News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Bien mal acquis : Après la Guinée Equatoriale, le Gabon ?

l'info réelle 7J/7 - Info juste & Utile : News 7J/7 le Mardi 3 Janvier 2017 à 06:35 | Lu 1710 fois

Près de dix ans après le début de cette affaire impliquant des chefs d’Etat de l’Afrique centrale, y compris le défunt Omar Bongo, la justice française a ouvert, le 2 janvier, la séance des procès. Le tour du Gabon devrait arriver.



L’ouverture du procès lié à l’affaire dite des «biens mal acquis», dans laquelle sont cités des chefs d’Etats de pays de l’Afrique centrale, a eu lieu au tribunal de grande instance de Paris, en France, le 2 janvier 2017. Le premier auquel se sont intéressé les juges : Teodorin Obiang, 47 ans, fils du président de la Guinée Equatoriale, nommé vice-président de la République chargé de la défense et la sécurité en juin 2016, à l’issue de la dernière présidentielle dans son pays. Si le fils prodigue ne s’est pas présenté à la barre, il n’en reste pas moins accusé par les ONG Sherpa et Survie de blanchiment d’abus de biens sociaux, détournement de fonds publics, abus de confiance et corruption.

Alors qu’il était ministre de l’Agriculture et des forêts, Teodorin Obiang avait particulièrement interpelé les deux ONG en raison de ses dépenses hors du commun. En plus de disposer, avenue Foch, dans le XVIe arrondissement de Paris, d’un «ensemble immobilier […] composé de deux grands corps de bâtiment» sur six étages, estimé à 107 millions d’euros, le fils du président équato-guinéen ne cachait pas son goût pour les voitures de luxe (Bugatti, Rools-Royce, Maserati…). Il en avait une quinzaine, dont la valeur totale a été estimée à environ 6,7 millions d’euros par les juges, à ajouter à cela, rappelle le site Libération, des objets d’art, des bijoux, des couverts de collections pour un total de 1,9 million d’euros environ. Des avoirs dont ses avocats vont tenter de justifier la provenance.

Pour mieux préparer sa défense, son avocat, Emmanuel Marsigny, a plaidé une demande de renvoi du procès. La réponse du tribunal devrait intervenir le 4 janvier prochain. En attendant, comme au Congo, au Gabon, certains s’attendent déjà à ce qu’une date soit fixée pour faire la lumière sur la provenance des biens d’Omar Bongo, également cité dans cette affaire. La famille du défunt président gabonais est notamment accusée de détournement de fonds publics depuis près de dix ans par les mêmes ONG. Pour le cas du défunt patriarche, dont la succession n’a pas encore été réglée par ses nombreux héritiers, il s’agit de 39 propriétés recensées dans les quartiers chics de Paris et sur la Côte d’Azur, et 19 voitures de luxe.

gabonreview

Mardi 3 Janvier 2017
Info juste & Utile : News 7J/7
Vu (s) 1710 fois



Flash Info Résistance | Politique | Société | Economie | Articles Sponsorisés | Voyages | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Société Civile | MDFC | CAPPO | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Ogooué Ivindo | Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame





Les Articles les plus lus

»Le destin m’a condamné à la stérilité »

0 Commentaire - 04/06/2017 - Info juste & Utile : News 7J/7

Savoir Bien Vivre...



Incroyable !