News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Ben Moubamba: Union nationale – La réforme ou la mort

Le site de la Liberté - La République le Dimanche 24 Juillet 2011 à 14:04 | Lu 2346 fois



Ben Moubamba: Union nationale – La réforme ou la mort
Ben Moubamba: Union nationale – La réforme ou la mort

Leaders de l'Union nationaleAu sortir des tragiques élections gabonaises d’août 2009, l’ensemble des candidats « malheureux » du scrutin présidentiel, ont tenté de créer une synergie au sein d’un Front du Refus du Coup d’État Électoral. C’est ce processus qui a conduit certains acteurs politiques à mettre en place une Coalition de partis d’Opposition et d’autres (dont j’en suis) à créer le nouveau Parti Union Nationale. De fait, l’Union Nationale s’est dotée d’un Président entouré de Vice-présidents et d’un Secrétariat Exécutif.

Lancé tambour-battant le parti UN (1) a rapidement capitalisé autour de fortes ressources humaines et le Peuple Gabonais a repris espoir. Tout ne pouvait être perdu définitivement si des personnalités aussi différentes, mettaient leurs égos de côté pour travailler ensemble, dans le but de changer le Gabon.

1. Le modèle pyramidal plombe le Gabon

Un parti moderne, ce sont des dirigeants, des cadres, des commissions, des cercles de réflexion, des associations affiliées, des mouvements de jeunes et de femmes, des acteurs culturels … organisés autour d’un modèle systémique.

Le drame des partis politiques au Gabon réside d’abord dans leur modèle systémique pyramidal qui fait du chef ou du leader un dieu quasi vivant surtout s’il tient la caisse.

Comme le Parti démocratique Gabonais (Parti-État jusqu’à nos jours), les organisations politiques se sont dotées d’un système d’organisation qui jouent du régionalisme sans l’avouer. Le faux dépassement du régionalisme par le parti créé par feu-Omar Bongo s’est fait sur la base de la doctrine dite « Géopolitique » ou « Réalités Gabonaises ». Mais c’était une duperie comme nous l’avons vu dans le vote utile de 2009.

Le Modèle systémique était bien huilé et totalement pyramidale comme le management de l’ensemble du Gabon d’ailleurs. Les provinces, les départements et les cantons autant dire toutes les collectivités locales ont été confiés en général à des barrons locaux autant dire à des « seigneurs » du lieu comme sous la Monarchie Française. Du plus petit « Fédéral », comme ils se plaisent à désigner le représentant du parti au pouvoir en un lieu-dit, au Secrétaire Départemental dans une des nos provinces, l’organisation du PDG a toujours permis que le No 1 (Grand Camarade ou Distingué Camarade) règne comme un « dieu-vivant » sur les esprits d’une masse de militants conditionnés, sous une pyramide lourde et difficile à faire évoluer. Le contrôle des médias a tout verrouillé dans ce sens.

2. Au Gabon, tous communistes !

Le Parti au pouvoir (PDG) a bien intégré le fonctionnement des partis communistes soviétiques ou chinois : toute personne se sentant fragile face à une autorité dans un groupe, est prête à faire n’importe quoi, y compris commettre les crimes les plus abjects ou se dégrader, pour peu qu’une autorité lui en intime l’ordre. Omar Bongo s’en est bien servi et parfois certains sont choqués quand on revendique son héritage !

On a déresponsabilisé les Gabonais en les conditionnant pour que chacun puisse dire « Je n’ai fait qu’obéir aux ordres ou à une commande, ce n’est pas moi ».

Oui, la systémique du PDG exclue la responsabilité personnelle et infantilise des adultes qui sont prêts à obéir à un ordre irrationnel. On attend chaque fois les ordres du Président, du Grand Chef, du patron, de l’oncle ou du Yaya (grand frère). Il n’est donc pas surprenant que les Gabonais PGGisés à outrance dans la tête, ne se sentent responsables de rien, car ils attendent tout du dictateur en face de soi, ce dernier ne se privant d’ailleurs pas de terroriser ses compatriotes peu surs d’eux-mêmes.

Dans les 9 provinces du Gabon, vous n’avez pas le droit de faire quoi que ce soit sur le territoire national si vous ne vous êtes pas compromis auprès du Grand PDGiste local. Ceux qui veulent s’acheter un terrain non loin de la capitale Libreville en savent quelque chose.

3. La fragmentation de la dictature.

En quoi consiste la fragmentation de la dictature ? Pour que le no 1 du PDG puisse avoir la main mise sur le moindre petit coin du Gabon, des conseillers militaires Français ont appris dès les années 70 au PDG comment installer des mini-dictateurs à chaque étage de la pyramide-Gabon, notamment dans le domaine de la surveillance des Gabonais.

Pendant que le Gabonais se plaint de la dictature de Bongo, chacun ou chacune est un petit Bongo dans son village, son quartier, son administration, son travail, son ONG, sa chorale et même dans sa famille. Le Bongoïsme a envahi nos esprits à un tel point qu’il faudra peut-être une ou deux générations pour s’en dépêtrer.

Une des choses les plus affreuses du Bongoïsme est disions – nous, la « géopolitique » ou répartition ethnique du pouvoir via un maillage du territoire pour une soi-disant unité nationale qui n’en est pas une. Le PDG a abandonné les Gabonais à eux-mêmes dans l’arrière-pays, autant dire entre les mains de tyrans locaux qui font la pluie et le beau temps dans les zones les plus reculés de notre pauvre pays.

A la mort d’Omar Bongo le Peuple Gabonais a fait le rêve commun que nous allions enfin être libres et sortir de ce système pervers qui déresponsabilise les gens et les livre aux mains de personnes impitoyables et souvent méchantes. On ne compte plus les sacrifices humains que certains d’entre eux ont commis sans jamais être inquiétés par la Gendarmerie.

Le problème est que la plupart des partis d’opposition se sont organisés sur le modèle du PDG. Leur modèle systémique a repris quasiment le même fonctionnement que le Parti Démocratique Gabonais, en pire parfois.

Ainsi, là ou le parti au pouvoir faisait au moins semblant d’organiser des congrès, on connait de grands partis de l’opposition ou anciennement de l’opposition gabonaise qui n’auront jamais organisé le moindre congrès depuis leur fondation.

Le parti est la « chose » de son président ou de son leader voire de sa famille. Ils reprocheront aux Bongo de vouloir mourir au pouvoir mais certains garderont le contrôle de « leur » parti jusqu’au dernier souffle avec des tas de justifications :

- Pour les uns c’est l’ancienneté : « on était là avant ou nous sommes des opposants historiques » ;

- Pour les autres c’est le charisme : « Après moi c’est le chaos ou sans mon charisme vous êtes perdus » ;

- Pour les autres encore c’est l’argent : « l’argent du parti c’est l’argent du leader (aucun don direct et clair d’autant plus que la dictature gabonaise sait jouer du financement des partis comme d’une arme) comme le reste d’argent que la France laisse au Gabon appartient au Président de la République et aux siens ;

- Pour certains c’est l’ethnie car un certain nombre de partis d’opposition n’existent que dans et pour une région donnée.

4. Tous des Bongo en puissance ?

Nous reprochons aux Bongo de confisquer le Gabon alors que nous agissons exactement comme eux. Les Bongo font semblant de crier à l’Unité Nationale sous la férule de leur PDG, alors qu’ils gèrent tout à partir d’un petit groupuscule ethnique.

Les Bongo disent qu’ils ont créé un parti des masses alors que c’est une organisation d’infantilisation de populations réduits à la mendicité électorale, alors que c’est une plate-forme ou règnent des gens pervers qui terrorisent les Gabonais (de l’intérieur surtout) et les obligent à se comporter comme des esclaves.

Les tournées du PDG sont par exemple un des plus accélérateurs de l’expansion du VIH au Gabon ou des grossesses précoces. En résumé, le Parti – État qui martyrise le Gabon depuis des décennies, a une organisation apparemment nationale mais en réalité ethno-régionaliste, le PDG c’est la dictature à tous les étages et enfin c’est le centralisme pyramidale qui fait qu’un seul règne sur les mentalités de la masse. C’est dramatique et cela créé de la peur, du culte de la personnalité et donc des freins à la créativité. On prône l’unité nationale mais au fond de soi on pense d’abord à sa tribu, son clan sa famille et en réalité d’abord à soi.

5. L’Union Nationale est un concept à ne pas galvauder

J’ai tenté l’aventure de l’Union Nationale car je me suis aperçu que les dictatures qui avaient plus ou moins réussi leur mutation comme l’Union Soviétique ou l’Afrique du sud avaient pu le faire grâce aux dissidents du pouvoir en place : Gorbatchev a dirigé le Parti Communiste de l’URSS avant de libérer son pays et Frederik Willem de Klerk, le dernier chef d’État de l’Afrique du sud raciste, a rompu sincèrement avec l’Apartheid pour négocier avec Nelson Mandela.

Plutôt que de rester éternellement sur le coup d’état électoral de 2009 d’Ali Bongo, nombreux sont ceux qui s’attendaient à un contrat de confiance entre leaders de l’UN. Nous avons rêvé à une organisation politique qui ne ressemble pas au Parti Démocratique Gabonais :

- Un parti qui responsabilise les Gabonais via de vrais réseaux et des activités socio-économiques ;

- Un parti dont la Présidence trace de grands axes et que le Secrétariat exécutif met vraiment en œuvre à travers des antennes efficaces et des outils d’information ou de contrôle ;

- Un parti où chaque militant se sent responsable de la structure et peut prendre des initiatives dont les dirigeants peuvent s’inspirer ;

- Un parti ou il n’y a pas de culte du Chef mais des objectifs précis et quantifiés à réaliser ;

- Un parti avec des cercles de réflexion, des commissions, des clubs, des associations et des mouvements autonomes qui favorisent le dynamisme des populations et la prise en main des situations locales par les principaux concernés ;

- Un parti qui imagine le Gabon de demain dans 20, 40 ou 100 ans, ce qui implique de passer au clair tous les dossiers brûlants du Gabon à commencer par les Institutions, l’économie, la défense, les relations avec la France et le monde, l’Union Africaine, la gouvernance , le social car comment entrainer une population qui n’a plus de perspective ?

- Un parti qui travaille sur le réel et qui communique vers les Gabonais de façon claire ;

- Un parti sans mini-dictateur à tous les étages ;

- Mais surtout un parti qui fasse marcher ses statuts avec des représentations à l’extérieur, des cellules efficaces sur le terrain en plus des experts qu’il possède en abondance ;

- Un parti qui blinde sa sécurité et qui n’a pas peur de déléguer du pouvoir ;

- Un parti qui respecte tout le monde (même les humbles) et renonce aux techniques des PDGistes : intimidation, délation, magouille, manipulation ou mensonges.

6. Union Nationale : La réforme ou la mort !

Je suis au regret de le dire mais si l’UN ne se réforme pas au plus vite l’UN mourra de sa belle mort parce qu’il n’y aura plus personne pour la suivre. Ce serait regrettable pour le Gabon, les militants, l’UGDD, le RNR mais aussi pour le combat de ce grand vice-président qu’à été Pierre-Claver Zeng et qui nous a mystérieusement quitté si tôt.

Je souhaite que l’UN se reforme au plus vite et que la volonté de le faire soit affichée avant toute décision du Conseil d’État, car unis, même un refus de réhabilitation par le Conseil d’État ne nous ferra pas reculer. C’est au Président de l’Union Nationale de créer les conditions de la confiance. En principe il devait m’inviter au Gabon pour une raison qui lui est propre. Nous avons besoin de lancer l’Union Nationale comme une machine décentralisée qui délègue fortement, pour montrer notre confiance aux Gabonais. Il n’est pas normal qu’un Parti fonctionne au ralenti en l’absence d’un de ses dirigeants.

Je dis aussi qu’il n’était pas utile d’en arriver à la dissolution de l’Union Nationale. Et je dis encore que cette question du Gouvernement parallèle parasite le parti et ne rime à rien. Et je dis pour finir qu’il n’était pas utile d’entrainer les gens sur des chemins qui ne mènent nulle part. Je n’ai pas envie de rire quand des gens ont perdu leur travail et je ne veux pas d’une hypocrisie qui laisserait à penser que tout va mieux dans le meilleur des mondes. Un parti politique comme l’Union Nationale ne peut pas discuter stratégie avec des mouvements qui vont s’allier avec le PDG et un parti politique ne doit pas baser sa stratégie ultime sur des ONG.

Le premier qui dit la Vérité doit-il être exécuté comme dit la chanson ? C’est possible mais ce ne sera pas moi. On dira il veut traverser le Rubicon, il veut de l’argent, il veut aller avec Mamboundou mais comme d’habitude on se trompera d’individu. N’est-ce pas le lot de l’engament public, que de nourrir la rumeur ? Ave crux Spes Unica !

Bruno Ben MOUBAMBA

bruno@moubamba.com


Dimanche 24 Juillet 2011
La République
Vu (s) 2346 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

25.Posté par MMBA le 26/07/2011 00:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Gabon manque d'hommes et de femmes politiques crédibles. L'opposition gabonaise étant devenue un four-tout, il est prévisible que le clan Bongo-PDG va encore passer plusieurs décennies au pouvoir.
La mise à l'écart des tenants du pouvoir actuel relève d'un exploit ou d'une action violente individuelle, quelle que soit sa forme. C'est cette voie qui me paraît, à l'évidence, la meilleure aujourd'hui. Que tout gabonais soucieux de libérer définitivement le Gabon du clan Bongo-PDG emprunte, comme moi, ce chemin.

24.Posté par Donguila le 25/07/2011 18:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De MOUBAMBA A MOU-BAMBI: LES CAPRICES DE L'ENFANT FRUSTRE..

Pardon, MOUBAMBA fait son enfant gâté. Il veut s'imposer et imposer ses idées à l'UN comme le biafrais l'aurait fait au Pédé-G.
Son vrai parti (celui du coeur) c'est l'UPG de MAMBOUNDOU.

Comme l'a si bien dit quelqu'un c'est pas pendant la guerre qu'on réorganise l'armée. L'urgence de l'UN aujourd'hui c'est pas de réformer, même si le temps viendra où cette question se posera inéluctablement. ZAC POWER (MYBOTO) ne doit pas céder aux caprices d'1 BBM qui met son EGO au devant de la scène. C'est ça le gabonais, dès qu'on a un peu de notoriété virtuelle (car en réalité les gabonais sur place ne connaissent pas MOU-BAMBI. Le Gabon n'est en effet pas le Sénégal où presque tout le monde a accès au Web = = >> EMERGENCE ZERO!), on se permet de monter au créneau critiquer de manière aussi MALADROITE ses pairs.

MOU-BAMBI veut se faire remarquer par qui?

Pardon, quitte l'UN, crée ton parti ou va voir MAMBOUNDOU ou le Biafrais. Peut-être qu'ils te trouveront du boulot. NE NOUS FATIGUE PAS. PROBLEME D'EGO, c'est tout. Bonne continuation, SANS RANCUNE Mr l'ex ministre des affaires étrangères...

23.Posté par Volcanic le 25/07/2011 18:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ tous les combatants, dans toute lutte pour la liberation, il y a toujours ceux qui tombent, ce n est pour autant que notre bombat doit s arreter la!
BBM a fait ce qu il pu pour resister, s il est deja epuise qu il se repose tranquillement et en paix.

Je continue a le dire BBM n etait pas l auteur de l article ou il nous demande de laisser les elections s organiser...qu on s est tromper de timing...c est l oeuvre des gens d en face, je demande a BBM de nous dire le contraire ici. Si vous parler de reformer UN, venez sur place, de la ou vous etes, comme pour vous, UN a une organisation semblable au pdg, vous allez ameliorer les chose.

22.Posté par St.Michael le 25/07/2011 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Odjuan'a Mbédé (Le Gerrier Mbédé),

Clair, Net Précis!

Mener ce combat sans notre frère Odjuan'a Mbédé (Le Gerrier Mbédé) serait comme aller préparer une thèse avec des bibliothèques brulées.

Well done Big Brother Odjuan'a Mbédé (Le Gerrier Mbédé).

Amen !

21.Posté par la pensee gabonaise le 25/07/2011 16:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand on est atteint d'une partisanerie fanatique chronique, peut-on etre encore doter de toutes ses facultes d'analyses et de toute sa raison? Non, on ne sait que faire des acrabatie de l'esprit parce que, on a deja opere a une parcelisation du champ de definition de sa raison, limites hors desquelles on ne s'aventure pas de peur de violer l'esprit du groupe.

20.Posté par un citoyen le 25/07/2011 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jai beaucoup de respect pour Bruno Ben Moubamba, il a quelques grandes qualités qu'il faut lui reconnaître et je le respect pour ce qu'il est.
Mais la ou je ne suis pas d'accord avec BBM, c'est qu'il est très instable et se croit malin. Je constate tout simplement qu'avant l' éléctions présidentielle de 2009, je l'affirme et j'ai des preuves que Bronu Ben Moubamba était rencontré Pascaline Bongo Ondimba aux Etats-Unis sur demande de cette dernière, alors même qu'il était en pourparler avec le BDP et avait rendez-vous avec certains responsables du BDP en france au même moment. C'est son droit de rencontré qui il veut, mais je m'interrogeais déjà en ma qualité de petit citoyen.
C'est pour vous dire que BBM discute depuis très longtemps avec la famille Bongo et surtout la grande soeur de l'actuel président.
De la même manière, je ne suis pas d'accord avec les relations incestueuses qu'il y a dans les affaires entre Chantal Myboto et la famille bongo. Il faut que nos hommes politiques soient plus clairs, car le bas peuple devient très vigilant.
Lorsque que Lemboumba etait opposant, il continuait a entretenir des relations d'affaires avec OBO, et ne disait jamais a ses militants ou son entourage direct qu'il entretenait des relations avec son prétendu adversaire et certains membres de son entourage qui étaient exile en france ont dûent négocié leurs retour au gabon par leurs propres relations ou en allant faire des supplices pour certains à Toungui. JE ME TAIS.
Comprend qui voudra. Donc, le problème de nos hommes politiques est d'abord une question de crédibilité qu'autre chose, car ils naviguent souvant dans du clair-obscur. Mais nous sommes très vigilant, car le gabon est une maison de verre.

Sans rancune et profond respect.

19.Posté par OLAME NDONG le 25/07/2011 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Odjuan'a Mbédé (Le Gerrier Mbédé)

Vous écrivez : "Son autosuffisance, son arrogance et son orgueil éloignent de lui tous les compatriotes de la diaspora, désireux de militer pour l’UN. Serait-ce cet type de comportement que vous encourageriez si vous étiez son conseiller ? "

Si vous venez de vous en rendre compte, alors là le peuple a des raisons de s'inquiéter surtout si on en a fait un Ministres des affaires étrangères.

Quelle erreur de casting le Guerrier, n'est-ce-pas.

Puis vous enchaînez: "Mais cher frère, il était bien dans le rôle qu’il sait jouer le mieux ! Celui d’activiste politique ! .

C'est le critère qui a prévalu pour le nommer dans le gouvernement?

Finalement les autorités de nominations ont elles la capacité suffisante pour diriger ce pays si pour ça ils échouent lamentablement?

Le Guerrier, j'aime vos textes mais l'explication que vous donnez laisse dubitatif . Vous pouvez faire mieux que ça!

18.Posté par kAN le 25/07/2011 13:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous savons tous que BBM était en pourparlers avec Ali Bongo depuis cinq mois. Si vous êtes tombés d'accord, sort tranquillement et va rejoindre Pierre Mamboundou, Richard Moulomba, et Jean Félix Mouloungui au PDG. Si ce n'est pas honteux. Pourquoi n'as tu pas reconnu la victoire d'ABO au sortir de l'élection présidentielle.

17.Posté par Odjuan'a Mbédé (Le Gerrier Mbédé) le 25/07/2011 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@OLAME NDONG,

Ce à quoi vous faites allusion s’appelle de l’activisme politique et non de la politique. Si vous n’en faites pas de différence entre les deux, il y en qui la font. Un parti politique n’est pas une ONG constituée de quelques amis et qui fonctionne selon le bon vouloir de son fondateur.
Vous dites : Nous avons deux BBM:

1- Le premier qui était valeureux lorsqu'il tire à boulet rouge sur le pourvoir, ou lorsqu'il va à Adis Abeba pour le sommet de l'UA au nom du gouvernement MBA OBAME


Mais cher frère, il était bien dans le rôle qu’il sait jouer le mieux ! Celui d’activiste politique ! Pourquoi y est-il allé s’il n’était pas solidaire de l’action du pnud et de ce gouvernement ?
Un BBM qui était valeureux lorsqu'il tire à boulet rouge sur le pourvoir ??? Mais vous me voyez plié de rire !

En quoi Mr BBM serait-il plus valeureux en tirant à boulets rouges sur le pouvoir de l’extérieur de pays et sur la toile que ceux qui l’on fait et le font encore sur place ? N’est-ce pas là, un mépris pour ce que font les autres et une marque d’orgueil ou le MOI prime ?
Permettez que soit rappelé ce passage des statuts de l’UN que vous n’avez certainement pas en votre possession : Nous militants du MAD, RNR et UGDD, « Donnons mandat aux militants ci-après, pour effectuer les formalités administratives relatives à la nouvelle entité issue de la fusion de nos Partis politiques objets des présents et bénéficiant de la reconnaissance de plein droit conformément à l’article 17 de la loi 24/96 suscitée, ainsi qu’à la mise en place de ses organes provisoires : »

Pouvez-vous nous dire combien d’organes Mr BBM , Vice-Président (provisoire) de l’UN a-t-il pu mettre en place en France où il réside ? Son autosuffisance, son arrogance et son orgueil éloignent de lui tous les compatriotes de la diaspora, désireux de militer pour l’UN. Serait-ce cet type de comportement que vous encourageriez si vous étiez son conseiller ?

Désolé de vous décevoir mais Mr BBM fait montre d’une immaturité politique que vous refusez de voir craignant d'être traité d'ingrat et c'est ça la vraie ingratitute. Ne vivant pas au Gabon, son angle d’appréciation n’est pas le meilleur pour définir les priorités. L'UN n'est pas le PDG où l'on caresse les déviants dans le sens du poil, VP soit-il !

« Connaitre les noms des animaux ce n’est pas pouvoir les reconnaitre » dit un proverbe de chez-nous.

16.Posté par TINTIN le 25/07/2011 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BBM, courage!!!

Je voudrais tout de même te rappeler que ta place ne se trouve pas à l'ex UN. Parce qu'il est ,tout sauf un parti de l'opposition. Cra, on serait pas entrain de parler de ce machin, si Eyeghe Ndong ou AMO avait été candidat du PDG.

1 2 3
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...