la rencontre de samedi 19/3 à Nouakchott
avec la déclaration sur la contrariété à l’action militaire, ceci a été passé
tout simplement sous silence pour aller accomplir le forfait de bombarder le
peuple africain.

Ce qui arrive aujourd’hui est le scénario déjà vu
auparavant avec la Chine. Aujourd ’hui, on reconnaît le gouvernement Ouattara,
on reconnaît le gouvernement des insurgés en Libye. C’est ce qui s’est passé à
la fin de la deuxième guerre mondiale avec la Chine. La soit disante communauté
internationale avait choisi Taiwan comme unique représentant du peuple Chinois
en lieu de place de la Chine de Mao. Il faudra attendre 26 ans, c’est-à-dire le
25 octobre 1971 avec la résolution 2758 que tous les Africains devraient lire,
pour mettre fin à la bêtise humaine. La Chine est admise, sauf qu’elle a
prétendu et obtenue d’être membre permanent avec doit de veto, si non elle
n’entre pas. Cette exigence satisfaite et la résolution d’admission entrée en
vigueur, il faudra attendre un an pour que le 29 septembre 1972, le Ministre
Chinois des Affaires Etrangères donne sa réponse avec une lettre au Secrétaire
Général des Nations Unies pas pour dire Oui ou Merci, mais pour faire des mises
au point, en garantie de sa dignité et de sa respectabilité.

Qu’est-ce que l’Afrique espère obtenir des Nations Unies sans poser un
acte fort pour se faire respecter ? On a vu en Cote d’Ivoire un fonctionnaire
des Nations Unies se considérer au dessus d’une institution constitutionnelle de
ce pays. Nous sommes entrés dans cette organisation en acceptant d’être des
serfs et croire que nous serons invités à table pour manger avec les autres dans
les plats que nous avons lavés est tout simplement crédule, pire, stupide. Quand
l’UA reconnaît la victoire de Ouattara sans même tenir compte des conclusions
contraires de ses propres observateurs envoyés sur le terrain, juste pour faire
plaisir à nos anciens maîtres, comment peut-on nous respecter ? Lorsque le
président Sud-Africain Zuma déclare que Ouattara n’a pas gagné les élections et
change à 180° après un tour à Paris, on peut se demander ce que valent ces
dirigeants qui représentent et parlent au nom de 1 milliard
d’Africains.

La force et la vraie liberté de l’Afrique viendront de sa
capacité à poser des actes réfléchis et en assumer les conséquences. La dignité
et la respectabilité ont un prix. Sommes-nous disposés à le payer ? Si non,
notre place reste à la cuisine, aux toilettes pour garantir le confort des
autres.

Genève le 28/03/2011

Jean-Paul Pougala

(*)
Jean-Paul Pougala est un écrivain d’origine camerounaise, directeur de
l’Institut d’Etudes Géostratégiques et professeur de sociologie à l’Université
de la Diplomatie de Genève en Suisse.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Note: faut savoir. On veut rester dans la brousse, on nous déloge, on nous traite d'arriérés (célèbre discours de Sarko à Dakar en 2007 : "...l'Afrique n'est pas rentrée dans l'Histoire.." Mdr, l'Histoire, la Vraie commence même en Afrique), on dit ok maîtres, on va faire nous aussi dans la technologie, on nous met les bâtons dans les roues. Question: pourquoi l'Afrique qui n'est pas un pays mais bien un continent avec diverses cultures fait-elle tant peur?

10.Posté par NgoloNgolo le 08/04/2011 13:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LOL, c'est de bonne guerre !

Il y a deux trois éléments intéressant dans ton dernier commentaire, on va voir si tu arrive à sortir de la langue de bois. Je tiens à préciser que je ne suis pas Français que mon pays n'a jamais pratiqué l’esclavage ni la colonisation et que malgré une grande diversité nous vivons en paix depuis très longtemps. La culpabilisation ou la prétendue supériorité des un ou des autres perso je m'en bat le steak.

"L'homme noir [...] finira par compter, il sera respecté et il faudra faire avec... "

Mais j'y compte bien, si tu ne vois dans ma prose qu'une attaque le biais est dans ton œil.

Je n'ai aucune illusion sur la capacité de prédation des pays, l'Homme maximise ses profits et favorise son groupe,sa tribu, son pays, ses croyances ce n'est pas d'aujourd'hui, c'est universel. Un truc m'intrigue quand même et on arrive au fond: dans la nature les prédateurs s'attaquent en général au faibles et aux malades, nombre de pays on connu l'invasion la guerre, la destruction et les attaques prédatrices mais nombre de ces pays sont maintenant dans le haut du tableau.

Alors j'ai une question pour toi qui est à "l'intérieur" (j'espère sinon ça ne m’intéresse pas, je cherche un point de vue interne)

-Pourquoi ça ne décolle pas en Afrique ?

Oui "les francs maçon" blablabla, quel que soit le nom vous avez les mêmes il y en a partout et depuis toujours, ils profitent des divisions et ce jettent sur "les arbres malade" avec la complicité d'éléments et de groupes locaux d'ailleurs. Un dictateur qui tient en place c'est bien parce qu'il a une oligarchie locale derrière lui il n'est pas tout seul avec trois "franc-maçons" pour tenir le pouvoir. Les colonisateurs ce sont fait foutre dehors de l’Asie et la plupart des pays ont reconstruit et sont dans le top.

Alors quel est le problème ? Pourquoi n'arrivez vous pas à vous entendre et pourquoi tu justifie la prose sur les "armée céleste" qui n'est qu'un appel au massacre et à venir ce servir pour les prédateurs ?

-Peut-être le fait que "ça ne décolle pas" est une fausse impression ? Que vous avez juste besoin de plus de temps ?

Tu as une analyse de fond et une vision à long terme ? Des gens y travaillent-ils, partagent cette vision ?

9.Posté par FOUTAISE le 08/04/2011 11:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ NgoloNgolo (dans la case>>> avec l'accent stp!)

A te lire, j'entrevois cette nostalgie de la "bien-pensance" et de la condescendance de l'époque coloniale où seul le maître savait ce qui était bon pour ses sbires. Analyse toujours biaisée, empreinte de préjugés refoulés (ou non) lorsqu'il s'agit de l'Afrique qui a tant apporté au monde (je ne parle pas que des matières premières achetées par les occidentaux et autres à 2 francs-6 sous)..

Le pouvoir des franc-maçons en France et en Europe est prégnant depuis des lustres, et son influence dans les milieux "affairo-judiciaires" n'est plus à démontrer. I'athéisme (croire en rien, c'est croire en quelque chose) et la franc-maçonnerie sont une forme de religion qui compte des millions de fanatiques en France et en Europe notamment depuis la séparation de l'église et de l'Etat en 1905. La franc-maçonnerie avec ses rites d'un autre temps (culte de l'adoration du Roi Salomon et ses 400 femmes,le compas, l'équerre etc) est une véritable mafia très discrète mais efficace. Un club d'un sectarisme effrayant au point qu'ils (les franc-maçons) partent d'ici pour aller soutenir leurs "frères" en Afrique (Ouattara le Burkinabé en Côte d'Ivoire) et placer (Ben Ali Bongo le biafrais au Gabon) dans l'unique but d'accroître leur influence et leurs réseaux occultes et affairistes...

Pour ta gouverne, il n y a jamais eu de "mécréants" en Afrique. Le peuple africain dans sa grande majorité est avant tout ANIMISTE (croyance dans le Dieu Nature); la bible (rapportée par les esclavagistes blancs) et le Coran (celui des esclavagistes arabes) sont arrivés bien après. Les peuples qui résistaient et refusaient de se plier à ses nouvelles formes de croyances importées étaient purement et simplement décimés ou envoyés dans les champs de coton en passant par Nantes en France, puis par les Antilles d'Aimé Césaire. Ce qui a valu à quelqu'un de dire un jour: "..quand ils sont arrivés, on avait les terres et eux la bible et le coran.Ils nous ont appris a prier les yeux fermés, mais quand nous avons ouvert les yeux, ils avaient les terres et nous nous avions la bible et le coran"). Soit dit en passant, il n y jamais eu procès pour crime contre l'Humanité: l'Homme noir ne compte pas bien entendu. Mais il finira par compter, il sera respecté et il faudra faire avec...

La barbarie (on l'a encore vu dans les bombardements de la Licorne de Sarko sur Abidjan; On l'a vu dans le soutien logistique de la France aux rebelles chasseurs de Ouattara depuis 2002) et les divisions intestines dans les pays africains n'est pas uniquement le fait des africains eux-mêmes, même si ces derniers ont leur part de responsabilité. Le DIVISER POUR MIEUX REGNER est une tactique pratiquée par nos "maîtres blancs" depuis la nuit des temps. Les colons Belges ont créé de toute pièce 2 tribus au Rwanda: les TUTSIS (qui obéissaient à des critères physiques bien précis >> forme du nez plutôt allongée, des oreilles plutôt petites, des doigts fins etc) et les HUTUS..s'en est suivi ce qu'on sait tous avec l'implication de la France; terre-mère des DROITS DE L'HOMME et de la REVOLUTION DE 1789.
Bref, évitons les jugements hâtifs. L'Afrique est un continent qui a beaucoup (trop) souffert et a mené énormément de combats qui ont fait barrage à son progrès (un progrès pas forcément à 100% à l'occidental car ce continent, berceau de l'humanité, a ses spécificités) tant elle y a laissé de l'énergie: lutte contre l'esclavage, contre la colonisation, contre l'apartheid en Afrique du Sud, contre le pillage de ses richesses et le néo-colonialisme aujourd'hui. Les africains ne demandent pas qu'on ait pitié d'eux, ils veulent être maîtres de leur destin sans pour autant que cela veuille dire qu'il ne faut pas être "amis" ou faire des affaires avec des français, des américains, des chinois, des indiens, des brésiliens de BONNE FOI, dénués de tout COMPLEXE DE SUPERIORITE..Le multilatéralisme est pratiqué par tous les pays du monde.Et ce qui est valable pour les occidentaux et autres peuples du monde, est également valable pour l'Afrique.

8.Posté par NgoloNgolo le 07/04/2011 23:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Foutaise

"tu souffres soit de la "Sarkozite superioricus aigü", soit de l'esclavigite inferioricus complexecus aigü"

Je confesse une modeste rhino-pharyngite ces temps, mais non, je ne crois pas avoir ces maladies étrange que vous mentionnez !?

"Il yaurait des croyances saines et des croyances malsaines."

Chacun peut bien croire ce qu'il veut mais dès qu'on donne un quelconque pouvoir temporel a une religion ça fini toujours en massacre ou en spoliation. Que vaut la vie d'un être humain face à la "vérité révélée" ? Une pelletée de terre sur un charnier, tout au plus.

C'est pour cela qu'on a foutu dehors les religions du pouvoir temporel à grand coup de p... au c... et qu'on a rangé nos "armées célestes" au placard.

Je me bornais modestement a constater que les vôtres ont l'air flambante neuve, prêtes à servir et que le discours belliqueux sur la "vérité" et les "mécréants" d'en face (naguère vos voisins, amis peut-être?) augurent de longue périodes de...développement humain négatif. (pour rester sobre)

Mais je vous retarde surement dans la distribution de ce bonheur humain, il faut profiter de la nuit pour remuer la terre qui est alors plus fraiche, plus malléable.

Au plaisir de vous lire.

7.Posté par FOUTAISE le 07/04/2011 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ NgoloNgolo, post 3

Tes inepties sont à la hauteur de ce que tu es: soit un aigri de colon nostalgique du temps où les blancs fouettaient les NEGRES; Ou alors un autre prototype d'esclave complexé par la "race des seigneurs"..

Le président des Etat-Unis (Rappel au cas où tu ne le saurais pas: 1ère puissance du monde) jure sa main posée sur la bible depuis Abraham Lincoln; Ce pays (Les USA que tu ferais mieux d'aller visiter plutôt que de rester dans ton trou du cul du monde) est celui qui concentre le plus grand nombre de "fanatiques chrétiens évangélistes" au mètre carré dans le monde, sans parler des boudhistes et autres francs-macons qui y pilulent, et la France compte un grand nombre de ces francs-maçons (interdit aux femmes! si c'est pas anachronique ça!) notamment qui regorgent de croyances et de rites d'un autre temps qu'ils propagent jusqu'en Afrique via des réseaux françafricains. Leurs croyances à eux sont tolérables et acceptables parce que plus "civilisés", n'est-ce pas?? Il yaurait des croyances saines et des croyances malsaines. FOUTAISES! Vas voir un psy, car tu souffres soit de la "Sarkozite superioricus aigü", soit de l'esclavigite inferioricus complexecus aigü...

6.Posté par FOUTAISE le 07/04/2011 09:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La bande à Sarko, la Côte d'Ivoire sera pour vous un autre Dien Bien Phu..Souvenez-vous du Viet Nam où vous étiez allés la fleur au fusil. Résultat: une cinglante défaite et humiliation! France = Grand pays avec une grande Histoire, mais tout petit peuple; de vrais cancres qui se prennent encore pour une puissance alors que la réalité est tout autre...

************************************************************************

FRANCE 24 CE MATIN >>Le cas du GABON évoqué.

Un des conseillers de Gbagbo rappelle que cette communauté dite internationale soutient qui elle veut et n'a jamais été impartiale : "... au Gabon, ils ont bien accepté que celui qui a eu 37% des voix soit le président reconnu contre celui qui a eu 42%..."

On nous rappelle ici ce que nous savons tous et ça fait drôle de voir ce 2 poids-2 mesures. Et la Côte d'Ivoire refuse d'être le Gabon et elle a bien raison.

"Communauté internationale MABOULE", ONU MABOULE, UA MABOULE.. Tous derrière Coudou Laurent Gbagbo! Ouattara le Burkinabé et ses chasseurs du Nord qui se battent avec gris-gris et autres amulettes, tout comme Ben Ali Bongo Ondimba le Biafrais: DEGAGEZ!

5.Posté par ambalo09 le 07/04/2011 00:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
URGENT : YOUNG JIN CHOI , LE PATRON DE L’ONUCI, A ETE REMPLACE PAR UN NOUVEAU REPRESENTANT DE BAN KI MOON ARRIVE MERCREDI A LA MI-JOURNEE A ABIDJAN A LA TÊTE DE 500 SOLDATS RUSSES POUR SECURISER LA RESIDENCE DE GBAGBO

4.Posté par FDS a lu pour vous le 06/04/2011 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tous les Ivoirien et Africains vivants en Hollande sont appele a se presenter massivement ce samedi 09 avrile deavant l’ambassade de france a DEN HAAG (LA HAYE) adresse: smidsplein 1 ,2514BT DEN HAAG.
svp faite propager la nouvelle car les temps nous semble defavorable.
pour tous contacte: africains120@yahoo.fr
Merci de la participation de tous

3.Posté par NgoloNgolo le 06/04/2011 13:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Eh bien à vous lire on est au moins certain d'une chose: vous n'êtes pas sorti de l'auberge en Afrique. On ce croirait en Europe dans les années 1600 avec les petits seigneurs, leur fiefs leur tribus et leurs croyants fanatisé. Courage, plus que 400 ans jusqu’à la paix ! ...."L'armée céleste" non mais LOL !!!!

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...