News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Bitam-Libreville : vache à lait pour les uns, chemin de croix pour les autres

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Mardi 19 Août 2014 à 08:36 | Lu 717 fois

Longue de plus de 600 kilomètres, cette ligne est parsemée de contrôles. Si cela fait la joie des forces de sécurité qui en profitent pour se sucrer, il en va autrement pour les usagers, qui se plaignent d’incessantes tracasseries.



Bitam-Libreville. Ce trajet long de plus de 600 kilomètres est un véritable chemin de croix pour celui qui l’emprunte. Outre le risque régulier d’entrer en collision avec un autre véhicule, les tracasseries policières y sont légion. A certains endroits, il faut traverser la forêt équatoriale dense sur des kilomètres.

La route n’étant pas toujours entretenue, de hautes herbes en réduisent considérablement la largeur. Au niveau des virages, elles empêchent de voir le véhicule qui arrive en face. On en vient à se demander qui de l’administration des Travaux publics ou des conseils départementaux doit prendre en charge cet entretien.

Le plus difficile reste la police et subsidiairement la gendarmerie, ainsi que la douane qui se déploient sur cette ligne sur plus de 30 points de contrôle. Si ces contrôles sont logiques dans la mesure où ils visent à sécuriser les entrées sur le territoire national, il est par ailleurs vrai qu’ils ont permis le développement de la corruption. On apprend ainsi que de Bitam à Libreville, un clandestin venant d’un pays limitrophe ou des autres aires géographiques du continent doit négocier son passage à partir de 110.000 francs.

Lors de l’achat du billet, il n’est pas rare de s’entendre dire : «Ceux qui n’ont pas leurs papiers à jour voient le chauffeur». Autrement dit, il s’agit d’une invite à s’entendre, en amont, avec le chauffeur de sorte qu’en cours de route, il soit responsable de «vous». Du coup, lors de la traversée de ces postes de contrôle, les Gabonais qui ont leurs pièces d’identité à jour passent sans problèmes. Les étrangers qu’ils aient ou non tous les documents nécessaires sont appelés à faire l’enregistrement. 2000 francs CFA, c’est le montant à payer par personne sans que cela ne donne droit à une quelconque quittance. Ceux des passagers qui ne sont pas administrativement à jour doivent «négocier» et payer le prix fort, selon l’humeur de l’agent en poste.

Bien entendu, les clandestins pris en charge par les conducteurs bénéficient d’un autre traitement, ces derniers s’acquittant du paiement de 5000 francs par personne sans que cela ne donne lieu à un quelconque contrôle de la part des agents. Et il en est ainsi jusqu’à Libreville. «Ce n’est pas aujourd’hui que ça a commencé et ce n’est pas près de finir», lance un chauffeur d’une agence de voyage qui raconte que «chaque agent affecté dans le nord s’engage dans de grandes tontines qu’il fait avec l’argent récolté lors des contrôles». «Il faut un grand nettoyage au sein des forces de sécurité affectées au contrôle routier le grand-nord», lance un autre chauffeur de ligne exaspéré par le nombre de postes de contrôle.

Gabonreview

Mardi 19 Août 2014
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 717 fois




1.Posté par Okoss le 19/08/2014 14:22 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Suis d'' accord qu il y ait autant de postes de contrôle. Par contre cette mesure doit être appliquée au Sud du Gabon ou les sans papiers congolais traversent les frontières sans inquiétude.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...